Le Mans Football Club

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis MUC 72)
Aller à : navigation, rechercher

Le Mans FC

Logo du Le Mans FC
Généralités
Nom complet Le Mans Football Club
Surnoms Les Sang et Or, les Mucistes
Fondation 12 juin 1985 (fusion)
Statut professionnel 1993 à 2013
Couleurs Rouge et jaune
Stade Le Clos-Fleuri (5 000 places)
Championnat actuel CFA 2
Président Drapeau : France Jean-Pierre Pasquier
Entraîneur Drapeau : France Alexandre Clément
Joueur le plus capé Drapeau : France Régis Beunardeau
Meilleur buteur L1 : Drapeau : Brésil Tulio De Melo (22)
L2 : Drapeau : Belgique Patrick Van Kets (53)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Mans Football Club (Le Mans FC), appelé Le Mans Union Club 72 jusqu'en 2010, est un club de football français basé au Mans. Fondé le 12 juin 1985, le club est issu de la fusion de l'Union sportive du Mans (USM) et du Stade olympique du Maine (SOM).

Résident du stade Léon-Bollée jusqu'en 2011, Le Mans FC a ensuite disputé ses rencontres à domicile au MMArena, première enceinte sportive française à être l'objet d'un naming, jusqu'en 2013. Il évolue depuis cette date au stade du Clos-Fleuri, enceinte de 5 000 places. Bien que n'ayant jamais remporté de titre majeur, le club a atteint la demi-finale de la Coupe de la Ligue à trois reprises entre 2006 et 2008, et la demi-finale de la Coupe de France en 1999. Promu pour la première fois en première division en 2003 sous la direction de Thierry Goudet, Le Mans FC totalise six saisons en Ligue 1, mais reste un club historiquement ancré dans le paysage de la Ligue 2.

Le club sarthois évolue en Ligue 2 lors de la saison 2012-2013 puis, à la suite d'importantes difficultés financières, le club est rétrogradé administrativement en CFA le 6 septembre 2013. En raison de sa dette, qui s’élève à 14,4 millions d'euros, le 15 octobre 2013 le club est placé en liquidation judiciaire. Le 23 octobre 2013, le club est définitivement rétrogradé en Division d'honneur de la ligue du Maine. Il remonte dès l'année suivante en CFA2.

Historique[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation de la ville du Mans

Le football au Mans avant 1985[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Union sportive du Mans.

Jusqu'en 1985, deux clubs se partagent le premier rôle du football manceau : l'Union sportive du Mans (USM) et le Stade Olympique du Maine (SOM). L'USM est est un club omnisports fondé en 1889 et dont la section football voit le jour au début du XXe siècle[a 1]. En 1910, le club se qualifie pour le championnat de France USFSA et atteint les huitièmes de finale où il est sèchement battu par l'US Servannaise. L'USM retrouve le tournoi national à plusieurs reprises les années suivantes, mais ne dépasse pas le tour préliminaire[a 1].

L'Union sportive du Mans rejoint le professionnalisme en 1942 et prend part la même année au championnat de la zone occupée duquel il termine au 11e rang sur 16. Lors de la saison 1944-1945, le club termine 10e du groupe Nord sur 12 et est reversé en deuxième division à la reprise des compétitions de paix. Habitué au bas de tableau, le club renonce à son statut professionnel en 1952. L'USM accède une nouvelle fois à la Division 2 en 1970 et se maintient à ce niveau pendant quatre saisons[a 1]. Relégués en troisième division, le club sombre peu à peu malgré le soutien financier de la municipalité, avant d'être rétrogradé en quatrième division en 1981[1].

Dans le même temps, le Stade Olympique du Maine[note 1], soutenu par les Mutuelles du Mans, gravit peu à peu les échelons et progresse jusqu'à la troisième division en 1984[a 1], après avoir déjà évolué à ce niveau lors de la saison 1970-1971[2]. Le SOM se classe 11e du groupe Ouest de D3 lors de la saison 1984-1985[3]. Mais l'aide de la compagnie d'assurances atteint ses limites et tout passage en deuxième division paraît impossible. C'est dans ce contexte que sous l'impulsion de Roland Grandier, alors président du SOM, la fusion des deux clubs rivaux devient possible[4].

La création du club[modifier | modifier le code]

Le maire du Mans Robert Jarry soutient le projet de fusion et rencontre à plusieurs reprises les présidents des deux clubs. En mai 1985, un sondage est effectué par le quotidien Le Maine libre au sujet du nom que portera le club après la fusion. L'appellation « MUC 72 », pour Le Mans Union Club 72, retient l'attention des lecteurs[4]. Le 7 juin 1985, lors de l'assemblée générale de l'USM, la proposition de fusion est adoptée de justesse : elle obtient 209 suffrages alors qu'il en fallait 200 pour qu'elle soit acceptée[a 1]. De son côté, le SOM plébiscite la fusion avec 161 voix sur 172[a 1].

Le 12 juin 1985, la fusion devient effective pour donner naissance au MUC 72 sous le statut juridique d'association loi 1901. Roland Grandier devient le premier président du club, qui sera entraîné par Bernard Deferrez, l'entraîneur de l'USM. Le MUC 72 évolue en Division 3 (héritage sportif du SOM) et dispute ses matchs au stade Léon-Bollée (apport de l'USM)[4].

Après s'être incliné en ouverture du championnat sur la pelouse de l'équipe réserve du Stade lavallois, le MUC 72 dispute le premier match de son histoire le 31 août 1985 au stade Léon-Bollée face à l'USSC Redon. Les Manceaux s'imposent 3 buts à 0 et Régis Beunardeau devient le premier buteur de l'histoire du club[5].

Le Mans s'installe en Division 2 (1985-2003)[modifier | modifier le code]

Pour sa première saison, le MUC 72 se classe 10e du groupe Ouest de D3[6]. L'entraîneur Bernard Deferrez est remplacé par Christian Gourcuff. Sous son impulsion, les sarthois accèdent à la Division 2 en 1988 en terminant à la deuxième place de leur groupe[a 1],[7]. Le 14 mai 1988, le match pour la montée au cours duquel les Manceaux s'imposent 3-2 face à l'ES La Rochelle rassemble 6 688 spectateurs au stade Léon-Bollée[4] L'attaquant Pascal Affaire inscrit ce soir là un triplé, lui qui a largement contribué à la montée des siens en D2 en inscrivant 26 buts en championnat[8].

La première saison du MUC 72 en D2 s'avère désastreuse : les Manceaux terminent derniers de leur groupe avec seulement 5 victoires en 34 matchs et redescendent ainsi en troisième division[9]. Ce passage en D3 n'est que de courte durée puisqu'au cours de la saison 1989-1990, les Sarthois dominent leur championnat. Ils se classent premiers de leur groupe[10] et retrouvent ainsi le deuxième échelon du football français un an seulement après l'avoir quitté. Les Manceaux accèdent donc une nouvelle fois à la D2, et ne quitteront plus cette division avant l'été 2003.

Lors de la saison 1991-1992, Le Mans manque de peu la montée parmi l'élite. Les Manceaux finissent 3e du groupe B de D2 et se qualifient pour les barrages de la montée[a 1], mais ils échouent à l'extérieur face au RC Strasbourg, battus 3 buts à 1[11]. Après avoir frôlé la montée, le MUC 72 frôle la descente lors de la saison 1993-1994. Thierry Froger, ancien joueur du club et responsable de la formation prend les rênes de l'équipe en décembre 1993, et les Sarthois devront attendre la dernière journée et une victoire 1-0 à l'extérieur sur la pelouse du Stade rennais pour sauver leur tête[a 1],[12]. La saison suivante, les Manceaux signent une victoire de prestige face à l'Olympique de Marseille lors de la première journée de championnat. Ils s'imposent 3 buts à 2 au Stade Vélodrome grâce à un doublé de Patrick Van Kets et un but d'Émerick Darbelet[13].

Le club termine à la 6e place du championnat durant 3 saisons consécutives de 1996 à 1998. Le Mans s'inscrit durablement dans le paysage de la Division 2 et certaines figures marquent cette époque, à l'image du gardien Olivier Pédémas ou de Régis Beunardeau, qui intégreront tous les deux le staff technique du club une fois leur carrière de footballeur terminée. Parallèlement, le club voit sortir de bons joueurs de son centre de formation, dont le plus célèbre est l'attaquant ivoirien Didier Drogba.

En 1999, le club réalise une performance significative en atteignant les demi-finales de la coupe de France. Les Sarthois, alors entraînés par Marc Westerloppe, sont éliminés à Sedan en s'inclinant 4-3 après les prolongations[4],[14].

