Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis
Localisation
Situation Fleury-Mérogis, Île-de-France
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 38′ 16″ N 2° 22′ 31″ E / 48.6378, 2.3752848° 38′ 16″ Nord 2° 22′ 31″ Est / 48.6378, 2.37528  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis
Installations
Type Maison d'arrêt
Capacité 2 855
Fonctionnement
Opérateur Ministère français de la Justice
Date d'ouverture 1968

La maison d’arrêt de Fleury-Mérogis est une maison d'arrêt française située dans la commune de Fleury-Mérogis, dans le département de l’Essonne et la région Île-de-France. Achevée en 1968, c’est en 2010, le plus grand centre pénitentiaire d’Europe avec 2 855 places[1],[2]. Son directeur en 2014 est Hubert Moreau[3].

Situation[modifier | modifier le code]

La maison d’arrêt est située au numéro 7 de l’avenue des Peupliers sur le territoire de la commune de Fleury-Mérogis, bien que l’adresse postale indiquée par le ministère de la Justice soit Sainte-Geneviève-des-Bois, lieu du bureau postal distributeur[4], au lieu-dit Plessis Le Comte au nord du bois de Saint-Eutrope et à deux kilomètres au sud du grand ensemble de La Grande Borne. Le site est implanté au centre d’un carré formé par quatre axes routiers majeurs du département, l’autoroute A6 à l’est, la route départementale 310 au nord, la route départementale 445 à l’ouest et la route nationale 104 au sud. Il est rattaché administrativement au tribunal de grande instance d’Évry.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1948, Fleury-Mérogis accueillit un centre de réinsertion d’anciens déportés[1].

La décision de construire un centre pénitentiaire de grande capacité fut prise en 1962 par l’administration pénitentiaire[4] dans le but de fermer la prison de la Santé, vétuste et surpeuplée[5]. Entre 1964 et 1968 fut construite la maison d’arrêt pour hommes, l’établissement pour jeunes adultes fut construits en 1967 et la maison d’arrêt pour femmes en 1968[4].

Le 19 février 1982, Johnny Hallyday chanta devant les détenus de la maison d’arrêt. En 1988, ce fut Yannick Noah qui chanta à Fleury-Mérogis, précédant le groupe Kassav' en concert en 1989 dans la prison[6]. La maison d’arrêt a connu des prises d’otages comme en septembre 2008 avec la rétention d’un psychologue[7] et a fait l’objet de blocages par le personnel pénitentiaire gréviste comme en novembre 2010[8]. En 2008, des détenus filmèrent clandestinement leurs conditions de vie à l’intérieur de la prison[9]. En 2009 l’établissement prévu pour 2850 renfermait environ 3500 condamnés[10]. Construite rapidement, en 2010, la grande majorité des bâtiments étaient détériorés par le temps avec des toits-terrasses poreux et des façades décomposées[11]. L’établissement fait ainsi l’objet de rénovation et d’un programme d’élargissement qui conduira en 2014 à ajouter trois cent soixante-neuf places avec la livraison en 2008 de la tripale D2[12], en 2010 de la tripale D3[13], en 2012 de la tripale D1 et en septembre 2013 de la tripale D5. En octobre 2010, l’humoriste Jean-Marie Bigard se produisit en spectacle dans la prison[14].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le complexe pénitentiaire, conçu par les architectes Guillaume Gillet, Pierre Vagne, Jacques Durand et René Bœuf, comporte trois blocs construits sur le même modèle hexagonal, la maison d’arrêt pour hommes majeurs avec des murs d’enceintes de trois cent mètres de long entourant un bâtiment central, le tout étant relié par cinq satellites à quatre niveaux en forme de patte d'oie appelés « tripales ». Chaque tripale construit en coffrage tunnel, accueille entre sept cent et neuf cent détenus selon la configuration. Entre les blocs sud et sud-est se trouve une piste d'athlétisme, entre les blocs sud et sud-ouest un terrain de football et entre les blocs sud-est et nord-est un plateau d’évolution. La maison d’arrêt des femmes, à l’ouest, reprend la forme hexagonale avec des murs d’enceinte de cent mètres et un satellite au centre. Le centre des jeunes détenus, à l’est, est bâti sur le même plan mais inachevé avec seulement trois côtés élevés et un satellite central en forme de H. Les murs d’enceintes en béton armé comportent des ateliers de travail. Dans chaque tripale, une rotonde centrale comporte la loge des gardiens, leur permettant à chaque étage de surveiller les détenus sur le modèle du panoptique développé par Jeremy Bentham[5]. L’établissement a été conçu en utilisant le principe du modulor carcéral, unité de mesure de 2,54 mètres[11].

La majorité des cellules sont prévues pour être individuelles avec une superficie de 11 m², équipées d’un lavabo et de toilettes et de deux lits superposés[5].

Surpopulation[modifier | modifier le code]

Conçue pour 2.748 personnes, la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis héberge 4109 prisonniers en mai 2014[3].

Amiante[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (octobre 2012)
Article connexe : Scandale de l'amiante.

En 1990-91, le syndicat pénitentiaire FO lance une alerte concernant la présence d’amiante dans la prison, par courrier au ministère de la Justice, laquelle est relayée par la direction générale de la santé, qui évoque d’autres cas, dont celui du centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon[15]. Cette alerte n'a guère été suivie d’effets, puisque le sujet revient à l'ordre du jour cinq ans plus tard.

En effet, en août 1995, le Comité antiamiante de Jussieu (CAAJ) et l’Association pour l'étude des risques du travail (Alert) dressent une liste des établissements menacés par l’amiante en France, dans laquelle on trouve Fleury-Mérogis[16]. En novembre 1995, suite à une manifestation de FO contre l’amiante à Fleury-Mérogis[17], Libération écrit :

« L’amiante a été posé à Fleury lors de la construction, en 1969, alors que le matériau était déjà fortement suspecté. Mais l’administration attendra quatre ans avant de commencer la réhabilitation, à un rythme très lent. En treize ans, 10 000 m² seulement ont été supprimés. La direction se réveille en 1995, après des analyses inquiétantes. Elle décide de défloquer 5 000 m2 de plus. (...)
En attendant, l’OIP vient d’adresser un courrier à Philippe Séguin et René Monory (respectivement présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat), pour leur demander d’ouvrir une enquête parlementaire afin de déterminer les responsabilités. Et l’observatoire va demander le dépistage systématique de toutes les personnes ­ surveillants, détenus et « travailleurs civils » ­ qui ont fréquenté le centre depuis son ouverture. Un travail de titan : l’OIP estime à 350 000 le nombre d’individus qui ont transité par Fleury[18]. »

Cette revendication de dépistage était également portée par le syndicat de la magistrature[19]. Un an plus tôt, un surveillant, délégué FO, déclarait à l’hebdomadaire La Vie :

« Les travaux devaient être terminés en 1995, confie Jean-Paul Roman. Or, 10 000 m² sur 40 000 m² ont aujourd’hui été traités. Pourquoi se presser quand on n’a aucune preuve que l’amiante a tué à Fleury ? Et pour cause : aucun suivi sanitaire spécifique n’a été mis en place. Pas de prévention non plus. Alors qu’il est essentiel d’expliquer que l’association amiante-tabac multiplie par soixante le risque d’un cancer[20]. »

Le rapport de l’OPECST (Sénat) d’Henri Revol affirme, en 1997 :

«  Au total, la maison d’arrêt de Fleury-Merogis, bâtiment terminé en 1968, ponctuellement défloquée de 1978 à 1995 (pour 10 000 m²), devrait être totalement défloquée au mois de juillet 1997. Commencés en juillet 1995, les travaux actuels portent sur le centre des jeunes détenus et sur la maison d’arrêt des hommes[21]. »

Le cas de Fleury-Mérogis est cité à nouveau en 2011, par La Montagne, qui l’évoque au sujet du désamiantage de la maison d'arrêt de Moulins-Yzeure : cette fois-ci, FO, plutôt que la fermeture de l’établissement, « préconise la pose d’un carrelage sur les dalles qui limiterait au maximum les impacts sur la vie de l’établissement[22]. »

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Environ 40 % des détenus sont employés dans les ateliers[4] à la confection de pièces industrielles[5].

