Maison de Durfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille de Durfort (homonymie) et Durfort.
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Durfort.
Maison de Durfort
Armes de la famille.
Armes de la famille :
Blasonnement D'argent à la bande d'azur
Période XIe siècle- XXIe siècle
Famille subsistante

La maison de Durfort est une famille aristocratique de Guyenne, tirant son nom de Durfort-Lacapelette près de Lauzerte (Tarn-et-Garonne).

Branches[modifier | modifier le code]

Les principales branches sont celles de Duras et de Lorges.

Branche de Clermont-Dessous[modifier | modifier le code]

Cette branche, dont sont issues toutes les autres, commence avec :

  • Raymond de Durfort, seigneur de Clermont-Soubeyran (47), fils de Bernard de Durfort, seigneur de Belvèze, marié vers 1030 avec la fille de Guilhem Arnal de Gabarret.

Branche de Malause[modifier | modifier le code]

Branche de Boissières[modifier | modifier le code]

Cette branche, qui continue celle des seigneurs de Clermont-Soubeyran, commence avec :

  • Raymond-Bernard II de Durfort, seigneur de Boissières, fils de Raymond-Bernard de Durfort, seigneur de Clermont-Dessus, et de Delphine de Bérail, dame de Boissières (46). Il épouse en 1356 Sibylle d'Astarac.

Branche de Duras[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille de Duras.

Cette branche commence avec :

1re Branche de Lorges[modifier | modifier le code]

Cette branche commence avec :

Le titre de duc de Lorges s'éteint avec ce dernier en 1773. Il fut recréé en 1774 pour la branche de Durfort de Civrac. Il est encore porté aujourd'hui.

Cette branche s'est alliée aux :

Maisons de Frémont d'Auneuil, de Saint-Simon, de Caumont-Lauzun, Chamillart de La Suze, de Mesmes, Butault de Marsan, de Choiseul, de Poitiers de Rye, de La Trémoille, etc…[2]

Branche de Civrac[modifier | modifier le code]

Cette famille commence avec Jean de Durfort (1488-1535), baron de Civrac, fils de Jean de Durfort, seigneur de Duras, maire de Bordeaux, et de Jeanne Angevin. Il épouse en 1524 Louise de Castelbajac.

On trouve depuis :

2e Branche de Lorges[modifier | modifier le code]

Cette branche s'est alliée aux :

Maisons de Castelbajac, de Castelnau-en-Chalosse, d'Aydie, de Lannes, de La Rochefoucauld-Montendre, de Pons-Bourg-Charente, de l'Isle, de Courtenay, de Calvimont, Jaubert de Barrault, Acarie du Bourdet, Fouquet de Belle-Isle, de Génissac, de Mélac, de Carles, de Grammont, en Franche-Comté, de La Faurie, de Lescure, etc…[2]

Autres branches[modifier | modifier le code]

Branches non rattachées[modifier | modifier le code]

Branche de Soursac[modifier | modifier le code]

Famille originaire du château de Durfort, à Soursac connue depuis:

  • Antoine de Durfort, seigneur de Soursac, juge de la châtellenie de Turenne, marié avec Béraude de Malrieu.

Branche de Deyme[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Image Blasonnement
Blason Maison Durfort de Duras.svg Armes antiques de la famille

D'argent à la bande d'azur[4].

Blason à dessiner.svg Gailhard II de Durfort

Parti, au I une bande, au II un lion[5].

Blason à dessiner.svg Jean de Durfort (vers 1450 - 1520)

Coupé, en chef un lion, et en pointe une bande[5]. C'est donc postérieurement à l'année 1514 que la branche de Duras porte les mêmes armoiries en écartelures[5].

Blason Maison Durfort de Duras (écartelé).svg Famille de Duras

Écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à la bande d'azur ; aux 2 et 3 de gueules, au lion d'argent ; au lambel de gueules brochant sur les deux premiers cantons[6],[4],[7].

Cette branche ne porte le lambel que depuis 1775, époque à laquelle elle est devenue seconde branche de Lorges. Avant cette époque, elle portait, comme la branche de Duras, sans brisure[6].

Blason Maison Durfort de Lorges.svg Branche de Lorges

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (Durfort); aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne), au lambel de gueules en chef, brochant sur les deux premiers quartiers[4],[8].

Branche de Civrac

Écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à la bande d'azur ; aux 2 et 3 de gueules, au lion d'argent ; au lambel de gueules brochant sur les deux premiers cantons[6],[4],[7].

Cette branche ne porte le lambel que depuis 1775, époque à laquelle elle est devenue seconde branche de Lorges. Avant cette époque, elle portait, comme la branche de Duras, sans brisure[6].

Ecu-Durfort-Léobard.svg Branche de Léobard

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Roglo 2012.
  2. a et b Courcelles 1827, p. 303.
  3. a et b Courcelles 1827, p. 298.
  4. a, b, c, d et e Rietstap 1884.
  5. a, b et c Courcelles 1827, p. 295.
  6. a, b, c et d Courcelles 1827, p. 297.
  7. a et b Velde 2005, p. Lay peers.
  8. Popoff 1996, p. 89.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir