Maisons Levitt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les maisons Levitt sont la transposition en France d'un concept américain de pavillons de banlieue implantés en série dans des lotissements ouverts.

Un concept transplanté[modifier | modifier le code]

Le promoteur-constructeur William J. Levitt (1907-1994) est à l'origine de la transplantation en Europe et en France d'un modèle nord-américain d'urbanisme. Il débuta par une opération au Mesnil-Saint-Denis, village des Yvelines de moins de 2 000 habitants, à 35 kilomètres de Paris Notre-Dame, au sud-ouest de Versailles. Les 510 maisons Levitt (370 indépendantes et 140 jumelées, de 5 à 7 pièces sur des terrains de 600 m2 en moyenne) se commercialisèrent aisément car elles offraient un excellent rapport qualité-prix dans un marché immobilier alors restreint, celui de la maison uni-familiale.

Visant délibérément une clientèle de cadres moyens et supérieurs, les « résidences du Château » popularisèrent la formule du nouveau village, où les éléments des « suburbs » comme, du côté de la rue, des pelouses ininterrompues, des « driveways » perpendiculaires à la rue, des garages incorporés ou des porches, s’adaptaient aux dimensions plus modestes des territoires européens et au niveau de vie de la bourgeoisie parisienne tout en conservant leur affinité physique et symbolique avec la société de consommation d’outre-Atlantique. Ce lotissement constitue, avec bien d'autres GCH (grandes copropriétées horizontales), une facette importante du paysage francilien.

En effet, d'autres promoteurs américains, comme Kaufman & Broad, britanniques, comme Carlton, ou français, comme Maisons Bréguet ou le groupe Cerioz, commercialisèrent des GCH dans les années 1965 à 1980, mais l'apogée française fut sans doute le village « La Verville » de Mennecy (Essonne) qui en huit tranches regroupa plus de 1 600 pavillons.

Autre exemple de ce type de construction, la résidence du Parc à Lésigny (77) regroupe près de 600 maisons autour d'une centre de loisirs avec piscine et cours de Tennis. La résidence date de 1968.

Aux États Unis, autre monde et autres dimensions, la Levittown de Long Island près de New York, construite en 1947, comptait plus de 17 000 pavillons. Si, en Europe, on n'atteignit pas cette taille, les maisons Levitt contribuèrent à l'américanisation des modes de vie.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Gournay, Levitt France et la banlieue à l’américaine : premier bilan, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Histoire urbaine »,‎ 2002/1 (ISBN 2-9143-5005-8, ISSN 0703-0428), p. 167 à 188