Madeleine d'Allonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madeleine de Roybon d'Allonne (née en 1646, décédée le 17 janvier 1718, à Montréal ) était une des premières femmes en Nouvelle-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle était la fille d'un noble français. Elle eut une relation avec Robert de La Salle, un explorateur français[1]. En 1681, elle fit don de 2141 livres pour le voyage de La Salle, et vécut deux ans dans son fort. La Salle fut séduit par la suite par mademoiselle d'Allone, et les témoins mentionnent qu'ils étaient pour se marier. Madeleine protesta contre ses fausses rumeurs jusqu'à temps qu'on s'aperçoive qu'elles étaient fausses.

En même temps, Robert de La Salle lui donna une seigneurie qui s'étendit vers l'ouest de Toneguignon (Collin's Bay). Sur ses terres, elle fit construire une maison, des granges et un poste de traite. Elle planta des légumes et éleva du bétail. Des Iroqouis qui maraudaient, furieux contre les Français pour leurs campagne contre les Senecas en 1686, détruisirent l'établissement de Madeleine en août 1687, et la prirent comme prisonnière. Relâchée l'année suivante, elle vécut à Montréal jusqu'à sa mort.

Elle fut la première femme européenne à posséder une seigneurie en Ontario à cette époque[2]. Il y a un mémorial en Ontario en son honneur[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Anka Muhlstein, La Salle: Explorer of the North American Frontier, Grasset & Fasquelle,‎ 1992, 123–5 p. (ISBN 1-55970-219-2, lire en ligne)
  2. (en) « Manuscript document signed and sealed. Quebec: October 7, 1705 » (consulté le 2007-02-25)
  3. (en) « Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2007-02-25