Mahmud Pacha Angelović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mahmud Pacha Angelović ou Mahmoud Pacha Angelovitch[1] (né vers 1420, exécuté le 18 juillet 1474). D’origine chrétienne, il est Grand vizir de l’empire ottoman sous le règne de Mehmed II de 1456 à 1468 et de 1472 à 1474.

Origine familiale[modifier | modifier le code]

L’origine de Mahmoud Pacha Angelovitch est incertaine. Il semble que son grand-père était Alexios Angelos Philanthropenos, un dynaste byzantino-serbe qui avait régné sur la Thessalie entre 1373 et 1390 avec un titre de César reconnu par l’empereur Manuel II Paléologue après l’abdication du prince serbe Jovan Uroš. Le père du futur Mahmoud Pacha était un certain Michel Angelović actif vers 1420.

Il semble que Mahmud, peut-être né à Nov Brdo d’une mère serbe[2], ait été capturé lors d’une razzia turque dès 1427 et qu’il ait été emmené à Andrinople, où il se serait rapidement converti à l’Islam. Notons toutefois qu’en 1467, dans une lettre adressée au Sénat de la République de Raguse, Mahmoud Pacha, qui se nomme lui-même « Abogović Hrvat », se déclare d'origine « Croate » c'est-à-dire catholique.

Son frère demeuré chrétien, un autre Michel Angelović, participe à la régence en Serbie après la mort du prince Lazare II Branković le 20 janvier 1458, mais il est arrêté dès le 31 mars de la même année. Après une vie aventureuse il serait mort sous le nom monastique de Makarios, le 3 décembre 1486.

Grand Vizir[modifier | modifier le code]

Mahmud Pacha, présenté au jeune prince héritier Mehmet, entre à son service et est élevé avec lui à la cour d’Andrinople. Il devient vizir en 1453. Dès 1454 il devient Beyglerbeg de Roumélie et il est nommé Grand vizir par le sultan Mehmed II pendant l’été 1456 après l'échec de son prédécesseur Zaganos Pacha durant le siège de Belgrade. En 1456-1458 il participe aux campagnes menées en Serbie et qui aboutissent à la chute d'Étienne Tomašević et à l’annexion provisoire du pays entre 1459 et 1471.

L’ascension[modifier | modifier le code]

En 1460 le nouveau Grand Vizir mène une campagne en Morée contre les derniers Paléologues Thomas et Démétrios qui s’achève par la prise de Mistra et la disparition de leur principauté. Il assiège aussi Amasya, une colonies génoise du littoral de la mer Noire, et prend la ville. En 1461 il fait campagne en Anatolie contre Sinope et Trébizonde. C’est là qu’il est victime d’une tentative d’assassinat par un Tatar qui semble avoir été l’instrument d’Uzun Hasan, le chef de la confédération des Aq Qoyunlu et protecteur du petit état grec.

Il reçoit ensuite une ambassade menée par Sara Hatin, la mère d’Uzun Hasan, qui vient plaider la cause de l’allié chrétien de son fils l’Empire de Trébizonde. La capitale est néanmoins investie et le dernier empereur David II Comnène doit capituler le 15 août 1461.

L’année suivante, en 1462, il intervient d’abord en Valachie à la suite de l’exécution de l’ambassadeur ottoman Hamza Pacha et de sa suite par Vlad III l'Empaleur qui est chassé et doit se réfugier en Hongrie. Mahmud Pacha intronise à sa place son frère Radu III l'Élégant comme vassal de l’empire ottoman. Il fait ensuite la conquête de l’île de Lesbos.

En 1463 il mène une campagne en Bosnie qui s’achève par l’exécution fin mai d'Étienne Tomašević, la dispersion de la famille royale et l’annexion du pays. Il entre également en Herzégovine d’où le duc (Herzog de Saint-Sava) s’enfuit. Mettant à profit cette guerre, les Vénitiens envahissent la Morée au cours de l’été, mais ils sont repoussés.

Le déclin et la chute[modifier | modifier le code]

Mahmud Pacha est sur la défensive tous au long de l'année 1464 car il doit protéger l’île de Lesbos contre les Vénitiens et la ville de Zvornik en Bosnie devant le retour offensif des armées hongroises.

En 1466, il est contraint de mener des négociations de paix avec Venise. Deux ans plus tard il entre en campagne à la suite d’une succession disputée dans la principauté des Karamanides et s’oppose de nouveau aux intérêts d’Uzun Hasan, mais les intrigues de la cour amènent sa première déposition en 1468.

