Macaque de Formose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le macaque de Taïwan ou macaque de Formose, Macaca cyclopis est un macaque endémique de l'île de Taïwan en mers de Chine orientale et orientale.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Deux mâles macaques de Taïwan en plein toilettage.

Son pelage est de couleur gris-brun sur le dos, la tête, les membres et la queue. Le torse et l'abdomen ainsi que les face internes des membres sont de couleur blanche. Sa face est légèrement pigmentée en rose saumon avec des nuances de gris. Il est morphologiquement, phylogénétiquement et comportementalement très proche du macaque rhésus, macaca mulatta qui occupe une large aire de répartition sur le continent asiatique. Il se distingue du macaque rhésus par une fourrure et une queue un peu plus longues. Les deux espèces ne sont probablement allopatriques (géographiquement isolées) que depuis la dernière glaciation soit environ 10 000 ans.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Chez le macaque de Taïwan, en raison du climat tempéré, la reproduction est saisonnière. Les femelles n'ont pas de périodes œstrus toute l'année. Les accouplements ont lieu majoritairement de septembre à janvier. 97 % des naissances ont lieu entre avril et juin avec un pic de la mi-avril à la mi-mai. La mortalité infantile dans les 6 premiers mois de vie s'élève à 22,5 % (de 7 à 25 % selon les années) et n'est pas liée à la taille du groupe. Le taux de fécondité moyen est de 0,7 petit par femelle adulte et par an mais peut varier de 0,5 à 0,8 en fonction de la saison, plus ou moins favorable. La norme est que les femelles ont un petit par an (88,5 % des femelles ont un intervalle de naissance d'un an, 11 % de deux ans et 1 % de trois ans).

Une forte proportion de femelles polythéliques (la polythélie se caractérise par un nombre de mamelles plus important que la normale) a été décrite chez cette espèce. Le pourcentage de naissances gémellaires est également important dans les groupes de macaques de Taïwan étudiés.

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

Comme les autres espèces de macaques, la majorité des macaques de Formose vivent en groupes sociaux de 10 à 100 individus environ avec une taille moyenne de groupe se situant de 25 à 45 individus. Le taux de masculinité des groupes est proche de 1, les adultes représentant environ la moitié des individus constituant le groupe.

Les comportements affiliatifs entre membres du groupe, dans ce système social de type despotique, présentent des variations temporelles au cours de l'année. Ceci est particulièrement saillant dans l'analyse des comportements de toilettage et de proximité entre mâles et femelles, qui sont maximaux lors de la saison de reproduction et qui chutent spectaculairement ensuite. Par opposition, les relations pacifiques femelle-femelle et mâle-mâle sont plus constantes au cours du temps.

Une femelle toilette un membre de sa lignée.

Les mâles restent dans leur groupe natal jusqu'à l'âge de 5 à 6 ans puis émigrent soit pour devenir solitaires, soit pour intégrer une nouvelle troupe. Les mâles adultes solitaires représentent 5 % de la population totale. Ils interagissent avec les groupes essentiellement pendant la période de reproduction s'étalant de septembre à janvier. Ces interactions prennent le plus souvent la forme de conflits après du mâle alpha du groupe pour l'accès à une femelle en œstrus. Les blessures sont fréquentes et parfois graves. Les mâles nouvellement immigrés et les mâles subadultes forment parfois des coalitions en périphérie du groupe pouvant regrouper de 2 à 14 individus. Cependant, les mâles alpha arrivent généralement à les déplacer et à les maintenir en périphérie. 88 % des renversements de mâles alpha ont lieu pendant la saison de reproduction. La durée moyenne pendant laquelle un mâle parvient à se maintenir au rang alpha est de 16-17 mois avec une variation pouvant aller d'une semaine à 6 ans. Les femelles adultes, quant à elles, demeurent toute leur vie dans leur groupe de naissance à l'exception d'une fission de celui-ci.

Des fissions de groupes ont été obervées. Celles-ci s'étalent sur quelques semaines à quelques mois. Généralement un petit nombre d'individus s'isole de plus en plus du gros de la troupe. Les nouveaux groupes sont souvent composés de quelques femelles de bas rang dans la hiérarchie de dominance, de quelques juvéniles apparentés et d'un mâle adulte. D'autres mâles viennent ensuite rejoindre le groupe ainsi que quelques juvéniles. Ce schéma de fission chez le macaque de Taïwan, dont le système social est de type despotique, où une grosse troupe voit une petite portion de son effectif, essentiellement de bas rang social, se scinder est très différent de ce que l'on observe chez des macaques à système social plus tolérant comme les macaques de Sulawesi, notamment bien décrit chez le macaque maure.

Article détaillé : macaque maure.

La dominance inter-groupes est étroitement dépendante du nombre de mâles et de femelles adultes plutôt que de la taille totale du groupe. Ainsi les groupes les plus nombreux imposent leur avantage pour l'utilisation de l'habitat sans souffrir d'une baisse de la natalité ou d'une hause de la mortalité infantile. En revanche, de tels effets s'observent quand la proportion de femelles adultes augmente dans le groupe, favorisant de la sorte la compétition entre femelles adultes.

Mensurations[modifier | modifier le code]

Longueur tête + corps

  • Mâles : 450 à 550 mm
  • Femelles : 400 à 500 mm

Longueur de la queue : 260 à 450 mm

Masse corporelle

  • Mâles : 6000 g
  • Femelles : 4950 g

Habitat[modifier | modifier le code]

Macaques de Taïwan dans leur environnement naturel.

Depuis les prairies et zones cultivées de basse altitude aux forêts de bambous jusqu'aux forêts tempérées mixtes de conifères et de feuillus. Le macaque de Formose peut se rencontrer à Taïwan de 100 à 3 600 m même dans des zones très rocheuses et escarpées.

Article détaillé : liste des formations végétales.

Nutrition[modifier | modifier le code]

Le macaque de Formose se nourrit de 51 espèces de plantes et consomme des insectes appartenant à 5 ordres. Ils allouent davantage de temps à se nourrir de fruits qu'à consommer d'autres parties végétales ou des insectes.

En raison du climat tempéré de Taïwan, on note une variation saisonnière des habitudes alimentaires. Cette espèce ingère plus de fruits et d'insectes en été et davantage de feuilles et de tiges en hiver.

Macaque de Taïwan se nourrissant dans son biotope naturel.

Chez cette espèce, il a aussi été rapporté une forme de géophagie qui consiste à consommer de la terre. Ce comportement a été décrit chez une quarantaine d'espèces de primates. Différentes hypothèses sont avancées pour expliquer de tels comportements. Les deux principales pistes résident dans la complémentation en éléments minéraux du régime alimentaire et la résolution de troubles gastro-intestinaux.

Les femelles macaques de Taïwan, entre elles, exercent un taux d'agression plus important en contexte d'alimentation qu'en dehors des phases d'alimentation. Pendant la recherche de nourriture, le taux moyen d'interactions conflictuelles est de 0,3 événement par heure. L'antagonisme est particulièrement fort au printemps et à l'été auprès des fruits ou des parties reproductives des plantes mais beaucoup moins marqué l'hiver où la nourriture se trouve éparpillée au sol. Les conflits autour de petites ressources alimentaires aboutissent au départ de la plus dominée.

Populations[modifier | modifier le code]

La population du Mont Longevity à Taïwan.

La densité de la population du Mont Longevity sur la côte sud-ouest de Taïwan était de 26 singes/km² en 1997. Les données concernant d'autres populations ainsi que la tendance démographique sont peu documentées.

Cette espèce est classée parmi les espèces vulnérables par l'UICN, notamment en raison de la fragmentation de l'habitat et de l'urbanisation de l'écosystème insulaire de Taïwan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Taïwan.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Su H-H & Birky WA, 2006. Within-group female-female agonistic interactions in Taiwanese macaques (Macaca cyclopis). American Journal of Primatology 69 : 199-211.
  • Hsu MJ, Lin JF & Agoramoorthy G, 2006. Effects of group size on birth rate, infant mortality and social interactions in Formosan macaques at Mt. Longevity, Taiwan. Ethology Ecology & Evolution 18 : 3-17.
  • Hsu MJ, Lin JF, Lin TJ. & Agoramoorthy G. 2006. Primate polythelia puzzle. Current Science 90 : 275-276.
  • Birky WA & Su H-H, 2006. Temporal Variation in Adult Affiliation Patterns in Wild Taiwanese Macaques (Macaca cyclopis). International Journal of Primatology 26 : 1251-1266.
  • Hsu MJ, Chen L-M & Agoramoorthy G, 2005. The Vocal Repertoire of Formosan Macaques, Macaca cyclopis: Acoustic Structure and Behavioral Context. Zoological Studies 44 : 275-294.
  • Su H-H, & Lee L-L, 2001. Food Habits of Formosan Rock Macaques (Macaca cyclopis) in Jentse, Northeastern Taiwan, Assessed by Fecal Analysis and Behavioral Observation. International Journal of Primatology 22 : 359-377.
  • Hsu MJ & Lin J-F, 2001. Troop Size and Structure in Free-ranging Formosan Macaques (Macaca cyclopis)at Mt Longevity, Taiwan. Zoological studies 40 : 49-60.
  • Fooden J & Wu H-Y, 2001. Systematic review of the Taiwanese macaque, Macaca cyclopis Swinhoe, 1863. Fieldiana : Zoology 98.
  • Hsu MJ, Agoramoorthy G & Lin J-F, 2001. Birth Seasonality and Interbirth Intervals in Free-ranging Formosan Macaques, Macaca cyclopis, at Mt. Longevity, Taiwan. Primates 42 : 15-25.
  • Hsu MJ, Agoramoorthy G & Lin JF, 2001. Geophagy amongst Formosan Macaques at Mount Longevity, Taiwan. Folia Primatologica 72 : 339-341.
  • Hsu MJ, Lin JF & Agoramoorthy G. 2000. Occurrence of twins in wild Formosan macaques at Mt. Longevity, Taiwan. Folia Primatologica 71 : 154-156.
  • Hsu MJ, Moore J, Lin JF & Agoramoorthy G. 2000. High incidence of supernumerary nipples and twins in Formosan macaques at Mt. Longevity, Taiwan. American Journal of Primatology 52 : 199-205.
  • Fooden J & Albrecht GH, 1999. Tail-Length Evolution in Fascicularis-Group Macaques (Cercopithecidae: Macaca). International Journal of Primatology 20 : 431-440.

Références externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :