Maison de Goyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Goyon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goyon.
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Gouyon.
Goyon
Gouyon
Goüyon Matignon
Armes de la famille.
Armes de la famille : Goyon
Gouyon
Goüyon Matignon
Blasonnement D'argent au lion de gueules couronné d'or.
Devise Honour à Goyon, Liesse à Matignon
Lignées Famille Grimaldi,
Maison de Chalençon
Branches Goyon de Matignon,
Goyon de la Moussaye
Période XIe siècle-
Pays ou province d’origine Drapeau du duché de Bretagne Duché de Bretagne
Allégeance Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de Monaco Monaco
Fiefs tenus Torigni, Matignon, Gacé, Saint-Lô,
Estouteville,
Valentinois,
Monaco
Charges Grand écuyer de France
Pair de France
Fonction(s) militaire(s) Amiral de Bretagne
Maréchal de Bretagne
Maréchal de France
Fonction(s) ecclésiastique(s) Évêque de Condom,
Évêque de Coutances,
Évêque de Lisieux
Récompense(s) civile(s) Ordre du Saint-Esprit

La maison de Goÿon est une ancienne famille bretonne et normande, qui vers la fin du XIIe siècle prit le nom de Goüyon Matignon. Elle donna à la France, sous l'Ancien Régime, plusieurs maréchaux de France et évêques (Condom, Coutances, Lisieux).

Généralités[modifier | modifier le code]

Constituée de différentes branches, la maison de Goyon porta les titres de sire de Matignon, comte de Torigni et de Gacé, barons de Saint-Lô, etc. Une branche accéda en 1731 au trône de Monaco à la suite du mariage de Jacques de Goÿon de Matignon (1689 - 1751) avec Louise-Hippolyte de Monaco (1697 - 1731), fille aînée et héritière d'Antoine II Grimaldi (1661 - 1731), prince souverain de Monaco. Leurs descendants ont pris le nom Grimaldi et abandonné celui de Goyon.

Jacques de Goÿon de Matignon donna son nom à l'hôtel Matignon, célèbre demeure parisienne qui appartint sous la Restauration à la duchesse de Bourbon, Bathilde d'Orléans (1750 - 1822), avant de devenir plus tard l'ambassade d'Autriche en France.

La maison de Goÿon se maintint sur le trône monégasque jusqu'en 1949, date de la mort du prince Louis II de Monaco (1870 - 1949), qui mourut sans postérité légitime mais en laissant une fille naturelle, Charlotte (1898 - 1977), qui se maria avec Pierre de Polignac (1895-1964), dont elle eut un fils, Rainier (né en 1923) qui devint en 1949 le prince souverain Rainier III de Monaco, sa mère ayant renoncé à ses droits en 1944. Depuis 1949 les souverains de Monaco sont donc issus par les mâles de la maison de Polignac.

En droit nobiliaire français, les fiefs français (duché de Valentinois, etc.) de la maison de Goyon n'ont pu (en l'absence de mariage) se transmettre à la fille naturelle du prince Louis II, ce qui n'empêcha pas le père (Albert Ier de Monaco) de ce dernier de titrer sa petite-fille Charlotte duchesse de Valentinois en 1919.

La transmission de la couronne monégasque par voie illégitime a été dénoncée par les héritiers se prétendant légitimes du prince Louis II, les descendants de sa grand-tante la princesse Florestine de Monaco (1833 - 1897), épouse du comte Guillaume de Wurtemberg (1810 - 1869), duc d'Urach (de la maison de Wurtemberg).

Origines[modifier | modifier le code]

Des plus anciennes et des plus illustres de Bretagne, la maison de Goyon possédait de tout temps la ville de Matignon dans les côtes d'Armor et le château de la Roche-Gouyon. Il est très difficile de décider si les seigneurs qui en sont sortis, ont donné leur nom à la ville qui le porte, ou s'ils lui ont emprunté. Quant au nom de Goion, il est très probable que ce soit un nom propre, adopté par les descendants de Goïon, premier banneret de Bretagne, qui dans le Xe siècle rendit de très grands services au duc Alain Barbetorte. Ce fut lui, selon les anciennes chroniques, qui chassa les Normands de la Bretagne dont ils s'étaient emparés en 931, et qui pour protéger le pays de leurs incursions, fit bâtir un château sur un rocher escarpé surplombant la mer, qu'il appela de son nom, château de la Roche-Goïon, qui subsiste encore.

