Madhu Sudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madhu Sudan

Description de l'image  Madhu Sudan.jpg.
Naissance 12 septembre 1966 (47 ans)
Chennai (Inde)
Domicile États-Unis
Champs Informatique théorique
Institutions Microsoft Research, Massachusetts Institute of Technology
Diplôme Institut indien de technologie de Delhi
Université de Californie à Berkeley
Renommé pour Théorie des preuves corrigibles de façon probabiliste
Distinctions Prix Nevanlinna
Prix Gödel

Madhu Sudan (tamoul : மதுசூதன்) (Marath : मधु सुदन) (né le 12 septembre 1966) est un informaticien théorique indien, professeur d'informatique au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et membre du MIT Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (en).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est reçoit son Bachelor en informatique de l'Institut indien de technologie de Delhi en 1987 et son doctorat en informatique de l'Université de Californie à Berkeley en 1992 (maitre de doctorat : Umesh Virkumar Vazirani). Il devient chercheur au Thomas J. Watson Research Center (en) d'IBM à Yorktown Heights de 1992 à 1997. Il rejoint ensuite le Microsoft Research à New England en juin 2009.

Recherche et récompenses[modifier | modifier le code]

Il reçoit le Prix Nevanlinna au 24e Congrès international des mathématiciens en 2002 pour son travail sur la théorie des preuves corrigibles de façon probabiliste. Il reçoit pour le même travail le Distinguished Doctoral Dissertation Award de l'ACM en 1993 et le Prix Gödel en 2001. Il devient membre de l'ACM en 2008[1].

Sudan a également fait de grandes contributions dans le domaine de la non-approximation de certains problèmes d’optimisation et sur les codes correcteurs d’erreurs. Il est aussi l'un des pionniers du test de propriété[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biography
  2. Avec l'article : (en) Ronitt Rubinfeld et Madhu Sudan, « Robust characterization of polynomials with applications to program testing », SIAM Journal on Computing, vol. 25, no 2,‎ février 1996, p. 252-271

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]