Maison des libertés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Italie
Image illustrative de l'article Maison des libertés
Logotype de la Maison des libertés

La Maison des libertés (en italien, la Casa delle libertà, abrégé en CdL) est une alliance électorale italienne, dirigée par Silvio Berlusconi, qui réunit des partis et mouvements politiques de droite de 2000 à 2007.

Historique[modifier | modifier le code]

La Maison des libertés prend la succession du Pôle des libertés (Polo delle libertà), créé en 1994.

Elle comprend :

La plupart de ces partis sont représentés au sein du gouvernement Silvio Berlusconi III.

Cette alliance, sous le nom de Pôle des libertés (Polo delle libertà), gagna les élections de 1994 (juste après la descente de son leader) mais le gouvernement Silvio Berlusconi I ne dura qu'assez peu de temps (8 mois) lorsque la Ligue du Nord s'en sépara et rejoignit l'opposition. Elle fut défaite aux élections de 1996.

En ménageant la Ligue du Nord, Silvio Berlusconi finit par gagner les élections suivantes, en 2001. Elle a cherché à contourner les règles de la proportionnelle du système électoral italien mixte en présentant plusieurs de ces candidats dans les circonscriptions sous une liste factice baptisée « Abolizione Scorporo », un nom qui marquait clairement son opposition aux règles du mode de scrutin. Elle réussit partiellement en ne faisant pas pourvoir tous les 630 sièges de députés (seuls 619 ont été pourvus in fine en raison de candidatures multiples), mais obtint une nette majorité dans les deux chambres du Parlement.

La Maison des libertés a nettement perdu toutes les élections partielles ou régionales depuis 2003, en perdant notamment les 3 et 4 avril 2005, six régions italiennes qu'elle gouvernait (elle ne gouverne plus que trois régions principales, la Lombardie, la Vénétie et la Sicile en plus du petit Molise remporté en 2001, lors d'une élection rejouée). Elle a perdu (de justesse, moins de 25 000 voix), les élections législatives des 9 et 10 avril 2006, notamment en raison du vote des Italiens à l'étranger et du changement de la loi électorale, décidé par ladite coalition juste avant ces élections.

Silvio Berlusconi annonce, le , son intention de transformer cette coalition, de plus en plus critiquée, en une nouvelle formation politique. « Le Peuple de la liberté » est officiellement lancé le .