Magnolia Springs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magnolia Springs
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Alabama Alabama
Comté Baldwin
Maire Charles S. Houser
GNIS 012221
Indicatif(s) téléphonique(s) local (locaux) 251
Démographie
Population 3 946 hab.
Géographie
Coordonnées 30° 23′ 59″ N 87° 46′ 34″ O / 30.399722, -87.77611130° 23′ 59″ Nord 87° 46′ 34″ Ouest / 30.399722, -87.776111  
Altitude 10 m
Fuseau horaire CST (UTC-6)
Divers
Fondation c. 1800
Municipalité depuis 2006
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alabama

Voir sur la carte administrative de l'Alabama
City locator 14.svg
Magnolia Springs

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Magnolia Springs

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Magnolia Springs
Liens
Site web http://www.townofmagnoliasprings.org/

Magnolia Springs est un village au sud du comté de Baldwin. Il a été incorporé en 2006[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Magnolia Springs se trouve près des sources de la rivière Magnolia, qui était à l'origine appelée la rivière de Lin, ou la rivière del Salto par les résidents locaux[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé météorologique de Magnolia Springs
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4 6 9 13 17 21 23 22 20 14 9 6 13,7
Température moyenne (°C) 10 12 16 19 23 26 28 27 25 20 16 11 19,8
Température maximale moyenne (°C) 16 18 21 25 28 31 32 32 31 26 21 17 24,8
Record de froid (°C)
date du record
−15
1985
−12
1951
−6
1980
1
1973
6
1960
11
1984
15
1967
16
2004
5
1967
1
1967
−6
1989
−13
1950
−15
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
28
1952
31
1982
29
2007
33
1987
37
1953
38
1954
38
1980
39
2000
38
1954
34
1954
33
1971
29
1965
39
2000
Précipitations (mm) 155,2 138,9 170,4 115,1 142,2 150,9 203,2 158 151,6 90,7 131,8 111,8 1 719,8
Source : Weather.com


Histoire[modifier | modifier le code]

La ville s'est développée à partir d'un octroi de terre espagnol en 1800. Historiquement, la région était habitée par une importante population créole, parfois appelée les Cadiens par la majorité des résidents.

Le plus grande entreprise de la région était la distillerie de térébenthine. Pourtant, en 1865, elle fut brûlée par ses propriétaires afin d'éviter d'être capturée par les soldats de l'Union lorsqu'ils arriveraient dans la région[2].

En 1931 Horace Mann Bond, un sociologue de l'université de Fisk, étudia Magnolia Springs et rapporta que celle ville s'identifiait comme une seule communauté. Il la qualifia de « racial island ». Certains résidents ont des origines françaises[N 1].

En mai 2006, les résidents approuvèrent l'incorporation par 224 voix contre 96. Les résultats furent certifiés par le juge successoral Adrian Johns le 29 juin 2009. Cette date a alors été reconnue anniversaire de la ville[3].

Post-incorporation[modifier | modifier le code]

Les membres du conseil de ville n'étaient, au départ, pas payés. Depuis février 2008 le salaire des membres du Conseil a été voté et fixé à $100 par mois. Initialement, l'ordonnance prévoyait un salaire de $200 par mois pour le maire et de $100 pour les membres du conseil, cependant, celle-ci ne passa pas. Une mesure précédente prévoyait aussi de payer le maire et les membres du conseil par un salaire de $50 par mois[1].

Le conseil déménagea dans de nouveaux quartiers en novembre 2007[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville a une population de 3 946 habitants[5]. La ville considère l'annexion de parcelles dans un rayon de trois miles ce qui augmenterait la population à 11 000 résidents[4].

Éducation[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

National Register od Historic Places[modifier | modifier le code]

Parmi les bâtiments inscrits au National Register of Historic Places se trouvent le Moore Store, le Sunnyside Hotel, la Brunell House et l'Église épiscopale de St. Paul[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « One leaves "the Old Spanish Trail at the eastern head of the Cochrane Bridge, and drives south through Fairhope along Mobile Bay. Ten or fifteen miles beyond is the pleasant little village of Magnolia Springs, and one is in the sandy Gulf Coast soil where these people have their farms and community life. They call themselves 'Creoles', and their white neighbors qualify the term by calling them '[expletive deleted] Creoles.' The question of Negro blood has long been a sensitive spot with the Creole population of Louisiana and other southern states, but in Baldwin County it means only one thing to the dominant white class: some degree of Negro extraction.
    "A stop at a little crossroads store where the young Creole clerk volunteered more information led us still farther into the intricacies of life among the Magnolia Springs Creoles. The clerk was a small man whose complexion had a hint of reddish brown, and he was one of the few men in the community who bore a French family name. He claimed to be the great-grandson of an officer in Napoleon’s Grande Armée. He had come to the Baldwin County community from across the bay. He gave as his reason the decay of the Creole community in Mobile County, and stated that this disintegration was almost complete.
     »

    Bond 1931, p. 552-567

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Horace Mann Bond, « Two Racial Islands in Alabama », The American Journal of Sociology, vol. 36, no 4,‎ janvier 1931

Compléments[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]