La connaissance des ancêtres de cette maison s'est perdue au fil du temps, mais les cartulaires des abbayes de Saint-Jacut et de Saint-Aubin, dont ils sont les fondateurs, et les annales de Bretagne nous ont conservé le nom de quelques-uns d'entre-eux.

L'an 1057, un Goïon se trouva aux États de Bretagne, tenus par Eudon, où il se plaignit qu'on lui disputait la préséance que ses pères y avaient eue en qualité de premiers Bannerets. D'Argentré dit de ces bannerets, « qu'il falloit qu'ils fussent d'un grand état et bien riches, pour nourrir et entretenir à leurs gages et leurs dépens, nombre de Gentilshommes à cheval pour le service du Prince ». Etienne Goïon fonde le prieuré de Saint-Valeri.

Denys Goïon, qui vivait encore l'an 1125, fit de grands biens à l'abbaye de Saint-Jacut, fondée par ses ancêtres. Guignes et Seldwin Goïon, sont nommés entre les chevaliers et écuyers pris dans la tour de Dol par le roi d'Angleterre (Henri II) l'an 1173.

Damette de Matignon, fille de Robert Goïon, et petite-fille de Godefroi Goïon, fit une donation à l'abbaye du Mont-Saint-Michel l'an 1218. Ces fondations et un grand nombre d'autres, qu'on trouvera répandues presque dans tous les articles de cette généalogie, nous fournissent des preuves authentiques, non-seulement de l'ancienneté, mais aussi de la grandeur de cette maison.

Après être restés plusieurs siècles en Bretagne, les Goyon s'établirent en Normandie vers l'an 1450, à l'occasion du mariage de Jean Goïon, avec Marguerite de Mauny, héritière de plusieurs grandes terres de Normandie, et principalement de la Baronnie de Thorigny, que les descendants de Jean Goïon Matignon, possédèrent jusqu'au XVIIIe siècle.

Que ce soit dans la province de Bretagne, ou celle de Normandie, la maison de Goyon fut d'un très grand lustre, puisqu'elle compte parmi ses descendants un grand nombre de gouverneurs de places, de maréchaux de camp, de colonels généraux des Suisses, et de la cavalerie, de lieutenants généraux dans les armées, un amiral de Bretagne, un maréchal et six chambellans des ducs de Bretagne, six chevaliers de l'Ordre du Saint-Esprit, un Grand écuyer de France, deux Conseillers d'État, plusieurs chambellans des rois de France, sept lieutenants généraux de la province de Normandie, un gouverneur de Guyenne et trois maréchaux de France, dont l'un eut la fonction de connétable de France au sacre du roi Henri IV.

Généalogie[modifier | modifier le code]

  1. Sceau autour 1220
    Étienne I. Goyon, vers 1220 Seigneur de La Roche-Goyon et de Plévenon; ∞ Luce, Dame de Matignon, fille de Denys, Seigneur de Matignon
    1. Hugues, Seigneur de La Roche-Goyon
      1. Raoul
      2. Denise, † 1284, Dame de Matignon, ∞ Robert, Vicomte de Merdrignac
    2. Sceau 1289
      Alain I., Seigneur de Lanquenan, de Pagalet et de Galoia ; ∞ Luce de La Roncerie
      1. Ètienne II,marié a jeanne de MAURE Seigneur de Lanquenan
        1. Alain II., Seigneur de Lanquenan ; ∞ Mathilde
          1. Bertrand I., Seigneur de Matignon
            1. Étienne III., Seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon ; ∞ I Jeanne ; ∞ II Alix Paynel
              1. (I) Alain III., ∞ Jacqueline de Rieux
                1. Bertrand II., Seigneur de Matignon ; ∞ Jeanne, fille de Roland de Dinan, Seigneut de Montasilant
                  1. Bertrand III., † 1407, Seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon ; ∞ Marie, fille de Jean, Seigneur de Rochefort – Descendants cf. en bas
                2. Étienne, Seigneur de Launay-Goyon ; ∞ I Mahaut, fille de François du Bois ; ∞ II Thomine, fille de Louis de Dinan, Seigneur de Montasilant – descendant, du Marquis de La Moussaie
              2. (I) Marguerite ; ∞ Gilbert II. Seigneur du Cambout

Dès le début du XVe siècle[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand III., † 1407, seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon ; ∞ Marie, fille de Jean, seigneur de Rochefort – Ancêtres cf. en haut
    1. Blason 1448
      Jean, † 1451, seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon ; ∞ Marguerite, baronne de Torigni, fille d'Olivier de Mauny, baron de Torigni, † 1469
      1. Bertrand IV., † 1480, seigneur de Matignon et baron de Torigni ; ∞ Jeanne, fille de Jean du Perrier, comte de Quintin, † 1497
        1. Tristan, † 1466, seigneur de Quintin,
        2. Jean, † 1498, seigneur de Boisglé
        3. François, † 1510, seigneur de Villebagues
          1. Étienne, seigneur de Villebagues
        4. Gui, † 1497, seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon, baron de Torigni ; ∞ Péronne, fille de Jean, seigneur de Jeucourt
          1. Joachim, † 1549, seigneur de Matignon, ∞ Françoise, fille de Gilles de Daillon, seigneur du Lude
          2. Jacques Ier, † 1537, seigneur de La Roche-Goyon, baron de Torigni ; ∞ Anne, dame de Lonray, fille de François de Silly, seigneur de Lonray
            1. Jacques II, † 1598, seigneur de Matigon, de La Roche-Goyon, baron de Torigni, 1565 comte de Torigni et prince de Mortagne, 1579 Maréchal de France ; ∞ Françoise, fille de Jean II de Daillon, comte du Lude
              1. Odet, † 1595, comte de Torigni ; ∞ Louise, comtesse de Maure, fille de Charles, comte de Maure
              2. Lancelot, seigneur de Lonray
              3. Armoiries depuis le mariage avec Éléonore de Longueville
                Charles, † 1648, seigneur de Matignon, comte de Torigni, baron de Saint-Lô, prince de Mortagne ; ∞ Éléonore, fille de Léonor, duc de Longueville
                1. Jacques, † 1626, comte de Torigni ; ∞ Henri, dame de Chaumont, fille de Philibert, seigneur de La Guiche, † 1682
                2. Catherine-Gillonne, ∞ François, duc de La Rocheguyon, † 1628
                3. Léonor, 1632-1646 évêque de Coutances, 1646-1680 évêque de Lisieux
                4. François, † 1675, seigneur de Matignon, comte de Torigni, de Gacé, marquis de Lonray ; ∞ Anne, fille de Claude Malon, seigneur de Bercy, † 1688
                  1. Henri, † 1681, seigneur de Matignon, comte de Torigni ; ∞ Marie Françoise, dame de La Luthumière, fille de François, seigneur de La Luthumiére
                    1. Charlotte ; ∞ Jacques III, seigneur de Matignon, † 1725
                    2. Jean-Louis, † 1671, marquis de Lonray
                    3. Catherine-Thérèse, † 1699 ; ∞ 1) Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, † 1690 (famille Colbert); ∞ 2) Charles, comte de Marsan, † 1708 (maison de Guise)
                    4. Françoise, marquis de La Luthumière, †1673
                  2. Léonor, évêque de Lisieux 1680-1714
                  3. Charles, † 1674, comte de Gacé,
                  4. Jacques, † 1727, évêque de Condom 1671-1693
                  5. Jacques III., † 1725, seigneur de Matignon et de La Roche-Goyon, comte de Torigni, baron de Saint-Lô, seigneur du duché d'Estouteville, lieutenant-général ; ∞ Charlotte, fille d'Henri, seigneur de Matignon † 1721
                    1. Blason des Grimaldi de Monaco
                      Jacques Ier de Monaco, † 1751, seigneur de Matignon, seigneur du duché d’Estouteville, 1715 duc de Valentinois, comte de Torigni, 1731 coprince de Monaco, Liste des souverains de Monaco, pair de France; ∞ Louise, duchesse de Valentinois, fille d'Antoine Ier, prince de Monaco.
                    2. Catherine Élisabeth, † 1706 ; ∞ Louis, comte de Gacé
                  6. Charles Auguste, † 1729, comte de Gacé, 1708 maréchal de France; ∞ Marie Elisabeth, fille de François Berthelot, † 1702
                    1. Louis-Jean, comte de Gacé, de Montmartin, baron de Gié ; ∞ 1) Catherine, fille de Jacques Ier, seigneur de Matignon, † 1706 ; ∞ 2) Anne-Marie, fille de François, marquis de Châteaurenaud
                    2. Éléonor, 1721 évêque de Coutances
                    3. Marie-Thomas, comte de Bongay et d’Ormoy ; ∞ Edme, comtesse de Bombon, fille de Basile de Brenne, comte de Bombon
                    4. Marie Anne, ∞ Henri de Gavre, marquis de Solas
              4. Gillonne, † 1641 ; ∞ Pierre d'Harcourt, marquis de Beuvron (maison d'Harcourt)
              5. Anne, ∞ René de Charbonnel, marquis de Canisy
            2. Anne ; ∞ Olivier de Maridor, seigneur de Vaux
    2. Lancelot, seigneur du Lude et de La Roche-Goyon
    3. Isabeau ; ∞ 1) Pierre II d'Amboise, seigneur d'Amboise, † 1422 ; ∞ 2) Thomas Ston, seigneur de Langeais, ∞ 3) Geoffroy de Tremereuc

