Ma Bohème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ma Bohème[1] est un poème qu'Arthur Rimbaud écrivit à l'âge de 16 ans, en 1870.

Sur les autres projets Wikimedia :

Il est le dernier poème du « recueil Demeny », le septième du deuxième cahier. Premières publications : La Revue indépendante, janvier-février 1889 ; Reliquaire, Genonceaux, 1891 ; Poésies complètes, Vanier, 1895.

Ma Bohème, sonnet de forme traditionnelle (deux quatrains suivis de deux tercets) ; écrit en alexandrins, Rimbaud décrit ses fugues et sa volonté adolescente de fuir un milieu étouffant et conformiste.

Le poème[modifier | modifier le code]

Ma bohème sur Wikisource.

La versification du poème[modifier | modifier le code]

Les rimes des deux premières strophes sont embrassées. Celles des vers 1-4 (crevées et rêvées), 6-7 (course et Ourse) et 12-13 (fantastiques et élastiques) sont riches. Les rimes des vers 1-4, 6-7, 9-10 et 12-13 sont féminines, et celles des vers 2-3, 5-8 et 11-14 masculines. Il y a donc alternance des rimes masculines et féminines.

Champs sémantiques et lexicaux[modifier | modifier le code]

Cinq champs lexicaux sont présents  : celui de la pauvreté introduit par « mes poches crevées », « mon paletot », « mon unique culotte », « large trou », « mes souliers blessés » ; celui du voyage avec  : « je m’en allais », « mon auberge », « routes » ; celui des fugues et de la liberté  : « ma course », « au bord des routes » ; celui de la poésie avec  : « Muse », « amours splendides », « Petit-Poucet rêveur », « des rimes », « rimant » " pied " et celui de la nature avec  : « sous le ciel », « mes étoiles au ciel », « la Grande Ourse », « gouttes de rosée ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avec un B majuscule ; voulu par Rimbaud.