Maison de Bauffremont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison de Bauffremont
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Bauffremont
Blasonnement « Vairé d'or et de gueules »
Devise « Dieu aide au premier Chrétien »
Branches branche aînée, Bauffremont-Sennecey, Bauffremont-Scey
Période XIe siècle-
Pays ou province d’origine Beaufremont, à onze kilomètres de Neufchâteau (Vosges)
Allégeance Saint-Empire romain germanique Saint-Empire
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Baronie de Bauffremont
Principauté de Listenois
Duché de Pont-de-Vaux
Marquisat de Marnay
Demeures Château de Bauffremont
Charges Grand chambellan de Bourgogne
Fonction(s) militaire(s) Maréchal de Bourgogne
Vice-amiral du Ponant
Fonction(s) ecclésiastique(s) Abbés de Luxeuil
Récompense(s) civile(s) chevalier de la Toison d’Or
Ordre du Saint-Esprit

La famille de Bauffremont, qui compta deux chevaliers du Saint-Esprit et quatre de la Toison d'or, est une ancienne et illustre famille noble originaire de Haute-Lorraine.

Origines[modifier | modifier le code]

Une légende attribue l'origine du nom de cette maison à Bowermund, chef des Burgondes qui, après s'être fait baptiser et avoir pris comme devise « Dieu aide au premier Chrétien », prit part en 427 à la défaite des Huns. Par la suite, celui-ci aurait fondé une place forte sur une colline des Vosges à laquelle ses fils auraient donné son nom. Beaufremont, situé à onze kilomètres de Neufchâteau, est aujourd'hui un village appartenant au département des Vosges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semble qu'en 1030 – époque où vivait Eudes (ou Odon de Bauffremont) –, le château existe déjà avec un certain rayonnement. Sur leur demande, ses seigneurs y jouirent pendant un temps de certains droits régaliens par autorisation de leurs suzerains (chartes des empereurs Henri II, Frédéric Barberousse, etc.). Certains avancent même que les seigneurs de Bauffremont, d'ancienne chevalerie, auraient été assez puissants au XIIIe siècle pour déclarer la guerre aux ducs de Lorraine, mais cela semble trop peu probable.

En 1285, Perrart ou Pierre de Bauffremont, appelé aussi de Removille, (cité avec Jean de Rosières-aux-Salines) est présent au Tournoi de Chauvency, près de Montmédy, héros de 2 joutes et remarqué dans la mêlée du tournoi par Jacques Bretel qui raconte ses exploits et décrit ses armoiries.

Château[modifier | modifier le code]

Ruines du château de Beaufremont au début du XXe siècle.

Bauffremont était autrefois défendu par un château entouré de fossés profonds et flanqué de tours dont les murs avaient quatre à cinq mètres d'épaisseur. La demeure féodale, située entre Neufchâteau et Domrémy-la-Pucelle d'une part, Contrexéville et Vittel d'autre part, avait été élevée en un lieu stratégique : sur une imposante colline dominant l'immense panorama du pays entre Meuse et Moselle.

Généalogie[modifier | modifier le code]

« Les Bauffremont, les bons barons »

Longtemps, la maison de Bauffremont releva du Saint-Empire romain germanique et des ducs de Bourgogne. La filiation prouvée débute en 1202. Au XIIIe siècle, cette maison se divisa en deux branches.

La branche aînée s'éteignit en 1415 lors de la bataille d'Azincourt, épisode sanglant au cours duquel père et fils périrent ensemble dans le parti français. La branche aînée continua dans la maison de Valangin, issue de celle de Neuchâtel, quant à la branche cadette, établie en Bourgogne, elle prospéra et acquit successivement la principauté – devenue marquisat – de Listenois, le duché de Pont-de-Vaux et le marquisat de Marnay ; elle hérita des possessions des Gorrevod et des Courtenay.

