Maladie d'Osgood-Schlatter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maladie d'Osgood-Schlatter
Classification et ressources externes
Radiograph of human knee with Osgood–Schlatter disease.png
Fragmentation de l'attache tibiale non encore ossifiée du tendon rotulien, sous les forces de tractions répétées dues à certains sports.
CIM-10 M92.5
CIM-9 732.4
DiseasesDB 9299
MedlinePlus 001258
eMedicine emerg/347  orthoped/426radio/491sports/89
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie d'Osgood-Schlatter est une affection du genou ; c'est une apophysose aussi appelée « ostéochondrose tibiale antérieure » puisqu'il s'agit d'une souffrance de l’insertion basse du tendon rotulien au niveau de la tubérosité tibiale antérieure. La douleur résulte de micro-traumatismes répétés exercés sur le tissu cartilagineux de la tubérosité tibiale antérieure par l'intermédiaire du tendon rotulien. Elle touche principalement l'enfant sportif, et se manifeste par une douleur de la face antérieure du genou. La maladie a été décrite en 1903 par les Drs Osgood et Schlatter, chacun de leur côté.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La maladie d'Osgood-Schlatter est une cause banale de douleur du genou chez le grand enfant et l'adolescent sportif. Elle affecte essentiellement le jeune garçon sportif entre 12 et 15 ans[1] mais peut débuter dès 8 ans[2] . Elle toucherait près de 20 % des enfants sportifs, et 5 à 10 % des enfants non sportifs[2]. Elle serait bilatérale dans un tiers des cas[3].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La tubérosité tibiale antérieure, à la face antérieure du genou, est le siège de la douleur.

L'examen clinique suffit à assurer le diagnostic. Initialement l'enfant présente une boiterie après le sport. Puis la douleur peut s'intensifier et devenir permanente, présente même au repos. La douleur siège à la face antérieure du genou, au niveau de la tubérosité tibiale antérieure (TTA). À la palpation, celle-ci est tuméfiée, sensible voire douloureuse. Le genou lui-même, ainsi que la rotule, sont indolores[2].

Une radiographie n'est pas nécessaire notamment lorsque le tableau clinique est évocateur et que les douleurs sont bilatérales. Elle peut être utile pour éliminer une autre pathologie si les douleurs sont unilatérales, atypiques ou rebelles au traitement. Initialement on retrouve un soulèvement de la tubérosité tibiale antérieure avec élargissement de son cartilage de croissance; dans les stades plus évolués, la TTA est fragmentée et on peut voir parfois des calcifications dans le ligament rotulien[2].

Évolution[modifier | modifier le code]

La maladie d'Osgood-Schlatter est bénigne et évolue généralement sans séquelle après l'arrêt de l'activité sportive dans plus de 90 % des cas[1]. Si le repos sportif est respecté, la guérison se fait habituellement en quelques mois[2], mais peut durer un ou deux ans, voire jusqu'à la fin de la puberté[4].

Parfois des complications sont possibles, avec persistance de l'impotence douloureuse ou complications orthopédiques telles que pseudarthrose ou migration d'un fragment de la tubérosité[1].

Parfois, des séquelles peuvent persister jusqu'à l'âge adulte, telles que des douleurs dues aux calcifications intratendineuses, ou une tuméfaction de la TTA persistante pouvant gêner lors de l'agenouillement ou d'activité physique[2].

Traitement[modifier | modifier le code]

Aussitôt le diagnostic fait, l'arrêt complet de l'activité physique s'impose : prolonger le sport en dépit de la douleur peut nettement aggraver la situation et dans tous les cas augmente la durée nécessaire à la disparition de l'affection et de la douleur.Le port d'une genouillère est fortement conseillé,pour réduire la douleur au niveau du genou lors d'un effort physique ou même au repos.

La douleur étant le signe de la persistance du problème, il est important de s'y fier. Il convient, même après disparition de toute douleur, d'être prudent dans la reprise de l'activité sportive et cela tant que la croissance n'est pas achevée ; il faut aussi s'interrompre dès sa réapparition éventuelle. Lors de la reprise il faut insister sur l'échauffement et les étirements[2].

Si l'affection porte habituellement sur un seul genou, l'autre peut être touché même quand le premier est rétabli.

Il n'y a aucun traitement médicamenteux spécifique. Des anti-inflammatoires et des antalgiques sont parfois prescrits, mais ne doivent pas être pris pour pouvoir continuer le sport[2], car ils masqueraient la douleur qui est un signe d'alerte nécessaire.

Lorsqu'il existe à l'examen une rétraction du muscle droit de la cuisse, de la kinésithérapie peut être prescrite, afin d'étirer ce muscle[2].

Lorsque le repos sportif n'est pas suffisant, la pose d'une attelle plâtrée cruro-malléolaire peut être requise afin de mettre le genou au repos strict, et de soulager rapidement les douleurs[2].

L'arrachement et le déplacement de la tubérosité tibiale peut parfois nécessiter une fixation chirurgicale[2].

Un traitement chirurgical peut être envisagé pour éliminer les séquelles de cette maladie à l'âge adulte[5].

Le traitement par onde de choc extra-corporelle des cas récalcitrants est à l'étude[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Léonard et al. « Complications de la maladie d'Osgood-Schlatter: les pièges d'une maladie réputée banale » Science & sports 1995, vol. 10, no 2, p. 95-101 Résumé
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k H. Carlioz, R. Seringe, Orthopédie du nouveau-né à l'adolescent, Elsevier Masson,‎ 2005, 217 p. (ISBN 2294018435, lire en ligne), « Les boiteries »
  3. (en) Weiler R, Ingram M, Wolman R, « Osgood-Schlatter disease » BMJ 2011;343 DOI:10.1136/bmj.d4534
  4. (en) Gholve PA, Scher DM, Khakharia S, Widmann RF, Green DW, « Osgood Schlatter syndrome » Curr Opin Pediatr. 2007;19:44-50.
  5. (en) Pihlajamäki HK, Visuri TI., « Long-term outcome after surgical treatment of unresolved osgood-schlatter disease in young men: surgical technique », J Bone Joint Surg Am., no 92,‎ 2010, p. 258-264. (lien PubMed?)
  6. (de) Lohrer H, Nauck T, Schöll J, Zwerver J, Malliaropoulos N., « Einsatz der extrakorporalen Stoßwellentherapie bei therapieresistentem M. Schlatter (Extracorporeal shock wave therapy for patients suffering from recalcitrant Osgood-Schlatter disease) », Sportverletz Sportschaden, vol. 26, no 4,‎ 2012, p. 218-222 (liens PubMed? et DOI?)