Les branches[modifier | modifier le code]

Familles alliées[modifier | modifier le code]

La maison de Goyon s'est unie aux plus illustres familles que pouvaient compter le duché de Bretagne, puis le royaume de France :

Famille de Clisson, Maison de Rieux, Famille du Cambout, Famille de Coëtquen, Famille Billon (de Vitré), Famille de Beaumanoir, Famille de Montbourcher, Maison de Dinan, Maison du Quélennec, Famille de Châteaubriant, Famille de Guémadeuc, Famille du Chastel, Famille de La Muce, Famille de Champagne-Suze (Champagne de Villaines), Famille de La Tour d'Auvergne, Famille de Montgommery, Famille Freslon de La Freslonnière, Famille de L'Hopital, Famille de Mauny, Maison d'Harcourt, Orléans-Longueville, Maison de La Guiche, Famille Le Tellier, Famille Colbert, Maison de Lorraine, Famille de Silly, Maison de Rouvroy de Saint Simon, Maison de Fitz-James, Famille Jouvenel des Ursins, Famille Le Tonnelier de Breteuil, Maison de Montmorency, Famille Franquetot de Coigny, etc.

C'est dans la maison de Goyon que s'est fondue, en 1731, la famille Grimaldi : c'est à cette occasion qu'une branche des Goyon abandonnât noms et armes au profit de ceux des Grimaldi.

Depuis leur accession au trône monégasque, les "Goyon-Grimaldi" se sont alliés aux :

Famille Brignole Sale, Maison d'Aumont, Famille Rouault de Gamaches, Maison de Mérode, Famille Douglas-Hamilton (en) (issue du Clan Douglas), Maison de Wurtemberg, Maison de Choiseul, Famille de La Tour du Pin de La Charce…

Et se sont fondus dans la maison de Chalençon de Polignac.

Titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Armes de la Maison de Goyon
Blason Maison de Goyon.svg Blason originel

D'argent au lion de gueules couronné d'or. (sceau de 1219)[2]

Blason Famille de Matignon.svg Blason de la Famille de Matignon

D'or à deux fasces nouées de gueules, accompagnées de neuf merlettes de même en orle, 4. 2. 3; qui est Matignon. (sceau de 1289)

Blason Maison de Goyon (1448).svg Blason de la Maison de Goyon

Écartelé ; aux I et IV d'argent au lion de gueules couronné d'or (Goyon) ; aux II et III d'or à deux fasces nouées de gueules, accompagnées de neuf merlettes de même en orle, 4. 2. 3 qui est Matignon. (sceau de 1448)

Blason Etienne Gouyon, Maréchal de Bretagne.svg Blason de Etienne Gouyon, chevalier, seigneur de Launay-Boquien, amiral de Bretagne, maréchal de Bretagne,

