Macron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Macron (homonymie).
Macron
◌̄ ˉ ¯
Graphies
Graphie ◌̄ (diacritique)
ˉ (lettre)
¯ (symbole ISO/IEC 8859)
Codage
Unicode U+0304 (diacritique)
U+02C9 (lettre)
U+00AF (symbole ISO/IEC 8859)

Le macron ‹ ◌̄ › est un diacritique de plusieurs alphabets : latin, grec et cyrillique. Il prend la forme d’une barre horizontale que l’on place le plus souvent au-dessus d’une voyelle. Son principal rôle est d’indiquer que le signe qui le porte reçoit une quantité vocalique longue ; il s’oppose en cela à la brève ‹ ◌̆ ›.

Il est aussi utilisé pour modifier la valeur de certaines consonnes comme l̄, m̄, n̄, r̄, v̄, ȳ dans l’écriture de quelques langues, ou d’autres consonnes comme dans certaines translitérations. Le macron se retrouve aussi au-dessous de certaines lettres modifiant ainsi leur son, où on l’appelle macron souscrit ou ligne souscrite.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Letton et lituanien[modifier | modifier le code]

Le letton, par exemple, utilise le macron au-dessus des voyelles a, e, i et u pour former ā, ē, ī et ū tandis que le lituanien ne l’utilise qu’au-dessus du u.

Français[modifier | modifier le code]

Le français n’utilise normalement pas de macron (sauf pour les transcriptions de termes étrangers, notamment arabes et japonais).

Cependant, la linguiste Nina Catach (1923-1997) a signalé en 1989, dans Les Délires de l’orthographe, un usage du macron dans la presse[1] :

« Aujourd’hui je pose la question : avons-nous besoin de deux accents, l’aigu et le grave ? Notre presse imprimée, toujours à l’avant-garde, a résolu le problème (autre problème séculaire) des capitales non accentuées, et de l’aspect disgracieux des accents de guingois en travers des titres, par une procédure, sans bavures : un seul accent, horizontal, qu’on appelle couramment l’accent plat :

DEUX BUTS ENCAISSĒS
UN OUVRIER TUĒ
UN PIĒTON RENVERSĒ PAR SON FRĒRE. »

Puis, à propos du rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques, Nina Catach constate que les élèves l’utilisent souvent dans leurs copies lorsqu’ils ont un doute quant au type d’accent à choisir, afin de ne pas à avoir à se prononcer, et ainsi éviter d’être pénalisés en cas d’erreur[2]. Cette pratique est appelée « neutralisation de l’accent », et une étude montre que son usage est courant chez les adultes également[3],[4].

Plaque de la place de Kyōto à Paris : exemple d’utilisation du macron en français pour une transcription de terme étranger.

En 1992, elle plaide pour le remplacement des accents grave et aigu par l’accent plat[5].

À ce sujet, l’orthotypographe Jean-Pierre Lacroux (1947-2002) répond en 1997[6] :

« les travaux historiques de Nina Catach sont certes remarquables, mais je suis loin de partager tous ses points de vue sur la situation actuelle et singulièrement pas, puisque c’est le sujet, son curieux penchant pour l’accent plat (qui pourrait remplacer l’aigu et le grave). »

Le linguiste Maurice Gross (1934-2001) recommande également en 1989 de remplacer les trois types d’accent (ainsi que le tréma) par cet accent plat, afin de réduire le surcoût de traitement pour l’informatique, par rapport à des langues comme l’anglais qui n’utilisent pas de diacritiques[7].

Langues polynésiennes[modifier | modifier le code]

Plusieurs langues polynésiennes, notamment le hawaïen, le samoan, le maori de Nouvelle-Zélande et le tahitien, utilisent le macron pour indiquer une voyelle longue : ā, ē, ī, ō, ū.

Phonologie[modifier | modifier le code]

Le couple macron ~ brève est d’un usage très fréquent en phonologie : c’est en effet un artifice philologique très ancien puisqu’on le fait remonter à l’époque byzantine, celle pendant laquelle les diacritiques de l'alphabet grec ont été rationalisés.

Latin[modifier | modifier le code]

On utilise aussi le macron pour indiquer des nuances de prononciation en latin : la 1re déclinaison est aujourd’hui écrite rosa au nominatif, rosā à l’ablatif, bien que le macron n'existât pas à l’époque romaine où l'on utilisait l'apex (accent aigu) pour indiquer les voyelles longues de la même manière qu'on utilise aujourd'hui le macron.

Transcription Hepburn[modifier | modifier le code]

Un panneau de la station de Inarichō (稲荷町?) du métro de Tōkyō en kanji et en rōmaji suivant la transcription Hepburn.

