Magda Olivero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olivero.

Magda Olivero

Nom de naissance Maria Maddalena Olivero
Naissance
Saluzzo, Piémont
Flag of Italy (1861-1946).svg Italie
Activité principale Artiste lyrique
Soprano

Répertoire

Vérisme

Magda Olivero est une cantatrice (soprano) italienne, née le à Saluzzo dans le Piémont.

Considérée comme l'une des grandes actrices lyriques du XXe siècle[réf. nécessaire], elle est particulièrement associée au répertoire vériste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Magda Olivero étudie à Turin le piano et le chant avec Luigi Gerussi, et y débute en 1933, dans le rôle de Lauretta de Gianni Schicchi. La même année, elle débute à la Scala de Milan, où elle chante Gilda, Nanetta, Mimi, Butterfly. En 1937, elle aborde à l'Opéra de Rome le rôle d'Elsa dans Lohengrin, puis ajoute à son répertoire ceux de Violetta, Manon et Liù, tout en créant des œuvres contemporaines de compositeurs tels Franco Alfano et Felice Lattuada. En 1940, elle chante Adriana Lecouvreur de Francesco Cilea, qui devient son rôle-fétiche, se marie et abandonne la scène.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle donne des concerts, puis revient à la scène en 1951 avec Adriana à la demande de Cilea lui-même, la jugeant irremplaçable dans ce rôle. Elle entreprend alors une seconde carrière qui durera plus de trente ans. Elle chante Margherita de Mefistofele, ainsi que Santuzza, Nedda, Tosca, Giorgetta, Suor Angelica, Fedora et Francesca da Rimini.

Elle paraît à Paris, Bruxelles, Amsterdam, Londres, Édimbourg, etc., et débute au Metropolitan Opera de New York en 1975, âgée de 65 ans, dans le rôle de Tosca.

La carrière de Olivero demeure un cas particulier pour sa longévité. Elle sut préserver durant 50 ans toute l'intégrité de sa voix grâce à une émission vocale exceptionnelle et au choix rigoureux d'un répertoire fondé principalement sur le répertoire puccinien et la Jeune école italienne, avec quelques Verdi et quelques rôles français, notamment Manon. Sa longévité lui permit de chanter d'abord aux côtés d'Aureliano Pertile ou de Carlo Galeffi, puis plusieurs dizaines d'années plus tard auprès d'Alfredo Kraus et Luciano Pavarotti, et de parrainer les débuts de jeunes chanteurs nés après la Seconde Guerre mondiale. Elle demeure, avec Maria Callas et Leyla Gencer, l'une des grandes interprètes de l'opéra italien de l'après-guerre. Callas elle-même évita d'aborder des rôles tels qu'Adriana Lecouvreur ou Francesca da Rimini où l'art de Olivero passait pour ne pouvoir être approché[réf. nécessaire].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Harold Rosenthal, John Warrack, Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Guide de l'opéra, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique »,‎ 1995 (ISBN 978-2-2135-9567-2)