Mailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mailly (homonymie).
Mailly
Le bourg de Mailly vu depuis le lieu dit "Les Chavannes"
Le bourg de Mailly vu depuis le lieu dit "Les Chavannes"
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Charolles
Canton Semur-en-Brionnais
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Semur-en-Brionnais
Maire
Mandat
Jean-Claude Burlot
2010-2014
Code postal 71340
Code commune 71271
Démographie
Gentilé Maillerots
Population
municipale
149 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 23″ N 4° 06′ 54″ E / 46.2230555556, 4.115 ()46° 13′ 23″ Nord 4° 06′ 54″ Est / 46.2230555556, 4.115 ()  
Altitude Min. 316 m – Max. 460 m
Superficie 5,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mailly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mailly

Mailly est une commune française du Brionnais, située dans le département de Saône-et-Loire et la région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mailly se situe au sud du Brionnais à l’extrême sud de la Bourgogne. La commune se répartit sur trois collines - Corbey, Le Bourg et Les Chavannes - séparées respectivement par le ruisseau du pré de la Caille, et le ruisseau des Riollets qui est un affluent direct de la Loire. Le sous-sol est composé d'argiles, de marnes et de calcaires du jurassique[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Martin-du-Lac Rose des vents
Iguerande N Saint-Julien-de-Jonzy
O    Mailly    E
S
Fleury-la-Montagne Saint-Bonnet-de-Cray

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 septembre 2012 J.De Broche Des Combes    
2010 en cours Jean-Claude Burlot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 149 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 478 502 572 593 553 529 589 565
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
499 514 519 514 525 498 495 505 491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
482 484 448 370 323 282 277 245 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
193 166 166 175 161 165 172 174 153
2011 - - - - - - - -
149 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Mailly est une église de type roman datant du XIIIe siècle environ. Elle abrite une crypte, redécouverte dans les années 1970.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simon de Châlons (1506-1568), peintre de la Renaissance, actif à Avignon de 1532 à 1563.[réf. nécessaire]
  • Le Père Goutaudier, curé de Mailly, il se distingue en cachant des résistants au cours de la seconde guerre. Survivant de Dachau, il est élu maire de la commune à son retour[4].
  • Etienne Oehmichen (1884-1955), ingénieur, séjourne plusieurs années à Mailly, et en particulier au lieu-dit les Chavannes à partir de 1945[5].
  • François Cérésa, journaliste littéraire et écrivain. Il est l'auteur de Les vampires du Brionnais, une intrigue dans laquelle les protagonistes, deux adolescents, passent leurs vacances à Mailly[6].La commune de Mailly est également l'un des lieux privilégiés de son roman "Moune", où l'auteur rend hommage à sa mère disparue : "Mailly ne doit rien au hasard. Son art roman coïncidait avec celui de ma mère. L'air y est léger, la terre argileuse. Ce nom qui fait des bulles n'obéit pas à la Bourgogne de Vincenot ou de Romain Rolland. Le Brionnais se fout de la littérature, des descriptions anorexiques ou de l'amphigourie ambiante. Sous le regard de Cluny, au nez et à la barbe de l'Auvergne, ses jarretelles d'arabesques ceignent des cuisses de pierre. D'aucuns y verront l'eau à l'embouche, d'autres un coup du Charolais. Anzy-le Duc ou Semur-en-Brionnais ne diront pas le contraire : les voûtes de l'Arabie lointaine, les feuilles d'acanthe et les démons de Baal y sont les bienvenus. L'Olympe en pince pour la framboise et les cognassiers. Un endroit du tonnerre de Zeus."[7]

Activité économique[modifier | modifier le code]

  • Production de vin biologique ("Le vin des Fossiles").
  • Élevage de vaches charolaises.
  • Café-restaurant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-geologie-terroir-Brionnais.xml#geologie-Brionnais
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Ouvrage de Marie-Julie Perrier, Le Père Goutaudier à Mailly
  5. Bulletin communal de Mailly, no 4, juillet 2011
  6. http://www.vampirisme.com/livre/ceresa-les-vampires-du-brionnais/
  7. Moune, roman de François Cérésa, Editions du Rocher, 2002.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :