Mafate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mafate (esclave).
Mafate
Le cirque de Mafate vu depuis le Maïdo.
Le cirque de Mafate vu depuis le Maïdo.
Localisation
Coordonnées 21° 03′ 14″ S 55° 25′ 14″ E / -21.053889, 55.420556 ()21° 03′ 14″ S 55° 25′ 14″ E / -21.053889, 55.420556 ()
Pays Drapeau de la France France
Département La Réunion
Communes La Possession, Saint-Paul
Géologie
Massif Massif du Piton des Neiges
Type de cratère Caldeira

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

(Voir situation sur carte : La Réunion)
Mafate

Situé à La Réunion sur les communes de Saint-Paul et de La Possession, le cirque de Mafate est synonyme d'isolement, de solitude et d'inaccessibilité. Il fait aujourd'hui partie du Cœur habité du Parc National de la Réunion, classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 2010.

Pour y entrer ou en sortir, il n'existe que deux voies : celle des airs et celle des sentiers de randonnée.

En effet, la difficulté de son accès, due à son relief tourmenté et chaotique, empêche la route de pénétrer au cœur de ce sanctuaire naturel. Le cirque est un immense chaudron au fond irrégulier, parsemé ici et là de nombreux îlets où la vie, au fur et à mesure du temps s'est fixée.

Ses habitants sont appelés les Mafatais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Il semblerait que le cirque de Mafate appelé autrefois cirque de la Rivière des Galets, n'ait pris son nom de Mafate qu'à la fin du XIXe siècle.

Il existe plusieurs hypothèses pour l'origine de ce nom[1] :

  • un dérivé de l'adjectif malgache Mahafaty, dont la signification serait « qui tue, dangereux », en référence à l'aspect périlleux des déplacements à cet endroit à l'époque ;
  • le cirque devrait son nom à un chef marron Mafate qui s’y était réfugié du temps du « marronnage ».

Cette dernière hypothèse semble étayée par l'ouvrage Histoire de l'esclavage à l'île Bourbon[2] qui évoque que de nombreux esclaves marrons « [...]formèrent des villages défendus [...] sous la conduite de chefs autoritaires. Certains de ces derniers se seraient revêtus du titre de manjakes, synonyme de roi chez les malgaches. Il semble même qu'ils auraient pris des noms de guerre : Mafate (qui cause la mort), Tsilaos (invaincu). »

On retrouve également dans le cirque de nombreux sommets/villages/lieux-dits portant le nom de marrons, tels que le piton Cimendef ou le piton d'Anchaing.

Points de vue et points d'accès[modifier | modifier le code]

Le matin, avant que l'ennuagement soit prononcé, la Roche Écrite (au nord), le Maïdo (à l'ouest) ou le Grand Bénare (au sud-ouest) constituent d'excellents points de vue sur le cirque.

Il est possible d'entrer à Mafate à pied :

Mafate offre à ceux qui ont le courage d'y pénétrer des paysages somptueux et originaux. Son aspect sauvage et son isolement de toute civilisation est grandement apprécié par les amateurs de haute montagne. Les perles de ce site sont nombreuses :

Îlets[modifier | modifier le code]

Le peuplement du Cirque s'effectue sur une multitude de petits groupements d'habitations (cases), appelés « Îlets » disposés sur des petits plateaux partout dans le cirque. Mafate possède neuf îlets :

Vie à Mafate[modifier | modifier le code]

Contraintes d'habitation[modifier | modifier le code]

Chaque îlet dispose généralement d’un ou de plusieurs gîtes d’étapes, pour les randonneurs, car l’accession ne peut se faire qu’à pieds ou par hélicoptère, mais les prix de l'accès par voie aérienne sont extrêmement élevés.

Le ravitaillement et l’acheminement des secours se font désormais par hélicoptère, chaque îlet dispose donc d’une piste d’atterrissage d’hélicoptère. Le facteur, lui, effectue encore la distribution du courrier à pied entre les îlets.

La scolarité est assurée jusqu’à la fin du dernier cycle du primaire ; chaque îlet inclut une petite école, souvent d’une seule classe.

Aucun réseau électrique n’est installé dans le cirque ; chaque habitation et gîte d’étape exploite le soleil via des panneaux photovoltaïques disposés généralement sur le toit qui produisent assez d’électricité pour faire fonctionner quelques ampoules basse consommation et de petits appareils. Certains emploient parfois des groupes électrogènes, lorsque les nuages masquent trop longtemps le soleil. L’énergie solaire est également employée pour la production d’eau chaude, avec les chauffe-eau solaires.

Un réseau d’eau est cependant installé, car le lieu est très humide et le précieux liquide y est abondant; à certains endroits, on ne peut faire cent mètres sans croiser un torrent, ou une source.

Le cirque a sa propre radio, Radio Mafate, qui émet depuis l’Îlet à Bourse sur la bande FM, fréquence 89,9 Mhz. À cause du relief très escarpé, on ne peut recevoir partout cette radio.

Mafate se modernise :

  • les télécommunications (téléphone fixe et mobile, télévision, radio, et communications sécurisées) se font depuis le Maïdo, point de vue surplombant le Cirque.
  • le réseau de téléphonie mobile GSM est de qualité moyenne à assez bonne, même s’il n’y a aucun relais au sein du site, les antennes étant situées au Maïdo.

Gîtes[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Mafate est la seule station connue de l'espèce florale Eulophia borbonica, découverte récemment. Le cirque est quasiment entièrement recouvert de végétaux, le vert est la seule couleur, avec le marron des roches que l'on peut voir depuis des points de vue surplombant le site (Maïdo, Piton des Neiges). Olea europaea subsp. cuspidata est un arbre de la famille des oleacées qui peut atteindre 15 mètres de hauteur ; il est désigné encore comme « bois d'olive noir ».

Une fois pénétré dans le cirque, l'on peut voir alors une multitude de couleurs éclatantes, du rouge fluo du poinsettia au marron foncé du Filao. Le paysage peut parfois ressembler, en quelques petites similitudes, au massif français des Pyrénées en été.

Travaux et installations[modifier | modifier le code]

Les seules installations, ouvrages et réalisations du génie mécanique sont des petites passerelles, ponts et courts tunnels permettant aux randonneurs de franchir les nombreuses ravines, fabriqués la plupart du temps par l’Office national des forêts (ONF).

La plus impressionnante réalisation est celle du basculement des eaux, qui consiste en un transfert de l'eau de la région humide (Mafate, Salazie, Région Est) vers la région sèche (Ouest) via un réseau de galeries de plus de 30 kilomètres creusées dans la montagne, ce qui, malheureusement gâche la beauté du paysage au niveau de l'embouchure du Cirque, dans la Rivière des Galets, ou un barrage de captage de l'eau et plusieurs trous béants, grosses balafres, câbles et canalisations ornent les flancs de la falaise.

Ces constructions ont modifié le déversement naturel de l'eau, et des vannes contrôlées automatiquement régulent le flux, ce qui peut augmenter le débit de la rivière à n'importe quel moment. Des panneaux signalent les randonneurs du risque qui y est lié. Un projet de construction d'une route avait été émis, mais rapidement abandonné car cela enlèverait tout le charme du lieu.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mafate : origine d'un nom, lesblogueries.net, 28 mai 2006
  2. Mafate, chef marron, Le Guichet du savoir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Site internet exclusivement consacré au Cirque de Mafate : carte, randos, gîtes, histoire, ilets...

Bibliographie[modifier | modifier le code]