Maisdon-sur-Sèvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maisdon-sur-Sèvre
L'église Saint-Rogatien
L'église Saint-Rogatien
Blason de Maisdon-sur-Sèvre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Aigrefeuille-sur-Maine
Intercommunalité Communauté de communes de la vallée de Clisson
Maire
Mandat
Aymar Rivallin
2014-2020
Code postal 44690
Code commune 44088
Démographie
Gentilé Maisdonnais
Population
municipale
2 722 hab. (2011)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 53″ N 1° 23′ 02″ O / 47.0980555556, -1.38388888889 ()47° 05′ 53″ Nord 1° 23′ 02″ Ouest / 47.0980555556, -1.38388888889 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 63 m
Superficie 17,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maisdon-sur-Sèvre
Liens
Site web http://www.valleedeclisson.fr/

Maisdon-sur-Sèvre est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Maisdon-sur-Sèvre dans le département de la Loire-Atlantique
Situation

Maisdon-sur-Sèvre est situé dans le vignoble nantais, entre la vallée de la Maine et celle de la Sèvre nantaise, à 20 kilomètres au sud-est de Nantes et 8 kilomètres à l'ouest de Clisson.

Les communes limitrophes sont La Haie-Fouassière, Le Pallet, Monnières, Saint-Lumine-de-Clisson, Aigrefeuille-sur-Maine, Château-Thébaud et Saint-Fiacre-sur-Maine.

Géographie physique

Sur le plan géologique, Maisdon-sur-Sèvre se distingue par un terroir à dominante granitique qui donne des muscadets assez tardifs marqués par des accents de pierre à fusil.

Géographie humaine

Malgré le nom de la commune, le bourg de Maisdon[1] est plus proche de la Maine que de la Sèvre.

La commune compte quelques villages, dont le hameau de la Bretonnière avec sa grande place centrale fleurie et son vieux four à pain, le village de la Bigotière et ses maisons nobles, le port du Gué-Joubert sur la Sèvre ou la cale de la Bidière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Maisdon-sur-Sèvre vient de Maisdon, Maesdon, Maedonium (XVe siècle), du latin donium : « hauteur », « butte ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Situé en Sèvre-et-Maine, son territoire a été occupé depuis le Néolithique comme en attestent les vestiges qui y furent retrouvés : presse polie, haches, flèches. On retrouve la trace d'un tumulus de la période gallo-romaine près du hameau « la Bimboire »[2]. Un prieuré, rattaché à l’abbaye de Vertou, est fondé auXIe siècle. Maisdon faisait partie des Marches Bretagne-Poitou.

Période moderne[modifier | modifier le code]

À la Révolution, cette paroisse fut touchée par les guerres de Vendée. En 1791, on constate les premières émeutes suite à l’arrivée d'un curé constitutionnel, chassé par ses paroissiens. Ensuite, le 23 février 1793, avec la levée en masse de trois cent mille hommes décidée par la Convention, Maisdon, comme beaucoup d’autres paroisses de la région ne se soumettent pas au recrutement. Le 10 mars 1793, l’insurrection commence. On peut noter la présence de la « Division de Maisdon » dans l'Armée catholique et royale de Vendée qui était sous le commandement de Lyrot de la Patouillère qui dépendant du Marquis de Bonchamp[2].

Après la période révolutionnaire et la guerre de Vendée, l'église et 200 maisons y sont incendiées en 1794 par les colonnes infernales. De nombreuses victimes civiles sont à déplorer.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre est encore le théâtre de plusieurs tentatives de soulèvement royaliste : ce fut le cas en 1815 à l'initiative des Britanniques, puis en 1828 et 1832 avec la duchesse de Berry, mère de l'héritier du trône. Ses espoirs de mobiliser l'Ouest pour renverser Louis-Philippe avortent et lui valent d'être arrêtée à Nantes.

Au XIXe siècle vient le temps de la reconstruction. L'église est réparée, le bourg se reconstruit petit à petit. une mairie et une école sont construites en 1851-52. À la fin de ce siècle, le phylloxera anéanti le vignoble[2]. c'est une époque difficile pour cette commune où l'activité viticole prédomine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à une jumelle ondée accompagnée en chef d'une moucheture d'hermine et en pointe d'une grappe de raisin, le tout d'or.
Commentaires : La jumelle ondée évoque les deux rivières qui bordent la commune : La Sèvre et la Maine. La grappe évoque le vignoble nantais. La moucheture d'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par Aymar Rivallin (délibération municipale du ).

Administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la commune de Maisdon-sur-Sèvre est composé de 23 membres : le maire, 5 adjoints et 17 conseillers municipaux[3].

Les maires de Maisdon-sur-Sêvre[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Aymar Rivallin[Note 1] Divers droite directeur de collège
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Maisdon-sur-Sèvre en 2008[4]
Taxe part communale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 14,44 % 6,96 % 0,00 %N1
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 16,42 % 6,68 % 2,63 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 33,27 % 16,90 % 5,02 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 %N2 8,50 % 2,76 %

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Maisdon-sur-Sèvre est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 722 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 200 1 784 1 987 2 275 2 042 2 101 2 027 2 139 2 236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 132 2 043 2 134 2 059 2 113 2 094 2 044 1 943 1 905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 884 1 875 1 803 1 644 1 458 1 262 1 236 1 243 1 309
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 296 1 284 1 331 1 637 1 985 2 054 2 426 2 479 2 722
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6], pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,8 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,1 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Maisdon-sur-Sèvre en 2009 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,4 
4,2 
75 à 89 ans
6,8 
7,3 
60 à 74 ans
8,7 
22,0 
45 à 59 ans
20,3 
26,2 
30 à 44 ans
23,2 
16,7 
15 à 29 ans
17,4 
23,3 
0 à 14 ans
23,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un parc d'activités[10] : la zone d'activités des Fromenteaux

On trouve à Maisdon-sur-Sèvre une activité viticole avec la production de Muscadet (AOC), le Muscadet-Sèvre-et-Maine.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre dispose d'un bureau de poste, d'une salle municipale, d'un espace-jeunes, d'une bibliothèque municipale « À Livre ouvert » et d'une ADMR (aide à domicile en milieu rural).

Maisdon-sur-Sèvre dispose d'un centre d'accueil de jour pour les malades Alzheimer « le Maillon des âges ».

Un sentier pédestre est accessible sur la commune. Le « Circuit Soif de Nature/Boucle de Pont-Caffino », propose au visiteur de découvrir le site de Pont-Caffino, une ancienne carrière de schiste, les rives de La Maine, des hameaux typiques et le paysage viticole de la commune[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Pour les soins, la commune possède notamment un pôle santé et un médecin. Il y a aussi une pharmacie.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle de sports.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La Paroisse catholique Sainte-Marie-du-Val-de-Sèvre regroupe les communautés de Boussay, Clisson, Gétigné, Gorges, Saint-Hilaire-de-Clisson, Maisdon-sur-Sèvre, Monnières et Saint-Lumine-de-Clisson.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de la Vallée de Clisson gère la collecte de la commune. Il y a une collecte hebdomadaire des ordures ménagères. Une collecte des ordures issues du tri sélectif a lieu toutes les deux semaines.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Maisdon-sur-Sèvre est rattachée à l'académie de Nantes et dispose de deux écoles :

  • l'école publique Jules-Verne ;
  • l'école privée Sainte-Anne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le site de Pont Caffino

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église (XIVe ‑ XIXe siècle)
  • Le presbytère

Demeures et châteaux[modifier | modifier le code]

  • Le manoir des Roussières (XVIe ‑ XVIIe siècle)
  • Porche de l'ancien manoir de la Bretesche (XVe ‑ XVIe siècle)

Autre patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Le site de Pont Caffino, ancienne carrière de schiste situé sur les bords de la Maine entre Château-Thébaud et Maisdon-sur-Sèvre. C'est une base de loisirs qui propose de nombreuses activités.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L’abbé Joseph Courtais (1751 - 1829), prêtre réfractaire
  • Le général Pierre Constant de Suzannet (1772 - 1815), cousin de Henri de La Rochejaquelein, il participe aux guerres de Vendée.
  • Famille Barrin ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]