Première branche[modifier | modifier le code]

  • Odon de Bauffremont, sire de Bauffremont, né en 1035 et décédé en 1092.
  • Hugues I de Bauffremont, comte palatin, né en 1060 et décédé en 1106. Il eut pour enfants Henri, Imier, Élisabeth et Liébaut I qui suit.
  • Liébaut I, baron de Bauffremont, né en 1085 et décédé en 1140. Il épousa Jeanne d'Aspremont, fille de Guy, née en 1090. Il eut pour enfants Odon (abbé de Morimont), Biliharde (mariée avec Vencel de Chatenois), Rohilde et Liébaut II qui suit.
  • Liébaut II, baron de Bauffremont, né en 1110 et décédé en 1165. Il épousa Pétronille de Dagsbourg, née en 1120. Il eut pour enfants Pierre (décédé en 1181), Wihard, Marguerite (mariée avec Liébaud de Gerbéviller), Marie (mariée avec Jean de Besange) et Hugues II qui suit.
  • Hugues II, baron de Bauffremont, né en 1140 et décédé en 1196. Croisé en 1190. Il épousa Hadwide de Brixey Bourlémont, née en 1150 et décédée en 1190. Il eut pour enfants Hugues (décédé après 1199), Huart (décédé avant 1197), Milon (décédé en 1198), Simon (décédé avant 1189), Hersende (mariée avec Philippe de Tilleux puis avec Simon de Paroye), Agnès, Hadwide (mariée avec Thierry de Louvigny) et Liébaut III qui suit.
  • Liébaut III, baron de Bauffremont, né en 1175 et décédé en 1230. Croisé en 1190. Il épousa Melvide de Vaudémont, née en 1150, fille de Gérard et de Gertrude de Joinville. Il eut pour enfants Isabelle (mariée avec Régnier II d’Aigremont), Pierre I qui suit, Huard I de Bauffremont-Bulgnéville, Hugues de Bauffremont-Couches, Jean de Bauffremont-Removille et Gaucher (né après 1203).
  • Pierre I, baron de Bauffremont, né en 1202 et décédé en 1255. Il épousa Agnès de Vergy, née en 1215, fille de Guillaume Ier de Vergy et de Clémence de Fouvent. Il eut pour enfants Yolande (mariée avec Guillaume de Marigny), Héloïse, Liébaut IV qui suit, Pierre (né après 1235), Liébaut de Bauffremont-Landaville (marié avec Ne de Savigny).
  • Liébaut IV, baron de Bauffremont, né en 1235 et décédé en 1302. Maréchal de Bourgogne. Il épousa en 1260 Adeline d’Epinal Ruppes, née en 1240 et décédée en 1275, fille de Gautier. Il eut pour enfants Héloïse (mariée avec Jean d’Oiselet), Agnès (mariée avec Jean II de Poligny), Vautier qui suit, Pierre (né vers 1266), Jean (né vers 1267 et marié avec Clémence de Haucourt), Huard I de Bauffremont-Ruppes et Othon (né après 1268, décédé avant 1320 et marié avec Jeanne, fille de Raald de Scey).
  • Vautier, baron de Bauffremont, né vers 1265 et décédé en 1335. Il épousa Marguerite de Choiseul, dame de Scey. Il eut pour enfants Pierre, Laure (mariée avec Henri du Chatelet), Marguerite, Cunégonde (mariée avec Simon de Joinville), Agniel (mariée avec Rolet de Mons), Simon, Catherine (née en 1295, mariée avec Ferry III de Ludres), Liébaut V qui suit et Huard de Bauffremont Scey.
  • Liébaut V, baron de Bauffremont, né vers 1300 et décédé en 1378. Il épousa en premières noces (en 1320) Béatrice de Vauvry puis en secondes noces (après 1323) Isabelle de Brixey-Bourlémont. Il eut pour enfants Philibert qui suit, Jean (né après 1322 et décédé en 1381, marié avec Alix de Fontenoy dont une fille Marie née vers 1350 mariée à Jean II de Bouzey. Cette branche a de nombreux descendants encore aujourd'hui), Marguerite (née avant 1330, mariée avec Godemard du Fay, mariée avec Henri de Vienne).
  • Philibert de Bauffremont, né vers 1340 et décédé le 25 octobre 1415 avec son fils à Azincourt. Chambellan de Bourgogne. Il épousa en 1375 Agnès de Jonvelle, née en 1345 et décédée en 1408, dame de Charny, fille de Philippe et de Guillemette de Charny. Il épousa après 1408 Catherine de Ludres. Il eut pour enfants Guillemette (mariée avec Pierre II de Bauffremont-Ruppes), Jean (né après 1375 et décédé le 25 octobre 1415 à Azincourt, marié avec Marguerite de Charny), Isabelle (née après 1375, mariée avec Richard d’Oiselet), Pierre (né après 1376, chevalier de Saint Jean de Jérusalem), Marie (née en 1378, mariée avec Jacques de Vienne-Ruffey, fils de Guy et de Marie de Thoire-Villars) et Jeanne (née en 1380 et décédée en 1436, mariée en 1407 avec Guillaume II de Neuchâtel-Valangin, par ce mariage la seigneurie de Bauffremont passait dans la maison de Valangin, issue de celle de Neuchâtel).

