Maghreb de Fès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maghreb de Fès (basket-ball) et Maghreb de Fès (handball).

Maghreb de Fès

Logo du Maghreb de Fès
Généralités
Nom complet Maghreb Association Sportive de Fès
Surnoms MAS
Les Tigres Jaunes
Savana
Bad Boys
Fondation 1946
Couleurs jaune et noir
Stade Complexe sportif de Fès
(45 000 places)
Siège Fès
Championnat actuel Botola
Président Drapeau : Maroc Marouane Bennani
Entraîneur Drapeau : France Franck Dumas
Joueur le plus capé Drapeau : Maroc Hamid Hazzaz
Meilleur buteur Drapeau : Maroc Hamza Abourazzouk
Site web www.Massawi.com
Palmarès principal
National[1] Championnat du Maroc (4)
Coupe du Maroc (3)
International[1] Coupe de la confédération (1)
Supercoupe de la CAF (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Le Maghreb Association Sportive de Fès (en arabe : المغرب الرياضي الفاسي) est un club omnisports marocain fondé en 1946 par plusieurs nationalistes, en particulier Driss Benzakour.

Histoire du club[modifier | modifier le code]

Création et développement durant la colonisation (1948-1955)[modifier | modifier le code]

Avant l’indépendance, et pour la plupart des clubs marocains, football rimait avec résistance. À Fès, plusieurs équipes de quartier s’étaient constituées, pour militer ensemble contre le protectorat, en jouant officiellement au football. La multiplicité de ces clubs de quartier commençait à agacer les Français, et c’est ainsi que la décision de les regrouper en un seul club phare de la ville avait été prise par plusieurs nationalistes à la tête desquels se trouvait Lhaj Driss Benzakour.
Le Maghreb Association Sportive était enfin né en 1946 par l'élite autochtone pour donner la réplique à l'US Fès, club où ne jouaient que les Français. Son premier match officiel fut joué en 1948. Le choix du nom « Maghreb »" était dicté par la dimension nationale que les fondateurs voulaient donner à ce club. Le premier joueur à avoir signé sa licence au MAS n’est autre que Driss Jamai, encore vivant de nos jours.

Le MAS est la première équipe marocaine à atteindre les seizièmes de finale de la Coupe de France en 1954 contre Red Star à l'époque à Paris. Le meilleur palmarès du MAS pendant cette époque reste sa qualification aux 32e de finale de la Coupe de France en 1954 où il devait jouer à Saint-Ouen dans la banlieue nord parisienne contre le grand Red Star. C’est ainsi qu’en janvier 1955, en pleine crise de l’exil de feu SM Le Roi Mohamed V à Madagascar, les Ouadghiri, Benomar, Jamai, Debagh, Benzakour, Lahbabi, Benchekroun... ont pris l’avion, pour la première fois de leur vie pour la plupart, pour aller défendre le Maroc chez le «colon». Un terrain gelé, et des chaussures pas du tout appropriées, ont eu raison de la bonne volonté des canaris. Le Red Star se qualifia aisément, laminant le MAS par 9-0. Mais peu importe ! Le MAS devenait une équipe connue en dehors des frontières. Une première page de l’histoire de ce grand club était ainsi écrite.

Le MAS et ses débuts après l'indépendance (1956-1965)[modifier | modifier le code]

En 1956, le Maghreb de Fès est parmi les 16 équipes d’élite du premier championnat marocain post-indépendance grâce à sa victoire 4-0 lors d’un match de barrage contre l’équipe de Fedala (ex Mohammedia). C’est l’époque où le club adopte son maillot jaune et noir. Jusque-là, l’équipe avait joué en bleu et blanc, puis en rouge et vert. Pendant cette première saison, l’équipe réalise des résultats moyens et termine en 7e position. En Coupe du Trône, elle se fait éliminer en quart de finale.
En 1957, le MAS échappe de justesse à la relégation après avoir terminé à la 12e place, sachant que cette année-là, quatre équipes sont reléguées en deuxième division. C’est d’ailleurs la fin de la première génération des joueurs du club. Des noms tels que Bachir Oudghiri, Allal Chergui, Hamid El Harcha et Driss Kharbouch vont bientôt laisser la place à une nouvelle génération.