Écartelé ; aux I et IV d'argent au lion de gueules couronné d'or (Goyon) ; aux II et III d'or à deux fasces nouées de gueules, accompagnées de neuf merlettes de même en orle, 4. 2. 3 qui est Matignon.[3] (sceau de 1448)

Blason Maison de Goyon-la Moussaye.svg Blason de la branche de Goyon-La Moussaye,

Ecartelé ; aux I et IV d'argent au lion de gueules couronné d'or (Goyon) ; aux II et III d'or à deux fasces nouées de gueules, accompagnées de neuf merlettes de même en orle, 4. 2. 3 qui est Matignon. (sceau de 1448)

Heraldique couronne comte français.svg
Blason Maison de Goyon.svg
Charles de Goyon (1564-1648), comte de Thorigny, chevalier du Saint-Esprit (2 janvier 1599),

D'argent au lion de gueules couronné d'or.[4]

Blason Charles de Goyon, prince de Mortagne.svg Le même, créé prince de Mortagne, depuis son mariage avec Léonore d'Orléans de Longueville.

Ecartelé : aux 1 et 4 d'argent au lion couronné de gueules, (Goyon) ; aux 2 et 3 d'azur à trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent en chef et à la barre de gueules brochant, (Orléans-Longueville).[2]

Heraldique couronne comte français.svg
Blason Charles Auguste Goyon, comte de de Gacé.svg
Charles Auguste Goyon, comte de Matignon et de Gacé :

Écartelé : aux 1 et 4 d'argent au lion de gueules, armé lampassé et couronné d'or (Goyon) ; aux 2 d'azur à trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent en chef et bâton d'argent brochant (Orléans-Longueville) ; au 3, d'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton de gueules brochant (Bourbon).[4]

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason Charles Auguste Goyon, comte de de Gacé.svg
Léonor Ier Goyon de Matignon (1604-1680), évêque de Lisieux, commandeur du Saint-Esprit (31 décembre 1661),

Écartelé : aux 1 et 4 d'argent au lion de gueules, armé lampassé et couronné d'or (Goyon) ; aux 2 d'azur à trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent en chef et bâton d'argent brochant (Orléans-Longueville) ; au 3, d'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton de gueules brochant (Bourbon).[4]

French heraldic crowns - marquis v2.svg
Blason Charles Auguste Goyon, comte de de Gacé.svg
François Goyon de Matignon (1607-1675), comte de Thorigny et de Gacé, marquis de Lonrai, chevalier du Saint-Esprit (31 décembre 1661),

Écartelé : aux 1 et 4 d'argent au lion de gueules, armé lampassé et couronné d'or (Goyon) ; aux 2 d'azur à trois fleurs de lys d'or, au lambel d'argent en chef et bâton d'argent brochant (Orléans-Longueville) ; au 3, d'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton de gueules brochant (Bourbon).[4]

Great coat of arms of the house of Grimaldi.svg Jacques François Léonor de Goyon de Matignon, prince de Monaco sous le nom de Jacques Ier, depuis son mariage avec Louise-Hippolyte Grimaldi.

Fuselé d'argent et de gueules.

Devises[modifier | modifier le code]

  • Honour à Goyon, Liesse à Matignon

Membres illustres de la famille[modifier | modifier le code]

Les ecclésiastiques[modifier | modifier le code]

Les militaires[modifier | modifier le code]

Les politiques[modifier | modifier le code]

Galerie de portraits[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Châteaux, seigneuries, terres[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Terres[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X) ;
  • Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique : ou le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane qui contient en abrégé l'histoire fabuleuse des Dieux et des Héros de l'Antiquité Payenne, les vies et les actions remarquables des Patriarches [...], l'établissement et le progrès des Ordres Religieux et Militaires et la vie de leurs Fondateurs, les généalogies [...], la description des Empires Royaumes [...], l'histoire des conciles généraux et particuliers sous le nom des lieux où ils ont été tenus [...],, vol. 5, Chez Jean Brandmuller,‎ 1732 (lire en ligne) ;

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.infobretagne.com/matignon.htm
  2. a et b Base de données du Musée Dobrée sur www.loire-atlantique.fr
  3. Michel Pastoureau, Le Rôle d'armes du second traité de Guérande (1381), Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1976 - n°15.
  4. a, b, c et d Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]