Maladie de Carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carré (homonymie).
Chien atteint de la maladie de Carré : décharge nasal purulent et hyperkératose de la truffe.

La maladie de Carré également parfois appelée « la maladie du jeune chiot » est une maladie virale due à un Morbillivirus (un paramyxovirus proche de l'agent de la rougeole humaine).

Elle affecte notamment les canidés (loup, chien, renard) et certains mustelidés (vison, furet), mais peut toucher d'autres carnivores (le lion par exemple, dont un grand nombre ont été victimes de cette maladie en Afrique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette maladie est décrite par des symptômes qui semblent connus depuis des siècles chez le chien.

Elle a été scientifiquement décrite en 1905 par le vétérinaire Henri Carré.
On comprend peu à peu que cette maladie peut toucher tous les carnivores.

En France, la loi du 22 juin 1989 la classe comme vice rédhibitoire pour les chiens.

Vaccination[modifier | modifier le code]

Il existe maintenant un vaccin qui induit une réponse immunitaire adaptative, et une mémoire immunitaire.

Depuis que les animaux sont vaccinés la maladie est de moins en moins fréquente

La maladie de Carré est une maladie virale très contagieuse. Cette maladie peut provoquer des signes cliniques peu marqués chez certains chiens, mais être mortelle chez d’autres, en particulier chez les chiots. La vaccination a permis de réduire considérablement l’incidence de la maladie ces dernières années. Cependant, il existe toujours des zones ou l’infection persiste, en particulier dans les grandes villes où les chiens non vaccinés sont nombreux. Dans certains pays, comme en Finlande, la maladie tue encore de nombreux chiens.

Comment se transmet la maladie de Carré ?

L’infection se produit principalement par contact rapproché dit nez-à-nez. La période d’incubation (durée qui précède l’apparition des signes cliniques) peut durer jusqu’à trois semaines. Le virus ne survit pas facilement dans l’environnement et est détruit par les désinfectants usuels.

Le virus de la maladie de Carré

Le virus de la maladie de Carré est un virus de grande taille de la famille du virus de la rougeole. Certaines souches du virus sont plus pathogènes que d’autres. Cependant la vaccination protège contre toutes les souches.

Les signes cliniques

Les premiers signes de la maladie sont respiratoires : écoulements oculaire et nasal, toux. Ensuite on observe un abattement, une perte d’appétit, des vomissements et des diarrhées. Dans les derniers stades de la maladie, les chiens peuvent présenter un épaississement cutané au niveau de la truffe et des coussinets (on parle d’hyperkératose). Les chiens qui survivent présentent parfois des complications neurologiques, par exemple des crises convulsives.

Comment le vétérinaire peut-il diagnostiquer la maladie ?

Votre vétérinaire peut suspecter la maladie de Carré en fonction de l’historique vaccinal, des symptômes et de l’examen clinique de votre chien. Une analyse de sang est souvent utile pour confirmer le diagnostic.

Prévention

Il est essentiel de vacciner votre chien contre la maladie de Carré, conformément aux recommandations de votre vétérinaire. Les chiots nés de mère vaccinée disposent d’anticorps d’origine maternelle qui les protègent de l’infection pendant les premières semaines de vie. Le danger survient lorsque le niveau d’anticorps maternels diminue. A ce moment-là le chiot doit être vacciné.

Même si des perfusions peuvent être utiles pour compenser les pertes dues aux vomissements et aux diarrhées, il n’existe pas de traitement spécifique pour la maladie de Carré. La meilleure protection contre ce virus reste donc la vaccination. (MSD santé animale)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Henri Carré (1868-1938), directeur du laboratoire de recherche de Maison-Alfort.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • thèse : Leprêtre, C. (2009). La vaccination des carnivores domestiques en 2008 (Doctoral dissertation, École vétérinaire de Maisons-Alfort).