En 1965, le club remporte son premier titre de championnat.

les premières saisons du MAS en D1 étaient quelconques : son classement oscillait entre la 7e et la 12e place. Mais déjà, il peut s’enorgueillir d’avoir donné l’un des deux seuls internationaux locaux à l’équipe du Maroc pour son match contre l’Espagne. Ahmed Labied gardait de ce fait les buts du Maroc, et était accompagné du seul Larbi du Wydad. Tout le reste venait du monde professionnel. La même année, en 1961, le MAS termine 2e du Championnat à une longueur des FAR.

En 1962, et après son retour de France où il est devenu pharmacien, Mohamed Benzakour devenait président, et appelait aux commandes techniques un certain Abdellah Settati. Depuis, le MAS est devenu une équipe de haut de tableau (4e en 1962, 4e en 1963 et 5e en 1964).

Les FAR étaient intouchables !! Lors de la saison 1964-1965, le duel battait son plein, une fois n’est pas coutume, entre les FAR et le MAS, mais leur match choc à Rabat, où les FAR devait distancer les canaris tournait au vinaigre pour les amis de Bamous : le MAS les étrillait par 0-3 et reprenait les commandes, le MAS des titres était né ce jour-là.le sacre allait être entériné lors de la dernière journée du Championnat face au Raja, qui lui venait à Fès pour contraindre le MAS au match nul et aider ainsi le RAC de Mendoza : un but de Allouch à la 75e minute forçait le destin, et le RAC terminait quand même 2e.

Settati n’ayant pas la chance des titres, avait cédé sa place au milieu de l’année à Abdelhak Kadmiri. Lors du prochain numéro, on parlera de l’époque allant de 1965 à 1975, cette des 3 finales et des 4 titres perdus pour diverses raisons. L’équipe type de 1965 : Labied- Benomar, Zoubir, Moulay Driss, Bouzidi, Jennane, Filali, Mtioui, Sadni, Boutayeb, Allouch(Tazi)

Apogée et âge d'or (1978-1985)[modifier | modifier le code]

Le MAS atteint son apogée de 1978 à 1985. Il est vice-champion du Championnat marocain (Botola) 1978 puis trois fois champion 1979, 1983 et 1985. Le MAS va aussi remporter sa première Coupe du Trône en 1980.

Malédiction en Coupe du Trône[modifier | modifier le code]

Le MAS a atteint onze fois la Finale de la Coupe du Trône (1966; 1971; 1974; 1980; 1988; 1993 ; 2001 ; 2002 ; 2008 et 2010). Cependant, dans cette compétition, le MAS est frappé par une malédiction car il n'a pu la remporter que trois fois (1980 et 1988 et 2011) et a perdu les 8 autres finales. Depuis toujours cette malédiction touche le MAS. Il a déjà fallut que le MAS perde ses trois premières finales (1966; 1971 et 1974) avant de pouvoir remporter son premier titre. En ce moment le MAS est à 5 défaites consécutives en finales de la Coupe du Trône (1993 ; 2001 ; 2002 ; 2008 et 2010).

Toutefois le MAS semble avoir brisé cette malédiction en remportant la Coupe du Trône de 2011, deux semaines après avoir remporté La Coupe de la confédération CAF.

Premier titre Continental[modifier | modifier le code]

2011 : Coupe de la CAF[modifier | modifier le code]

Il s’agit de la Coupe de la confédération Africaine de Football (CAF), la première de l’histoire du club, arraché le 4 décembre 2011 à Fès, au Club africain de Tunis. Vainqueurs à la finale aller à Radès (1-0), les Tunisiens avaient une avance sur le MAS, qui se devait de remporter la manche retour et c’est ce que les poulains de Rachid Taoussi ont fait. D’abord en renvoyant l’ascenseur aux hommes de Faouzi Benzarti, et en leur damant ensuite le pion aux tirs au but (6-5) avec comme métronome Anas Zniti, auteur des deux arrêt décisifs et du but du sacre.

Parcours en Coupe de la CAF[modifier | modifier le code]

Qualification pour la finale[modifier | modifier le code]

Le 30 octobre 2011, le MAS de Fès arrache sa qualification pour la finale de la Coupe de la confédération 2011 à l’endurance et au bout d’une attente interminable puisqu’il aura fallu la 5e minute du temps additionnel de la deuxième période pour voir le stade plein à craquer se lever en signe de délivrance. Chem-Eddine Chtibi, arrivé au club juste avant le coup d’envoi de la phase de poules de la Coupe de la confédération 2011, marqua le but de la victoire et de la qualification d’une frappe de 25 mètres en pleine lucarne. Ce but marqué à la 95 minutes propulse le MAS pour sa première finale d'une compétition internationale où il affronte le Club africain de Tunis en deux matchs. Le match aller au Stade olympique d'El Menzah et le Retour au Complexe sportif de Fès. Le MAS a déjà rencontré le Club africain lors des huitièmes de finale de Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe de football 1990. Il s'était imposé 1-0 au match aller à domicile mais avait perdu 4-0 au match retour à l'extérieur.

La Finale[modifier | modifier le code]

C’est une équipe du MAS solidaire et menée vers l’avant qui a dompté le Club africain. Dès le coup d’envoi de la rencontre, les Jaune et Noir, emmenés par Chem-Eddine Chtibi et Hamza Bourezzouk, contre-attaquent. Une minute plus tard, Hamza Hajji obligeait le portier tunisien à repousser des poings, une belle balle enroulée (3e).

Le MAS impose sa tactique de jeu et domine le Club africain sur tous les compartiments de jeu. Les multiples assauts des Fassis vont finir par payer dans les arrêts de jeu de la première période. En deux temps, le MAS a fait trembler la défense adverse, d’abord sur un coup de tête de Moussa Tigana repoussé par le portier tunisien et dégagé par le Camerounais du Club africain Alexis Enam (48e); ensuite sur une infiltration d’Ayate qui voit son tir repoussé par Aymen Ben Ayoub mais Moussa Tigana était là pour reprendre la balle et, d’un tir puissant, ouvrir la marque pour le MAS (1-0, 45+3).

Réduits à dix dès la 58e minute, après l’expulsion de son attaquant tchadien Ezzechiel, le Club Africain ne s’est pas laissé démonter et à continuer d’attaquer, à l’instar de cette accélération de Mechergui (75e) suivie d’un tir qui n’inquiète guère Anas Zniti. À la dernière minute des arrêts de jeu, les Clubistes ont d’ailleurs failli égaliser sur un corner enroulé au second poteau, qui voit Anas Zniti aller au charbon. Heureusement pour le MAS, Lamrani était là pour enrayer le danger.

Le MAS succède au FUS[modifier | modifier le code]

Aux tirs au but, Anas Zniti se montre impérial et repousse d’une belle parade, le premier tir tunisien. Hajji trouve la barre transversale et remet les compteurs à zéro. À 5 tirs au but pour chacune des deux formations, le joueur tunisien Ziadi rate son tir et Anas Zniti, qui avait tout le destin du MAS, non plus dans ses mains mais dans ses pieds, trompe son homologue du Club Africain et offre la Coupe de la CAF aux Fassis (6-5).

Le Complexe Sportif de Fès, en liesse peut alors fêter le premier titre continental de Moghreb de Fès. Un sacre qui vient récompenser un parcours sans faute du MAS ponctué de 4 victoires et de deux matchs nuls en phases de poules, face notamment à de grandes équipes africaines comme interclubs d’Angola battu en demi-finale (2-1 à l’aller pour les Angolais et 1-0 pour le MAS à Fès), sous la houlette de son coach Rachid Taoussi.

“Nous avons cravaché dur pour arriver à ce stade de compétition. On a réussi à relever le défi devant de grandes équipes africaines. Les joueurs retenus ont été conscients de la mission qui leur incombe et ont remporté haut la main leur premier titre continental. Je dédie cette victoire à tous les Marocains.”, déclare Rachid Taoussi, entraîneur du MAS.

2012 : Le sacre de la super coupe[modifier | modifier le code]

le MAS en 2011 face au Raja de Casablanca

Au cours d’un match au scénario complètement fou, le Maghreb Fès, déjà vainqueur de la coupe de la CAF, a remporté pour la première fois de son histoire la Supercoupe d’Afrique en s’imposant face à l’Espérance de Tunis, vainqueur de la Ligue des champions d’Afrique. Les Canaris ont mis un quart d’heure pour entrer dans le match, l’Espérance ayant essayé de surprendre dès les premières minutes la défense « massaoui ». Yannick Niang a failli ouvrir le score pour l’Espérance (10e min), mais il a trop croisé son tir. Laissant passer l’orage, la bande à Rachid Taoussi (entraîneur du MAS) se réveillait au bout de 15 minutes de jeu.

