Malédiction de Tecumseh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La malédiction de Tecumseh (en anglais: Curse of Tecumseh) est une expression parfois utilisée pour désigner la légende selon laquelle entre 1840 et 1960 tout président des États-Unis, élu lors d'une année se terminant par zéro (comme 1880 ou 1900) meurt au cours de son mandat. Cette malédiction fut prétendument « brisée » par Ronald Reagan, qui bien que blessé par balle en mars 1981, survécut à ses blessures.

La malédiction[modifier | modifier le code]

La malédiction de Tecumseh, d'abord largement rapportée dans un Ripley's Believe It or Not! en 1931, commence avec le décès de William Henry Harrison, qui meurt en 1841 après avoir été élu en 1840. Lors des 120 années suivantes, les présidents élus pendant des années se terminant par zéro sont morts alors qu'ils étaient en fonction, de William Henry Harrison, (élu en 1840, mort en 1841) à John F. Kennedy (élu en 1960, mort en 1963). La mort de Zachary Taylor des suites d'une gastro-entérite maligne ne correspond pas à cette série. Bien qu'il soit mort en 1850, son élection eut lieu en 1848, ce qui l'exclut de cette « malédiction ».

Origine[modifier | modifier le code]

Le nom de « malédiction de Tecumseh » remonte à la bataille de Tippecanoe en 1811. William Henry Harrison, alors gouverneur du Territoire de l'Indiana, soudoie des Amérindiens pour qu'ils cèdent leurs terres au gouvernement des États-Unis et leur distribue du whiskey, ce qui cause chez les indigènes un alcoolisme rampant[1]. Ces actes hostiles causent la colère du chef des Shawnees, Tecumseh (Tekoomsē: « Étoile filante »[2],[3]) puis conduisent les troupes gouvernementales et les Amérindiens au seuil d'une guerre. Tecumseh et son frère organisent un groupe de défense des tribus indiennes afin de résister à l'expansion des Blancs vers l'ouest. En 1811, Harrison attaque le village de Tecumseh, le long de la rivière Tippecanoe, et l'emporte sur celui que l'on nomme parmi les siens, le « Prophète ». Cette action d'éclat vaudra à Harrison la gloire et le surnom de « Old Tippecanoe »[1]. La réputation de Harrison se trouvera ensuite également renforcée grâce à sa victoire sur les Britanniques lors de la Bataille de la rivière Thames lors de la Guerre de 1812[1]. On raconte que le « Prophète » aurait alors invoqué une malédiction contre Harrison et les futurs locataires de la Maison-Blanche[4]

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Après sa couverture par le Ripley, en 1931, la polémique refit surface à l'approche de l'élection qui allait se tenir lors d'une année concernée par la malédiction. Une bande dessinée de la série Strange As it Seems de John Hix, parut avant le jour de l'élection en 1940, sous le titre de Curse Over The White House ![5]. Une liste allant de Harrison en 1840 jusqu'à Harding en 1920 précédait un sinistre « Roosevelt 1940 » suivie d'une note disant « au cours des 100 dernières années, tous les présidents élus à un intervalle de vingt années moururent en exercice! » Ed Koterba, un chroniqueur d'Assignment Washington, fit à nouveau référence au sujet en 1960[6].

À l'approche de 1980, la malédiction était suffisamment connue des Américains pour qu'ils se demandent si le vainqueur de l'élection allait subir le sort de ses prédécesseurs. La Library of Congress mena une étude dans le courant de conclut que « bien que l'histoire soit de notoriété publique depuis des années, il n'existe aucune source ou document publié à son sujet ». Alors qu'il faisait campagne en 1980, on questionna Jimmy Carter à propos de la malédiction lors d'un meeting à Dayton le 2 octobre. Alors qu'il répondait aux questions du public, Carter répondit, « Je n'ai pas peur. Si j'étais persuadé que cela allait arriver, je persisterais à vouloir rester président et ferais de mon mieux des derniers jours qu'il me resterait à vivre »[7].

Exception[modifier | modifier le code]

Après son élection en 1980, Ronald Reagan ne mourut pas en exercice. Il survécut tout au long de ses huit années de présidence, bien qu'il ait été sérieusement blessé lors d'un attentat quelques mois après sa prestation de serment. Quelque temps après, le chroniqueur, Jack Anderson, écrivit Reagan and the Eerie Zero Factor et remarqua que le quarantième président avait démenti la superstition ou qu'il était doué de neuf vies[8]. John Hinckley, Jr. qui avait tenté d'assassiner Reagan fut reconnu irresponsable de ses actes, par le jury, en raison d'une maladie mentale mais il n'existe aucune preuve qu'il ait été motivé par une quelconque croyance en la malédiction. En outre, chaque président depuis Richard Nixon fut victime d'une tentative d'assassinat, y compris George W. Bush[9].

Présidents dans l'optique d'une supposée malédiction[modifier | modifier le code]

Élection Président Mandat lors du décès Cause du décès Date du décès
1840 William Henry Harrison Premier Pneumonie 04-4-1841
1860 Abraham Lincoln Second Assassiné 15-4-1865
1880 James A. Garfield Premier Assassiné 19-9-1881
1900 William McKinley Second Assassiné 14-9-1901
1920 Warren G. Harding Premier Incertaine : attaque cardiaque, accident vasculaire cérébral, ou empoisonnement 02-8-1923
1940 Franklin D. Roosevelt Quatrième Hémorragie intra-cérébrale 12-4-1945
1960 John F. Kennedy Premier Assassiné 22-11-1963
1980 Ronald Reagan n'est pas mort lors d'un de ses mandats Tentative d'assassinat - blessé mais non tué 05-6-2004
2000 George W. Bush n'est pas mort lors d'un de ses mandats Tentative d'assassinat - non blessé[9] (toujours vivant)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c The New Big Book Of U.S. Presidents By Todd Davis, Marc Frey
  2. John Charles Dent, The Canadian Portrait Gallery, Volume II, Toronto: J.B. Magurn, 1880. p. 144-150. (OCLC 4803130)
  3. John Sugden, Tecumseh's last stand, Norman : University of Oklahoma Press, 1985. p. 17. (ISBN 9780806122427)
  4. Randi Henderson et Tom Nugent, The Zero Curse: More than just a coincidence? (Reprinted from the Baltimore Sun), November 2, 1980, in Syracuse Herald-American, p C-3
  5. Oakland Tribune, 5 novembre 1940, p12
  6. Pennsylvania Avenue Ponderings in Hammond Times, 25 février 1960, p18
  7. Thomsen, p. 43.
  8. The Sunday Intelligencer (Doylestown, PA), 5 avril 1981, p. 8.
  9. a et b CNN.com - Bush grenade attacker gets life - 11 janvier 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Curse of Tecumseh in Brian Thomsen, Oval Office occult : true stories of White House weirdness, Kansas City, MO : Andrews McMeel, 2008. (ISBN 9780740773860)

Liens externes[modifier | modifier le code]