Ma'abarot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shalom2.svg Cette page contient des caractères hébreux. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Des filles yémenites dans la ma’abarah Beit Lid, 1950.

Les ma’abarot ((he) מעברות), au singulier ma’abarah étaient des camps de réfugiés établis en Israël dans les années 1950. Ils accueillirent plusieurs vagues d’immigrants juifs arrivés dans l’État nouvellement indépendant d’Israël.

Le mot hébreu ma’abarah dérive du mot ma’avar, transit en français. Ces camps étaient conçus pour accueillir temporairement les nouveaux arrivants, principalement des réfugiés des pays arabes et des réfugiés d’Europe survivants de la Shoah.

Le temps passant, les ma’abarot se métamorphosèrent en véritables quartiers et furent absorbées par les villes auxquelles elles étaient attachées. L’arrivée soudaine de 130 000 Juifs irakiens en Israël dans les années 1950 porta la proportion de ces Juifs au sein des ma’abarot à un tiers. À la fin de 1949, il y avait 90 000 personnes résidant au sein des ma’abarot ; fin 1951, on dénombrait 220 000 personnes réparties dans environ 125 camps[1]. Les résidents étaient logés dans des tentes ou dans des barraques en tôle. Plus de 80 % d’entre eux étaient originaires des pays arabes.

Les conditions de vie au sein des camps étaient dures, beaucoup de personnes partageant les mêmes installations sanitaires. Il a été rapporté que dans un camp[Lequel ?] une douche était partagée par 350 personnes et dans un autre[Lequel ?] chaque toilette devait être partagé par 56 résidents.

Le nombre de personnes résidant dans les ma’abarot commença à décliner en 1952, et les dernières ma’abarot furent fermées vers 1963[1]. Plusieurs ma’abarot sont devenues des villes à part entière, par exemple Kiryat Shmona, Sderot, Beït Shéan, Yokneam, Or Yehuda et Migdal HaEmek.

Le film israélien Sallah Shabati (1964) illustre les difficultés rencontrées par les nouveaux immigrants installés dans une ma’abarah.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Départ des Juifs des pays arabes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (he) Ma’abarot par Miriam Kachenski, Israeli Center for Educational Technology.