Les deux montées en Ligue 1 (2003-2005)[modifier | modifier le code]

Frédéric Hantz, entraîneur du club de décembre 2004 à juin 2007

Thierry Goudet arrive au club en décembre 2000 pour prendre les rênes de l'équipe première. Sous sa houlette, le club termine quatorzième de D2 en 2001, puis cinquième en 2002. La saison suivante, les Manceaux terminent à la deuxième place du championnat derrière Toulouse. Emmené par un groupe constitué de joueurs formés au club, comme Laurent Bonnart, Frédéric Thomas ou James Fanchone, et de joueurs confirmés tels que Daniel Cousin, Philippe Celdran ou Laurent Peyrelade, le club sarthois obtient sa promotion dans l'élite pour la première fois de son histoire.

Malgré l'apport de joueurs expérimentés comme le norvégien Dan Eggen, le sud-africain Thabang Molefe, les défenseurs Eddy Capron et Yannick Fischer, Le Mans peine à trouver sa place en Ligue 1, et les défaites s'enchaînent en début de saison, dont un revers cinglant à Marseille ou les Sarthois s'inclinent 5-0[15]. Il faut attendre la 13e journée pour voir les Manceaux remporter leur première victoire en Ligue 1 face au FCMetz (2-0) grâce à des buts de Peyrelade et Cousin[16]. Thierry Goudet démissionne de son poste d'entraîneur en cours de saison[17]. Son successeur Daniel Jeandupeux ne parvient pas à retourner la situation et le club termine la saison à la 19e place, à un point du maintien[18].

Le Mans redescend donc en Ligue 2 pour la saison 2004-2005, avec pour ambition de retrouver l'élite au plus vite, en s'appuyant notamment sur les recrutements du parisien Chiguy Lucau ou du japonais Daisuke Matsui. En début de championnat, les Manceaux sont à la peine et pointent le plus souvent dans la deuxième partie du classement. À la mi-saison, Daniel Jeandupeux prend du recul et devient directeur technique du club. Le président Legarda nomme Frédéric Hantz, l'ancien entraîneur de Brive, au poste d'entraîneur[19]. Plusieurs joueurs sont écartés de l'effectif et l'attaquant ivoirien Georges Ba, qui sera décisif dans la course à la montée, rejoint le club. Le MUC 72 enchaîne les succès et remonte au classement, notamment grâce à une solide défense, puisque le club ne concède que dix buts sur les dix-neuf derniers matchs. Les Sarthois terminent à la 2e place, derrière l'AS Nancy-Lorraine, et sont une nouvelle fois promus en Ligue 1.

Les années Ligue 1 (2005-2010)[modifier | modifier le code]

Paulo Duarte à l'entraînement en août 2009

Pendant cette période, les Manceaux vont vivre leurs plus belles années, se maintenant cinq saisons parmi l'élite et participant à trois demi-finales de Coupe de la Ligue consécutives.

Pour son retour en Ligue 1 lors de la saison 2005-2006, le MUC 72 conserve son ossature et se renforce judicieusement avec les signatures de jeunes joueurs comme l'ivoirien Koffi N'Dri Romaric, le monténégrin Marko Baša ou le brésilien Túlio de Melo. Les Sarthois enchaînent les bonnes performances en début de championnat et parviennent même à se hisser à la deuxième place du classement après la septième journée. Le Mans rentre peu à peu dans le rang mais signe quelques succès marquant, comme une victoire 3-0 à domicile face à l'Olympique de Marseille[20] ou sur la pelouse du Parc des Princes face au PSG grâce à un penalty de Cédric Fauré[21]. Le MUC 72 termine la saison au 11e rang pour son retour dans l'élite.

Le club réussit une nouvelle fois à se classer en milieu de tableau en 2006-2007, terminant à la 12e place. En fin de saison, Frédéric Hantz quitte le club et rejoint le FC Sochaux-Montbéliard[22].

Rudi Garcia, entraîneur de Dijon, est appelé pour le remplacer. Sous sa houlette, le club fait un bon début de championnat, occupant même le fauteuil de leader aux soirs des deuxième et troisième journées. Le Mans réalise sa meilleure saison en Ligue 1, se classant à la 9e place à l'issue du championnat, sans avoir quitté la première moitié du tableau. C'est aussi cette année-là que le MUC 72 vit l'un de ses plus grands matchs. Le club dispute la demi-finale de la Coupe de la Ligue pour la troisième saison consécutive, opposé cette fois-ci au RC Lens. Au terme d'un match épique, ce sont finalement les Lensois qui s'imposent au stade Léon-Bollée et se qualifient pour la finale, sur le score de 5 buts à 4 après les prolongations[23].

Entrée des joueurs lors du match Le Mans-Sochaux en septembre 2006

Un an seulement après son arrivée, Rudi Garcia quitte le club pour rejoindre Lille. Il est remplacé à la tête de l'équipe première par Yves Bertucci, entraîneur de la réserve mancelle[24]. Malgré le départ de plusieurs titulaires, Le Mans réussit une bonne entame de championnat. Mais le club peine à suivre le rythme et les résultats se dégradent. Après une période hivernale difficile, Yves Bertucci se retire et le Suisse Daniel Jeandupeux, déjà entraîneur du club de février à décembre 2004, prend une nouvelle fois les rênes de l'équipe première[25]. Les Sarthois ne parviennent pas à assurer définitivement leur maintien et en mai, le club connaît son deuxième changement d'entraîneur en une saison. Jeandupeux se retire afin de se consacrer au recrutement. Arnaud Cormier, qui avait mené les jeunes Manceaux à la victoire en Coupe Gambardella en 2004, est nommé au poste d'entraîneur pour les quatre derniers matchs de la saison[26]. Sans remporter le moindre succès, les Sarthois arrachent néanmoins leur maintien en Ligue 1 en terminant à la 16e place du classement.

Le portugais Paulo Duarte, qui occupe également les fonctions de sélectionneur du Burkina Faso, est nommé entraîneur du club pour la saison 2009-2010[27]. Mais devant le manque de résultat de l'équipe, qui n'a obtenu que deux victoires en seize journées de championnat, le technicien portugais est démis de ses fonctions dès le mois de décembre, et remplacé par son adjoint Arnaud Cormier[28]. Malgré ce changement, et le renfort de joueurs comme Olivier Thomert ou Almen Abdi, les résultats ne s'améliorent pas et le club reste englué dans le fond du classement. À l'issue de la saison, Le Mans termine à la 18e place et est relégué en Ligue 2, après cinq années passés à l'échelon le plus élevé du football français.

Le renouveau du club et l'échec de la remontée (2010-2011)[modifier | modifier le code]

Le MMArena, nouvelle enceinte sarthoise, vu du ciel.

La saison 2010-2011 est celle du changement.

L'appellation « MUC 72 » étant considérée comme un frein à la reconnaissance du club par les dirigeants, celui-ci change de nom et devient « LEMANS FC », pour Le Mans Football Club[29]. Les dirigeants préparent également l'entrée dans le nouveau stade, le MMArena.

Malgré le départ de certains joueurs, le club conserve une grande partie de ses cadres pour relever le challenge de la remontée immédiate. Après une entame timide en championnat, les Manceaux enchaînent les bons résultats et prennent la tête du classement au soir de la 12e journée. Solidement installés sur le podium, les Sarthois font leur entrée au MMArena le 29 janvier 2011 avec la réception de l'AC Ajaccio. Devant un stade comble, Le Mans s'impose 3 buts à 0, grâce à des réalisations de Baal, Poté et Helstad[30]. Par la suite, la machine mancelle s'enraye et avec une seule victoire en dix matchs entre février et mai, les Manceaux quittent le podium. Malgré une nouvelle série de quatre victoires consécutives, une défaite à Vannes lors de l'avant-dernière journée scelle presque définitivement le sort des Manceaux. Le succès face à Nantes pour la dernière journée de championnat au MMArena, au cours de laquelle le club fête ses 25 ans d'existence[31], ne change rien : Le Mans reste en Ligue 2. Tout l'espoir misé par le club de remonter en Ligue 1 s’effondre, c'est ainsi que débute la décadence financière du club sarthois, après le lourd investissement du nouveau stade.

Naufrage sportif et liquidation judiciaire (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Après l'échec de la remontée, Le Mans FC doit se séparer de nombreux joueurs, sa masse salariale étant une nouvelle fois encadrée par la DNCG[32]. Les départs d'Helstad, Corchia ou Lamah pèsent lourd dans les résultats du club sarthois, qui pointe à la dernière place du classement après avoir démarré le championnat par trois défaites consécutives. En décembre, l'entraîneur Arnaud Cormier est remplacé par Denis Zanko[33], qui occupait jusque-là les fonctions de directeur du centre de formation et d'entraîneur de l'équipe réserve du Mans FC. Sous sa houlette, les Sarthois réalisent une bonne seconde partie de saison et assurent leur maintien en terminant à la 17e place du championnat.

