Machine infernale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Machine infernale de Fieschi, conservée aux Archives Nationales.

L'expression machine infernale désigne une arme à feu unique construite par Giuseppe Fieschi et le droguiste Pépin en 1835, mais elle renvoie également à l’Attentat de la rue Saint-Nicaise, dit « complot de la machine infernale » (24 décembre 1800).

Description[modifier | modifier le code]

Faite de vingt-cinq canons de fusils juxtaposés disposés sur un châssis incliné, l'arme pouvait être mise à feu par un seul individu, tirant simultanément vingt-cinq projectiles de mitraille.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Placée sur l'appui de la fenêtre d'une maison au 50 boulevard du Temple, la machine infernale est utilisée par Giuseppe Fieschi à l'occasion d'un attentat contre le roi Louis-Philippe le 28 juillet 1835. Elle n'érafle que légèrement le Roi, épargne ses fils, mais cause la mort de dix-huit personnes, dont le maréchal Mortier, et blesse son utilisateur.

Postérité[modifier | modifier le code]

La machine infernale aurait inspiré les ingénieurs soviétiques créateurs de la Katioucha, un lance-roquettes en rafales de la Seconde Guerre mondiale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Eric Anceau, Feu sur le roi ! in Dans les secrets de la police, éditions l'Iconoclaste 2008 (ISBN 9782913366206)

Articles connexes[modifier | modifier le code]