Maillé-Brézé (D627)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maillé-Brézé)
Aller à : navigation, rechercher

47° 12′ 24″ N 1° 34′ 18″ O / 47.20667, -1.57167 ()

Maillé-Brézé
Image illustrative de l'article Maillé-Brézé (D627)
Le Maillé-Brézé amarré quai de la Fosse à Nantes.

Histoire
A servi dans Marine française
Lancement
Statut Désarmé le
Caractéristiques techniques
Type Escorteur d'escadre
Longueur 132,65 m
Maître-bau 12,70 m
Tirant d'eau 5,80 m
Port en lourd 3 900 t
Puissance 63 000 ch
Vitesse 33 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 tourelles de 100 mm
1 rampe Malafon
Un lance roquettes ASM sextuple de 375 mm
6 tubes lance-torpille de 550 mm (III x 2)
2 canons de 20 mm
Rayon d'action 4 100 nautiques
Autres caractéristiques
Équipage 17 officiers + 100 OM + 160 QMM
Chantier naval Arsenal de Lorient
Indicatif D627
Coordonnées 47° 12′ 24″ N 1° 34′ 18″ O / 47.20666667, -1.57166667 ()47° 12′ 24″ Nord 1° 34′ 18″ Ouest / 47.20666667, -1.57166667 ()  

Le Maillé-Brézé est un escorteur d'escadre de la Marine nationale française de la classe T 47, baptisé du nom du célèbre marin Jean Armand de Maillé, marquis de Brézé. Il s'agit du troisième navire portant ce nom.

Le Maillé-Brézé fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [1].

Historique[modifier | modifier le code]

Mis sur cale à Lorient, le 9 octobre 1953 et lancé le 2 juillet 1955, il fut admis au service actif le 4 mai 1957.

L'essentiel de sa mission a alors été le soutien à la Force océanique stratégique (FOST). Il fut désarmé le 1er avril 1988.

Caractéristiques initiales (avant refonte Malafon)[modifier | modifier le code]

  • Mise en service : 4 mai 1957
  • Longueur hors tout : 128 m
  • Largeur : 12 m
  • Tirant d'eau : 5 m
  • Poids : 3 750 tonnes
  • Puissance : 63 000 ch
  • Vitesse maxi : 32 nœuds (il a établi le 27 mars 1956 le record de vitesse de toute la série des escorteurs d'escadre : 39 nœuds soit 72 km/h)
  • Autonomie : 5 000 nautiques à 18 nœuds
  • Armement :
    • 3 tourelles doubles de 127 mm anti surface et antiaériennes
    • 3 pseudo tourelles doubles de 57 mm antiaériennes
    • 4 pièces simples de 20 mm antiaériennes
    • 4 plateformes triples de tubes lance-torpilles de 550 mm

Détection aérienne et sous-marine :

  • 1 radar de veille aérienne
  • 1 radar de veille surface
  • 1 radar de veille combinée
  • 1 sonar DUBV (Détection Ultrasonore Bâtiment Veille)
  • 1 sonar DUBA (Détection Ultrasonore Bâtiment Attaque)

Après sa refonte (1967-68), il fut équipé notamment de :

  • 1 rampe de missiles porte-torpille Malafon
  • 1 lance-roquettes ASM de 375 mm
  • 2 tourelles simples de 100 mm
  • 2 pièces simples de 20 mm

Équipage[modifier | modifier le code]

347 hommes dont 19 officiers.

L'équipage est logé dans sept postes. Les officiers mariniers disposent de chambres collectives et les officiers de chambres à deux ou individuelles. Le commandant possède un appartement

Commandement[modifier | modifier le code]

La passerelle et le fauteuil du « pacha ». On distingue un manœuvrier à la barre.

En 1957 :

  1. Commandant : Capitaine de frégate Mauduit
  2. Commandant en second : Capitaine de corvette Coulondres
  3. Officier ASM : lieutenant de vaisseau Gouton
  4. Officier ART : lieutenant de vaisseau Toubon
  5. Officier Trans. : lieutenant de vaisseau Radius

Premières escales et missions[modifier | modifier le code]

Départ de Lorient en février 1957

Musée Naval[modifier | modifier le code]

Il est remis à l'association Nantes Marine Tradition en 1988. Transformé en navire musée, il est visible au Musée Naval Maillé-Brézé, quai de la Fosse à Nantes. À son bord, on découvre son équipement complet, tel que les embarcations et les apparaux de mouillage, le matériel de détection et l'armement ainsi que les locaux vie.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]