Rameau de Sennecey[modifier | modifier le code]

Issu de la branche aînée (Voir : Château de Sennecey-le-Grand et Liste des seigneurs de Sennecey)

  • Pierre Ier de Bauffremont-Sennecey, (? - 16 mai 1505), baron de Sennecey et de Hauterive, chevalier de l'Ordre de la Toison d'or. Il épouse en premières noces sa cousine Anne de Bauffremont, dame de Bourbonne, en secondes noces il épouse Catherine de Dammartin, dame de Bellefonds, et en troisièmes noces il épouse Colette, fille de Jean Raulin seigneur de Beauchamp. De ces unions il a Françoise (issue du premier mariage, elle épouse en 1480 Bertrand de Livron), Geneviève (issue du premier mariage, elle épouse N... de Montmartin), Agnès (issue du premier mariage, elle épouse Marc de Toulongeon de qui elle a une fille qui épousera Claude de la Baume), Marguerite (issue du premier mariage, religieuse), Pierre II (issu du second mariage), Jeanne (issue du second mariage, elle épouse Jean de Lugny)[2].
  • Pierre II de Bauffremont-Sennecey, (? - 1525), baron de Sennecey, seigneur de Soye. Il épouse Charlotte, fille de Jean d'Amboise et de Catherine de Saint-Belin, de qui il a Claude (? - Lyon 1540), Constance, dame de Janlis (elle épouse Claude de Tenarre), Françoise (elle épouse Edme de Malain), Catherine (abbesse de Sainte-Catherine d'Avignon puis de Tarascon et pour finir de Saint-Menoux en Bourbonnais), Anne (abbesse de Tarascon), Nicolas[3].
  • Claude de Bauffremont-Sennecey, né en 1542 et décédé en 1596, baron de Sennecey, bailli de Chalon, gouverneur d'Auxonne, président de la noblesse aux États généraux de Blois en 1588, époux de Marie de Brichanteau, ardent catholique et ligueur exalté il fut ambassadeur de la Ligue à Rome en 1594. Henri IV récompensant son retour à la cause royale, le fit lieutenant-général au gouvernement de Bourgogne (). C'est au château d'Auxonne qu'il mourut le [5]. Il épousa Marie de Brichanteau dont il eut Henri qui suit.
  • Charles-Roger de Bauffremont-Sennecey, (? - 18 mars 1641), marquis de Sennecey, gouverneur d'Auxonne et de Mâcon, décédé sans alliance c'est son frère Louis qui hérite de ses biens[6].
  • Louis de Bauffremont-Sennecey, (? - 6 juillet 1641), comte de Randan, marquis de Sennecey, décédé sans alliance c'est sa sœur Marie-Claire qui recueille sa succession[7].

Branche de Scey-sur-Saône[modifier | modifier le code]

  • Huard de Bauffremont, né en 1330 et décédé en 1380, seigneur de Scey et Ligneville, fils de Vautier, baron de Bauffremont (1278-1335) et de Marguerite de Choiseul. Il épousa Anne de Ville (décédée après 1360) puis, après 1360, Marie de Saint Loup. Il eut pour enfants Érard, Pierre (chevalier de Rhodes, grand prieur de France), Liébaud (marié avec Jeanne de Neufchatel, décédé en 1383), Vautier (marié avec Jeanne de Berwart, seigneur de Ville et Fontoy), Agnès (mariée avec Robert Morlet), Henri qui suit, Philibert (né après 1361 et décédé en 1397) et Anne (née après 1361, mariée avec Hugues Le Borgne de Saulx).
  • Henri de Bauffremont, baron de Scey, né en 1360. Chambellan du duc de Bourgogne. Il épousa en 1383 Jeanne de Vergy, née en 1360, décédée en 1410, dame de Mirebeau et Charny, fille de Guillaume et d'Agnès de Jonvelle. Il eut pour enfants Jeanne (mariée avec Thomas de Perrigny puis Jean de Chandio), Marie, Guillaume I qui suit, Pierre de Bauffremont, Jean (seigneur de Mirebeau, né après 1400, marié avec Marguerite de Chalon Orange, décédé en 1462) et Érard (né après 1401).
  • Guillaume I de Bauffremont, baron de Scey, décédé en 1474. Il épousa en 1435 Jeanne de Villersexel, décédée en 1460, dame de Sombernon, fille de Guillaume et de Catherine de Bourgogne-Sombernon. Il eut pour enfants Charles qui suit, Pierre (né après 1440, marié en 1480 avec Charlotte de Mauvilly, décédé en 1504), Antoine (né après 1440), Pierre (né après 1440, marié en 1476 avec Catherine de La Palu, décédé en 1489 à Rhodes), Guillaume (né après 1440, marié avec Bonne de Saint Julien), Claudine (née après 1440) et Marguerite (née après 1440).
  • Charles de Bauffremont, baron de Scey, né en 1440 et décédé le 7 avril 1513, seigneur de Sombernon, Clervaux, Malain, Grosbois, La Rochette, Remilly, Chatel-de-Joux, etc. Il porta le dais pour l'entrée de Charles le Téméraire à Dijon le 23 janvier 1474. Chevalier de Saint Georges en 1505. Il épousa en 1479 Antoinette Pot, fille de Jacques et de Marguerite de Courtejambles, puis, en 1503, Charlotte de Longwy, née en 1480, fille de Philippe et de Jeanne de Bauffremont-Charny. Il eut pour enfant Claude qui suit.
  • Claude de Bauffremont, baron de Scey, né en 1506 et décédé en 1536. Il épousa en 1527 Jeanne de Vienne-Listenois, née en 1500, dame de Listenois, fille de François et de Bénigne de Grandson. Il eut pour enfants Claudine (mariée en 1546 avec François de Pérusse, comte des Cars, décédée en 1595), Antoine (né en 1529), Bénigne (née en 1530), Antoine qui suit, Claude (né en 1532 et décédé en 1593) et Jean (né en 1533, marié en 1559 avec Anne de Poupet, marié en 1564 avec Béatrix de Pontailler, décédé en 1606).
  • Antoine de Bauffremont, marquis d'Arc-en-Barrois, chevalier du Saint-Esprit, né en 1531 et décédé en 1606. Il épousa en 1553 Anne de Clermont d'Amboise. Sans postérité masculine.
  • Guillaume II de Bauffremont, neveu du précédent, baron de Scey et de Sombernon, né en 1566 et décédé en 1599. Il épousa en 1588 Claudine de Villelume, marquise de Meximeux, vicomtesse de Marigny, née en 1560 et décédée en 1628. Il eut pour enfant Claude qui suit.
  • Claude de Bauffremont, marquis de Meximeux, né en 1590 et décédé en 1660. Il épousa Marguerite de Poligny. Il eut pour enfants : Claude François, Béatrice et Charles Louis qui suit.
  • Charles Louis de Bauffremont, marquis de Listenois et Meximeux, né en 1614 et décédé en 1682. Il épousa Marie Louise de Bauffremont, marquise de Listenois, sa tante. Il eut pour enfants Ferdinand (marquis de Listenois), Claude (grand bailli d'Aval), Claude Thérèse, Dorothée, Desle, Jean Baptiste (abbé de Luxeuil), Pierre qui suit et Charles Emmanuel (abbé de Luxeuil).
  • Pierre de Bauffremont, né en 1662 et décédé en 1685. Il épousa en 1681 Marie des Barres, marquise de Mirebeau. Il eut pour enfants : Jacques Antoine (marquis de Listenois) et Louis Bénigne qui suit.
  • Louis Bénigne de Bauffremont, né en 1685 et décédé en 1755, chevalier de la Toison d'or (Esp.) en 1711 et chevalier de Saint Louis en 1715. Il hérita de Philippe-Eugène de Gorrevod en 1686, duc de Pont-de-Vaux, lieutenant général des armées, maréchal de camp. Marquis de Bauffremont, de Listenois, de Clairvaux, de Marnay, vicomte de Marigny, seigneur de Mirebeau. Il épousa le 5 mars 1712 Hélène de Courtenay dernière descendante de la maison capétienne de Courtenay après la mort de son frère. Comme le constate Saint-Simon, « cette Maison de Courtenay s'est éteinte, vraiment et légitimement de la Maison royale, sans avoir pu jamais être reconnue quoiqu'elle n'en doutât pas, ni le feu Roi non plus. » Il eut pour enfants Louis qui suit, Charles Roger, Joseph qui suit (après son frère) et Pierre.
  • Louis de Bauffremont, marquis puis prince de Bauffremont et du Saint-Empire, né en 1712 et décédé en 1769. Il épousa en 1735 Marie France de Tenarre, duchesse d'Atri. Il eut pour enfant Louise Bénigne.
  • Joseph de Bauffremont, né en 1714 et décédé en 1781, vice-amiral. Il épousa en 1762 Louise Bénigne de Bauffremont, sa nièce. Il eut pour enfants Joseph Henri, Alexandre qui suit, Hélène, Adélaïde et Hortense.
  • Gontran de Bauffremont, né en 1822 et décédé en 1897, cousin germain du précédent (fils de Théodore frère d'Alphonse et de Laurence de Montmorency), duc de Bauffremont, prince de Bauffremont et du Saint-Empire, prince de Carency. Grand Croix de l'ordre Charles III d'Espagne. Il épousa en 1842 Noémie d'Aubusson de La Feuillade, née en 1826 et décédée en 1904, fille d'Augustin Pierre, comte de La Feuillade, et de Blanche Rouillé du Coudray.
  • Eugène de Bauffremont, fils du précédent, né en 1843 et décédé en 1917, duc de Bauffremont, prince de Bauffremont et du Saint-Empire, prince de Carency, duc d'Atrisco. Grand Croix de l'ordre d'Isabelle la Catholique, Grand Croix de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare. Grand ami de la littérature mauricienne au début du XXe siècle, publie (ou son fils ?) dans la capitale française un hommage à Léoville L'Homme, poète de l'île Maurice. Les lettres françaises à l'île Maurice, paraissent aux éditions de la Pensée française à Paris, avec une préface du prince de Bauffremont, futur biographe de Léoville L'Homme. Il épousa en 1865 Maria Cristina Osorio de Moscoso de Bourbon, née en 1850 et décédée en 1904, Duquesa de Atrisco, dixième Marquesa de Leganes, Marquesa de Morata de la Vega, Grande d'Espagne de 1re classe, fille de Jose Maria Osorio de Moscoso, conde de Trastamara, marques de Astorga, seizième comte de Altamira, seizième Duque de Maqueda, sixième Duque de Montemar, huitième Duque de Atrisco, dix-huitième Marques de Astorga, seizième conde de Altamira, quinzième Conde de Cabra, chevalier de la Toison d'or et de Luisa Teresa de Bourbon, Infante d'Espagne.
  • Théodore Pierre d'Alcantara de Bauffremont, fils du précédent, né en 1879 et décédé en 1945, duc de Bauffremont, prince de Bauffremont et du Saint-Empire, prince de Carency, Grand d'Espagne de 1re classe, duque de Atrisco, marques de Leganes... Il épousa en 1907 Thérèse Chevrier. Il reçut en 1940 la Grand-croix de Justice de l'Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem.

Les ducs de Bauffremont[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des ducs de Bauffremont.

Bauffremont Dragons[modifier | modifier le code]

Créé en 1673, Bauffremont Dragons — « le plus ancien régiment de gentilshommes » d'après les mémoires du marquis de Dangeau — fut commandé pendant un siècle — jusqu'en 1773 — par des officiers appartenant à la maison de Bauffremont — sauf entre 1685 et 1699 où furent successivement colonels Jean Ferdinand, comte de Grammont (le 30 août 1685), puis le chevalier de Malte Jean du Mas, vicomte de Payzac, frère cadet du marquis de Payzac (le 3 janvier 1696). Bauffremont Dragons devint ensuite Lorraine Dragons, puis 9e régiment de dragons (unité dissoute vers 1945).

Titres et possessions[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries Baufremont moderne.svg

Les premières armoiries de la famille de Bauffremont avaient pour définition héraldique : « Vairé d'or et de gueules ». Puis, au fil des siècles et des alliances, celles-ci se compliquèrent par association avec d'autre écus pour devenir :

  • écartelé : au I et IV contre-écartelé
  • au 1 vairé d'or et de gueules (Bauffremont)
  • au 2 de gueules à l'aigle d'or (Vienne), chargé sur son estomac d'un écusson de sable à trois têtes de léopard d'argent (Listenois)
  • au 3 d'azur à 10 besants d'argent (Villelume)
  • au 4 d'azur au chevron d'or (Gorrevod),
  • au II et III contre écartelé
  • au 1 et 4 d'azur à 3 fleurs de lis à la bordure engrelée de gueules (Courtenay moderne)
  • au 2 et 3 d'or à 3 tourteaux de gueules (Courtenay ancien)
Figure Autres membres de la famille et blasonnement
Blason Huart de Beauffremont.svg Huart de Bauffremont, présent au Tournoi de Chauvency,

Vairé d'or et de gueules à la cotice de sable.

Blason Pierre de Beauffremont.svg Pierre de Bauffremont, présent au Tournoi de Chauvency,

Vairé d'or et de gueules à la cotice d'azur.

Blason Antoine de Bauffremont (1531-1606).svg Antoine de Bauffremont (1531-1605), Marquis de Listenois et d'Arc, Duc de Bauffremont, Seigneur et Baron de Sombernon, de Malain, de Rémilly, du Trembloy, de Moté, de Chancey...Chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1585)[8],

Écartelé: aux 1 et 4, vairé d'or et de gueules (Bauffremont) ; aux 2 et 3, de gueules, à l'aigle d'or (Vienne). Sur le tout de sable à trois têtes de léopard d'argent (Aycelin-Listenois). Bourlet d'or et de gueules[9].

Devise[modifier | modifier le code]

« Dieu ayde au premier chrestien »

Cri[modifier | modifier le code]

« Plus deuil que joye »

En 1285, lors du tournoi de Chauvency, Perrart de Bauffremont crie simplement « Bauffremont ! ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Familles subsistantes de la noblesse française

Notes et références[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Maison de Bauffremont » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

  1. Histoire de Sennecey, de ses seigneurs, du canton de Sennecey-le-grand et de ses dix-huit communes, pages 364 à 368
  2. Histoire de Sennecey, de ses seigneurs, du canton de Sennecey-le-grand et de ses dix-huit communes, pages 369 à 373
  3. Histoire de Sennecey, de ses seigneurs, du canton de Sennecey-le-grand et de ses dix-huit communes, pages 373 à 380
  4. Dans : Réfutation sur le prétendu siège soutenu par la ville d'Auxonne, en 1586, par Claude Xavier Girault, C. X. Girault donne cette précision : L'auteur de la Description topographique du Duché de Bourgogne avait écrit, tome III, p. 249 : « Le duc de Guise, en 1586, vint assièger Auxonne que le gouverneur et les habitans ne vouloient point remettre au duc de Mayenne ; il les obligea enfin, le 17 août, après une vigoureuse défense à rendre la place, dont il confia la garde au baron de Sennecey ». Les auteurs de la Biographie universelle, Michaud, 1811, tome III, ont répété que « Le duc de Guise ayant pris Auxonne ce fut à Nicolas de Beauffremont qu'il en confia le gouvernement ». C. X. Girault précise : Ce ne fut point à Nicolas, mais à Claude, son fils, que le gouvernement d'Auxonne fut donné, en 1586 ; Nicolas ne fut jamais gouverneur d'Auxonne, il mourut en sa terre de Sennecey, le 10 février 1582. Les lettres-patentes, du 22 avril 1595, nomment Claude de Beauffremont, baron de Sennecey, comme gouverneur d'Auxonne ; il est le premier de cette maison qui ait eu le commandement de cette place.
  5. a et b Pierre Camp, Guide Illustré d'Auxonne, p. 94.
  6. Histoire de Sennecey, de ses seigneurs, du canton de Sennecey-le-grand et de ses dix-huit communes, pages 479 à 480
  7. Histoire de Sennecey, de ses seigneurs, du canton de Sennecey-le-grand et de ses dix-huit communes, pages 481 à 482
  8. Source : www.heraldique-europeenne.org
  9. Source : Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments