Macrophilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La macrophilie (du grec "Macros": grand, large, et "Philia": amour) est une paraphilie dans laquelle un individu éprouve un fantasme sexuel envers les géantes[1]. Ce thème peut être trouvé dans certains films comme L'Attaque de la femme de 50 pieds. La macrophilie est typiquement basée sur un homme minuscule dominé par une géante. Ce fantasme peut se diviser en deux catégories : soit la femme grandit pour certaines raisons et l'homme garde la même taille, soit la femme garde la même taille et l'homme rapetisse.

Certains individus imaginent être dominés par ce qui est proportionnellement plus grand ou/et plus imposant qu'eux et tendent ainsi à adopter un comportement masochiste de servitude. D'autres individus adoptent l'attitude macrophile par un fait de fascination auprès de ce qui est sacré et puissant (ex. : les déesses).

Intérêts[modifier | modifier le code]

La majorité des macrophiles sont des hommes attirés par les femmes plus grandes qu'eux. Ils apprécient typiquement de se sentir petit et abusé ou humilié[2]. Les macrophiles peuvent aussi voir une femme puissante et dominante[1].

Les femmes prenant le rôle d'une géante dans ce fétiche trouve souvent la manière d'être puissantes et adorent être vénérées/respectées[2],[3]. La taille actuelle de la femme dans le fantasme peut varier aux dépens de l'individu. Alors que certains fantasment sur une femme qui est légèrement plus grande qu'eux, d'autres ont un intérêt chez les femmes qui font plus d'une trentaine de mètres de hauteur[4].

Média et expériences[modifier | modifier le code]

Internet joue un rôle important dans le développement de ce fétiche[1]. Des photos retouchées et collages effectués par Photoshop et vidéos sont diffusées dans certains forums spécialisés ou même sur les moteurs de recherche en général. Cependant, certains adeptes de la macrophilie utilisent des alternatives telles que l'écrasement ou le, très controversé, écrasement fétiche pour assouvir la plupart de leurs désirs macrophiles.

Une manière d'expérimenter ce type de fétiche est possible dans la vraie vie - un peuple connu sous le nom d'amazones — après les guerrières mythologiques grecques. Une amazone, telle que l'américaine Mikayla Miles pourrait engager des séances privées avec des macrophiles pour engager une interaction non-sexuelle telle que : piétinement, levage/transport, fétichisme du pied, jeux de rôle et domination[2].

Relation avec d'autres fétiches[modifier | modifier le code]

Un intérêt dans la macrophilie peut être communément et lié à d'autres fétiches sexuels :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « A Giant Fetish (un fétiche géant) », sur Salon.com,‎ Le 22 mai 1999 (consulté le 25 mars 2008)
  2. a, b et c (en) Nellie O'Neill, « Amazonia: Big Girls, Little Guys, Lots of Fun », sur New Times Broward-Palm Beach, The Village Voice,‎ 2 octobre 2008 (consulté le 17 février 2011)
  3. a et b Kristina Mahler, « Parler avec une géante », sur Vice,‎ 25 juin 2010 (consulté le 19 février 2011)
  4. a, b et c James Doorne, « Ask Sophie: Giants Fetish », sur Bizarre, Dennis Publishing,‎ Août 2007 (consulté le 19 février 2011)
  5. (en) Rachel Jones, « Lights... action... squish! », sur The Arizona Republic, Gannett Company,‎ 18 avril 2006 (consulté le 16 février 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]