Détenus célèbres[modifier | modifier le code]

Parmi les détenus, en détention provisoire ou condamnés à des peines plus ou moins longues ou récurrentes :

L’association « Lire c’est vivre »[modifier | modifier le code]

L’association « Lire c’est vivre », de statut loi 1901, a été fondée en 1987 par une équipe de bibliothécaires de la lecture publique de l’Essonne. L’objectif était de structurer la création de bibliothèques et le développement de la lecture dans la maison d’arrêt. Les premières bibliothèques avaient été créées à partir de 1984 par deux bibliothécaires, Geneviève Guilhem (qui a initié la création de la première bibliothèque) et Édith Bargès, dans le cadre du Protocole signé, en 1983 par Robert Badinter, ministre de la Justice, et Jack Lang, ministre de la Culture. Une première convention fut alors signée par le directeur de la maison d’arrêt avec la présidente de l’association, Édith Bargès.

En 2008, l’association comprenait une « bibliothèque centrale » et des bibliothèques dans chaque bâtiment, au nombre total de neuf, construites sur le modèle de petites bibliothèques municipales.

Chaque bibliothèque était gérée quotidiennement par des « auxiliaires bibliothécaires détenus », responsables de l’accueil, du prêt et du rangement. Il existe au total dix bibliothèques (de 60 m2 chacune) sur le site de Fleury-Mérogis : cinq chez les hommes, deux chez les isolés, une chez les femmes, une chez les mineurs et une chez les adultes du Centre des jeunes détenus. Les bibliothèques sont dotées de cinq mille livres en prêt et d’une trentaine de revues et d’abonnements (trente titres de revues, soit cent trente-quatre abonnements en 2007). Cette gestion est dirigée par une équipe de bibliothécaires professionnelles bénévoles. Deux salariés assurent le secrétariat. Un directeur coordinateur fut recruté pour assurer l’activité grandissante de l’association.

L’objectif de « Lire c’est vivre » est la gestion des bibliothèques de la prison. Cela comprend le développement dynamique des collections, l’organisation de la fréquentation des bibliothèques, une animation liée à la lecture tout au long de l’année et une formation et un accompagnement quotidien des bibliothécaires détenus. Ceux-ci sont recrutés par l’association en accord avec le personnel pénitentiaire, et rémunérés par l’administration pénitentiaire. Les tâches des détenus bibliothécaires vont du prêt à l’organisation de la bibliothèque (rayonnages), à la tenue des listes des détenus ayant demandé à fréquenter la bibliothèque (public potentiel d’environ quatre mille détenus, 55 % sont inscrits en 2007), au suivi de la fréquentation enfin. De plus, ils accueillent et orientent les lecteurs et veillent au respect des personnes et du lieu. Ils recueillent les demandes spécifiques de livres ou de revues et transmettent ces informations à l’équipe de « Lire c’est vivre ». Enfin, ils ont un rôle d’incitation à la lecture et d’animation au sein de chaque bibliothèque (environ trois mille six cent ouvrages empruntés dans chaque bibliothèque sur un an en 2007).

Dans les années 1990, l’association initia une formation pour les auxiliaires bibliothécaires détenus en partenariat avec le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Celui-ci crée ensuite, sous la direction de Jean-Pierre Chrétien-Goni, une formation qualifiante aboutissant à un diplôme, le Certificat de compétences en médiation culturelle du CNAM, qui implique pour chaque auxi-bibliothécaire de mener son propre projet d’action culturelle au sein de la détention.

Outre l’organisation d’un accès direct aux collections pour l’ensemble des détenus, l’association organise et coordonne des animations culturelles autour du livre : cercles de lecture (un par bibliothèque, une fois par semaine et toute l’année, animés par des bénévoles), ateliers d’écriture et de lecture à voix haute, cercles de philosophie, ateliers de théâtre et de contes, ateliers de bandes dessinées, ateliers de culture scientifique, etc. Des rencontres avec des personnalités du monde de la culture (telles Simone Veil, Peter Brook, Nancy Huston, etc.) sont par ailleurs organisées.

L’association a édité la revue Liralombre[41] entre 1991 et 2002, en coédition avec les éditions Panormitis, avec des écrits des détenus et d’auteurs lus pendant les « cercles de lecture ». Elle édite ensuite, en coédition avec les éditions AAEL de Toulouse, un livre réalisé sous la direction de Geneviève Guilhem, Dans ma cellule j’ai fait le tour du soleil, publié début 2009.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

La prison de Fleury-Mérogis a fait l’objet de plusieurs films documentaires :

  • 1989 : Les Combats du jour et de la nuit à la prison de Fleury-Mérogis de Stéphane Gatti : montre comment Armand Gatti met en scène une pièce de théâtre célébrant le bicentenaire de la Révolution avec les détenus[42]
  • 1993 : Galères de femmes de Jean-Michel Carré[43]
  • 2001 : Dans le secret de la prison de Fleury-Mérogis de Jacques Cotta et Pascal Martin, diffusé sur France 2[44]
  • 2006 : Être mère en prison d’Isabelle Hostalery, diffusé sur France 5
  • 2009 : Prison de Fleury, les images interdites d’Omar Dawson, Karim Bellazaar, Agnès Vahramian (narration) et Sylvie Millet, diffusé sur France 2 (Envoyé spécial du 2 avril 2009, 20h35)[45]


Sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire de Fleury-Mérogis sur le site officiel de la commune. Consulté le 19/12/2010.
  2. Fiche de la prison de Fleury-Mérogis sur le site topic-topos.com Consulté le 19/12/2010.
  3. a et b http://www.liberation.fr/societe/2014/05/06/fleury-merogis-entre-misere-violence-et-folie-l-enfer-des-surveillants_1011445
  4. a, b, c et d Fiche de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 19/12/2010.
  5. a, b, c et d Histoire de la prison de Fleury-Mérogis sur le site archivé de la commune. Consulté le 19/12/2010.
  6. Vidéo du concert de Kassav’ à Fleury-Mérogis sur le site zouklips.com Consulté le 19/12/2010.
  7. Article Prise d’otage de Fleury-Mérogis : le psychologue libéré par le GIGN du 1er septembre 2009 sur le site du Point. Consulté le 19/12/2010.
  8. Article Blocage à la prison de Fleury-Mérogis : les gendarmes mobiles interviennent du 15 novembre 2010 sur le site du quotidien Le Parisien. Consulté le 19/12/2010.
  9. Article La prison de Fleury-Mérogis filmée clandestinement par des détenus du 18 décembre 2008 sur le site du quotidien Le Monde. Consulté le 19/12/2010.
  10. Article Prison de Fleury-Mérogis : des lumières derrière les barreaux sur le site famillechrétienne.fr Consulté le 19/12/2010.
  11. a et b Fiche de la prison de Fleury-Mérogis sur le site prison.eu.org Consulté le 19/12/2010.
  12. Article La rénovation du centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis du 28 octobre 2008 sur le site du Portai du gouvernement. Consulté le 19/12/2010.
  13. Article La rénovation de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis se poursuit sur le site du ministère de la Justice. Consulté le 19/12/2010.
  14. Article Jean-Marie Bigard à Fleury-Mérogis du 4 octobre 2010 sur le site du journal Voici. Consulté le 19/12/2010.
  15. Francis Chateauraynaud et Didier Torny, Les sombres précurseurs, éd. EHESS, 1999, p. 157-159.
  16. L’amiante dépisté dans 150 bâtiments. Devançant l’État, des associations dressent la première liste des sites à risques., Libération, 2 août 1995.
  17. L’amiante inquiète les surveillants de Fleury-Mérogis et reste présent dans au moins dix lycées franciliens, Libération, 21 septembre 1995.
  18. Fleury-Mérogis prisonnier de l’amiante. Une polémique sur l’existence de cas de cancer trouble le centre pénitentiaire, Libération, 3 novembre 1995.
  19. L’administration pénitentiaire pressée d’éliminer l’amiante de Fleury-Mérogis, Libération, 31 octobre 1995.
  20. Des plafonds d’amiante à Fleury-Mérogis..., La Vie, no 2559, 15 septembre 1994.
  21. L’amiante dans l’environnement de l’homme, rapport d’Henri Revol (OPECST, Sénat), 1997
  22. La maison d’arrêt de Moulins-Yzeure pourrait fermer à cause de l’amiante., La Montagne, 4 octobre 2011
  23. Article Madame Claude, l’école des filles sur le site du Figaro. Consulté le 19/12/2010.
  24. Article La « sainte » de Fleury-Mérogis du 22 janvier 2001 sur le site du Point. Consulté le 19/12/2010.
  25. Autobiographie L’Instinct de mort sur fluctuat.net Consulté le 19/12/2010.
  26. Article Michel Fourniret, un tueur jamais inquiété du 25 mars 2008 sur le site de 20 Minutes. Consulté le 19/12/2010.
  27. Article Zouzou, ex-phare des sixties. du 2 janvier 2004 sur le site de Libération. Consulté le 19/12/2010.
  28. Article Qui est donc Christine Deviers-Joncour ? sur le site du magazine Le Point. Consulté le 19/12/2010.
  29. Article Xavier Dugoin s’est constitué prisonnier du 2 juillet 2001 sur le site du Parisien. Consulté le 19/12/2010.
  30. Article Joëlle Aubron est décédée du 15 octobre 2007 sur le site du Figaro. Consulté le 19/12/2010.
  31. Fiche de Thierry Paulin sur la page de l’émission Faites entrer l’accusé sur le site de France 2. Consulté le 19/12/2010.
  32. Article Le roi de l’évasion Pascal Payet demande sa mise en liberté du 23 octobre 2007 sur le site de 20 minutes. Consulté le 19/12/2010.
  33. Article Jean-Pierre Treiber a été réincarcéré à Fleury-Mérogis après 74 jours de cavale du 22 novembre 2009 sur le site d’archives du Monde. Consulté le 19/12/2010.
  34. Article Joey Starr, en cellule, sans codétenu : son "seul privilège" su 8 janvier 2010 sur le site d’information TF1 News. Consulté le 19/12/2010.
  35. Article Antonio Ferrara écroué à Fleury-Mérogis du 16 juillet 2003 sur le site du Point. Consulté le 19/12/2010.
  36. Article Céline Bara de MAL en mieux du 1er juin 2012 sur le site de Libération.
  37. Article Florence Rey, quatre ans après ce soir-là. du 17 septembre 1998 sur le site du quotidien Libération. Consulté le 19/12/2010.
  38. Fiche de Sinik sur le site ados.fr Consulté le 19/12/2010.
  39. « Bruno Sulak, l'aventurier perdu », sur Le Figaro.fr,‎ 14/08/2008
  40. http://www.bfmtv.com/societe/jerome-kerviel-transfere-une-autre-prison-780031.html
  41. Site de la revue Liralombre
  42. Fiche du film Les Combats du jour et de la nuit à la prison de Fleury-Mérogis sur Evene.fr Consulté le 19/12/2010.
  43. Fiche du film Galères de femmes sur AlloCiné.fr Consulté le 19/12/2010.
  44. Bilan de la société nationale de programme France 2, année 2001 sur le site du CSA Consulté le 19/12/2010.
  45. Fleury, les images interdites sur le site de France 2. Consulté le 19/12/2010.