Maison dorée (Charleroi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maison dorée.
Maison dorée
Image illustrative de l'article Maison dorée (Charleroi)
Présentation
Période ou style Art nouveau
Type Sgraffites, créés par Gabriel van Dievoet
Architecte Alfred Frère
Date de construction 1899
Destination initiale Habitation
Propriétaire Ville de Charleroi
Destination actuelle Local de l'Association de la Presse
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1993, no 52011-CLT-0053-01)
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Charleroi
Localisation
Coordonnées 50° 24′ 40″ N 4° 26′ 50″ E / 50.41106389, 4.447108333 ()50° 24′ 40″ Nord 4° 26′ 50″ Est / 50.41106389, 4.447108333 ()  

Géolocalisation sur la carte : Charleroi (ville)

(Voir situation sur carte : Charleroi (ville))
Maison dorée

Géolocalisation sur la carte : Charleroi

(Voir situation sur carte : Charleroi)
Maison dorée

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Maison dorée

La Maison dorée de Charleroi et un édifice Art nouveau construit en 1899 par l'architecte Alfred Frère et décorée de sgraffites par Gabriel van Dievoet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Charleroi, Maison Dorée, sgraffite "Soleil", par Gabriel van Dievoet, 1899.

Située à l'angle de la rue Tumelaire et du boulevard Defontaine, elle fut édifiée en 1899 par l'architecte Alfred Frère et acquise en 1906 par les industriels verriers Chausteur. Propriété du docteur Léon Lempereur en 1952, elle deviendra ensuite un restaurant (1993) avant d'être achetée par la Ville de Charleroi (1999)[1]. Classée en 1993, elle sert actuellement de local à l'Association de la Presse.

Description[modifier | modifier le code]

La porte et le hall d'entrée placée côté rue Tumulaire, séparent la grande salle de séjour, à front du boulevard des autres pièces d'habitations. Le hall se prolonge en équerre. Là se situe l'escalier vers les étages où les pièces sont, de manière plus traditionnelle, disposées en enfilade[2].

La façade principale, côté boulevard Defontaine, est animée par des briques colorées et des sgraffites.
Les sgraffites dorés (chardons stylisés et soleil) qui ont donné son nom à cette maison[3], sont l'œuvre d'un sgraffitiste et décorateur Art nouveau réputé, Gabriel van Dievoet (1875-1934).
Cette façade est proche des conceptions de Paul Hankar[4] et de son hôtel Ciamberlani[2].

À l'intérieur, on retrouve des éléments inspirés du style néorenaissance dans la salle de séjour, mêlées à des influences Art nouveau, principalement dans les vitraux du jardin d'hiver[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Delaet, p. 10-11
  2. a, b et c Bioul et Debecker 2004, p. 121-122
  3. Ce nom figure sur la façade sous la forme des initiales c et o pour chrusous oïkos, maison dorée en grec (Delaet, p. 6).
  4. Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 20 : Wallonie, Hainaut, Arrondissement de Charleroi, Liège, Pierre Mardaga, éditeur,‎ 1994, 602 p. (ISBN 2-87009-588-0), p. 101

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Catherine Bioul, Alain Dauchot et Jean Alexandre Pouleur, Charleroi, ville d'architectures : Du Temps des Forteresses aux Années Folles 1666-1940, Bruxelles, Atelier Ledoux, Espace Environnement,‎ 1992, 104 p., p. 62-65
  • Anne-Catherine Bioul et Anne Debecker (Photographies), Vivre aujourd'hui dans un intérieur d'autrefois, à Charleroi, Namur, Ministère de la Région wallonne, coll. « Études et documents / Monuments et sites »,‎ 2004, 245 p. (ISBN 2-87401-171-1), p. 120-125
  • Anne-Catherine Bioul, « Les musts de l'Art Nouveau et de l'Art Déco à Charleroi », Les nouvelles du patrimoine, no 141,‎ octobre 2013, p. 39
  • Valérie Dejardin et Julien Maquet, avec des photographie de Guy Focant, Cent merveilles de Wallonie, 2007, p. 36-37.
  • Jean-Louis Delaet, « De la Maison dorée… », dans Une maison dans la ville, Charleroi, Maison de la Presse de Charleroi, p. 5-12
  • Anne Van Loo (dir.), Dictionnaire de l'architecture en Belgique de 1830 à nos jours, Bruxelles, Fonds Mercator,‎ 2003, 623 p. (ISBN 9061535263 et 9789061535263), p. 562