mailto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

mailto: est un schéma d'URI permettant de créer un lien hypertexte vers une adresse courriel.

Employé par exemple dans une page web en HTML, un tel lien permet à l'utilisateur qui l'a suivi de voir son client de messagerie démarrer l'écriture d'un nouveau message électronique, avec quelques champs déjà remplis, comme l'adresse du destinataire ou encore l'objet du message.

Normes[modifier | modifier le code]

mailto: a été défini par plusieurs RFC : la première fois en juillet 1998 par la RFC 2368[1], qui a été remplacée en octobre 2010 par la RFC 6068[2].

Exemples[modifier | modifier le code]

Extrait de la syntaxe de l'URI dans la norme [3] :

 mailtoURI = "mailto:" [ to ] [ hfields ]
  to = addr-spec *("," addr-spec )
  hfields = "?" hfield *( "&" hfield )

to est donc l'adresse courriel de destination (ou les adresses avec séparation par ",") et hfields les autres champs, séparés de to par "?", ces champs étant séparés entre eux par "&".

  • Avec une adresse courriel : mailto:p.dupond@example.com
  • Avec un nom de destinataire convivial : mailto:Paul%20Dupond%20<p.dupond@example.com>
  • Avec l'objet du message : mailto:p.dupond@example.com?subject=Sujet%20du%20courrier
  • Avec plusieurs destinataires : mailto:p.dupond@example.com,j.martin@example.com[4]
  • Avec un destinataire en copie : mailto:p.dupond@example.com?cc=j.martin@example.org
  • Avec un destinataire en copie cachée : mailto:p.dupond@example.com?bcc=j.martin@example.org
  • Avec un contenu du message pré-rempli : mailto:p.dupond@example.com?body=Bonjour
  • Avec un retour chariot dans le contenu du message : mailto:p.dupond@example.com?body=Bonjour%0d%0aAurevoir[5]
  • Combinaison de différents champs : mailto:p.dupond@example.com?subject=Sujet%20du%20courrier&cc=pierre@example.org&bcc=jacques@example.net&body=Bonjour

Utilisation sur une page Web[modifier | modifier le code]

L'intégration de mailto: dans une balise HTML utilise le format suivant :

<a href="mailto:p.dupond@example.com">Clique ici pour m'envoyer un e-mail</a>

Inconvénients[modifier | modifier le code]

  • Les robots spambot peuvent récolter les adresses contenues dans les commandes mailto: pour l'envoi de pourriels.
  • Un client de messagerie doit être configuré pour que le lien mailto: soit fonctionnel. Sinon, le lien mailto: ne permet pas d'envoyer de courriel. D'autant que les webmails sont très utilisés et ceux-ci sont rarement configurés comme client de messagerie par défaut du système. C'est une des raisons pour laquelle de nombreux sites web proposent un Formulaire de contact plutôt qu'un lien mailto:.
  • Les spécifications RFC ne limitent pas la longueur de la commande mailto:. Par contre, les logiciels gérant cette commande ont des limitations. Les premiers logiciels limitaient la taille à 255 caractères[6]. De nos jours, les navigateurs acceptent des tailles de plus en plus grandes, déplaçant cette limitation au niveau du Système d'exploitation et du client de messagerie[7]. Cependant, pour rester compatible avec les anciens systèmes, la taille de la commande mailto: doit rester modeste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Hoffman (Internet Mail Consortium), Larry Masinter (Xerox Corporation) et Jamie Zawinski (Netscape Communications) pour le Network Working Group, « The mailto URL scheme », Request for comments no 2368, juillet 1998.
  2. (en) Martin J. Dürst (Aoyama Gakuin University), Larry Masinter (Adobe Systems) et Jamie Zawinski (DNA Lounge) pour l'Internet Engineering Task Force, « The 'mailto' URI Scheme », Request for comments no 6068, octobre 2010.
  3. (en) RFC6068 "The 'mailto' URI Scheme"
  4. La virgule n'est pas toujours reconnue comme séparateur d'adresse courriel. Dans ce cas la virgule peut être remplacée par le point virgule : mailto:p.dupond@example.com;j.martin@example.com
  5. Le code %0A peut aussi symboliser un saut de ligne.
  6. La fonction mailto est limitée à 255 caractères (2004)
  7. (en) MAILTO max-length of each internet browsers? (2012)