Sur une action bien orchestrée côté gauche, Hamza Hajji centre en direction de Hamza Abourazouk qui devance le défenseur Benmansour et, de l’extérieur du pied, trompe le gardien tunisien, Benchrifia. Un but à zéro pour le MAS à la grande stupéfaction des supporters tunisiens. De quoi assommer l’Espérance qui sera moins fringante durant le reste de la première mi-temps. Cette ouverture du score a bouleversé les plans de l’entraîneur suisse de l’Espérance, Michel Ducastel. Elle a, en revanche, libéré les joueurs du MAS qui ont multiplié les assauts pour marquer un second but, mais la précipitation des attaquants « massaoui » et la vigilance du gardien de l’Espérance, Benchrifia, ont en décidé autrement. Très disciplinés tactiquement et doués techniquement, les Marocains ont pris à la gorge les Tunisiens, incapables de trouver des solutions. En seconde période, le MAS a laissé le ballon à son adversaire et a procédé par des contres.

Même réduite à 10 après l’expulsion de Majdi Traoui, l’Espérance continuait à donner des sueurs froides au gardien de but du MAS, Ismaël Kouha, qui a remplacé Anas Zniti, sorti à la suite d’une blessure. Et à force de pousser, l’Espérance égalise au bout du temps additionnel par Chemmam (90e+10) !

Un effort qui n’a pas suffi, puisque les Marocains se sont finalement imposés aux tirs au but (4 -3). Le MAS de Fès succède ainsi au TP Mazembe au palmarès de la Super coupe d’Afrique, qui revient pour la deuxième fois à un club marocain, après le Raja de Casablanca en 2000. Après avoir pris le meilleur sur le Club africain en finale de la coupe des confédérations, le MAS rajoute l’Espérance Tunis à son tableau de chasse. Il devient, par la même occasion, le deuxième club marocain qui s’impose en terre tunisienne après le sacre du Raja sur la même équipe de l’Espérance en finale de la ligue des champions en 1999. Le club égyptien d’Al Ahly détient le record des victoires en Super coupe (4 titres), suivi de son rival, le Zamalek (3 titres), alors qu'Enyimba, l’Étoile du Sahel et le TP Mazembe avaient remporté deux titres chacun.

Les Derbies[modifier | modifier le code]

Derby de Fès[modifier | modifier le code]

Le Derby de Fès oppose les deux plus grands clubs de Fès soit le Maghreb de Fès et le Wydad de Fès. Cette rencontre se déroule traditionnellement au Complexe sportif de Fès, stade disposant de 45 000 places assises et numérotées.

Ce derby oppose toutefois deux clubs sensiblement « inégaux » puisque le Wydad de Fès n'a jamais remporté de titre tandis que le MAS de Fès lui en a remporté plusieurs. La popularité du MAS de Fès est d'ailleurs bien plus grande car le MAS de Fès est l'un des clubs marocains les plus titrés. Malgré tout ce derby reste toujours très populaire au sein de la ville de Fès.

Derby De l'Atlas[modifier | modifier le code]

Ce derby voit s'opposer les deux plus grands clubs des villes voisines Fès et Meknès, respectivement le club du MAS et le club du CODM.

Il y a eu deux fois un derby MAS-CODM pour la final de la coupe du trône.

  • Le premier derby été lors de la 10e édition de la coupe du trône en 1966, et elle a été remporté par le CODM sur le score de 2-0.
  • Le second derby été lors de la 55e édition de la coupe du trône, soit 45 ans plus tard, en 2011, cette fois elle a été remporté par le MAS sur le score de 1-0.

La portée de ces matchs suscite bien souvent un engouement qui dépasse le cadre du sport.

Le 27 décembre 2011 lors de la 13e journée du championnat marocain le MAS se déplacé à Meknès. Le match a été interrompu par l'arbitre Bouchaib Lahrach à la 52e minute, en raison d'événements antisportifs ayant émaillé cette rencontre. Juste après l'inscription du premier but du match par Mohamed Camara (47e) en faveur des locaux, joueurs et staff ont subi des jets de projectiles en provenance des gradins, suite à quoi l'entraîneur du MAS a été touché. Quelques minutes après, le joueur du MAS, Abdelmoula Berrabeh a été blessé à la tête par un projectile, ce qui a poussé l'arbitre de la rencontre à suspendre la partie, avant de décider d'arrêter le match. Le joueur Abdelmoula Berrabeha été transféré à l'hôpital, ce dernier a dû subir plusieurs points de suture en raison d’une vilaine blessure au niveau du cuir chevelu. Il sera indisponible pour une durée de 15 à 20 jours.
Ces événements antisportif coûta cher au CODM, qui perdit le match sur tapis vert 0-3 alors qu'il menait 1-0 et a été sanctionné d'un point au classement.

