Maison Eymonaud (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison Eymonaud
La partie de la maison à côté de la tour
La partie de la maison à côté de la tour
Présentation
Période ou style Néo-gothique
Type Immeuble
Architecte Joseph-Charles Guirard de Montarnal
Date de construction 1892 - 1910
Destination initiale Immeuble
Propriétaire Eymonaud
Destination actuelle Immeuble d'habitation
Protection  Inscrit MH (1995)
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Paris
Subdivision administrative 18e arrondissement de Paris
Localité Paris
Localisation
Coordonnées 48° 53′ 09.2″ N 2° 19′ 57.2″ E / 48.885889, 2.33255648° 53′ 09.2″ Nord 2° 19′ 57.2″ Est / 48.885889, 2.332556  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Maison Eymonaud

La maison Eymonaud (ancien hôtel de l'Escalopier) est située au no 7 impasse Marie-Blanche qui s'ouvre sur la rue Constance, à Paris, dans le 18e arrondissement.

Description[modifier | modifier le code]

Maison au style pittoresque néo-gothique qui appartenait à un antiquaire, Ernest Eymonaud, qui y rangeait ses meubles et d'atelier où il faisait des copies de meubles anciens. Sa maison lui servait aussi de lieu d'expostion de ses meubles.

Hôtel de l'Escalopier (1835-1882)[modifier | modifier le code]

On ne connaît pas l'histoire de l'origine de cette maison. Elle contient peut-être des éléments ayant appartenu à l'ancien hôtel de l'Escalopier, construit en 1835, par le comte Marie-Joseph-Charles de l'Escalopier qui était un historien. Il était né le 9 avril 1812 au château de Liancourt. Il s'est livré à sa passion de l'archéologie, collectionneur, il devient membre de la Société des Antiquaires de Picardie puis de la Société des Antiquaires de France. Son hôtel était de style troubadour et dans son jardin il avait fait installer des serres chauffées à la vapeur et une salle de gymnase. Puis il fait détruire ces installations pour y édifier une bibliothèque contenant 5 000 livres et un petit musée d'orfèvrerie médiévale. Pour se livrer à sa passion de l'érudition, il s'était fait nommer conservateur à la bibliothèque de l'Arsenal qui était sous la direction de Charles Nodier. Il a publié en 1843 un ouvrage du moine Théophile, le Schedula diversum artium, traité du XIIe siècle donnant des renseignements sur les arts plastiques du Moyen Âge, dont il a publié le texte latin et la traduction en français enrichie de notes. Cela lui a valu de recevoir la Légion d'honneur. En 1859, il retourne dans sa propriété de Liancourt et lègue ses collections à la ville d'Amiens à sa mort en 1861. Son hôtel parisien est vendu et a été détruit en 1882. Ernest Eymonaud a pu en acheter des sculptures qu'il aurait intégré dans sa maison.

Maison Eymonaud[modifier | modifier le code]

La maison Eymonaud a été construite entre 1892 et 1897 par l'architecte Charles de Montarnal (Joseph-Charles Guirard de Montarnal). En plus de sa décoration néogothique, la maison comprend une tour de deux étages qui en fait un bâtiment original au pied de Montmartre.

La maison a été allongée en 1900 vers l'ouest, puis on lui a ajouté une aile en retour en 1910 avec des éléments en pans de bois. Cette aile servait pour l'atelier "À l'art ancien" d'Ernest Eymonaud.

La maison Eymonaud est inscrite au titre des monuments historiques par l'arrêté du 14 septembre 1995 pour les façades et toitures de tous les bâtiments présents sur la parcelle cadastrale, la parcelle elle-même et plusieurs éléments intérieurs (rez-de-chaussée, premier étage et grand escalier du bâtiment principal)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]