Les difficultés se poursuivent pour les Manceaux. Le 11 juillet 2012, la commission d'appel de la DNCG décide de la rétrogradation du club en National[34]. À la suite de cette décision, le président Henri Legarda décide de faire appel auprès du CNOSF, ce que ce dernier accepte au vu des efforts financiers effectués par les actionnaires du club et la municipalité de la ville du Mans. Le 25 juillet 2012, après un nouvel examen du dossier, la commission d'appel de la DNCG décide de lever la rétrogradation administrative. Le Mans FC est officiellement maintenu en Ligue 2 pour la saison 2012-2013, à seulement deux jours de la reprise du championnat[35]. Afin de renforcer l'équipe, plusieurs jeunes joueurs issus du centre de formation intègrent le groupe professionnel, qui enregistre également l'arrivée du gardien stéphanois Jérémie Janot[36], ainsi que les prêts d'Amara Baby[37] et de Jean-Eudes Maurice[38].

La situation financière s'aggrave : le club, accusant un déficit de 7,5 millions d'euros en décembre 2012, se retrouve quasiment en cessation de paiement. En février 2013, Henri Legarda annonce via un communiqué que des offres de reprise et de recapitalisation du club seront étudiées avant le passage devant la DNCG à la fin du mois[39]. À la suite de cette audition la DNCG laisse au club un délai jusqu’à la fin de saison pour mener à bien sa recapitalisation[40]. Début mars 2013, Henri Legarda informe ses joueurs et ses salariés qu’en l’état actuel des choses, il ne peut pas payer leurs salaires pour le mois de février, soit environ 500 000 €[41]. Dos au mur, il annonce le 27 mars 2013 qu'il accepte de laisser la présidence du club en cédant la totalité de ses parts pour un euro symbolique à un groupe de repreneurs, représentés par l'homme d'affaires Claude Hervé[42].

Le 24 avril 2013, quelques jours après une sévère défaite à Guingamp sur le score de 6-1 et alors que les manceaux sont relégables, le président Henri Legarda annonce que les rênes de l'équipe première sont confiées à Régis Beunardeau, figure historique du club et directeur du centre de formation ainsi que de l'équipe réserve[43]. À ce stade de la saison, il ne reste que cinq matchs aux sarthois pour tenter de sauver leur place en Ligue 2, alors qu'ils comptent deux points de retard sur le premier non-relégable. Le 24 mai, lors de la dernière journée du championnat, le club est relégué en National et ce, malgré leur victoire (2-1) contre le RC Lens, les Manceaux terminent à deux points du premier non relégable le Stade lavallois.

Rétrogradé dans un premier temps en CFA par la DNCG[44], le club est finalement relégué en Division d'honneur, le 9 juillet 2013, en raison de ses graves difficultés financières[45],[46]. Le 7 août, le comité national olympique et sportif français propose à la Fédération française de football le réintégration du club en CFA[47], ce qu'elle accepte[48]. Souhaitant sauver le statut professionnel du club, le président Legarda décide de saisir le tribunal administratif de Nantes pour demander le retour du club en National[49].

Le 6 septembre 2013, la DNCG qui avait initialement rétrogradé Le Mans en Division d'honneur (6e div.), décide finalement d'intégrer le club en Championnat de France amateur (CFA)[50]. Mais le 27 septembre 2013, le tribunal administratif de Nantes rejette le recours en urgence déposé trois jours plus tôt par le club sarthois, qui ne peut dès lors éviter la liquidation judiciaire[51]. La dette du club s'élève alors à 14,4 millions d'euros. La liquidation est prononcée le 15 octobre 2013 par le tribunal de commerce du Mans et concerne à la fois la société anonyme sportive professionnelle (SASP) et la société commerciale Le Mans MCO, qui employaient chacune 30 salariés[52]. Le 23 octobre, la FFF décide de nouveau la relégation du club en Division d’Honneur de la Ligue du Maine. Malgré six défaites sur tapis vert lors de ses six premiers matchs, du fait de la liquidation judiciaire, le club réussit une belle remontée sur la seconde moitié de saison et remporte le championnat lors de la dernière rencontre disputée face à lES Connerré. Victorieux lors de cette rencontre, Le Mans FC monte alors en CFA2[53].

Résultats sportifs et palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès du Mans Football Club
Compétitions nationales Compétitions régionales

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

À l'issue de la saison 2011-2012, Le Mans FC totalise 6 participations au championnat de France de première division, et 27 participations au championnat de deuxième division nationale. Ainsi, le club manceau se place en début de la saison 2012-2013 au 15e rang au classement général de seconde division, établi par la Ligue de football professionnel[54].

Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Ligue 1 (2003-2010) 6 228 65 (29 %) 69 94 238 301 -63
Division 2/Ligue 2 (1988-2012) 27 979 316 (32 %) 303 360 1176 1343 -167

Records[modifier | modifier le code]

La plus large victoire enregistrée par le MUC 72 date du 3 octobre 1998 quand les Manceaux gagnent 6-0 à domicile face à l’ASOA Valence, en deuxième division. En première division, le MUC 72 l’emporte 4-0 le 29 novembre 2003 face au Montpellier HSC, puis sur le même score le 13 août 2005 face au Stade rennais. Les Manceaux obtiennent leur plus large victoire à l'extérieur au cours de la saison 1990-1991 sur la pelouse du Bourges FC, 5 à 0.

Le 13 mai 2006, le MUC 72 enregistre sa plus lourde défaite en championnat sur la pelouse de l'Olympique lyonnais, quintuple champion de France. Alors que les Manceaux avaient ouvert le score grâce au brésilien Grafite, ils s'inclinent finalement sur le score de 8 buts à 1.

La plus longue série de victoires consécutives en championnat se monte à six rencontres, entre le 3 août 2002 et le 5 septembre 2002, en deuxième division. En Ligue 1, le record se monte à quatre victoires consécutives, acquises entre le 10 avril 2004 et le 8 mai 2004, une série qui n'empêchera pas les Manceaux d'être relégués quelques semaines plus tard en deuxième division.

Entre le 8 novembre 1997 et le 24 mars 1998 (défaite à Wasquehal 1-0), le MUC 72 réalise une série de 16 matchs consécutifs sans défaite en championnat, ce qui constitue son record. Cette période correspond également aux débuts de Marc Westerloppe en tant qu'entraîneur, en remplacement de Slavo Muslin.

Le club enregistrera également un belle série de 15 matchs sans défaite entre le 5 février 2003 et le 23 mai 2003, conclue par la promotion du club en Ligue 1. Cette série est poursuivie par un match nul à Lens le 2 août 2003, en ouverture de la saison 2003-2004 du championnat de Ligue 1. Cette même saison, du 23 août 2003 au 27 septembre 2003, le club enregistre cinq défaites consécutives, ce qui constitue un record dans ce domaine.

Le but le plus rapide de l'histoire du MUC 72 fut inscrit le 14 avril 2010 par Roland Lamah face au Montpellier HSC.

Image et identité[modifier | modifier le code]

Historique des couleurs[modifier | modifier le code]

Maillot du Mans Union Club 72 pour la saison 2005-2006.

L'Union Sportive du Mans (USM) arborait des couleurs bleues et blanches, tandis que le Stade Olympique du Maine (SOM) utilisait des maillots verts et blancs. À la suite de la fusion des deux clubs en 1985, il fut décidé que les joueurs porteraient des maillots au couleur des armoiries de la ville : le jaune et le rouge. Ces couleurs valurent aux joueurs du MUC 72 d'être surnommés les Sang et Or, à l'image des footballeurs du RC Lens ou des rugbymen perpignanais.

Jusqu'au début des années 2000, les joueurs manceaux arboraient un maillot à dominante jaune, avant d'utiliser un maillot constitué de rayures jaunes et rouges verticales. Depuis 2003 et la première montée du club parmi l'élite, les Manceaux portent un maillot à dominantes rouge, avec quelques parements jaunes. C'est cette même année que le MUC 72 se lie avec l'équipementier italien Kappa, qui fournira les maillots au club pendant huit saisons. En 2011, un nouveau partenariat est signé avec l'équipementier italien Macron[55].

Logos du Mans FC[modifier | modifier le code]

Le logo du Mans fut longtemps constitué d'un hexagone rayés verticalement de rouge et jaune portant un ballon et le nombre « 72 » en son centre. Le nom « Le Mans » apparaissait sous l'hexagone en lettres blanches sur un fond noir.