La rencontre devait pourtant être belle étant donné que le CODM et le MAS se sont affrontés, une dizaine de jours avant cette rencontre en finale de Coupe du Trône. Une finale perdue par les Meknassis (1-0), qui tenaient, vaille que vaille, à prendre leur revanche en Championnat.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le MAS est un l'un des clubs les plus titrés du royaume, avec un palmarès remarquable.

Palmarès du MAS de Fès
Compétitions nationales Compétitions internationales Compétitions régionales et tournois amicaux

Championnat du Maroc : (4)

Coupe du Trône : (3)

Championnat du Maroc (D2) : (2)

Championnat du Maroc (Espoirs) : (1)

Supercoupe de la CAF : (1)

Coupe de la confédération : (1)

Ligue des champions de la CAF

  • 1984 : Quart de finales

Tournoi Antifi : (1)

Tournoi Abdelwahed Bennani : (1)

Tournoi Souiri : (1)

Tournoi Yazid Chargui : (1)

Tournoi Driss Benzakour (jeunes) : (1)

Stades[modifier | modifier le code]

Complexe Sportif de Fès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Complexe sportif de Fès.

Le Complexe sportif de Fès (en arabe : المركب الرياضي لفاس) est un stade de football d'une capacité totale de 45 000 places assises localisé dans la ville de Fès au Maroc. Plus précisément sur la route reliant Fès à Sefrou, il est d'un style architectural typiquement marocain.

Les plans de ce stade réalisés par des architectes et ingénieurs marocains et le lancement des travaux a été faite en 1992 et ce n'est que 2 années plus tard que débuta sa construction. Sa construction a été initialement lancée dans le cadre de la candidature Marocaine à l'organisation de la coupe du monde en 2006. La construction devait s'achever normalement début 1997 pour accueillir avec le Stade d'Honneur de Meknès la Coupe d'Afrique des nations Junior 1997 mais le stade n'a pas été livré à temps dû notamment par des arrêts et des problèmes techniques.

Ce n'est qu'en 2003 que les travaux ont été achevés et l'ouverture du complexe que le 25 novembre 2007. Le projet aura finalement duré 15 ans dont 9 années pour sa construction et aura coûté plus de 400 millions de Dirhams.


Le complexe tout entier comprend deux terrains de football, un pour les matches, l’autre pour les entraînements, des jardins et des vestiaires. Il dispose également d’une piste olympique de 8 couloirs. Il renferme une salle médias, un centre de premiers soins, une infirmerie et un local de contrôle anti-dopage alors que le parking du stade mis à la disposition des visiteurs peut accueillir jusqu'à 7500 voitures et 350 autocars.

Pour éclairer le stade, 4 tours se dressent sur une hauteur de 36 mètres. Sous chacune, un tunnel rendant facile l’accès pour les urgences et les forces de l’ordre. L’ensemble du stade comprend 24 portes permettant ainsi une évacuation rapide, estimée entre 5 et 7 minutes.


Vue de l'intérieur Complexe Sportif de Fès

Records[modifier | modifier le code]

Records du club[modifier | modifier le code]

Records du club en match officiel[modifier | modifier le code]

Effectif Actuel[modifier | modifier le code]

