Maîtrise (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maîtrise (homonymie).

En France, la maîtrise est de 1966 à 2006 un diplôme national et un grade universitaire de second cycle de l’enseignement supérieur, validant la quatrième ou cinquième année d'études après le baccalauréat, et une ou deux années d'études supplémentaire après la licence.

Depuis la réforme licence-master-doctorat, la maîtrise reste un diplôme intermédiaire qui est délivré à l'issue de la première des deux années du diplôme de master.

Ancienne maîtrise ès Arts[modifier | modifier le code]

L'origine de cette appelation provient de l'Université de Paris, où il fut instauré un grade intitulé « maîtrise ès arts », conféré au terme d'études au sein de la faculté des Arts. À la différence du baccalauréat et de la licence qui existaient dans les quatre ordres des facultés (arts, médecine, théologie et droit), la maîtrise n'existait qu'au sein de la faculté des Arts. La maîtrise ès arts était obtenue après la licence ès arts et, à la différence de la licence conférée par le chancelier de Notre-Dame et qui donnait le droit d'enseigner, cela était un grade plutôt honorifique indiquant la reconnaissance du gradué parmi la communauté universitaire et ouvrant la voie aux études des facultés supérieures.

Maîtrise moderne[modifier | modifier le code]

La maîtrise moderne fut créée dans les facultés des sciences et les facultés des lettres et sciences humaines par les décrets du 22 juin 1966 sous le ministère de Christian Fouchet.

Dans les facultés des sciences[modifier | modifier le code]

doctorat ès sciences
doctorat 3e cycle (2)
DES (1) (1 certificat+thèse)
licence ès sciences (3 ans)
(5 ou 6 certificats)
certificat propédeutique (1-2 ans)
Ancien système
Doctorat ès sciences
Doctorat 3e cycle (1 an)
DEA (1 an)
maîtrise (2 ans) (4 certificats)
licence d'enseignement (1)
diplôme universitaire d'études scientifiques
(2 ans)
Système Fouchet

Dans les facultés des sciences, la réforme Fouchet modifie l'organisation des deux premiers cycle de l'enseignement supérieur universitaire. Un premier cycle de deux ans, sanctionné par un diplôme universitaire d'études scientifiques, est consacré à la formation fondamentale. Il se substitue à l'année de propédeutique qui était sanctionnée par un certificat d'études supérieures préparatoires. Le deuxième cycle est consacré à la formation approfondie et est soit un cycle court d'un an, sanctionné par une licence d'enseignement, soit un cycle long de deux ans, sanctionnée par une maîtrise. Les maîtrises étaient constituées de quatre certificats d'études supérieures, intitulés de manière abrégée pour chaque groupe C1, C2, C3 et C4, fixant ainsi l'ordre de préparation des certificats, le C4 étant au choix du candidat. Les candidats ne pouvait postuler en une année que deux certificats d'études supérieures d'une même maîtrise. Les candidats titulaires d'une licence d'enseignement bénéficiait de la dispense d'un certificat d'études supérieures.

Dans les facultés des lettres et sciences humaines[modifier | modifier le code]

Dans les facultés des lettres et sciences humaines, les enseignements en vue de la maîtrise étaient répartis en sections. La maîtrise comportait, selon les règles établies au sein de chaque université, soit quatre certificats d'études supérieures, soit deux certificats (certificat d'études supérieures de licence et certificat d'études supérieures de maîtrise) et la soutenance d'un mémoire. On ne pouvait normalement postuler que deux certificats par an dans le premier cas, ou un seul dans le second. Les maîtrises des sections conduisant à des licences d'enseignement étaient généralement délivrées à l'issue de deux années d'études postérieures à la licence aux candidats ayant obtenu leur(s) certificat(s) d'études supérieures de maîtrise et soutenu avec succès un travail d'études et de recherches. La maîtrise se substituait ainsi au diplôme d'études supérieures et s'obtenait le plus souvent, jusqu'à l'arrêté du 26 mai 1992 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise, en un minimum de cinq ans, après obtention du certificat d'études supérieures ou diplôme d'études supérieures. Elle ouvrait droit à la préparation du doctorat et au dépôt d'un sujet de thèse.

Dans les facultés de médecine[modifier | modifier le code]

Une maîtrise de biologie humaine est créée[1] dans le cadre du cycle d'études et de recherche en biologie humaine. La deuxième partie de ce cycle, ouverte au titulaire du certificat préparatoire aux études de biologie humaine, comportait des enseignements conduisant à des certificats d'études supérieures de biologie humaine. La maîtrise de biologie humaine était délivrée aux titulaires de trois certificats d'un même groupe possédant également le diplôme d'État ou d'université de docteur en médecine (remplacé à partir de 1971 par la possession de l'attestation de fin de 2e cycle). La maîtrise de biologie humaine est remplacée par la maîtrise de sciences biologiques et médicales par l'arrêté du 24 juin 1987.

Maîtrises à régime spécial[modifier | modifier le code]

Plusieurs maîtrises à parcours spécifique ont été ensuite créées comme :

  • la maîtrise de méthodes informatiques appliquées à la gestion (MIAGE) en 1970[2]. Cette maîtrise sanctionne un cycle d’études d’une durée de deux années avec entre 1400 et 1600 heures de cours dont 300 au minimum doivent être consacrées à l’enseignement des sciences sociales, des techniques d’expression ou de communication et d’une langue vivante. Pour pouvoir être admis à s’inscrire les candidats doivent justifier d’un diplôme universitaire de premier cycle sanctionnant deux ans d’études supérieures.
  • la maîtrise des sciences et techniques en 1971[3]. Cette maîtrise sanctionne des formations portant sur l’étude des connaissances scientifiques et des processus techniques dans les domaines de la production et de la distribution des biens et services. L’intitulé est assorti d’une spécialité. La durée des études est de deux ans avec entre 1500 et 1800 heures de cours et un maximum de dix semaines de stage. Les enseignements portent pour au moins un tiers sur les technologies, l’économie, les sciences sociales et les langues vivantes. Les enseignements sont assurés pour un tiers au moins par des professionnels. Pour être admis à s’inscrire, les candidats doivent justifier à la fois d’un diplôme universitaires de premier cycle et d’un certificat préparatoire délivré par l'établissement. Ce dernier sanctionne des enseignements complémentaires destinés à fournir les connaissances technologiques de base nécessaires aux études de la maîtrise. Les enseignements pour ce certificat durent deux ans en même temps que les enseignements de premier cycle et la durée des études est de 1500 à 1600 heures et trois mois de stage minimum par année d’étude.
  • la maîtrise de sciences de gestion en 1971[4]. Cette maîtrise sanctionne une formation de deuxième cycle d’une durée de deux années portant sur l’étude des processus de décision et l’application des méthodes de gestion dans différentes organisations. Pour être admis à s’inscrire, les candidats doivent justifier à la fois d’un diplôme universitaire de deuxième cycle sanctionnant deux années d’études supérieures et d’un certificat préparatoires aux études de gestion. Ce certificat sanctionne des connaissances en économie, droit, mathématiques et statistiques, psychosociologie et anglais. L’enseignement pour la maîtrise comporte au minimum 1000 heures et deux mois de stage minimum. L’enseignement est dispensé suivant les méthodes pédagogiques actives qui entraînent les étudiants à poser les problèmes et à formuler les éléments de décision. L’organisation pédagogique fait largement appel à l’initiative des candidats.
  • les maîtrises délivrées dans le cadre des instituts universitaires professionnalisés en 1992[5].

Réforme de 1976[modifier | modifier le code]

L’arrêté du 16 janvier 1976, signé par Alice Saunier-Seité mais préparé par Jean-Pierre Soisson, réforme le deuxième cycle[6]. Le nouveau texte donne aux universités l’initiative pour définir les enseignements, leurs intitulés et leurs contenus, tout en laissant au ministère le contrôle des habilitations relatives à la délivrance des diplômes nationaux. En outre il est commun à toutes les disciplines universitaires (hors santé) et met ainsi fin à la licence en droit en quatre ans, remplacée par la maîtrise en droit de même durée de préparation. Selon cet arrêté, le second cycle a pour objet de dispenser une formation scientifique de haut niveau préparant les étudiants à la vie active et à l’exercice de responsabilités professionnelles. La maîtrise sanctionne soit une formation scientifique fondamentale, soit une formation scientifique et technologique ayant un objectif professionnel. Les études pour la maîtrise sont ouvertes aux titulaires d’une licence correspondante, elles durent une année et comportent de 350 à 550 heures, incluant les travaux personnels, notamment au cours de stage. Cet arrêté ne s’appliquait pas aux maîtrises d'informatique appliquées à la gestion, aux maîtrises de sciences et techniques et aux maîtrises de sciences de gestion. Dans la plupart des facultés des lettres et sciences humaines, le deuxième cycle reste un cycle de formation approfondie sanctionné soit par une licence, soit par une maîtrise ; sa durée est d’une année pour la licence et généralement de deux années pour la maîtrise. Les enseignements en vue de la licence demeurent également répartis en sections. Six sections continuent le plus souvent de conduire — du moins jusqu'à l'arrêté du 26 mai 1992 — à une licence dite « licence d'enseignement » : lettres classiques, lettres modernes, langues vivantes étrangères, histoire, géographie, philosophie.

Maîtrise de 1993 à 1997[modifier | modifier le code]

Entre 1993 et 1997, la maîtrise était régie par l’arrêté du 26 mai 1992[7]. Celui-ci s’appliquait dès la rentrée 1993 (réforme Jospin).

Cette maîtrise était ouverte à tout porteur de la licence ou d'un diplôme équivalent. Elle était organisée en différents modules (de deux à six). Les universités devaient organiser deux sessions d’examen par an.

Les maîtrises étaient regroupées en dix secteurs dont les programmes sont fixés par arrêté :

  • Les maîtrises du secteur technologie[8]
  • Les maîtrises du secteur sciences[9]
  • Les maîtrises du secteur artistique et culturel[10]
  • Les maîtrises du secteur théologie[11]
  • Les maîtrises du secteur sciences humaines et sociales[12]
  • Les maîtrises du secteur lettres et langues[13]
  • Les maîtrises du secteur droit et science politique[14]
  • Les maîtrises d'administration économique et sociale dont le programme est fixé par arrêté[15]
  • Les maîtrises du secteur économie et gestion[16]
  • Les maîtrises de sciences et techniques des activités physiques et sportives[17]

La maîtrise de 1997 à l'application de la réforme LMD[modifier | modifier le code]

Avant la réforme LMD, la maîtrise était régie par l'arrêté du 9 avril 1997[18].

La maîtrise est ouverte à tout porteur de la licence ou diplôme équivalent. Elle est organisée en deux semestres. Les enseignements sont regroupés par unités d'enseignement (8 au maximum). L'initiation à la recherche peut prendre la forme d'un travail personnel d'études et de recherche. Les universités doivent organiser 2 sessions d'examens.

Les maîtrises étaient regroupées en neuf secteurs dont les programmes sont fixés par arrêté :

  • Les maîtrises du secteur sciences et technologies[19]
  • Les maîtrises du secteur artistique et culturel[20]
  • Les maîtrises du secteur théologie[21]
  • Les maîtrises du secteur sciences humaines et sociales[22]
  • Les maîtrises du secteur lettres et langues[23]
  • Les maîtrises du secteur droit et sciences politiques[24]
  • Les maîtrises du secteur administration économique et sociale[25]
  • Les maîtrises du secteur économie et gestion[26]
  • La maîtrise de sciences et techniques des activités physiques et sportives[27]

Maîtrise depuis l'application de la réforme LMD[modifier | modifier le code]

Depuis l'application de la réforme LMD (2003 à 2006 selon les universités), les étudiants porteurs d'une licence poursuivent leurs études pour obtenir le diplôme de master. Toutefois les universités habilitées à délivrer le diplôme de master sont habilitées à délivrer, au niveau intermédiaire, le diplôme national de maîtrise, dans le domaine de formation concerné, lorsque l'étudiant a validé la première année[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. décret 66-940
  2. « Arrêté du 10 septembre 1970, Création d’une maîtrise de méthodes informatiques appliquées à la gestion »
  3. « Arrêté du 13 janvier 1971, Création d’une maîtrise des sciences et techniques »
  4. « Arrêté du 26 mars 1971, Création d’une maîtrise de sciences de gestion »
  5. Décret no 92-85 du 23 janvier 1992 portant organisation dans les instituts universitaires professionnalisés des études conduisant à la délivrance du titre d'ingénieur-maître et Décret no 94-1204 du 29 décembre 1994 relatif aux instituts universitaires professionnalisés
  6. « Arrêté du 16 janvier 1976 relatif au deuxième cycle des études universitaires »
  7. Arrêté du 26 mai 1992 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise
  8. Arrêté du 20 janvier 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales technologie industrielle et aux licences et maîtrises du secteur technologie
  9. Arrêté du 20 janvier 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences et aux licences et maîtrises du secteur sciences
  10. Arrêté du 9 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales Arts et aux licences et aux maîtrises du secteur artistique et culturel
  11. Arrêté du 9 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales théologie et aux licences et aux maîtrises du secteur théologie
  12. Arrêté du 9 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences humaines et sociales et aux licences et aux maîtrises du secteur sciences humaines et sociales, Arrêté du 3 janvier 1995 portant modification de l'arrêté du 9 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences humaines et sociales et aux licences et aux maîtrises du secteur sciences humaines et sociales, Arrêté du 6 août 1996 portant modification de l'arrêté du 9 février 1993 modifié relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences humaines et sociales et aux licences et aux maîtrises du secteur sciences humaines et sociales
  13. Arrêté du 9 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales Lettres et langues et aux licences et aux maîtrises du secteur lettres et langues
  14. Arrêté du 19 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales Droit et aux licences et aux maîtrises du secteur droit et science politique
  15. Arrêté du 19 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise d'administration économique et sociale
  16. Arrêté du 19 février 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales économie et gestion et aux licences et aux maîtrises du secteur économie et gestion
  17. Arrêté du 20 janvier 1993 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise de sciences et techniques des activités physiques et sportives
  18. Arrêté du 9 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise
  19. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences et technologies et aux licences et maîtrises du secteur Sciences et technologies
  20. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales Arts, aux licences et aux maîtrises du secteur artistique et culturel
  21. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales théologie, aux licences et aux maîtrises du secteur théologie
  22. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales sciences humaines et sociales, aux licences et aux maîtrises du secteur Sciences humaines et sociales
  23. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales lettres et langues, aux licences et aux maîtrises du secteur Lettres et langues
  24. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales droit et aux licences et aux maîtrises du secteur droit et science politique
  25. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise d'administration économique et sociale
  26. Arrêté du 30 avril 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales économie et gestion et aux licences et aux maîtrises du secteur économie et gestion
  27. Arrêté du 23 mai 1997 relatif au diplôme d'études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise de sciences et techniques des activités physiques et sportives
  28. Arrêté du 25 avril 2002 relatif au diplôme national de master

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]