À la suite du changement de nom à l'été 2010, le club adopte naturellement un nouveau logo. Les couleurs demeurent les mêmes, mais le logo prend la forme d'un cœur bordé de noir, au centre duquel apparaît un nouveau symbole, le cheval[29]. Les dirigeants expliquent le choix de ce symbole à travers trois dimensions de la ville du Mans : la dimension régionale avec le Perche sarthois, la dimension historique avec les enceintes romaines de la ville qui rappelle la Rome antique et les arènes que l'on retrouve dans le nom du nouveau stade, et enfin la dimension culturelle avec la référence au cheval vapeur, Le Mans étant la patrie de l'automobile[29].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Stade Léon-Bollée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Léon-Bollée.
Le stade Léon-Bollée lors de la réception de l'OM en septembre 2008.

En 1906, la ville du Mans est à l'origine de la création d'un stade vélodrome au sein d'un parc omnisports sur le site de Beaulieu. Ce stade prend le nom de Léon Bollée, en hommage au constructeur automobile sarthois, passionné de cyclisme et président de l’Union vélocipédique de la Sarthe. Le stade est inauguré le 29 avril. La pelouse, d'abord utilisé par les rugbymen manceaux, accueille par la suite les rencontres des footballeurs de l'Union sportive du Mans[56] du 25 janvier 2011.

En 1946, une première tranche d'extension du « Parc municipal des sports » est décidée par la commune, et le nouveau stade, à l'emplacement de l'actuel stade Léon-Bollée, est inauguré le 27 octobre 1953. L'éclairage y est installé au début des années 1970, et celui-ci est inauguré par un match qui voit s'affronter l'Olympique de Marseille et le Standard de Liège le 11 mars 1971[56].

En 1985, lors de la fusion de l’Union sportive du Mans (USM) avec le Stade olympique du Maine (SOM), qui donne naissance au MUC 72, le stade Léon-Bollée est naturellement choisi pour accueillir les matchs de la nouvelle équipe sarthoise. Les anciennes tribunes populaires sont détruites à la fin de l'année 1986 pour laisser la place à une vaste tribune couverte portant la capacité du stade à 6 000 places, la tribune Chancel, dont les travaux dureront deux ans. Le stade Léon-Bollée est une nouvelle fois inauguré après ces travaux d'agrandissement, à l'occasion de la montée du MUC 72 en D2 à l'issue de la saison 1987-1988[56].

Le 31 mai 1995, à l'occasion de la réception de l'Olympique de Marseille, deux tribunes provisoires sont installées derrière les buts afin d'accueillir un total de 10 000 spectateurs. L'installation définitive de ces deux tribunes derrière les buts voit le jour en 1988, doublant ainsi la capacité du stade (12 000 places. Le stade Léon-Bollée fait, une nouvelle fois, l'objet d'une rénovation et de travaux d'agrandissement en 2003 à l'occasion de la montée du MUC 72 en Ligue 1. La capacité du stade est alors portée à 17 000 places et restera dès lors inchangée[56].

Le 21 décembre 2010, le club sarthois dispute le dernier match de son histoire au stade Léon-Bollée face au Vannes OC[57]. La démolition des tribunes métalliques Nord et Sud est entreprise au début de l'année 2012[58].

MMArena[modifier | modifier le code]

Vue extérieure du MMArena
Plan de localisation du MMArena
Article détaillé : MMArena.

Le conseil municipal de la ville du Mans approuve le programme général de la construction d'un nouveau stade en mai 2005, à la suite du retour du MUC 72 en Ligue 1. La construction d'une nouvelle enceinte pour remplacer le vétuste Léon-Bollée était devenue impérative à la suite de la demande de la Ligue de Football professionnel, ayant accordée une dérogation de cinq ans pour construire un nouveau stade au club sarthois[59].

Le site choisi pour l'édification du nouveau stade est situé au cœur du pôle d'excellence sportive du Mans, qui regroupe sur une superficie de 1 000 ha les circuits des 24 Heures, Bugatti et Alain Prost (karting), la salle Antarès, un hippodrome, un vélodrome et un terrain de golf[60]. En 2007, le groupe d'assurance mutuelle MMA s'associe à la démarche de construction en ayant recours au naming, une première en France, qui consiste à donner le nom d'une marque à une enceinte sportive. Le nouveau stade portera ainsi le nom de « MMArena » pendant dix ans[61]. Le chantier débute en septembre 2008 avec les travaux de terrassement, pour une durée de deux ans[59].

Le contrat de concession du MMArena, signé en 2008 par la ville du Mans et le groupe Vinci pour une durée de 35 ans, s'élève à un total de 104 millions d'euros. Le contrat comprend une subvention des collectivités locales répartie entre la ville du Mans, le conseil général de la Sarthe et la région Pays de la Loire[59].

Le MMArena est une stade multi évènements : il dispose d'une capacité de 25 000 places assises en configuration match, qui se porte à 38 000 places en configuration spectacle maximale, ainsi que de 3 000 m² d'espaces de réception[59].

Le nouveau stade du Mans est inauguré en présence du premier ministre François Fillon le 29 janvier 2011 à l'occasion de la réception de l'AC Ajaccio pour le compte de la 21e journée du championnat de Ligue 2. Pour leur premier match dans leur nouvelle enceinte, les Manceaux s'imposent 3 buts à 0. Ludovic Baal devient à cette occasion le premier buteur de l'histoire au MMArena[62].

Depuis cette date, le MMArena a accueilli d'autres rencontres « évènements ». L'équipe de France y a disputé un match amical de préparation à l'Euro 2012 face à l'Estonie le 5 juin 2012[63], ponctué par une victoire 4-0 des Bleus. Par ailleurs, le MMArena a accueilli le match de seizièmes de finale de Coupe de France entre le Sablé FC et le Paris Saint-Germain le 20 janvier 2012[64].

La Pincenardière[modifier | modifier le code]

Les footballeurs manceaux à l'entraînement au centre de la Pincenardière.

Le siège du club est situé à la Pincenardière, qui est également le lieu d'entraînement des footballeurs manceaux, sur la commune de Mulsanne. Ce nouveau centre administratif et sportif a été inauguré en juin 2008, après d'importants travaux de rénovation[65]. Face aux difficultés financières auxquelles le club a dû faire face à l'été 2012, Le Mans FC et la municipalité ont été contraints de vendre le complexe de la Pincenardière à une société civile immobilière. Bien que le club ne soit plus propriétaire des lieux, il en conserve l'utilisation[66].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

Le centre de formation du Mans FC répond depuis 2011 aux critères de la « catégorie 1 »[67], la plus élevée en la matière. Au titre de la saison 2011-2012, le centre est de « classe A »[68], un grade qui distingue les meilleurs centres de formation français. En 2012, Le Mans FC pointe au 15e rang du classement des centres de formation alors qu'il se classait 18e en 2011. Dirigé de 1998 à 2008 par Yves Bertucci, qui deviendra par la suite l'entraîneur de l'équipe première, le centre de formation du Mans FC a vu éclore de nombreux talents, parmi lesquels l'attaquant international ivoirien Didier Drogba, ou encore de nombreux internationaux espoirs français comme Mathieu Coutadeur, Sébastien Corchia ou Mamadou Samassa. Denis Zanko devient directeur du centre de formation en 2008, remplacé par Régis Beunardeau en décembre 2011[33].

De nouveaux locaux sont inaugurés en 2007 au Clos-Fleuri, à proximité du centre d'entraînement de l'équipe première, la Pincenardière. Les joueurs accueillis viennent majoritairement de Sarthe ou de région parisienne. Ils sont hébergés à l'internat sportif près du lycée polyvalent Le Mans Sud[69]. Le centre de formation du Mans a noué de nombreux partenariats, au niveau local et international, comme la mise en place d'échanges avec le club anglais d'Arsenal en 2006[70] ou la réception du club chinois du Dalian Aerbin FC en 2011[71].

En complément du centre de formation, l’association du Mans FC gère l’école de football et la préformation, ainsi que la section féminine. Présidée par Robert Brunet, l'association Le Mans FC a sous sa responsabilité 26 équipes et compte plus de 400 licenciés[72].

Organisation[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

En 2012, Le Mans FC est présidé par Henri Legarda. Le directeur exécutif est Félicien Laborde et le conseiller du président est Franco Torchia. Le directeur des opérations est Christophe Desruelle, le directeur commercial Philippe Simon, le consultant en communication Guillaume Bertel, le responsable financier Serge Cherouvrier et le responsable commercial grand public Frédéric Trouillet[73].

Alain Pascalou est nommé directeur technique du club à l'été 2012, en remplacement de Daniel Jeandupeux. Régis Beunardeau est directeur du centre de formation[73].