Le macron employé pour donner des nuances de prononciation à partir d’alphabets autres que latine : la méthode Hepburn recommande d’utiliser le macron pour représenter les voyelles longues, par exemple dans Tōkyō. La méthode Kunrei, instituée dans la norme ISO 3602:1989 comme norme officielle de transcription pour le japonais, utilise l’accent circonflexe au lieu du macron et présente pour les francophones un avantage car le circonflexe existe en français bien qu’il n’y indique pas la longueur de la voyelle. James Curtis Hepburn étant américain, l’emploi de l’accent circonflexe n’aurait pas été plus simple pour lui que celui du macron, aucun de ces caractères n’existant en anglais.

La transcription Hepburn avec macron est la norme la plus utilisée en dehors du Japon[8]. Elle est aussi utilisée au Japon, notamment dans les transports[9].

Le macron est aussi largement utilisé pour la transcription du japonais dans les publications francophones comme certaines encyclopédies[10],[11], des atlas[12],[13],[14],[15], des dictionnaires de noms propres[16],[17],[18], des guides touristiques[19] ou de nombreux livres[20],[21] et revues[22],[23] spécialisées sur le Japon.

Transcription du chinois[modifier | modifier le code]

Le macron est utilisé en hanyu pinyin pour marquer le premier ton (haut et long) : ā, ē, ī, ō, ū, ǖ.

Codage[modifier | modifier le code]

Le macron a différents codages :

  • le macron (U+00AF, Ā) : « ¯ » ;
  • la lettre modificative macron (U+02C9, ˉ) : « ˉ » ;
  • la lettre modificative macron bas (U+02CD, ˍ) combinable avec une lettre, par exemple : « e̱ » ;
  • le diacritique macron (U+0304, ̄) combinable avec une lettre, par exemple « ɛ̄ » ;
  • le diacritique macron souscrit (U+0331, ̱) combinable avec une lettre, par exemple « o̱ » ;
  • le diacritique double macron (U+035E, ͞) combinable entre deux lettres, par exemple « o͞o » ;
  • le diacritique double macron souscrit (U+035F, ͟) combinable entre deux lettres, par exemple « o͟o » ;
  • le diacritique macron-aigu « ᷄ » (U+1DC4) ;
  • le diacritique grave-macron « ᷅ » (U+1DC5) ;
  • le diacritique macron-grave « ᷆ » (U+1DC6) ;
  • le diacritique aigu-macron « ᷇ » (U+1DC7) ;
  • le diacritique brève-macron « ᷋ » (U+1DCB) ;
  • le diacritique macron-brève « ᷌ » (U+1DCC) ;
  • le diacritique moitié gauche de macron « ︤ » (U+FE24) ;
  • le diacritique moitié droite de macron « ︥ » (U+FE25) ;
  • le diacritique conjoining macron « ︦ » (U+FE26) ;
  • le macron pleine chasse «  ̄ » (U+FFE3).

Voici la liste des lettres latines, grecques et cyrilliques pour lesquelles il existe une version précomposée avec macron dans le norme Unicode, en minuscule et majuscule, avec leur codage HTML.

Codes des macrons
Lettres majuscules Lettres minuscules Combinaison
Sans Avec Unicode HTML Sans Avec Unicode HTML
Alphabet cyrillique
И Ӣ U+04E2 Ӯ и ӣ U+04E3 Ӯ aucune
У Ӯ U+04EE Ӯ у ӯ U+04EF ӯ aucune
Alphabet grec
Α U+1FB9 Ᾱ α U+1FB1 ᾱ aucune
Ι U+1FD9 Ῑ ι U+1FD1 ῑ aucune
Υ U+1FE9 Ῡ υ U+1FE1 ῡ aucune
Alphabet latin
A Ā U+0100 Ā a ā U+0101 ā aucune
Ǟ U+01DE Ǟ ǟ U+01DF ǟ tréma
Ǡ U+01E0 Ǡ ǡ U+01E1 ǡ point suscrit
Æ Ǣ U+01E2 Ǣ æ ǣ U+01E3 ǣ aucune
B U+1E06 Ḇ b U+1E07 ḇ aucune
D U+1E0E Ḏ d U+1E0F ḏ aucune
E Ē U+0112 Ē e ē U+0113 ē aucune
U+1E14 Ḕ U+1E15 ḕ accent grave
U+1E16 Ḗ U+1E17 ḗ accent aigu
G U+1E20 Ḡ g U+1E21 ḡ aucune
I Ī U+012A Ī i ī U+012B ī aucune
K U+1E3A Ḻ k U+1E3B ḻ aucune
L U+1E38 Ḹ l U+1E39 ḹ point souscrit
N U+1E48 Ṉ n U+1E49 ṉ aucune
O Ō U+014C Ō o ō U+014D ō aucune
Ȫ U+022A Ȫ ȫ U+022B ȫ tréma
Ȭ U+022C Ȭ ȭ U+022D ȭ tilde
Ȱ U+0230 Ȯ ȱ U+0231 ȯ point suscrit
U+1E50 Ṑ U+1E51 ṑ accent grave
U+1E52 Ṓ U+1E53 ṓ accent aigu
Ǭ U+01EC Ǭ ǭ U+01ED ǭ ogonek
R U+1E5C Ṝ r U+1E5D ṝ point souscrit
U+1E5E Ṟ r U+1E5F ṟ aucune
T U+1E6E Ṯ t U+1E6F ṯ aucune
U Ū U+016A Ū u ū U+016B ū aucune
Ǖ U+01D5 Ǖ ǖ U+01D6 ǖ tréma
U+1E7A Ṻ U+1E7B ṻ
Y Ȳ U+0232 Ȳ y ȳ U+0233 Ȳ aucune
Z U+1E94 Ẕ z U+1E95 ẕ aucune

Écrire un macron[modifier | modifier le code]

Sur un clavier d'ordinateur, une touche morte (macron mort) peut servir à obtenir les caractères diacrités d’un macron.

