Macqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Macqueville
Image illustrative de l'article Macqueville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saint-Jean-d'Angély
Canton Matha
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Matha
Maire
Mandat
Christian Gratereau
2014-2020
Code postal 17490
Code commune 17217
Démographie
Gentilé Macquevillois
Population
municipale
301 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 01″ N 0° 12′ 46″ O / 45.8002777778, -0.21277777777845° 48′ 01″ Nord 0° 12′ 46″ Ouest / 45.8002777778, -0.212777777778  
Altitude 50 m (min. : 22 m) (max. : 97 m)
Superficie 11,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Macqueville

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Macqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Macqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Macqueville
église de Macqueville

Macqueville est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les Macquevillois et les Macquevilloises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Macqueville est située au sud-est de la Charente-Maritime.

Elle est située près de la D 939 qui va de Matha à Rouillac et desservie par trois routes départementales, dont la D 124.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les habitants sont dispersés dans 10 hameaux et lieux-dits.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Macqueville
Siecq
Ballans Macqueville Neuvicq-le-Château
Sainte-Sévère
(Charente)
Houlette (sur 50 m)
(Charente)
Courbillac
(Charente)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Cette zone calcaire jurassique, qui date du Tithonien (anciennement nommé étage Portlandien), à la limite des terrains du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur (étage Berriasien) présente des affleurements de marnes et d'argiles.

C'est une zone au relief peu accentué qui fait partie du bassin versant du fleuve Charente.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle tire son nom de la présence d'une villa romaine, comme toutes les appellations avec le suffixe -ville de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

C'est avant 1120 que les chanoines d’Angoulême confient à Raoul Charel l’administration de leur terre de Macqueville.

Le libellé du document nous indique un logis et son clos, et comme production, du vin, du blé, du mil, des panais, des gesses, des lentilles, ainsi que du chanvre et du lin[2].

L'état des paroisses de 1686 nous apprend que la paroisse du Macqueville a pour seigneur monsieur de Montespan, comporte 80 feux et que la terre y est bonne pour les grains et le vin[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Franck Charpentier    
2008 en cours Christian Gratereau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 301 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
606 680 686 658 728 766 754 751 735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
727 744 752 731 713 703 636 627 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
616 605 546 511 524 518 514 477 434
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
448 421 356 305 276 294 297 297 296
2011 - - - - - - - -
301 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population a diminué de plus de moitié (57 %) entre 1800 et 2000. Cette baisse a commencé avec un exode rural suite à la crise du phylloxera, elle s'est accentuée avec la guerre de 1914 (le monument aux morts porte 20 noms) puis a repris avec à nouveau un exode rural durant toute la deuxième moitié du XXe siècle.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Macqueville fait partie de la communauté de communes du Pays de Matha qui regroupe les 25 communes du canton de Matha. Ce canton pour 4,21 % de la superficie du département de la Charente-Maritime ne représente que 1,64 % de sa population. Le régime fiscal est celui de la fiscalité additionnelle.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 1999, les 147 logements de la commune sont majoritairement de grands logements (84 de 4 pièces ou plus) qui sont anciens (94 datent d'avant 1949 et plutôt d'avant 1890).

122 sont des résidences principales, 10 des résidences secondaires et 15 sont vacants.

Économie et emploi[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 1999, il y a 99 actifs dont 66 sont salariés et 33 non salariés. L'activité est totalement liée à la viticulture dans cette commune des Fins Bois de la région délimitée du cognac.

Présence d'un gîte rural.

La commune compte un multiple rural, une boucherie-charcuterie et un salon de coiffure.

Elle a aussi un parc à thème, le Cep enchanté, le premier parc à thème viticole en Europe, qui s'est ouvert à une toute nouvelle activité depuis mai 2010 le Swin golf[6].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Ballans, Macqueville et Neuvicq.

L'école primaire reçoit 82 enfants.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

La commune a un twirling club, l'ACCA, une Cie de tir à l'arc et une société de chasse.

Marché[modifier | modifier le code]

Un marché nocturne a lieu chaque année le deuxième samedi de juin, avec de nombreux exposants et animations[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

porche latéral

.

clocher

.

clocher vu par l'autre côté

.

L'église Saint-Étienne est une église romane du XIIe siècle classée monument historique, très étonnante avec sa porte latérale à quatre voussures et son clocher inachevé doté d'une absidiole.

Le château Bourg-Chareau devenu château Bouchereau, fief du seigneur de Macqueville, qui a donné son nom au village. Il date du XIIe siècle puis a été remanié aux XVe siècle, XVIe siècle puis au XVIIIe siècle. Il est inscrit par arrêté du 14 avril 1997. La partie ouest est le vestige d' un ancien donjon du XIIe siècle ce qui en fait un logis d' origine romane. Les échauguettes d'angle datent de la fin du XVIe siècle.

Le logis de Fonbedouère qui était à l’origine un arrière-fief.

Et dans tout le village de très beaux porches charentais.

Un circuit pédestre de 10 km passe devant l'église.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]