Magnanime (1779)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir Le Magnanime.
Magnanime
Image illustrative de l'article Magnanime (1779)
Modèle réduit de vaisseau de 74 canons du même type que le Magnanime

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Quille posée octobre 1778
Lancement 27 août 1779
Armé décembre 1779
Caractéristiques techniques
Type vaisseau de ligne
Longueur 55,6 mètres
Maître-bau 14,3 mètres
Tirant d'eau 6,8 mètres
Propulsion voile
Caractéristiques militaires
Armement 74 canons

Le Magnanime est un navire de guerre français, en service de 1779 à 1790. C'est un vaisseau de ligne de troisième rang portant 74 canons sur deux ponts.

Il s'agit du troisième vaisseau de 74 canons à porter ce nom, après celui lancé sous Louis XIV[1], et celui construit sous Louis XV[2]. Ils auront un successeur sous Napoléon, un 74 de la classe Téméraire[3].

Construction[modifier | modifier le code]

Le Magnanime, lancé en 1779, fait partie des vaisseaux de 74 à l'armement standardisé autour de trois calibres, de 36, 18 et 8 livres. Ses plans sont repris en 1781 pour construire l’Illustre[4].

Il porte 74 canons :
28 canons de 36 livres dans sa première batterie ;
30 canons de 18 livres dans sa seconde batterie ;
16 canons de 8 livres sur les gaillards.
Poids total d'une bordée : 838 livres, soit 410 kg de boulets en fonte.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1781, sous le commandement du capitaine de vaisseau Jean-Antoine Le Bègue de Germiny, il fait partie de l'escadre de vingt vaisseaux armée à Brest pour partir en Amérique sous les ordres du lieutenant général des armées navales Grasse. Son équipage compte avant le départ 911 hommes[5] :
20 officiers, 4 passagers (dont 2 officiers des troupes de marine), 3 gardes-marine, 8 volontaires, 112 officiers mariniers, 27 gabiers, 11 timoniers, 341 matelots[6], 29 canonniers militaires, 83 novices et garde-côtes, 22 surnuméraires, 69 mousses, 157 soldats (essentiellement du régiment de Foix) et 25 domestiques.

Le départ a lieu le 22 mars 1781 ; la traversée de l'Atlantique coûte six vies au Magnanime par divers accidents (chutes et noyades). Le 29 avril, à son arrivée à la Martinique, l'escadre affronte celle du contre-amiral Hood à la limite de la portée de tir. Le Magnanime tire 397 boulets sur deux vaisseaux britanniques, a un mort et trois blessés.

La deuxième affaire importante est la bataille de la baie de Chesapeake, le 5 septembre 1781. Le Magnanime fait partie de l'escadre bleue, soit l'arrière-garde (cette dernière commandée par Monteil sur le Languedoc), qui n'a pas l'occasion d'ouvrir le feu.

Le troisième combat est la bataille de Saint-Christophe, les 25 et 26 janvier 1782 : l'escadre de Hood est au mouillage, attaquée par les Français. Le Magnanime, à l'avant-garde (commandée par Vaudreuil), s'en prend au HMS Barfleur (de 98 canons) à mi-portée puis le lendemain au quart de portée (environ 600 boulets) ; seulement quatre blessés sur le français.

Le dernier affrontement commence le 9 avril 1782 par un bataille rangée pendant laquelle le Magnanime, à l'avant-garde de la flotte française, tire 416 boulets mais en reçoit quinze dans sa coque et trois dans ses mâts. Plusieurs de ses voiles sont en lambeaux, son grand mât de hune est cassé, et sa carène est couverte d'algues : le vaisseau ralenti toute la flotte.

Le 12 avril 1782, la flotte de Grasse doit de nouveau affronter celle de Rodney lors de la bataille des Saintes. Le Magnanime est à l'arrière-garde, mais les vaisseaux britanniques réussissent à couper la ligne française entre le Diadème et le Magnanime ; ce dernier se retrouve à 10 h entre deux vaisseaux trois-ponts ennemis qui le matraque.
Après avoir envoyé 905 boulets, il quitte la ligne de bataille : 28 hommes sont morts, 91 sont blessés dont le capitaine, le mât d'artimon est percé, celui de misaine fragilisé, il a sept boulets dans le beaupré et un en plein dans le grand mât.
« Étant sans mouvement, je n'ay jamais pû rallier nos vaisseaux suivant l'ordre répété des chefs, cependant on tiroit toujours sur moy, mais d'un peu loin, et quoique les boulets me tuâssent du monde, j'empêchois de tirer pour ne pas attirer l'attention des ennemis, ce qui m'a réussi [...]. »[7]

Le retour à Brest d'une partie de la flotte a lieu le 23 août. Le capitaine Le Bègue est écouté par la commission d'enquête de Brest (de septembre 1782 à juillet 1783), puis par le conseil de guerre à Lorient (de septembre 1783 à mai 1784) comme témoin et accusé. Le verdict ne le sanctionne pas.

Le vaisseau est finalement démoli à Brest en 1793.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le premier Magnanime, lancé en 1706, participe à la bataille navale de Vélez-Malaga en 1704. Son naufrage a lieu au retour de l'expédition de Rio en 1713.
  2. Le deuxième Magnanime, lancé en 1744, combat le 29 novembre 1746 quatre vaisseaux anglais devant Saint-Domingue. Il est pris par les Britanniques en 1749.
  3. Le quatrième Magnanime, lancé en 1803, est renommé le Vétéran dès 1804. C'est lui qui sous le commandement de Jérôme Bonaparte se réfugie à Concarneau en 1806. Il est démoli en 1816.
  4. L’Illustre est lancé en 1781. en:French ship Illustre (1781)
  5. Rôle d'équipage du Magnanime, Archives nationales, fonds Marine, C6-707.
  6. Parmi les matelots se trouvent treize étrangers : un Américain, un Prussien, quatre Espagnols, un Portugais, un Napolitain, quatre Génois et un Anglais.
  7. Rapport de la bataille par Le Bègue, 17 avril 1782, ayant servi de déposition au conseil de guerre, Archives nationales, fonds Marine, B4-205.