Macchi M.C.72

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Macchi MC.72
Image illustrative de l'article Macchi M.C.72

Constructeur aéronautique Drapeau : Italie Macchi Aeronautica
Type Avion de course
Premier vol Juillet 1931
Nombre construit 5
Motorisation
Moteur 1 double-moteur Fiat AS.6 à refroidissement liquide de 3 100 ch
Dimensions
Envergure 9,50 m
Longueur 8,30 m
Hauteur 3,30 m
Surface alaire 15,0 m2
Nombre de places 1
Masses
Masse à vide 2 500 kg
Masse maximum 2 900 kg
Performances
Vitesse maximale (VNE) 709 km/h

Le Macchi MC.72 était un hydravion expérimental conçu et construit par l'avionneur italien Macchi Aeronautica. Le MC.72 a détenu le record mondial de vitesse pour tous les avions pendant cinq ans. En 1933 et en 1934, il a établi le record du monde de vitesse pour les hydravions à moteur à pistons qui tient toujours jusqu’à ce jour.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le Macchi MC.72 était le dernier d'une série d'hydravions Macchi développés pour la Regia Aeronautica Militare.

L’ancêtre de la série, le M.24 (en), était un hydravion à coque bimoteur armé de mitraillettes et capable d'emporter une torpille, qui fut employé pendant la Première Guerre mondiale. Plus tard, dans les années 1920, Macchi misa sur la vitesse pour remporter la victoire dans la Coupe Schneider. En 1922, l'entreprise embaucha dans ce but le concepteur d'avion Mario Castoldi (en) pour la conception d'avions à haute vitesse.

En 1926, l'entreprise remporta enfin le trophée avec le M.39 (en) qui atteignit une vitesse de pointe de 396 km/h. D’autres avions (les M.52, M.52R, et M.67) furent ensuite conçus et construits, mais la victoire définitive de la Coupe Schneider alla aux Anglais. Mario Castoldi conçut ensuite l'hydravion de la dernière course, le MC.72, un avion monoplace équipé de deux flotteurs.

La conception du Macchi 72 était unique avec un fuselage métallique et un cockpit en bois monocoque boulonné à la partie avant tubulaire par quatre boulons[1]. Le réservoir était exposé au courant d'air. L'aile était entièrement métallique avec des radiateurs d'eau tubulaires disposés à plat et carénés dans les ailes. Les flotteurs recevaient trois radiateurs carénés sur les surfaces extérieures, le radiateur avant pour l'eau et le central et l'arrière pour le refroidissement de l'huile[1]. Les montants des flotteurs présentaient également des tuyaux pour l'eau des radiateurs et un autre radiateur était monté sous le fuselage du cockpit jusqu'à la queue en cas de conditions ambiantes chaudes[1].

L’appareil fut construit en 1931 avec l'idée de participer à la compétition qui s'avéra être la dernière course de la Coupe Schneider, mais en raison de problèmes de moteur, l'avion fut incapable de rivaliser face aux avions anglais.

Malgré tout Macchi poursuivit le développement du MC.72[2].

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

L'adjudant Francesco Agello (en), pilote d'essai, devant le Macchi MC.72.

Pendant deux ans, l'avion connut de nombreux problèmes mécaniques, provoquant la perte de deux pilotes d'essai (d'abord Monti puis Bellini) qui décédèrent en essayant de battre le record du monde de vitesse de la classe. Le design final du MC.72 utilisait deux moteurs Fiat AS.6 montés en tandem[3] générant 2 500 à 3 100 ch de puissance (grâce à un turbocompresseur). Ces moteurs entraînaient deux hélices bipales contrarotatives[4].

Après 35 vols, les moteurs furent révisés en vue d'une dernière tentative de record[1]. L'appareil finalement répondit aux attentes quand fut établi un record du monde de vitesse (sur l'eau) le 10 avril 1933, avec une vitesse de 682 km/h. Il était piloté par l'adjudant Francesco Agello (en). Jugé non satisfaisant, le développement continua car les concepteurs de l'avion pensaient qu'ils pourraient passer la barre des 700 kilomètres par heure avec le MC.72. Cet exploit fut réalisé le 23 octobre 1934 lorsque Agello fut capable de piloter l'avion à une vitesse moyenne de 709 km/h sur trois passages.

Ce record reste la plus grande vitesse jamais atteinte jusqu'à aujourd'hui par un hydravion à moteur à piston. Après ce succès, le MC.72 ne vola jamais de nouveau.

Record de vitesse[modifier | modifier le code]

Le MC.72 a détenu le record mondial de vitesse pour tous les avions pendant cinq ans. Puis en 1939, deux avions de course allemands ont dépassé le MC.72. Le premier était un Heinkel He 100 qui a atteint la vitesse de 746 km/h. Le second était un Messerschmitt Me 209 qui a établi un nouveau record du monde de vitesse à 756 km/h en août - quelques jours seulement avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

L'actuel record du monde de vitesse pour un avion à moteur à piston est de 850,26 km/h, il fut établi en 1989 par un Grumman F8F Bearcat américain fortement modifié nommé Rare Bear. Cependant, le MC.72 est encore aujourd'hui le plus rapide hydravion à hélice du monde.

Appareil préservé[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le Macchi MC.72 qui a établi le record du monde est préservé en Italie au musée historique de l'aviation de Vigna di Valle près de Rome.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Kinert 1969, p. 35
  2. Taylor 1980, p. 618, 796
  3. Muguet 2004, p. 299
  4. Cowin 1999, p. 45

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hugh W. Cowin, The Risk Takers, A Unique Pictorial Record 1908-1972: Racing & Record-setting Aircraft (Aviation Pioneer 2), Londres, Osprey Aviation,‎ 1999 (ISBN 1-85532-904-2)
  • (en) Reed Kinert, Racing Planes and Air Races: A Complete History, Vol. 1 1909-1923, Fallbrook, Californi, Aero Publishers, Inc.,‎ 1969
  • (en) Kenneth Munson, Flying-boats and Seaplanes since 1910, Londres, Blandford Press,‎ 1971 (ISBN 0-7137-0537-X)
  • (en) Michael J.H. Taylor, Jane's Encyclopedia of Aviation (Vol. 4), Danbury, Connecticut, Grolier Educational Corporation,‎ 1980 (ISBN 0-7106-0710-5)
  • Christian Muguet, L'encyclopédie des avions civils et militaires, Nov'Edit,‎ 2004, 446 p. (ISBN 2-915363-17-X et 0-7858-1185-0)