Mackenzie Bowell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mackenzie Bowell
Mackenzie Bowell en 1891.
Mackenzie Bowell en 1891.
Fonctions
5e Premier ministre du Canada
21 décembre 189427 avril 1896
Monarque Victoria
Gouverneur John Campbell Gordon
Prédécesseur John Thompson
Successeur Charles Tupper
Biographie
Date de naissance 27 décembre 1823
Lieu de naissance Rickinghall (Angleterre, Royaume-Uni)
Date de décès 10 décembre 1917 (à 93 ans)
Lieu de décès Belleville (Ontario, Canada)
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti conservateur
Conjoint Harriet Moore
Profession Éditeur

Signature
Premiers ministres du Canada

Mackenzie Bowell (né le 27 décembre 1823 et mort le 10 décembre 1917) était le cinquième Premier ministre du Canada, du 21 décembre 1894 au 27 avril 1896.

Origines[modifier | modifier le code]

Bowell est né à Rickinghall, Suffolk, Angleterre. Sa famille émigra de là jusqu'à Belleville, au Haut-Canada, où il fut apprenti au journal local. Il connut le succès en tant qu'imprimeur et éditeur, ainsi qu'un membre éminent de l'ordre d'Orange, ce qui l'en fit le Grand-maître canadien en 1870. Il appartenait aussi à la franc-maçonnerie [1]. En 1847 il épousa Harriet Moore (18291884) et ensemble ils eurent quatre fils et cinq filles.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ministre[modifier | modifier le code]

Élu à la Chambre des communes du Canada lors de l'élection fédérale canadienne de 1867, Bowell intègra le cabinet conservateur en 1878 comme ministre des douanes. Un administrateur compétent et travaillant, Bowell demeura au cabinet comme ministre des affaires et douanes et ministre de la milice et de la défense lorsqu'il fut nommé au Sénat en 1892. Il devint Leader du gouvernement au Sénat le 31 octobre 1893 et, en 1894, en tant que ministre senior, accéda au poste de premier ministre quand Sir John Thompson mourut soudainement. Sa visite en Australie en 1893 mena à la première conférence des colonies et territoires Britanniques, qui se déroula à Ottawa en 1894.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Question des écoles du Manitoba[modifier | modifier le code]

En tant que premier ministre du Canada, Bowell fit face à la dissension dans son parti sur la question controversée des écoles catholiques au Manitoba. En 1890, le Manitoba avait aboli ses commissions scolaires catholiques, contrairement aux dispositions prévues pour les catholiques dans la Loi sur le Manitoba de 1870. Bowell et ses prédécesseurs avaient peiné à trouver une solution au problème. Lorsqu'il décida de créer une nouvelle commission scolaire catholique pour la province en 1896, sept ministres claquèrent la porte du cabinet en guise de protestation. Bowell les dénonça, les qualifiant de « nid de traîtres ». Ils revinrent peu après, mais avec des élections à l'horizon, Bowell consentit à se retirer. Charles Tupper, haut commissaire du Canada à Londres, fut rappelé pour le remplacer.

Distinction[modifier | modifier le code]

Il est fait membre du Conseil privé de la Reine pour le Canada (CP) et de l'ordre de Saint-Michel et Saint-Georges (KCMG).

Décès[modifier | modifier le code]

Sir Mackenzie Bowell avait 93 ans et était toujours sénateur lorsqu'il mourut d'une pneumonie à Belleville. Il est enterré au cimetière de Belleville, en Ontario. Aucun ancien membre ou membre du gouvernement n'assistèrent à ses funérailles, quoiqu'un grand nombre de membres de l'ordre d'Orange y étaient.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :