Maigret s'amuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maigret s'amuse
Auteur Georges Simenon
Genre Roman policier
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Lieu de parution Paris
Éditeur Presses de la Cité
Date de parution 1957
ISBN 2253143185
Série Commissaire Maigret
Chronologie
Précédent Un échec de Maigret Maigret voyage Suivant

Maigret s'amuse est un roman policier de Georges Simenon publié en 1957. Il fait partie de la série des Maigret. Son écriture s'est déroulée entre les 6 et 13 septembre 1956 à Golden Gate, Cannes (Alpes-Maritimes).

Publication d'une édition pré-originale dans le quotidien Le Figaro entre le 4 février et le 1er mars 1957 (23 épisodes).

Résumé[modifier | modifier le code]

L'intrigue se déroule en France, à Paris. On a découvert boulevard Haussmann, dans un placard du cabinet du docteur Jave, le corps dénudé de son épouse Éveline. Une injection de digitaline, qui aurait été inoffensive pour certains, a provoqué la mort d’Éveline, atteinte d'une maladie cardiaque.
L'affaire est d'autant plus curieuse qu’Éveline était censée se trouver en vacances sur la Côte d'Azur en compagnie de son mari qui s'était fait remplacer à Paris.

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Maigret s'est juré cette fois, pour des raisons de santé, de prendre de vraies vacances. Il donne à la P.J. son adresse aux Sables-d'Olonne, mais reste à Paris où il compte flâner à son aise en compagnie de Mme Maigret. Il apprend incidemment, en lisant les journaux, que l'on a découvert boulevard Haussmann, dans un placard du laboratoire du docteur Jave, le corps dénudé de son épouse Eveline. Une injection de digitaline, qui aurait été inoffensive pour certains, a provoqué la mort d'Eveline, atteinte d'une maladie cardiaque. L'affaire est d'autant plus curieuse qu'Eveline était censée se trouver en vacances à la Côte d'Azur en compagnie de son mari qui s'était fait remplacer à Paris. Petit à petit, Maigret est passionné par l'enquête que mène en son absence l'inspecteur Janvier et dont il ne prendra connaissance que par la lecture des journaux, tout en poursuivant ses promenades dans Paris avec son épouse. Malgré son envie, il s'interdira de se montrer au quai des Orfèvres, se contentant d'envoyer de temps en temps à Janvier des billets anonymes susceptibles de l'orienter vers telle ou telle direction. La concierge, la bonne et le docteur Négrel, confrère de Jave, affirment ne pas avoir vu Eveline Jave le samedi où, revenue secrètement à Paris, elle a été tuée. On apprend que son mari est lui aussi venu à Paris ce jour-là par un autre avion. Il déclarera être resté chez sa maîtresse (la fille de sa bonne) tout le temps de son séjour, croyant sa femme chez une amie à Saint-Tropez. Le comportement d'Eveline est au centre de l'intrigue : ayant découvert l'importance de sa maladie à l'âge de 13 ans, elle avait voulu profiter de la vie au maximum et compromis ainsi des hommes mariés dans sa ville natale ; aussi son père avait-il été heureux de s'en débarrasser en la mariant à un médecin parisien, étranger à toutes ces rumeurs. Plus tard, le docteur Négrel en avait fait sa maîtresse. Frustrée et par son amant et par son mari, elle accumulait les bijoux de valeur et avait fini par endetter Jave. Le jour de sa mort, Eveline était venue rejoindre Négrel pendant ses consultations : elle voulait l'empêcher d'épouser Martine Chapuis, sa fiancée. Ennuyé, Négrel avait repoussé ses avances et quitté plus tôt que prévu le cabinet médical. Jave était alors survenu, avait tué sa femme et l'avait déshabillée afin de faire peser les soupçons sur son confrère. Ainsi l'inspecteur Janvier, aidé par quelques coups de pouce « anonymes » de Maigret, peut mener à bon terme sa première enquête

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

L’enquête, ici, est suivie de l’extérieur, et non depuis les coulisses de la P.J., ce qui permet à Maigret d’être attentif  aux réactions de l’homme de la rue en face d’une affaire à sensation rapportée par la presse : « le public est toujours moins bête qu’on ne le pense ».

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Il est lié :

1° à l’enquête officielle : Paris (boulevard Haussmann, rue des Saints-Pères, rue du Bac). Cannes. Concarneau ;

2° aux promenades de Maigret et de son épouse à travers Paris.

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête dure cinq jours et se déroule au début d’août.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Philippe Jave. Médecin. Marié, une fille de 3 ans. 44 ans

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Eveline Jave, née Le Guérec, épouse de Philippe, 28 ans, la victime
  • Gilbert Négrel, médecin, remplaçant du docteur Jave, célibataire, 30 ans
  • Martine Chapuis, licenciée en droit et étudiante en médecine, fiancée de Négrel, 24 ans
  • Antoinette Chauvet, fille de la bonne des Jave, maîtresse de Philippe, 29 ans
  • Lassagne, jeune journaliste
  • Albert Janvier, inspecteur de la P.J.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.