Nommé sandjakbeg de Gelibolu en 1469, il est chargé de mettre en œuvre la conquête de l’île d’Eubée en 1470. Le 12 juillet, après un siège de moins d'un mois, il prend d'assaut la colonie vénitienne de Nègrepont (ancienne Chalcis d'Eubée), qui compte en cette période environ 4000 habitants, Vénitiens et Grecs confondus. Il ordonne le massacre systématique de la majeure partie de la population, faisant mettre à mort, notamment, tous les hommes et même les enfants mâles au-dessus de 8 ans[3], et réduit en esclavage les jeunes filles de moins de quinze ans, les autres étant, selon un témoin[4], « taillées en pièces »[5]. Ces « hauts faits », qui réjouissent leur commanditaire Mehmet II[6], valent à Mahmud Pacha d’être rétabli dans ses fonctions en 1472.

En 1473 il fait campagne avec succès en Anatolie contre Uzun Hasan, qui est défait lors de la bataille d'Otlukbeli. Il est cependant déposé en novembre au profit de son rival Gedik Ahmed Pacha[7].

Mahmud Pacha est déposé une seconde fois et emprisonné dans la capitale. Le sultan Mehmed II lui reproche son inaction supposée dans la poursuite Uzun Hasan et d'avoir été un ennemi du prince héritier Mustafa mort la même année. Mahmud Pacha est exécuté par strangulation le 18 juillet 1474[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibliographie internationale de l'Humanisme et de la Renaissance, Volume 28 [1]
  2. Laonicus Chalcondyle Histoire de la décadence de l'empire grec Paris 1620, I p. 229,246
  3. Ce détail précis est attesté notamment par le témoin qu'est Giacomo Rizzardo, La Presa di Negroponte fatta dai Turchi ai Veneziani nel MCCCCLXX. Texte édité par Emanuele Antonio Cicogna. Venezia, Giambattista Merlo, 1844, p. 22. Un autre témoin rescapé rapporte que les bébés ne furent pas épargnés, Mahmud Pacha les faisant « éclater comme des petits chiens » (li facieva ischioppare a modo de cagnolini) : Frate Jacopo dalla Castellana, Perdita di Negroponte, dans Appendice all'Archivio Storico Romano, tome IX (1853), p. 439.
  4. Jacopo della Castellana, op. cit., p. 439.
  5. Sur la prise de Nègrepont et le carnage perpétré alors sur l'ordre de Mahmud Pacha, outre les témoignages d'époque, on consultera notamment : Luigi Fincati, « La perdita di Negroponte (luglio 1470) », in Archivio veneto, 22 (1886), p. 267-307 ; F. Babinger (1978), p. 280-284 ; K.M. Setton (1978), p. 301-303 ; Antonio Coccia, « Bessarione e i discorsi ai principi », in Bessarione, Quaderno N. 7 (Roma, Herder, 1989), p. 213-239, spéc. p. 218-223 ; M. Philippides (2007). La nouvelle de ces atrocités, largement diffusée par la presse (qui venait alors d'apparaître), bouleversa le public italien, engendra une abondante littérature populaire de déploration et, au-delà, déclencha une onde de choc dans l'opinion occidentale : Margaret Meserve, « News from Negroponte : politics, popular opinion, and information exchange in the first decades of the Italian press », in Renaissance Quarterly, 59/2 (2006), p. 440-480
  6. Voir le billet claironnant que le sultan envoya après le massacre à son « ami » le roi Ferdinand, et dont une version en latin se lit chez Nicolaes Iorga, Notes et extraits pour servir à l'histoire des Croisades au XVe siècle. Quatrième série. 1453-1476. Bucarest, Édition de l'Académie Roumaine, 1915, n° CLXXXIX, p. 286.
  7. R. Mantran, Histoire de l'Empire ottoman, p. 99.
  8. (en) Théoharis Stavrides The Sultan of Vezirz. The life and times of the Ottoman Grand Vezir Mahmud Pasha Angelovic (ISBN 9004121064) 2001 p. 183.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Franz Babinger, Mehmed the Conqueror and His Time. Princeton (NJ), Princeton Press University, 1978, 1992 (ISBN 0691099006).
  • B. Lewis, V.L Ménage, Ch. Pellat, J. Schacht Encyclopédie de l’Islam G-P. Paris, Maisonneuve & Larose SA, 1981.
  • (en) Marios Philippides, Mehmet II, the Conqueror and the fall of the Franco-Byzantine Levant to the Ottoman Turks : some Western views and testimonies. Tempe (Arizona), ACMRS, 2007 (= Medieval and Renaissance texts and studies, 302) (ISBN 0866983465).
  • (en) Kenneth M. Setton, « Paul II, Venice, and the fall of Negroponte (1464-1471) », in Id., The Papacy and the Levant. 2. The Fifteenth Century. Philadelphia, American Philosophical Society, 1978 (= Memoirs of the American Philosophical Society, 127), p. 271-313.
  • (en) Théoharis Stavrides The Sultan of vezirs: the life and times of the Ottoman Grand Vezir Mahmud Pasha Angelovic. Leiden, Boston & Köln, Brill, 2001 (ISBN 9004121064).