Madeleine Coudray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coudray.

Madeleine Coudray

Activités Romancier
Naissance 1907
Ruffec, Drapeau de la France France
Décès 1978
Orléans, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Roman policier
Distinctions Grand prix de littérature policière 1978

Œuvres principales

  • Dénouement avant l’aube

Madeleine Coudray (1907, Ruffec, Charente1978, Orléans, Loiret) est un écrivain français, auteur de romans policiers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’instituteurs, ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, Madeleine Coudray a été professeur de lettres d’abord à Quimperlé (Finistère) jusqu’en 1938, puis, de cette date à sa retraite, à Orléans, au lycée Jean-Zay.

Vers 1958, Madeleine Coudray commença à écrire des romans policiers pour son seul plaisir. Sa première œuvre, considérablement remaniée pour la publication fut Le Serpent dans la ville, conçu comme un hommage au cinéaste Henri-Georges Clouzot. Au fil des années elle écrivit ainsi près d'une trentaine d’ouvrages. La retraite venue, elle envoya certains de ses manuscrits à plusieurs éditeurs spécialisés, qui, misant sur de jeunes débutants, refusèrent de les publier lorsqu’ils apprirent l’âge de leur auteur. L’un d’eux, cependant, publia Une femme d’ombre en octobre 1975. Encouragé par le succès obtenu, cet éditeur publia en trois ans une douzaine d'ouvrages de Madeleine Coudray, au rythme de trois ou quatre chaque année. Surprise qu’une débutante ait pu écrire autant d’ouvrages en si peu de temps, la critique surnomma bientôt leur auteur « l’étonnante Madeleine Coudray ». Son roman Dénouement avant l’aube reçut le Grand prix de littérature policière en 1978. Elle était parfois qualifiée d'Agatha Christie française.

À sa disparition, survenue brutalement en 1978, Madeleine Coudray avait publié 19 titres sans tenir compte de l’ordre dans lequel ils avaient été écrits, et laissait une quinzaine d’inédits dont deux furent publiés par la suite (L'homme de pierre, Premier février à minuit). Son roman La grande dune a été adapté pour la télévision en 1991 (scénario de Jackie Berroyer et Bernard Stora ; production Danièle Delorme ; diffusion sur Antenne 2 et Canal+ ; nomination aux 7 d'or 1991 pour le meilleur téléfilm).

Excellente musicienne, Madeleine Coudray avait passé, pour son seul plaisir, le certificat d’aptitude à l’enseignement musical. De 1947 à sa mort, elle a écrit de nombreuses harmonisations de chants populaires français ou étrangers pour diverses chorales orléanaises (principalement pour la Chorale Francis-Poulenc d'Orléans), mais aucune de ses œuvres musicales n’a été éditée. Plusieurs, en revanche, ont été enregistrées.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L’ordre suivi dans la liste ci-dessous est celui de la publication des ouvrages.

  • Une femme d’ombre
  • Le Rallye de la Toussaint
  • Rien que la haine
  • La Mort en écharpe
  • La Mort à la une
  • Voir Genève et mourir
  • La Grande Dune
  • Un langage de flammes
  • Esprit de famille
  • Dénouement avant l’aube, Grand prix 1978 de littérature policière
  • Le Serpent dans la ville
  • Maître, vous avez la parole !
  • Le Château de la mer
  • Requiem pour un pantin
  • Le Vol noir des corbeaux
  • Six têtes mises à prix
  • Ruptures
  • L'Homme de pierre (publication posthume)
  • Premier février à minuit (publication posthume)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Coudray (Madeleine), L'homme de pierre, Paris, Euredif, Collection "Suspense poche", 1979 (biographie de l'auteur au début de l'ouvrage).
  • "Madeleine Coudray", dans Magazine du Mystère, n°10, 1977.