Maître de conférences des universités – praticien hospitalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le maître de conférences des universités – praticien hospitalier (MCU-PH) est un médecin, odontologiste ou pharmacien, plus rarement de formation scientifique exclusive, nommé à titre permanent pour assurer une mission de soins auprès d'un CHU en qualité d'agent du service public hospitalier, et une mission d'enseignement, de formation et de recherche auprès d'une université, en qualité de fonctionnaire de l’État.

Il s'agit donc d'un statut mixte croisant le corps des maîtres de conférences du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et celui de Praticien hospitalier des établissements publics de santé. Ce corps est ainsi géré conjointement par le Centre national de gestion et le ministère de l'Enseignement supérieur.

La nomination à ce corps relève des ministres en charge de l'enseignement supérieur et de la santé, après avis du conseil d'UFR et de la commission médicale d'établissement ; le recrutement est donc quelque peu différent de celui des enseignants-chercheurs, bien que la procédure implique également le Conseil national des universités.

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Pour accéder à ce corps, il est nécessaire de pouvoir justifier d'un doctorat d'université[réf. nécessaire], en plus du diplôme d'État de docteur en médecine, en pharmacie ou en odontologie, permettant de justifier de solides connaissances scientifiques et d'une formation à la recherche. Plus exceptionnellement, des scientifiques titulaires d'un doctorat en sciences peuvent accéder au statut de MCU-PH sans détenir un diplôme d’État de docteur dans les spécialités de santé (Médecine, Pharmacie, Odontologie).

Ce statut mixte résulte de la spécificité de la formation des étudiants dans les professions de santé (médecine, pharmacie, odontologie), qui incombe aux universités (enseignement théorique) et aux centres hospitaliers universitaires (pratique clinique). Les CHU, créés en 1958 par l'ordonnance Debré, se distinguent donc des centres hospitaliers par leur triple mission de soins, d'enseignement et de recherche. Ils ont permis le développement de réelles carrières hospitalo-universitaires sur le plan statutaire.

Depuis 2006, les spécialités pharmaceutiques ont été incorporés au corps des MCU-PH, sous réserve de l'obtention du diplôme d’État de docteur en pharmacie[1]. Cette carrière concerne essentiellement des pharmaciens ayant effectué un internat en pharmacie.

Depuis 2012 :

  • le centre national de gestion s'est vu confier en plus de ses missions du service hospitalier la gestion de certaines opérations courantes du service universitaire dont le classement dans le corps universitaire et la bonification d'ancienneté.
  • la formation des médecins généralistes prend un nouveau tournant avec l'instauration d'enseignants titulaires de médecine générale dont l'activité médicale ne se réalise non pas en milieu hospitalier, mais en libéral ou en mode salarié. Des textes réglementaires encadrent ce pré-requis d'activité, indispensable à la trivalence de la fonction. Ces enseignants intègrent des départements de médecine générale au sein des UFR, sous un titre assimilé à celui des MCU.

Au sein du CHU et de l'université, les MCU-PH ne portent pas le titre de "Professeur" mais de "Docteur". Cet abus de langage témoigne de l'évolution naturelle de leur carrière : par concours, ou après quelques années d'ancienneté, ils deviennent PU-PH.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2006-593 du 23 mai 2006, portant statut des personnels enseignants et hospitaliers des centres hospitaliers et universitaires