Effectif Maghreb Association Sportive de Fès de la saison 2014-2015
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[2] Nom Date de naissance Sélection[3] Club précédent
Gardiens
1 G Drapeau du Maroc Sokhra, MohammedMohammed Sokhra 12/4/1983 (31 ans)
0 Formé au club
Défenseurs
4 D Drapeau du Mali Koné, BoubacarBoubacar Koné 21/8/1984 (30 ans) Mali Al Merreikh Omdurman
14 D Drapeau du Maroc Hammouni, SaidSaid Hammouni 9/3/1980 (34 ans)
Ittihad Khémisset
7 D Drapeau du Maroc Benzoukane, ChakibChakib Benzoukane 7/8/1986 (28 ans) Maroc PFK Levski Sofia
Milieux de terrain
5 M Drapeau du Maroc Mssassi, AbderrahmaneAbderrahmane Mssassi 24/3/1985 (29 ans)
FAR de Rabat
18 M Drapeau du Maroc Ayatti, YoussefYoussef Ayatti 1/1/1984 (30 ans)
Chabab Rif Al Hoceima
23 M Drapeau : Sénégal Diop, MohamedMohamed Diop 23/4/1992 (22 ans) Sénégal-23 0 Formé au club
? M Drapeau de la France Settaout, RedouaneRedouane Settaout 30/3/1989 (25 ans)
Bourg-Péronnas
24 M Drapeau du Maroc El Basri, YoussefYoussef El Basri 13/3/1983 (31 ans)
FAR de Rabat
Attaquants
20 A Drapeau du Mali Tigana, MoussaMoussa Tigana 23/8/1987 (27 ans)
Cercle Olympique de Bamako
29 A Drapeau du Maroc Halhoul, AbdelhadiAbdelhadi Halhoul 1/1/1989 (25 ans)
0 Formé au club
27 A Drapeau du Maroc El Bassil, El MehdiEl Mehdi El Bassil 14/12/1987 (26 ans)
FAR Rabat
11 A Drapeau du Brésil Jefferson Escher, LuisLuis Jefferson Escher 22/6/1987 (27 ans)
Kawkab de Marrakech
7 A Drapeau de la France Malcuit, SamirSamir Malcuit 2/10/1985 (28 ans)
Raja de Casablanca
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Franck Dumas
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Maroc Mohammed Lacchabi
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Maroc Samir Hajjam
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Maroc Abdelhak Ketami
Médecin(s)
  • Drapeau : Maroc Dr Feddoul



Légende

Consultez la documentation du modèle

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Avant 2001

 

Depuis 2001

Présidents[modifier | modifier le code]

Pays Nom Période
1 Drapeau du Maroc Driss Benzakour 1946-?
2 Drapeau du Maroc Mohamed Benzakour 1962-1981
3 Drapeau du Maroc Saïd Belkhayat 1981-1991
4 Drapeau du Maroc Mohamed Benzakour 1993-1994
5 Drapeau du Maroc Hamid Hazzaz 1994- ?
? Drapeau du Maroc Saâd Akesbi 2004-2006
? Drapeau du Maroc Marouane Bennani 2009-

Anciens joueurs[modifier | modifier le code]

Tarik Sektioui sous le maillot du FC Porto.

Supporters[modifier | modifier le code]

Supporters du MAS

Le MAS de Fès dispose d'une large base de supporters dans la ville de Fès. Son public est présent également dans quelques autres villes du royaume notamment Casablanca et Rabat qui comptent une large population d'origine Fassie. Lors de la finale de la Coupe de la confédération que le MAS a remportée, le public du MAS a atteint le 45 000 spectateurs, ce qui a été le 2e record du Complexe sportif de Fès.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Un supporteur du MAS a succombé, au soir du 4 décembre dans un café à Taza, à une foudroyante crise cardiaque après la fatidique séance des tirs au but ayant sanctionné la finale retour de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) entre le club fassi et le club Africain de Tunis.

Le cœur fragile du fan du MAS, M.S, 52 ans, ingénieur en chef, fonctionnaire à la province de Taza a lâché juste après le penalty victorieux du MAS au détriment de la formation tunisienne (6-5 tirs au but/temps réglementaire 1-0/aller: défaite 1-0). Selon des témoins qui suivaient le match à la télévision, le défunt euphorique a voulu exprimer sa joie, avant d’être terrassé par un malaise cardiaque. Il a rendu l’âme lors de son transfert d’urgence à l’hôpital provincial Ibn Baja de Taza. Marié et père de deux enfants, le défunt a été inhumé le lendemain dans un cimetière à Fès.

Groupes Ultras[modifier | modifier le code]

Les groupes Ultras qui supportent le club sont :

Nom Abréviation Date de création Emplacement au stade
Ultras Fatal Tigers FT06 2006 Virage Nord (Savana)
Ultras Bad Brigade BB08 2008 pelouse ( milieu )

Sponsors[modifier | modifier le code]

  • Sanad Assurance
  • Anassi
  • Wafa Immobilier

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :