Macédon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Macédon est une divinité mineure de l'antiquité grecque.

Dans la religion grecque, Macédon a le loup pour animal sacré.

Son apparition est mentionnée en Égypte après la conquête d'Alexandre le Grand, durant la dynastie des Ptolémées[1].

Diodore de Sicile rapporte que Macédon et Anubis, les deux fils d'Osiris, avaient des vertus différentes et chacun d'eux utilisait une arme remarquable : un animal correspondant à sa nature. Il est aujourd'hui supposé que sous l'influence grecque, une fusion se fait à l'époque entre Macédon et Oupouaout, dieu égyptien à tête de loup, frère d'Anubis à tête de chien et fils d'Osiris, tel que décrit dans certains textes des cercueils[2].

Ces deux animaux, le chien et le loup, représentent donc hiéroglyphiquement deux aspects d’une même chose ou d’une même substance, dont l’une est plus traitable et l’autre plus féroce[3].

Alchimie[modifier | modifier le code]

« Lorsqu'elle est représentée en Anubis, avec une tête de chien, on désigne la matière philosophique sous son aspect le plus stable et le plus fixe ; quand on la représente en Macédon à tête de loup, c’est son aspect le plus volatil[4].

Avatar[modifier | modifier le code]

Dans le pseudo-Apollodore, Macédon est également le nom d'un des cinquante fils de Lycaon, changé par Zeus en loup avec ses frères, pour lui avoir servi à manger de la chair humaine[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. André François Miot, Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, vol. 1, p. 347, Imprimerie royale, 1834, lire en ligne
  2. a et b Jean Claude Grenier, Études préliminaires aux religions orientales dans l'Empire romain : Anubis Alexandrin Et Romain, p. 47, Brill Academic Publishers, 1977, lire en ligne
  3. Dom Antoine-Joseph Pernety, Les Fables Égyptiennes et Grecques, Éditions La Table d’Émeraude, Paris 1982, p. 384 et suivantes.
  4. Michael Maier, Arcana arcanissima (1613), trad. française : « Les Arcanes très secrets », éd. Beya, Grez-Doiceau, 2005, p. 65.