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel du Mans FC pour la saison 2012-2013 est de l'ordre de 11 millions d'euros, soit le 6e budget de Ligue 2 à égalité avec le Havre AC et le Dijon FCO[74]. Ce budget est en baisse constante depuis la relégation du club au terme de la saison 2009-2010 du championnat de Ligue 1.

Historique des budgets du Mans FC
Saison 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013
Division Ligue 2 Ligue 1 Ligue 1 Ligue 1 Ligue 1 Ligue 1 Ligue 2 Ligue 2 Ligue 2
Budget 10,4 M€[75] 20 M€[76] 22,5 M€[77] 33,7 M€[78] 42,8 M€[79] 40 M€[80] 25,7 M€[81] 15,3 M€ (prév.) 11 M€ (prév.)
Légende : M€ = millions d'euros.

Sponsors et équipementiers[modifier | modifier le code]

Le club change régulièrement d'équipementier : Adidas de 1993 à 1998, puis Puma jusqu'en 2003, et Kappa de 2003 à 2011. Le club signe alors un contrat de quatre ans avec l'équipementier italien Macron[55].

En 2012-2013, le principal « sponsors maillot » est une entreprise régionale : l'entreprise agroalimentaire LDC, à travers ses marques « le Gaulois » (à domicile) et « poulets de Loué » (à l'extérieur). La mutuelle d'assurance Groupama et la chaîne de grande distribution Système U apparaissent également sur le maillot du club sarthois.

Par ailleurs, la ville du Mans, le conseil général de la Sarthe et le conseil régional des Pays de la Loire sont les partenaires institutionnels du club.

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Les présidents[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, Le Mans FC n'a connu que six présidents[4]. Lors de la fondation du club le 12 juin 1985, Roland Grandier, qui occupait jusque-là les fonctions de présidents du Stade Olympique du Maine, devient le premier président du MUC 72. Sous sa direction, le club accède une première fois à la Division 2. Roger Leroy lui succède de 1989 à 1991. Jean-Yves Merdrignac arrive à la présidence au début de l'année 1991, et occupera ce poste pendant dix années au cours desquelles le MUC 72 se stabilise et s'ancre dans le paysage de la Division 2.

La présidence de Noël Peyramayou s'écoule de décembre 2000 à juin 2003, ponctuée par l'accession du MUC 72 à l'élite du football français pour la première fois de son histoire. Henri Legarda, actionnaire majoritaire du club, devient alors président. Il occupe cette fonction jusqu'en avril 2013, ainsi que celle de trésorier général adjoint de la LFP où il siège au conseil d'administration en tant que représentant des clubs de Ligue 2[82].

Suite à la mise en liquidation judiciaire du club, Jean Pierre Pasquier devient le nouveau président du Mans FC en décembre 2013 cependant il ne gardera la présidence que 5 jours.

Présidents du Mans FC
Rang Nom Période
1 Roland Grandier 1985-1989
2 Roger Leroy 1989-1991
3 Jean-Yves Merdrignac 1991-2000
4 Noël Peyramayou 2000-2003
5 Henri Legarda 2003-2013
6 Jean-Pierre Pasquier 2013-2013

Les entraîneurs[modifier | modifier le code]

Rudi Garcia, entraîneur du MUC 72 lors de la saison 2007-2008

De Bernard Deferrez en 1985-1986 à Régis Beunardeau au cours de la saison 2012-2013, dix-huit entraîneurs dont seize différents se succèdent à la tête du Mans FC[4]. L'instabilité à ce poste est particulièrement forte à ce poste depuis 2007 puisque le club a connu sept changements d’entraîneur sur ces cinq dernières saisons. L'entraîneur resté le plus longtemps à la tête du club est Thierry Froger, de 1993 à 1997, soit quatre saisons et demi.

C'est grâce à Christian Gourcuff que le club accède une première fois à la Division 2 en 1988, avant de la retrouver quelques années plus tard sous la direction de Christian Letard. Les deux entraîneurs ayant permis au club d'accéder à l'élite sont Thierry Goudet en 2003 et Frédéric Hantz en 2005. Hormis Christian Gourcuff qui officie pendant près de trois saisons en tant qu'entaîneur-joueur, Thierry Froger est le seul entraîneur du Mans FC à avoir porté les couleurs du club en tant que joueur.

Le Mans a connu trois techniciens étrangers. Le Serbe Slavo Muslin (en 1997) et le Portugais Paulo Duarte (en 2009), qui occupait simultanément la fonction de sélectionneur du Burkina Faso, ne restent que quelques mois sur le banc du club sarthois. Le Suisse Daniel Jeandupeux a la particularité d'avoir été entraîneur du club à deux reprises mais aussi d'avoir occupé les fonctions de conseiller du président au sein du club jusqu'en 2012.

Entraîneurs du Mans FC
Rang Nom Période
1 Bernard Deferrez 1985-1986
2 Christian Gourcuff 1986-déc. 1988
3 Christian Letard janv. 1989-déc. 1992
4 Thierry Froger janv. 1993-juin 1997
5 Slavo Muslin juil. 1997-oct. 1997
6 Marc Westerloppe nov. 1997-nov. 2000
7 Alain Pascalou nov. 2000-déc. 2000
Rang Nom Période
8 Thierry Goudet déc. 2000-fév. 2004
9 Daniel Jeandupeux mars 2004-déc. 2004
10 Frédéric Hantz janv. 2005-2007
11 Rudi Garcia 2007-2008
12 Yves Bertucci 2008-fév. 2009
13 Daniel Jeandupeux fév. 2009-mai 2009
14 Arnaud Cormier mai 2009-juin 2009
Rang Nom Période
15 Paulo Duarte juin 2009-déc. 2009
16 Arnaud Cormier déc. 2009-déc. 2011
17 Denis Zanko déc. 2011-avril 2013
18 Régis Beunardeau avril 2013-oct. 2013


Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Joueurs les plus capés en championnat
Joueurs Matchs (dont L1)
Régis Beunardeau 447[note 3] 0
Christian Penaud 397[note 4] 0
Frédéric Thomas 307 136
Olivier Pédémas 286 0
Laurent Bonnart 235 82
Meilleurs buteurs en championnat
Joueurs Buts (dont L1)
Patrick Van Kets 53 0
Daniel Cousin 44 11
James Fanchone 41 7
Thorstein Helstad 35 14
Stéphane Samson 34 0
Mis à jour après la saison 2011-2012[note 5].
En gras, les joueurs encore en activité.

Le gardien Alain Jacotin a la particularité d'être le seul joueur à avoir évolué au sein des trois clubs manceaux : d'abord à l'USM, puis au SOM et enfin au MUC 72, de la création du club jusqu'en 1990[83]. Dans les premières années du club, l'un des meilleurs joueurs du MUC 72 est Pascal Affaire, un attaquant arrivé en provenance de Clermont. Il inscrit 41 buts en 66 matchs de championnat entre 1987 et 1990[8], participant de manière active à la première montée du club sarthois en deuxième division.

Par la suite, Le Mans s'installe durablement en Division 2 en s'appuyant sur des hommes de club, comme le gardien Olivier Pédémas ou les défenseurs Christian Penaud et Régis Beunardeau qui totalisent plus de mille matchs de championnat sous les couleurs mancelles à eux trois. C'est aussi à cette époque que le MUC 72 voit passer dans ses rangs un certain nombre d'attaquants de renom, comme le belge Patrick Van Kets, meilleur buteur de l'histoire du club avec 53 buts en championnat, Réginald Ray, meilleur buteur du championnat de D2 en 1998 avec 20 réalisations[84], Stéphane Samson, ou encore l'ivoirien Dagui Bakari. Parallèlement, le club commence à montrer la qualité de sa formation quand certains de ses produits rejoignent des clubs de Division 1 : Olivier Thomert rejoint Lens en 2002, et l'attaquant ivoirien Didier Drogba, au club de 1997 à 2001, rejoint Guingamp.

En 2003, le MUC 72 accède à la Ligue 1 pour la première fois de son histoire grâce à une équipe bâtie autour de jeunes joueurs formés au club comme Laurent Bonnart, Frédéric Thomas, Jérôme Drouin, James Fanchone ou Yohan Hautcœur, et de joueurs avec une certaine expérience du championnat de Ligue 2, parmi lesquels on peut citer les défenseurs Denis Arnaud et Yoann Poulard, le milieu de terrain Philippe Celdran, ou les attaquants Laurent Peyrelade et Daniel Cousin, international gabonais.

Pour sa première saison parmi l'élite, le MUC 72 se renforce avec l'arrivée de joueurs dont certains possèdent une solide expérience internationale, comme le norvégien Dan Eggen ou le sud-africain Thabang Molefe, ayant tous les deux participé à la Coupe du monde avec leur pays respectif. Cela ne suffira pas aux sarthois pour se maintenir.

De retour en Ligue 1 à l'été 2005, Le Mans connaît ses plus belles années, et voit passer dans ses rangs de nombreux joueurs de talent, comme l'international brésilien Grafite, jusqu'à la relégation du club en 1990. Le gardien Yohann Pelé, le défenseur Marko Baša, les milieux Romaric N'Dri, Hassan Yebda, Daisuke Matsui (nommé joueur du mois de janvier 2006 par l'UNFP) et Stéphane Sessègnon, les attaquants Túlio de Melo, Anthony Le Tallec et Gervinho sont les cadres d'une équipe qui termine à la 9e place du championnat, le meilleur résultat du club. De nombreux joueurs vont éclore au cours de leur passage au Mans à cette période, parmi lesquels le guinéen Ismaël Bangoura, 20 buts en deux saisons ou l'attaquant malien Modibo Maïga.

En 2010-2011, et malgré la présence de joueurs comme Grégory Cerdan, Sébastien Corchia, Ludovic Baal, Roland Lamah et Thorstein Helstad, Le Mans ne parvient pas à relever le challenge de la montée, et doit se séparer d'un grand nombre de ses joueurs cadres. Lors de cette saison l'attaquant norvégien Thorstein Helstad devient le meilleur buteur du Mans FC en une saison de championnat avec 21 buts inscrits.

Yohann Pelé, nommé « Étoile d'Or du meilleur gardien » en 2006 par le magazine France Football, est le premier Manceau à avoir été appelé en équipe de France, à l'occasion d'un match amical face à la Tunisie en 2008. Il ne compte cependant aucune sélection puisqu'il assiste au match depuis le banc de touche, et ne sera jamais rappelé par le sélectionneur[85]. Le club a compté de nombreux joueurs sélectionnés avec les espoirs, comme Mathieu Coutadeur, Mathieu Dossevi ou encore Mamadou Samassa.

Enfin, plusieurs membres du Mans FC ont été distingués dans l'équipe-type de la saison de Ligue 2 lors des trophées UNFP : c'est le cas de Philippe Celdran et Daniel Cousin en 2003, de Frédéric Thomas en 2005, ainsi que de Sébastien Corchia et Grégory Cerdan en 2011.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Effectif du Mans FC 2013-2014[modifier | modifier le code]

Effectif Le Mans Football Club de la saison 2013-2014 au 10 Janvier 2014
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[86] Nom Date de naissance Sélection[87] Club précédent
999 G Drapeau de la France Viot, VincentVincent Viot 17/5/1994 (20 ans)
0 Formé au club
999 G Drapeau de la France Ferrand, ThibaultThibault Ferrand 26/3/1986 (28 ans)
AS Beauvais
999 G Drapeau de la France Pédémas, TomTom Pédémas 23/7/1997 (16 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Buisson, ClémentClément Buisson 3/4/1992 (22 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Tacheau, ValentinValentin Tacheau 27/3/1993 (21 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Cristea, MihaïMihaï Cristea 16/1/1995 (19 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Vitta, SylvainSylvain Vitta 22/6/1995 (19 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Boby, HugoHugo Boby 14/4/1995 (19 ans)
0 Formé au club
999 D Drapeau de la France Camara, DjibrilDjibril Camara 22/6/1995 (19 ans)
 ?
999 D Drapeau de la République du Congo Mouhounou, TrésorTrésor Mouhounou 18/8/1991 (22 ans)
ES Wasquehal
999 D Drapeau de la Guinée Camara, Mohamed MouctarMohamed Mouctar Camara
 ?
999 M Drapeau de la France Boudzoumou, ElipoldElipold Boudzoumou 12/1/1992 (22 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau de la France Nkusu, DimitriDimitri Nkusu 9/1/1996 (18 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau de la France Nouyou, YohanYohan Nouyou 5/6/1995 (19 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau de la France Robert, FlorianFlorian Robert 6/7/1996 (18 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau des Comores Abdallah, IyadIyad Abdallah 16/11/1995 (18 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau de la République démocratique du Congo Luzolo, Divin FulaDivin Fula Luzolo 30/5/1995 (19 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau de la France Regardin, MathisMathis Regardin 8/4/1996 (18 ans)
0 Formé au club
999 M Drapeau : Côte d'Ivoire Nahikiga, Ives WonhiweIves Wonhiwe Nahikiga
La Suze FC
999 A Drapeau de la France Ibongo Nloga, GuyGuy Ibongo Nloga
0 Formé au club
999 A Drapeau : Côte d'Ivoire Tito Abie, IvanIvan Tito Abie 3/9/1992 (21 ans)
Évry FC
999 M Drapeau de la France Gerbault, ThomasThomas Gerbault
0 Formé au club
999 A Drapeau de la France Gouelibo, ValentinValentin Gouelibo 13/7/1995 (18 ans)
 ?
999 A Drapeau de la France Bouhenni, HakimHakim Bouhenni
 ?
999 A Drapeau de la France Miranda Fernandes, ErivaldoErivaldo Miranda Fernandes
 ?
Entraîneur(s)

Stéphane Guédet


Légende

Consultez la documentation du modèle

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Rivalités et derby[modifier | modifier le code]

Depuis la création du club, Le Mans a eu pour rivaux des clubs avec qui il a disputé la suprématie régionale. La rencontre la plus disputée est le « derby du Maine » avec le Stade Lavallois. Jusqu'en 2012, les deux clubs se sont rencontrés à 41 reprises, exclusivement en deuxième division, pour un bilan équilibré même si Le Mans mène légèrement les débats : 13 victoires pour les Manceaux contre 12 aux Lavallois[88],[89]. Le derby entre Laval et Le Mans marque une passation de pouvoir puisque jusqu'au début des années 2000, le Stade lavallois possédait de meilleures infrastructures et une meilleure notoriété. En l'espace de dix ans, les rôles se sont inversés et ce sont désormais les Manceaux qui prennent le rôle de favoris. Mickael Buzaré, ancienne figure du Stade lavallois dit à propos de ce derby en 2007 : « Cela s'est petit à petit inversé mais, surtout, Le Mans est tombé sur une bonne année et a eu l'opportunité de monter en L1. Après, ils ont bien géré et, malgré une première descente, ils ont conservé leurs acquis et su enclencher. Comme nous sommes descendus en National, le fossé s'est creusé d'un coup[90] ».

Le « derby des Pays de la Loire » face au FC Nantes s'est disputé pour la première fois le 23 août 2003 au stade de la Beaujoire, pour le compte de la 4e journée du championnat de Ligue 1. Les nantais se sont imposés 1-0 sur une but de Shiva N'Zigou[91]. Depuis lors, les Nantais et les Manceaux se sont rencontrés à douze reprises. Le derby le plus marquant entre les deux clubs est sans doute celui qui s'est disputé le 27 mai 2011 au MMArena pour le compte de la dernière journée de Ligue 2. Les Manceaux étaient menés de deux buts à la mi-temps sur leur pelouse, avant d'inverser totalement la tendance en seconde période pour finalement s'imposer 3-2. Malgré cette ultime victoire, Le Mans ne monte pas en Ligue 1[92].

La rencontre face au SCO Angers est elle aussi qualifiée de « derby des Pays de la Loire ». Au cours de leur histoire, les deux clubs ne se sont rencontrés qu'en deuxième division.

La confrontation face au Tours FC, distant de 75 kilomètres, peut également être qualifié de derby, bien qu'il n'existe aucune rivalité particulière entre ces deux clubs.

Groupes de supporters[modifier | modifier le code]

L'association « Support'R Club Allez Le Mans »[93] était à l'origine la seule qui regroupait les supporters manceaux, dans la tribune sud du stade Léon-Bollée. Mais une scission eut lieu en 2008, l'association « Support'R Club Allez Le Mans » s'installa alors en tribune nord, tandis que la majorité des supporters restèrent en tribune sud sous la nouvelle appellation « Virage Sud Le Mans ».

Installé en virage nord, le « Support'R Club Allez Le Mans » comprend la section « North Angel's ». Le « Virage Sud » regroupe quatre sections de supporters[94] : les « Fanatic's », section historique créée en 1989, les « Worshippers », créés en 1992 et qui regroupent les supporters les plus actifs, les « FireSnake », créés en 2003 et qui regroupent les supporters franciliens, et enfin les « Socios ».

Médias[modifier | modifier le code]

Le club possède des média officiels, notamment un site officiel lemansfc.fr[95], une page officielle Facebook[96], une application IPhone[97], ainsi qu'une chaîne de télévision Onzéo[98]. La station de radio France Bleu Maine est la radio officielle du club sarthois et permet de suivre en direct les matchs du Mans FC[99] Pour compléter la couverture médiatique spécifiquement dédiée au club, le quotidien Le Maine libre propose dans son édition une gazette le jeudi précédant chaque match à domicile du Mans FC.

