Mailly-Raineval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mailly (homonymie).
Mailly-Raineval
Le château, au XXIe siècle.
Le château, au XXIe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Ailly-sur-Noye
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Noye
Maire
Mandat
Francis Mourier
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80499
Démographie
Population
municipale
241 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 46″ N 2° 27′ 18″ E / 49.7461, 2.45549° 44′ 46″ Nord 2° 27′ 18″ Est / 49.7461, 2.455  
Altitude Min. 39 m – Max. 115 m
Superficie 14,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mailly-Raineval

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mailly-Raineval

Mailly-Raineval est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans un complexe de deux vallées a quelques kilomètres de Moreuil. Le sous-sol est constitué notamment d'argiles sur une épaisseur allant de quelques centimètres à quelques mètres couvrant un socle calcaire mis en place lorsque la mer couvrait encore la région. Les sols portent des cultures céréalières, de betteraves ou oléagineuses, plus rarement des pommes de terre, des pelouses calcicoles abritant des parures notamment lorsque le relief ne permet pas les cultures, ainsi que de nombreux bois et bosquets.

Le climat est caractéristique de la région, bien que des phénomènes rares surviennent avec des épisodes pluvieux parfois aussi bref qu'intenses comme ça a été le cas le 3 septembre 2011 où un concours de circonstances a eu lieu: en effet, une période de sécheresse venait d'avoir lieu, le sol étais alors déshydraté et peu perméable, en amont du village notamment où deux des plus gros champs étaient ensemencés de Colza le sol étai fraichement travaillé, de manière assez fine. Un orage avec des précipitations intenses (65mm de précipitations sur 15 à 30 min) s'est abattu sur l'ensemble du complexe de vallée. Le relief et l'absence de haies ont favorisé l'écoulement de l'eau sur une dizaine de kilomètres formant ainsi une coulée de boue massive traversant le village dans le fond de vallée, entrainant ruptures de murets et inondation de caves.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Marc Mourier[1]    
2014[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Francis Mourier    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 241 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303 302 308 304 319 332 332 324 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
321 326 318 323 323 267 257 232 222
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205 184 203 140 112 128 106 116 108
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
106 127 96 111 174 195 233 262 249
2011 - - - - - - - -
241 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Les sires de Rayneval, d'extraction chevaleresque et s'appelant originellement Des Préaux (voir Raoul des préaux, seigneur de Raineval), ont édifié un château fort avant de s'éteindre au XVe siècle.

En 1744, la seigneurie de Raineval, alors passée aux De Mailly, fut érigée en comté par lettre du roi pour Augustin-Joseph de Mailly.

Après son érection en comté, le village de Raineval prit le nom de Mailly-Raineval.

Au XVIIIe siècle, Augustin-Joseph de Mailly (Comte de Mailly) fait raser le donjon, aménage un nouveau corps de logis et fait percer dans les courtines subsistantes de larges ouvertures.

Pillé à la Révolution, le Château fut en grande par détruit en 1879, il en restait cependant quelques éléments importants, principalement des anciennes constructions de la fin du Moyen Âge. Ces bâtiments furent à leur tour détruits lors de la Première Guerre mondiale.

Il ne reste de nos jours qu'une tour circulaire éventrée et la base des puissants contreforts qui épaulaient les courtines.

Le château au XXe - XXIe siècle[modifier | modifier le code]
Le château vers le fin du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Augustin-Joseph de Mailly (5 avril 1708 à Villaines-sous-Lucé – 25 mars 1794 à Arras, Pas-de-Calais), marquis d'Haucourt et baron de Saint-Amand, est un officier général français qui atteint le grade de maréchal de France (1783). Il est chargé de la défense du palais des Tuileries lors de la journée du 10 août 1792.

Adrien-Augustin-Amalric de Mailly-Nesle, comte de Mailly, né le 19 février 1792 à Paris, baptisé le 8 décembre 1792 à Mailly-Raineval (Somme) ,fils d'Augustin-Joseph de Mailly et de Mailly-Nesle et de Blanche-Charlotte-Marie de Narbonne-Pelet. Mort le 01 juillet 1878 au château de La Roche-Mailly (Sarthe).

  • Officier de cavalerie et d'ordonnance
  • Lieutenant-colonel
  • Pair de France
  • Officier de la Légion d'honneur
  • Il entre à l'école militaire de Saint-Cyr en 1809, sur ordre de Napoléon, puis à l'école de Saint-Germain.
  • En 1811, il est sous-lieutenant au 2e} rgt de carabiniers.
  • En 1812, il fait la campagne de Russie et se bat à La Moskowa, attaché au général Durosnel il fait tous ses efforts pour arrêter l'incendie de Moscou.
  • Le 12 octobre 1812, il est blessé à Kalouga.
  • Chevalier de la Légion d'honneur en 1813.
  • Officier d'ordonnance du général Durosnel, puis du duc de Feltre ministre de la guerre.
  • En 1814,lors de la première Restauration il salue avec enthousiasme le retour des Bourbons, il est nommé aide de camp du duc de Berry.
  • En 1815, pendant les Cent-Jours, il ne se rallie pas à l'Empereur et reste sans emploi.
  • Le 17 août 1815, lors de la seconde Restauration, il est nommé Pair de France et officier de la Légion d'honneur.
  • Nommé lieutenant-colonel en 1824.
  • En 1827, il est président du collège électoral du Mans et conseiller général de la Sarthe.
  • En 1830, il refuse de prêter serment au gouvernement de juillet et rentre dans la vie privée.
  • Il meurt en 1878 dans son château de La Roche-Mailly, commune de Requeil.

Pour plus d'informations, consultez :

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Écartelé : au premier et au quatrième d'or à la croix de sable chargée de cinq coquilles d'argent, au deuxième et au troisième d'or aux trois maillets de sinople.

Pour plus d'informations, consultez l'Armorial des villes et des villages de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 13 août 2008 (consulté le 23 novembre 2008)
  2. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :