Majlis d'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 41′ 30.28″ N 51° 26′ 04″ E / 35.6917444, 51.43444

Le bâtiment du parlement original (Majles) tel qu'il apparaissait pendant l'hiver 1956.
Politique en Iran
Image illustrative de l'article Majlis d'Iran

L'assemblée consultative islamique d'Iran ou le Parlement iranien, appelé Majles localement (en persan : مجلس), représente le corps législatif iranien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Majles était la chambre basse de la législature iranienne de 1906 à 1979, la chambre haute étant le Sénat.

Après la révolution islamique, quand la législature iranienne devient monocaméral, le Majlis en est le seul corps législatif, sous le nom d'Assemblée consultative islamique (en persan : مجلس شورای اسلامی, Majles-e Shora-ye Eslami). Anciennement composée de 270 députés, elle en compte désormais 290, et ce depuis les élections du 18 février 2000.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les députés de Majles sont élus pour quatre ans au suffrage universel direct. Cinq sièges réservés ont vocation à représenter les minorités confessionnelles reconnues : zoroastriens, juifs et chrétiens (majoritairement arméniens).

Conforme à tout autre pouvoir législatif en régime parlementaire, il dispose du pouvoir de voter la loi, d'approuver ou de renverser l'exécutif, y compris le Président : si un tiers des députés met en cause le Président de la République, ce dernier est alors contraint de s'expliquer devant l'Assemblée dans un délai d'un mois. Si deux tiers des députés lui refusent leur confiance, le Guide de la Révolution en est informé pour prendre, éventuellement, la décision de le destituer. Ce pouvoir législatif s'exerce cependant sous la surveillance du Conseil des gardiens et in fine du Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime, lequel peut s'octroyer des pouvoirs législatifs en cas de circonstances exceptionnelles[1].

Bâtiment[modifier | modifier le code]

À partir de 1979, le bâtiment du Majlis quitte le premier palais originel pour occuper celui du Sénat. Un troisième bâtiment est utilisé depuis 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (extrait du rapport du Sénat 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]