Mains de la Cause

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article connexe : Translittération baha'ie.

Les Mains de la Cause de Dieu furent un groupe de 50 éminents baha'is, principalement chargés de répandre et de défendre la Foi bahá’íe au niveau mondial. `Abdu'l-Bahá (1844-1921) écrit que :

« Les devoirs des Mains de la Cause sont de répandre au loin les Arômes Divins, d'édifier les âmes des hommes, de faire progresser la culture, d'améliorer le caractère de tous les hommes et d'être, en tout temps et de toutes les manières, sanctifiés et détachés des affaires matérielles. Ils doivent manifester une soumission à Dieu par leur conduite, leurs manières, leurs actes et leurs paroles »

— A Basic Baha'i Dictionary[1]

Ce titre pouvait être décerné par Bahá'u'lláh (1817-1892), le Prophète-Fondateur de la Foi bahá’íe, par son fils aîné et successeur `Abdu'l-Bahá et aussi par le "Gardien de la Cause de Dieu" (Valí Amr'ulláh') Shoghi Effendi (1897-1957)[2]. Il y eut en tout 50 "Mains de la Cause", dont 27 étaient encore vivantes lors du décès du Gardien : 4 nommées par Bahá'u'lláh, 4 nommées par `Abdu'l-Bahá, et 42 nommées par Shoghi Effendi (dont 10 à titre posthume)[3].

Après le décès de Shoghi Effendi, il n'y eut plus de Gardien en chair et en os et il ne fut plus possible d'effectuer de nouvelles nominations. Ce sont donc les "Mains de la Cause" fidèles à l'Alliance de Bahá'u'lláh qui prirent en charge durant 6 ans la direction de la communauté baha’ie entre le décès du Gardien le et la première élection de la Maison universelle de justice le . La dernière "Main de la Cause", le Dr `Alí-Muḥammad Varqá, s'est éteinte le .

Parmi ces 50 "Mains de la Cause", au moins 5 étaient des espérantistes actifs et fervents, qui utilisèrent la langue internationale "Espéranto" pour enseigner la Foi à travers le monde, principalement en Asie, et fonder la première gazette internationale baha'ie intitulée "La Nova Tago" (le Jour Nouveau), qui fut éditée entre 1925 et 1936. Ces personnes étaient :

La rôle des "Mains de la Cause" est actuellement joué au sein de la communauté baha'ie par les "Conseillers", qui forment les institutions du "Corps des Conseillers Continentaux" et du "Centre d'Enseignement International", secondés dans chaque pays par des auxiliaires "Vice-Conseillers", qui nomment à leur tour localement des "Assistants".

Nommées par Bahá'u'lláh[modifier | modifier le code]

  • Ḥájí Mullá `Alí-Akbar (1842-1910), connu comme Ḥájí Ákhúnd
  • Ḥájí Mírzá Muḥammad-Taqí (m. 1917), connu comme Ibn-i-Abhar
  • Mírzá Muḥammad-Ḥasan (1848-1919), connu comme Adíb
  • Mírzá `Alí-Muḥammad-i-Khurásání (m. 1928), connu comme Ibn-i-Aṣdaq

Nommées par `Abdu'l-Bahá[modifier | modifier le code]

  • Áqá Muḥammad-i-Qa'iní (1829-1892), connu comme Nabíl-i-Akbar
  • `Alí-Muḥammad Varqá (m. 1896), le père de Rúḥu'lláh
  • Mullá Ṣádiq-i-Muqaddas, ayant reçu le titre de `Ismu'lláhu'l-Aṣdaq
  • Shaykh Muḥammad-Riḍáy-i-Yazdí

Nommées à titre posthume par de Shoghi Effendi[modifier | modifier le code]

Premier contingent nommé le par Shoghi Effendi[modifier | modifier le code]

Second contingent nommé le par Shoghi Effendi[modifier | modifier le code]

Nommées par Shoghi Effendi ((année de l'investiture))[modifier | modifier le code]

Dernier contingent nommé le par Shoghi Effendi[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources officielles bahá'íes[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • (en) Denis MacEoin, « Ayādī-e Amr Allāh », Encyclopædia Iranica, Costa Mesa, Mazda, vol. 3,‎ 1987 (lire en ligne)
  • (en) Stephen Lambden, « Ebn Abhar, Moḥammad-Taqī », Encyclopædia Iranica, Costa Mesa, Mazda, vol. 7,‎ 1996 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oxford, Georges Ronald, 1989, p. 95-96
  2. "Volontés et Testament" de `Abdu'l-Bahá, p. 12-13)
  3. La liste la plus complète des "Mains de la Cause" se trouve dans le volume XIV de "The Bahá'í World". La Maison universelle de justice confirme que cette liste est incomplète et que l'étude des lettres et des archives pourraient révéler d'autres nominations