Mahmoud Baroudi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mahmoud Baroudi
Portrait de Mahmoud Baroudi
Portrait de Mahmoud Baroudi
Fonctions
Parlementaire tunisien
Constituant
En fonction depuis le 22 novembre 2011
Élection 23 octobre 2011
Groupe politique Groupe démocratique
Biographie
Date de naissance 13 janvier 1981 (33 ans)
Lieu de naissance Nabeul, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Congrès pour la République, Parti démocrate progressiste puis Alliance démocratique[1]
Résidence Nabeul 2

Mahmoud Baroudi, né le 13 janvier 1981 à Nabeul, est un homme politique tunisien, membre de l'assemblée constituante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille de militants : son père est engagé dans le mouvement Ennahdha et passe sept ans en prison après être parti en exil[2]. Après avoir passé le baccalauréat, Mahmoud Baroudi part en France où il obtient une licence d’éco-gestion et entreprend des études de finances et de sociologie politique[2]. De retour en Tunisie, il travaille comme analyste financier, avant d'être limogé pour raisons politiques puis reste trois ans sans emploi et sans passeport[2]. En 2013, il prépare une thèse de doctorat intitulée Bonne gouvernance, corruption, croissance et inégalités sociales dans les pays en voie de développement dans le cadre des Recherches comparatives sur le développement de l'École des hautes études en sciences sociales à Paris[3].

Il commence à militer en fréquentant l’UNEF et le PCF à Paris, puis le Congrès pour la République, auquel il adhère entre 2002 et 2005, avant de rejoindre le Parti démocrate progressiste (PDP)[2].

Il est élu le 23 octobre 2011, en tant que constituant représentant la circonscription de Nabeul 2, puis devient président de la commission des secteurs de services et membre de la commission des martyrs et blessés de la révolution et de l'amnistie.

Suite à la création d'Al Joumhouri, fusion du PDP et d'Afek Tounes, certains militants, dont il fait partie, accusent Ahmed Néjib Chebbi et ses alliés d'avoir accaparé une grande partie des places des comités central et exécutif attribuées aux représentants du PDP, dont une douzaine d'entre eux appartiennent à la famille Chebbi. Par conséquent, neuf constituants, lui inclus, décident de suspendre leurs activités dans le parti et lancent le mouvement réformateur, dans l'attente de l'achèvement des négociations avec les militants partageant leur point de vue[4]. Le 29 avril 2012, le courant dit réformateur, issu du PDP, décide lors d'un meeting tenu à Sousse de se retirer définitivement d'Al Joumhouri[5] et de créer son propre parti, l'Alliance démocratique.

Il compare le 19 juillet 2012 la Tunisie à une république bananière après que le président Moncef Marzouki a nommé un nouveau gouverneur à la tête de la Banque centrale de Tunisie, une semaine avant que le limogeage du titulaire, Mustapha Kamel Nabli, ne soit entériné par l'assemblée constituante : « Il s'agit d'un décret d'un président provisoire d'une république bananière »[6].

Après la démission d'Hamadi Jebali et la nomination d'Ali Larayedh, ce dernier constitue un gouvernement dont la coalition serait plus large que celle de Jebali. Larayedh propose alors à l'Alliance démocratique de le rejoindre, proposant à Baroudi les portefeuilles du Commerce et du Tourisme qu'il décline[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Sarah Ben Hamadi, « Tunisie : L'Alliance Démocratique, nouvel acteur politique mené par les anciens du PDP », Tekiano, 8 novembre 2012
  2. a, b, c et d (ar) Profil de Mahmoud Baroudi (Marsad)
  3. (fr) Portrait de Mahmoud Baroudi (Centre d'études des modes d'industrialisation)
  4. (fr) « Tunisie : 9 membres du PDP à la constituante suspendent leur activité », Espace Manager, 12 avril 2012
  5. (fr) « Une aile dite réformatrice du PDP quitte le Parti républicain », Business News, 29 avril 2012
  6. (fr) « Tunisie : La Tunisie est devenue une République Bananière selon Baroudi », Espace Manager, 19 juillet 2012
  7. (fr) « Tunisie : Mahmoud Baroudi décline un portefeuille ministériel », Tunisie numérique, 1er mars 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :