Maestro dell'Osservanza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triptyque de la Nativité de Marie (1430-1433), Musée art sacré, Asciano
Saint Antoine abbé tenté par un tas d'or (1435), Metropolitan Museum of Art
Flagellation du Christ, musées du Vatican

Le Maestro dell'Osservanza ou Maître de l'Observance (première moitié du Quattrocento, le XVe siècle italien) est un peintre et un enlumineur italien, un maître anonyme italien de style byzantin de l'école siennoise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maestro dell’Osservanza est le nom choisi par Alberto Graziani (1916-1943) un élève de Roberto Longhi pour définir l'artiste « très noble, d’une culture identique à celle de Sassetta mais plus ouvertement archaïque[1]. » L'expert italien, historien de l'art Roberto Longhi, a reconnu que deux triptyques anciennement attribués à Giovanni di Stefano (Sassetta), étaient l'œuvre d'un autre peintre siennois d'un style gothique très tardif déjà détaché du Moyen Âge[1].

Longhi s'est basé sur ce triptyque pour tenter de reconstruire le catalogue du peintre, qui pourrait être également le jeune Sano di Pietro, élève de et fortement influencé par Sassetta.

La Vierge et l'Enfant avec saint Jérôme et saint Ambroise (Basilique de l'Observance de Sienne) et la Naissance de la Vierge (Museo d'Arte Sacra, Asciano) sont de style similaire aux travaux de Sasseta, mais ont une expression narrative qui est caractéristique de la fin de la peinture gothique, correspondant à la stylistique byzantine (fonds dorés, peinture sur bois, ambiance lumineuse venant des saints, ...).

Longhi a observé qu'un autre groupe de peintures semblait être de la même main, il s'agit notamment :

Saint Antoine Abbé,(Musée du Louvre) semble être un morceau d'un autre retable du même maître.

Le Maestro dell’Osservanza enrichit la tradition gothique siennoise de notes naturelles minutieuse et vivaces scandées dans une atmosphère dorée[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Enluminures[modifier | modifier le code]

  • Illustrations enluminées des saints de la lettre E dans un antiphonaire (env. 1430–1340), collection Robert Lehman

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Duccio et Cimabue ont déjà fait évoluer le style au Trecento et introduit la perspective dans l'espace représenté
  2. Premier Père des Solitaires d'Égypte (251-356).
  3. Encyclopedie dell’Arte Garzanti.
  4. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise, Editions Place des Victoires,‎ 2008, 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 102

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enzo Carli, Sassetta e il Maestro dell'Osservanza. (I Sommi dell'Arte Italiana), Milan, Aldo Martello, 1957.
  • Fredericksen, Burton et Federico Zeri, Census of Pre-Nineteenth-Century Italian Paintings in North American Public Collections, Cambridge, Harvard University Press, 1972.
  • Witt Library, A checklist of painters c. 1200-1976 represented in the Witt Library, Courtauld Institute of Art, Londres, Londres, Mansell Information Publishing, 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]