Sur les versions 10.3 et 10.4 de Mac OS X, il convient de sélectionner la méthode de saisie « clavier américain étendu », de taper « option » + « A » et de compléter par la lettre à accentuer (en prenant garde au fait que le clavier est considéré comme étant QWERTY). Le caractère particulier ǖ s'obtient en tapant « option » + « A », suivi de « V ».

Sur les systèmes utilisant X11, une lettre accentuée d'un macron peut s’obtenir grâce à la touche « Compose » puis « _ » puis la lettre à accentuer ou si le système utilise la disposition fr-oss (française alternative) en appuyant sur les touches « Alt Gr » + « Maj » + « * » puis en appuyant sur la lettre à accentuer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nina Catach, « Accent plat », dans Les Délires de l’orthographe (préf. Philippe de Saint-Robert), Paris, Plon,‎ 1989, XIII + 349 p. (ISBN 2-259-02136-0), p. 145
  2. Nina Catach, « Le Rapport du 6 décembre 1990 », Mots. Les langages du politique, vol. 28 « Orthographe et société »,‎ septembre 1991, p. 120–124 (123) (ISSN 1960-6001, lire en ligne)
  3. Vincent Lucci (dir.) et Agnès Millet (dir.), L’orthographe de tous les jours : Enquête sur les pratiques orthographiques des Français, Honoré Champion, coll. « Politique linguistique »,‎ 1994, 248 p. (ISBN 2-85203-348-8)
  4. Marinette Matthey, « Éveil au langage et politique linguistique : L’exemple des rectifications orthographiques de 1990 en Suisse romande », dans Jacqueline Billiez (dir.), De la didactique des langues à la didactique du plurilinguisme : Hommage à Louise Dabène, Grenoble, CDL-LIDILEM (Centre de didactique des langues-Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles), Université Stendhal-Grenoble III,‎ 1998, 414 p. (ISBN 2-9510714-6-9), p. 335–340 (338)
  5. Nina Catach, « À propos de l’accent plat », Liaisons-HESO, no 19-20,‎ janvier 1992 (ISSN 0244-3910, lire en ligne)
  6. Jean-Pierre Lacroux, à France-Langue, du 25 mars au 9 juillet 1997, reproduit dans « D’Académie à Accentuation », sur le site Orthotypographie
  7. Bernadette Wynants (préf. Jean-Marie Klinkenberg), L’Orthographe, une norme sociale : La construction sociale et les transformations de l’orthographe française, Sprimont, Pierre Mardaga, coll. « Psychologie et sciences humaines »,‎ 1997, 288 p. (ISBN 2-87009-660-7, présentation en ligne), p. 205–206, citant un entretien avec Le Monde de l'éducation, octobre 1989, p. 46
  8. « Index translationum : Transcription du japonais », Unesco
  9. Plan du métro de Tōkyō, sur le site du métro de Tōkyō, version enregistrée par Internet Archive au 11 juin 2007 (les macrons ont été abandonnés depuis)
  10. Encyclopædia Universalis
  11. Grande encyclopédie française, 20 vol., éd. Larousse
  12. Géographie universelle, 10 vol., éd. Belin-Reclus
  13. Grand Atlas, éd. Atlas
  14. Grand Atlas mondial, éd. Bordas
  15. Grand Atlas Larousse
  16. Dictionnaire Hachette
  17. Robert des noms propres
  18. Le Petit Larousse illustré 1994 (l'édition de 2004 a abandonné les macrons)
  19. Wendy Yanagihara, Tokyo en quelques jours, Lonely Planet, 2009, ISBN 2840709155, 9782840709152, 216 pages
  20. Louis Frédéric, Japon, l’empire éternel : Une histoire politique et socio-culturelle du Japon, éd. du Félin, coll. « Les Racines de la connaissance », 1985, 476 p. (ISBN 2-86645-019-1)
  21. Seiichi Iwao et Teizō Iyanaga, Dictionnaire historique du Japon, Maison franco-japonaise de Tōkyō, publié par Maisonneuve et Larose, 2002, 2 vol., 2993 p. (ISBN 2-7068-1633-3, 2-7068-1575-2 et ISBN 2-7068-1632-5)
  22. Les Cahiers du Japon
  23. Ebisu (édité par la Maison franco-japonaise de Tōkyō)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]