Mahot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mahot
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Mahot » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Floraison de mahot tantan (Dombeya acutangula)
Floraison de mahot tantan (Dombeya acutangula)
Taxons concernés

Voir texte

Inflorescence fanée d'un mahot blanc (Dombeya pilosa)
Fleurs de petit mahot (Dombeya ficulnea)
Variété à fleurs orangées du mahot bâtard (Hibiscus boryanus)

Les mahots sont des arbres ou arbustes tropicaux, ainsi nommés à La Réunion[1], aux Antilles, en Guyane pour désigner certaines espèces appartenant ou apparentées à la famille des malvacées ou leur ressemblant ou procurant des produits comparables .

Le nom se rapportait à l'origine aux espèces Hibiscus elatus ou Hibiscus tiliaceus et a été emprunté à la langue des Taïnos[2]. Ces indiens Arawaks des Grandes Antilles se servaient de l'écorce interne pour confectionner des lanières. Hibiscus elatus, le “mahot bois-bleu”[3], (en anglais Blue Mahoe) fut utilisé ensuite à Cuba pour fabriquer les liens retenant les paquets de cigares de Havane et il est devenu à la Jamaïque, l'arbre national[4]. Hibiscus tiliaceus, le “mahot bord-de-mer”, (en anglais Seaside Mahoe) est également connu et utilisé en Polynésie pour la production d'objets en textile, le “more”.

À La Réunion[modifier | modifier le code]

À La Réunion, plusieurs espèces indigènes d'arbres ou arbustes, appartenant au genre Dombeya ou au genre Hibiscus sont appelées “mahots”.

Dans la classification classique, le genre Dombeya est inclus dans la famille des sterculiacées, tandis que le genre Hibiscus appartient à la famille des malvacées.
Dans la classification APG, qui s'appuie sur des études de distances génétiques, ces deux genres sont rassemblés dans la même famille des malvacées, confirmant une certaine forme d'intuition des anciens. Certains mahots font par ailleurs immanquablement penser, par leur allure et la forme de leurs feuilles, aux tilleuls, dont la famille, les tiliacées, a elle aussi été fusionnée aux malvacées dans la classification APG. En Europe, on utilisait aussi l'écorce interne des tilleuls pour la fabrication de cordages et de liens.

La plupart des mahots sont caractéristiques des paysages de la forêt de bois de couleur des hauts, dans les montagnes de la Réunion, mais certaines espèces appartiennent à la flore de basse altitude, en forêt semi-sèche ou près du littoral.

Espèces[modifier | modifier le code]

Les mahots protégés par l'arrêté ministériel du 6 février 1987 sont repérées par le logo : PlanteProtegee.png
Les espèces endémiques de la Réunion sont repérées par le logo EndRun.png, celles endémiques seulement des Mascareignes par le logo EndMas.png.

La plupart des Dombeya des forêts de montagne ne possèdent pas de noms vernaculaires par espèce, et sont tous indifféremment appelés mahots. Il existe de plus des variations fréquentes de formes et des hybridations, qui ne facilitent pas la reconnaissance botanique.
Dombeya populnea, espèce des forêts semi-sèches des Mascareignes est la seule du genre Dombeya à ne pas y être habituellement appelée mahot, mais plus souvent "Bois de senteur bleu", à rapprocher d'une autre malvacée protégée, le "Bois de senteur blanc" (Ruizia cordata).

  • genre Hibiscus :
    • EndMas.pngHibiscus boryanusPlanteProtegee.png : mahot bâtard (plus connu sous le nom de foulsapate marron : espèce de forêt humide des bas)
    • EndMas.pngHibiscus columnarisPlanteProtegee.png : mahot rempart (espèce de forêt semi-sèche des bas)
    • EndNo.PNGHibiscus tiliaceus : mahot bord de mer (le statut indigène de cette espèce présente sur de nombreux rivages tropicaux n'est pas certain)

Aux Antilles[modifier | modifier le code]

Les graphies “maho” ou “mahaut” sont également pratiquées.

Espèces[modifier | modifier le code]

[5]

En Guyane[modifier | modifier le code]

Un seul “mahot” en Guyane fait partie de la famille des malvacées : il s'agit du “mahot cochon”, Sterculia excelsa ou Sterculia pruriens[6]. Les autres arbres localement appelés “mahots” appartiennent pour la plupart à la famille des lécythidacées. C'est à cause de la qualité de leur écorce interne (le liber), fibreuse, souple et résistante, permettant la fabrication de lanières, qu'ils doivent d'avoir été aussi nommés “mahots”[6].

Espèces[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://mahots.univ-reunion.fr/
  2. (en) Etymologie du mot anglais Mahoe sur le dictionnaire en ligne merriam-webster
  3. (fr) Coralex, stylos et crayons en bois
  4. (en) Jamaica Information Service 2008 : National Symbols of Jamaica
  5. (en) Plants of the Eastern Carribean
  6. a et b (fr) J.J. De Granville, La végétation naturelle des terres hautes, 1978