Affluence[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la première montée du club parmi l'élite en 2003, le MUC 72 attire un public modeste au stade Léon-Bollée. La saison 2003-2004, la première du club en Ligue 1, est également celle où le club a enregistré sa meilleure affluence avec une moyenne de 12 683 spectateurs à chaque match, soit un taux de remplissage de 76,4 %[100]. Les affluences ont connu par la suite une légère baisse, jusqu'à l'entrée du club au MMArena en janvier 2011. Le club enregistre sa meilleure affluence pour la réception de l'AC Ajaccio, premier match dans le nouveau stade, le 29 janvier 2011, avec 24 375 spectateurs[101].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du Mans FC depuis 1986

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe réserve et de jeunes[modifier | modifier le code]

L’équipe réserve du Mans Football Club sert de tremplin vers le groupe professionnel pour les jeunes du centre de formation. Régis Beunardeau en est l’entraîneur depuis décembre 2011. Depuis qu’elle a remporté le championnat du Maine de Division d'Honneur en 1989, puis en 1997, l’équipe réserve évolue dans les championnats nationaux accessibles aux réserves professionnelles. En 2007, elle est championne de son groupe de CFA 2, ce qui lui permet d’évoluer depuis en championnat de France amateur (dans le groupe D pour la saison 2012-2013).

L'équipe réserve du Mans FC a atteint la finale du Championnat de France des réserves en 2011, s'inclinant face à la réserve de l'Olympique lyonnais[102].

Le Mans FC compte par ailleurs nombre de formations de jeunes, de l’école de football aux juniors. En 2012-2013, les « U19 » et les « U17 », rassemblant respectivement les joueurs de moins de 19 ans et les joueurs de moins de 17 ans du club, évoluent dans leur championnat national respectif. Le club a remporté la Coupe Gambardella en 2004, en s'imposant en finale face au Nîmes Olympique 2 buts à 0. L'équipe était alors entraînée par Arnaud Cormier, futur entraîneur de l'équipe première, et comptait dans ses rangs de nombreux joueurs qui sont passés professionnels au sein du Mans FC par la suite, parmi lesquels Mathieu Coutadeur, Martin Douillard, Guillaume Loriot, Clément Pinault ou Mamadou Samassa[103].

Palmarès des équipes réserves et de jeunes
Équipes réserves Compétitions de jeunes

Féminines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Mans Football Club (féminines).

Le foot féminin au Mans est né en 1983 à l'USM (Union Sportive du Mans). L'appellation "MUC 72" est logiquement attribuée à l'équipe féminine du Mans en 2001, à la demande des joueuses désirant une plus grande reconnaissance, et par nécessité d'avoir une section féminine dans le club, comme dans tous les clubs de football professionnels.

En 2009, l'équipe féminine du MUC 72 atteint la finale du Challenge de France, équivalent féminin de la Coupe de France mais doivent s'incliner face à Montpellier, 3 buts à 1.

Lors de la saison 2009-2010, les Mancelles terminent à la première place du groupe B de D2 sans concéder la moindre défaite, et accèdent au championnat de Division 1[105]. La saison suivante, les Mancelles, qui évoluent désormais sous l'appellation Le Mans FC, à l'instar de l'équipe masculine, terminent à la 10e place du championnat, synonyme de relégation. Elles évoluent depuis lors en Division 2 et sont entraînées par Xavier Aubert[106].

Palmarès de la section féminine
Équipe féminine

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le SOM est l'héritier de l'AS des Mutuelles du Mans qui abandonne son statut corpo en 1937.
  2. Le numéro d'immatriculation de l'US Le Mans étant conservé par le nouveau club, le palmarès de l'USM revient de droit au MUC 72.
  3. dont 106 matchs en D3 durant quatre saisons entre 1985 et 1990.
  4. dont 30 matchs en D3 durant la saison 1989 et 1990.
  5. Seuls sont pris en compte les matchs des deux premières divisions à partir de www.footballdatabase.eu.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Dictionnaire historique des clubs de football français

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Coll. 1999, Le Mans

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Division 3 Gr. Centre-Ouest 1981 », sur footballenfrance.fr (consulté le 10 novembre 2012)
  2. « Division 3 Gr. Ouest 1971 », sur footballenfrance.fr (consulté le 21 novembre 2012)
  3. « Division 3 Gr. Ouest 1985 », sur footballenfrance.fr (consulté le 10 novembre 2012)
  4. a, b, c, d, e, f et g « Historique du MANS FC », sur lemansfc.fr (consulté le 27 octobre 2012)
  5. Alain Moire, « Beunardeau a marqué le premier but du Muc à Bollée », sur ouestfrance.fr, Ouest-France,‎ 28 janvier 2011 (consulté le 10 novembre 2012)
  6. « Division 3 Gr. Ouest 1986 », sur footballenfrance.fr (consulté le 10 novembre 2012)
  7. « Division 3 Gr. Ouest 1988 », sur footballenfrance.fr (consulté le 10 novembre 2012)
  8. a et b « Statistiques de Pascal Affaire », sur soccerdatabase.eu (consulté le 10 novembre 2012)
  9. « Classement D2 Saison 1988/1989 », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  10. « Division 3 Gr. Ouest 1990 », sur footballenfrance.fr (consulté le 10 novembre 2012)
  11. « RCS-Le Mans 3-1 », sur racingstub.com (consulté le 10 novembre 2012)
  12. « Feuille de match Rennes 0 - 1 Le Mans », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  13. « Marseille - Le Mans 2-3 : Fiche de match », sur om1899.com (consulté le 10 novembre 2012)
  14. « Coupe de France 1998/1999 Sedan-Le Mans 4-3 », sur footballdatabase.eu (consulté le 10 novembre 2012)
  15. « Feuille de match Marseille 5-0 Le Mans », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  16. « Feuille de match Le Mans 2-0 Metz », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  17. Christophe Bérard, « Thierry Goudet démissionne », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 10 février 2004 (consulté le 10 novembre 2012)
  18. « Classement Saison 2003/2004 », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  19. « Frédéric Hantz nommé au Mans », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 13 décembre 2004 (consulté le 10 novembre 2012)
  20. « Feuille de match Le Mans 3 - 0 Marseille », sur lfp.fr, LFP (consulté le 11 novembre 2012).
  21. « Feuille de match Paris 0 - 1 Le Mans », sur lfp.fr, LFP (consulté le 11 novembre 2012).
  22. « Hantz entraîneur de Sochaux », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 2 juin 2007 (consulté le 11 novembre 2012).
  23. « Lens fait plier Le Mans », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 27 février 2008 (consulté le 11 novembre 2012).
  24. AFP, « Yves Bertucci nouvel entraîneur du Mans », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 24 juin 2008 (consulté le 11 novembre 2012).
  25. « Jeandupeux nommé entraîneur », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 2 février 2009 (consulté le 11 novembre 2012).
  26. AFP, « Arnaud Cormier entraîneur du Mans », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 12 mai 2009 (consulté le 11 novembre 2012).
  27. AFP, « Paulo Duarte nouvel entraîneur du Mans », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 2 juin 2009 (consulté le 11 novembre 2012).
  28. « Duarte démis de ses fonctions », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 9 décembre 2009 (consulté le 11 novembre 2012).
  29. a, b et c « Le MUC 72 devient LEMANS FC », sur lemansfc.fr (consulté le 14 novembre 2012).
  30. Vincent Duchesne(Sport24.com), « Une inauguration réussie ! », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 29 janvier 2011 (consulté le 14 novembre 2012).
  31. « Le 25 ans fêtés le 27 mai », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 19 mai 2011 (consulté le 14 novembre 2012).
  32. « Masse salariale encadrée », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 5 juillet 2011 (consulté le 14 novembre 2012).
  33. a et b « Zanko succède à Cormier », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 28 décembre 2011 (consulté le 14 novembre 2012).
  34. « DNCG : Le Mans relégué en National, Metz en Ligue 2 ! », sur le10sport.com, Le10sport,‎ 11 juillet 2012.
  35. Blandine Lempérière, « DNCG : Le Mans reste en Ligue 2 ! », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 26 juillet 2012 (consulté le 14 novembre 2012)
  36. « Jérémie Janot signe au Mans FC », sur lemansfc.fr,‎ 2 août 2012 (consulté le 7 novembre 2012).
  37. « Amara Baby prêté au Mans », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 23 août 2012 (consulté le 14 novembre 2012).
  38. « Jean-Eudes Maurice prêté au Mans FC », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 4 septembre 2012 (consulté le 14 novembre 2012).
  39. « Le Mans aux abois », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 2 mars 2013 (consulté le 6 mars 2013)
  40. « La DNCG offre un sursis au Mans », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 28 février 2013 (consulté le 6 mars 2013)
  41. Olivia Derreumaux, « Le Mans FC incapable de payer ses joueurs », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 6 mars 2013 (consulté le 6 mars 2013)
  42. Pierre Lawless, Fabienne Béranger, « Le Mans FC : Henri Legarda cède ses parts », sur pays-de-la-loire.france3.fr, France 3,‎ 28 mars 2013 (consulté le 31 mars 2013)
  43. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées coach_beunardeau.
  44. « La DNCG confirme la CFA », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 29 juin 2013 (consulté le 9 juillet 2013)
  45. « Le Mans rétrogradé en DH ! », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 juillet 2013 (consulté le 9 juillet 2013)
  46. Philippe Panighini, « Relégué en DH, Le Mans FC va déposer le bilan », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 10 juillet 2013 (consulté le 10 juillet 2013)
  47. « Le CNOSF veut Le Mans en CFA », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 7 août 2013 (consulté le 10 août 2013)
  48. « La FFF suit l'avis du CNOSF », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 8 août 2013 (consulté le 10 août 2013)
  49. « Le Mans FC : Le CNOSF propose le CFA, le club saisit la justice », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 7 août 2013 (consulté le 10 août 2013)
  50. « Football : Le Mans jouera en CFA », sur liberation.fr, Libération,‎ 6 septembre 2013 (consulté le 7 septembre 2013)
  51. Le Mans : recours rejeté, L'Équipe, 27 septembre 2013.
  52. Le Mans placé en liquidation judiciaire
  53. « Le Mans monte en CFA2 - DH », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 25 mai 2014 (consulté le 25 mai 2014)
  54. Classement de Ligue 2 toutes saisons confondues sur lfp.fr. Consulté le 2 novembre 2011.
  55. a et b « Macron nouvel équipementier du Mans FC », sur lemansfc.fr,‎ 22 juin 2011 (consulté le 6 novembre 2012).
  56. a, b, c et d « Le Mans FC. L'histoire du stade Léon-Bollée en images », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 25 janvier 2011 (consulté le 14 novembre 2012)
  57. « Vannes, la der de Bollée », sur lemansfc.fr (consulté le 6 novembre 2012).
  58. Didier Fouquet, « Le Mans : la fin des tribunes du stade Bollée », sur lemainelibre.fr, Le Maine libre,‎ 23 février 2012 (consulté le 6 novembre 2012).
  59. a, b, c et d « Dossier de presse - MMArena », sur vinci.com, Vinci (consulté le 6 novembre 2012).
  60. « Le pôle d'excellence sportive », sur lemansdeveloppement.fr (consulté le 6 novembre 2012).
  61. « Le MMArena affiche complet », sur lequipe.fr, Lequipe.fr,‎ 24 janvier 2011 (consulté le 6 novembre 2012).
  62. Dominique Breugnot, « MC Baal vous salue bien », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 31 janvier 2011 (consulté le 14 novembre 2012)
  63. Daniel Fouray, « France-Estonie: dernière sortie avant le grand départ », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 5 juin 2012 (consulté le 6 novembre 2012).
  64. « Sablé-PSG se jouera au MMArena », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 10 janvier 2012 (consulté le 6 novembre 2012).
  65. Quand la Pincenardière se refait une beauté, Ouest-France du 27 juin 2008.
  66. Renaud Garnier, « Pour la Pincenardière, c'est 5,2 millions d'euros », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 27 juin 2012 (consulté le 6 novembre 2012).
  67. « Le centre de formation du MANS FC en catégorie 1 », sur lemansfc.fr,‎ 23 février 2011 (consulté le 5 novembre 2012).
  68. « Le FC Sochaux élu meilleur centre de formation », sur fff.fr, FFF,‎ 10 juillet 2012 (consulté le 5 novembre 2012).
  69. « Le centre de formation - Les infrastructures », sur lemansfc.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  70. « L'échange et l'ouverture vers l'extérieur », sur lemansfc.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  71. « Le club chinois du Dalian Aerbin FC en stage au Mans », sur lemansfc.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  72. « L'association : Le Mans FC », sur lemansfc.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  73. a et b « Organigramme du Mans FC », sur lemansfc.fr (consulté le 5 novembre 2012).
  74. « Classement des budgets de Ligue 2 2012-2013 », sur sportune.fr,‎ 25 juillet 2012 (consulté le 6 novembre 2012).
  75. Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2004-2005, Saint-Germain en Laye, DT Sport International,‎ 2005, 736 p. (ISBN 2-9515650-6-2), p. 163
  76. Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2005-2006, Saint-Germain en Laye, DT Sport International,‎ 2006, 736 p. (ISBN 2-9515650-6-2), p. 22
  77. Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2006-2007, Saint-Germain en Laye, DT Sport International,‎ 2007, 736 p. (ISBN 2-9515650-6-2), p. 18
  78. « Comptes individuels des clubs Saison 2007/2008 », sur lfp.fr, DNCG (consulté le 8 novembre 2012)
  79. « Comptes individuels des clubs Saison 2008/2009 », sur lfp.fr, DNCG (consulté le 8 novembre 2012)
  80. « Comptes individuels des clubs Saison 2009/2010 », sur lfp.fr, DNCG (consulté le 8 novembre 2012)
  81. « Comptes individuels des clubs Saison 2010/2011 », sur lfp.fr, DNCG (consulté le 8 novembre 2012)
  82. « Présentation LFP », sur lfp.fr, LFP (consulté le 10 novembre 2012)
  83. « Statistiques d'Alain Jacotin », sur soccerdatabase.eu (consulté le 14 novembre 2012).
  84. « Classement officiel des buteurs », sur lfp.fr, LFP (consulté le 6 novembre 2012).
  85. « Yohann Pelé à Clairefontaine », sur fff.fr, FFF,‎ 13 octobre 2008 (consulté le 15 novembre 2012).
  86. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  87. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  88. « Statistiques Le Mans FC - Stade Lavallois », sur lfp.fr, LFP (consulté le 8 novembre 2012).
  89. « Statistiques Stade Lavallois - Le Mans FC », sur lfp.fr, LFP (consulté le 8 novembre 2012).
  90. « Laval - Le Mans, vous avez dit derby ? », sur laval.maville.com, Ouest-France,‎ 26 septembre 2007 (consulté le 10 novembre 2012)
  91. « Feuille de Match FC Nantes - Le Mans FC, saison 2003/2004 - 4ème journée », sur lfp.fr, LFP (consulté le 8 novembre 2012).
  92. « Feuille de Match Le Mans FC - FC Nantes, saison 2010/2011 - 38ème journée », sur lfp.fr, LFP (consulté le 8 novembre 2012).
  93. Site officiel du Support'R Club Allez Le Mans
  94. « Présentation du Virage Sud », sur viragesudlemans.fr (consulté le 8 novembre 2012).
  95. « Site officiel du Mans FC », sur lemansfc.fr (consulté le 8 novembre 2012).
  96. « Page Facebook officielle du Mans FC », sur facebook.com (consulté le 8 novembre 2012).
  97. « L'application iPhone du Mans FC », sur lemansfc.fr (consulté le 8 novembre 2012).
  98. « Le Mans FC sur Onzéo, c'est parti », sur lemansfc.fr,‎ 1re mars 2011 (consulté le 8 novembre 2012).
  99. « Le Mans FC Radio », sur lemansfc.fr (consulté le 8 novembre 2012).
  100. « Affluences », sur lfp.fr, Ligue de football professionnel (consulté le 8 novembre 2012).
  101. « Feuille de match Le Mans FC - AC Ajaccio, Saison 2010/2011 - 21ème journée », sur lfp.fr, LFP (consulté le 8 novembre 2012).
  102. a et b « CFA : Le Mans FC 1-2 Lyon », sur lemansfc.fr,‎ 3 juin 2011 (consulté le 8 novembre 2012).
  103. « La Coupe Gambardella 2004 », sur lemansfc.fr (consulté le 8 novembre 2012).
  104. « U19 : Les Manceaux remportent le Tournoi Carisport », sur lemansfc.fr,‎ 22 août 2011 (consulté le 8 novembre 2012).
  105. « Les féminines du Muc 72 en D1 », sur lemansfc.fr,‎ 3 mai 2010 (consulté le 7 novembre 2012).
  106. « Féminines », sur lemansfc.fr (consulté le 7 novembre 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif (sous la direction de Thierry Berthou), Dictionnaire historique des clubs de football français, t. 1, Pages de foot,‎ 1999 (ISBN 2913146023), « Le Mans » Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]

|}|}