MF 88

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

MF 88

Rame MF 88 à la station Louis Blanc.

Rame MF 88 à la station Louis Blanc.

Identification
Exploitant(s) RATP
Type métro
Composition 3 voitures
(M+B+M)
Conduite Conducteur
Couplage Pour dépannage
Constructeur(s) Alstom, Faiveley,
Renault, ANF
Mise en service de 1992 à 1994
Effectif 8 rames
Affectation Métro de Paris
(M) (7bis)
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux 1A'A'-1'1'-A'A1'
Écartement standard
 Alimentation 3e rail 750 V CC
Moteurs de traction 4 * triphasés
asynchrones
 Puissance continue 840 kW
Masse en service 74,2 t
Dimensions
 Longueur hors tampons 46,440 m
Accès 3 par flanc
Portes Louvoyantes
1,576 m (portes d'extrémité des rames 1,586 m)
Intercirculation intégrale
Capacité 425 pl.
Vitesse maximale 80 km/h
Limitée à 40 km/h

Le MF 88 (Métro Fer appel d'offre 1988) est un matériel roulant sur fer du métro de Paris. Il équipe depuis 1994 la seule ligne 7 bis. Directement dérivé du prototype Boa, ce matériel apporte de nombreuses innovations, comme l'informatique embarquée ou l'intercirculation entre les voitures, dont certaines ont été reprises par les matériels plus récents.

Ce matériel est également doté de roues indépendantes orientables dans les courbes, ce qui évite les habituels crissements. Pressentie comme l'innovation qui remplacera les traditionnels bogies, cette technologie s'est révélée fragile et a provoqué un coût d'entretien anormalement élevé du matériel et de la voie. Ce handicap s'ajoute à d'autres problèmes de fiabilité dont l'addition pourrait entraîner la radiation anticipée de ces rames.

Historique[modifier | modifier le code]

Concevoir le matériel du futur[modifier | modifier le code]

Article connexe : Boa.

Avec l'achèvement des livraisons de MF 77 au début des années 1980, le parc du matériel roulant du métro a été fortement rajeuni. Toutefois le besoin du remplacement à moyen terme du matériel MF 67 amène la Régie autonome des transports parisiens (RATP) à concevoir les matériels du XXIe siècle. Forte de l'expérience acquise sur de nouvelles technologies ferroviaires grâce au prototype Boa, la Régie décide de valider à plus grande échelle les conclusions de ses expérimentations menées de 1985 à 1993[1]. C'est ainsi qu'elle décide d'équiper d'un matériel reprenant en grande partie les innovations du Boa une ligne courte, peu fréquentée, sinueuse et au profil difficile, la ligne 7 bis du métro[2].

Une commande ferme de vingt-sept caisses de ce nouveau matériel, dénommé MF 88, est passée auprès d'un consortium de constructeurs réuni autour d'ANF, aujourd'hui devenu Bombardier Transport, maître d'œuvre. Le contrat prévoit une option d'une centaine de caisses supplémentaires à commander après une expérimentation couronnée de succès pour équiper d'autres lignes. Mais elle ne sera jamais levée vu les déboires de ce matériel[3],[2].

L'anneau d'intercirculation du MF 88.
Anneau d'intercirculation du MF 88.
Quai de la station fantôme Haxo ayant servi pour la présentation à la presse.
Quai de la station fantôme Haxo ayant servi pour la présentation à la presse[4].
Vidéo d'une rame quittant la station Place des Fêtes.

Le MF 88 reprend donc un certain nombre d'innovations directement issues du Boa[5] :

  • intercirculation intégrale entre les voitures ;
  • informatique embarquée ;
  • essieux à roues indépendantes orientables ;
  • motorisation triphasée asynchrone ;
  • système de freinage oléopneumatique à récupération d'énergie.

Ces vingt-sept caisses sont assemblées en neuf trains de trois voitures, avec deux motrices encadrant une remorque. La première rame est livrée à l'atelier de Bobigny en . Elle effectue ses premiers essais sur la ligne 5 dans la nuit du 23 au , entre les stations Bobigny - Pablo Picasso et Jaurès. La rame est présentée à la presse dans la station fantôme Haxo[4].

Le reste du parc est livré en 1993. La première rame est mise en service commercial le et la dernière le [5].

Des problèmes apparaissent[modifier | modifier le code]

Le MF 88 donne entière satisfaction par certains aspects, comme le silence à bord du train rendu possible par les essieux orientables dans les courbes. En effet, sur des voitures à bogies, les roues d'un essieu tournent à la même vitesse, les roues intérieures parcourent une distance plus courte et glissent sur les rails dans une courbe serrée, ce qui occasionne un crissement désagréable pour les voyageurs et une usure rapide de la voie. Contrairement aux autres matériels, les essieux du MF 88 sont équipés de différentiel permettant à chacune des deux roues de l’essieu de tourner à une vitesse différente dans les courbes[6].

Mais son utilisation quotidienne révèle un certain nombre de problèmes dus à la conception des trains, et avec de lourdes répercussions financières pour une série aussi limitée[3]. La suspension est particulièrement dure, mais, bien plus grave, les essieux et les éléments de roulements s'avèrent plus fragiles que les traditionnels essieux non orientables. Les essieux orientables du MF 88, qui devaient initialement éviter le graissage des rails indispensable avec les autres matériels fer[note 1], entraînent également une usure prématurée des voies[6]. Le budget consacré à la maintenance augmente donc non seulement pour l'entretien du matériel mais aussi pour l'entretien des voies ; le coût de fonctionnement de la ligne 7 bis devient trop élevé[7].

Le graissage redevient nécessaire et diverses solutions sont testées par la Régie, comme le passage d'une rame MF 77 graisseuse de la ligne 7 ou la modification de l'entretien, mais aucune ne donne satisfaction. Finalement, le parc MF 88 est doté de dispositifs spécifiques de graissage des boudins de roues par sticks, installés sur un essieu de la remorque intermédiaire de chacune des neuf rames. Le système fonctionne par temporisation toutes les vingt secondes, à partir d'une vitesse de 6 km/h[6]. En raison de ces déboires coûteux, la RATP a décidé de ne pas généraliser ce matériel, ni la technique des essieux orientables, sur les matériels suivants[3].

De plus, l’apparition de fissures a été constatée sur les chaudrons, les vantaux de porte et l'attelage de certaines rames[2],[8]. Pour limiter l'évolution de ces fissures, la RATP décide de limiter la vitesse en ligne à 40 km/h et supprime la manœuvre de retournement à la station Louis Blanc. Cette manœuvre consistait à faire arriver la rame à la station supérieure Louis Blanc pour laisser descendre les voyageurs, puis la faire rebrousser par deux fois dans le tunnel et dans la station inférieure où s'effectuait la montée des voyageurs. La rame pouvait ensuite repartir vers le Pré-Saint-Gervais[9]. Cette manœuvre unique sur le réseau permettait d'offrir aux voyageurs de la ligne 7 bis une correspondance quai à quai pour leurs trajets à destination ou en provenance du centre de Paris par la ligne 7[9]. Également pour faire face à ces difficultés, un petit atelier d'entretien décentralisé, dit « poste de visite renforcé » (PVR), est aménagé sur une voie de la station Pré Saint-Gervais pour l'entretien courant du matériel. Ce dispositif permet de ménager le matériel en minimisant l'utilisation des voies de service sinueuses, telles que la voie des Fêtes, passage obligé pour l'accès à l'atelier de maintenance de Saint-Fargeau[2].

Avenir du MF 88[modifier | modifier le code]

Cette fragilité des rames et les coûts d'entretien trop élevés devraient entraîner une mise à la retraite anticipée de ce matériel. Trois scénarios ont ainsi été analysés par la Régie afin de remplacer au plus vite ce matériel[8].

La commande de rames MF 01 pour trois lignes de métro durant les années 2000 a fait envisager une commande complémentaire d'une mini-série adaptée à la ligne 7 bis. Toutefois, pour la conception de rames en formation de quatre voitures au lieu de cinq, des études auraient été nécessaires à la mise au point des ajustements informatiques et fonctionnels, qui auraient par ailleurs entraîné une validation sécuritaire. La RATP a par conséquent renoncé à cette option en raison du coût élevé et de l'absence de rentabilité pour une série aussi réduite[8].

Le remplacement a été un temps envisagé par des rames MF 67 en provenance de la ligne 2 ou de la ligne 9, nouvellement dotées de rames MF 01. Les MF 67 sont des rames nettement plus anciennes et bruyantes dans les courbes, mais elles ont fait leur preuves en termes de fiabilité et auraient donc pu permettre de revenir à une situation économique plus saine[3]. Toutefois, ce remplacement n'est plus prévu au vu des importants investissements réalisés depuis par la Régie afin de fiabiliser le MF 88. La RATP a en conséquence décidé de maintenir le MF 88 en circulation jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle génération de matériel roulant sur fer, dont les premières livraisons sont prévues à partir de 2021[8].

Néanmoins, en cas de grave défaillance du MF 88 ou de l'obsolescence de ses composants embarqués d'ici les années 2020, la Régie privilégie l'exploitation de MF 67 de formation III issus de la ligne 12[8]. Selon le projet de renouvellement du matériel roulant adopté en 2013 par la RATP et le STIF, le MF 88 devrait être réformé et laisser la place au MF NG (nouvelle génération) à l'horizon 2026-2028[10].

Un bilan en demi-teinte[modifier | modifier le code]

Si toutes les promesses du MF 88 n'ont pas été tenues et toutes ses innovations ne se sont pas avérées de bonnes idées, particulièrement les essieux orientables, un certain nombre d'entre elles ont néanmoins été reprises par la Régie pour les matériels suivants.

L'intercirculation entre les voitures, l'informatique embarquée et les portes électriques ont ainsi été reprises pour toutes les séries de matériel fabriquées ensuite (MP 89, MF 01 puis MP 05). L'informatique embarquée dans des fonctions de sécurité est validée et devient un point central du système d'automatisation de l'exploitation des trains (SAET), employé depuis 1998 sur la ligne 14 puis dix ans après sur la ligne 1 lors de son automatisation intégrale[2].

Le coût de l'échec des essieux orientables est resté somme toute assez modéré ; il aurait été catastrophique si cette technique avait été généralisée sur le réseau sans série limitée expérimentale comme le MF 88. Ce matériel a donc rempli sa mission en permettant une validation de nombreuses innovations tout en évitant un échec technique et financier de grande ampleur pour d'autres innovations moins couronnées de succès[3].

Parc MF 88[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des MF 88.

Le MF 88 est présent sur la seule ligne 7 bis[11]. Seules huit rames circulent sur les neuf constituant le parc : l'une d'elles, qui a subi un déraillement, a en effet été longtemps écartée du service commercial ; ses pièces détachées ont alors servi à l'entretien des rames en circulation. Cependant, elle est revenue en ligne en 2009. La rame 06 a été réformée en 2013 pour équiper en pièces de rechange les huit autres[8].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Une roue orientable et l'attelage entre la motrice et la remorque, au premier plan.
Une roue orientable et l'attelage entre la motrice et la remorque, au premier plan.
Rame MF 88 garée à la station Louis Blanc.
Rame MF 88 à la station Louis Blanc.

Extérieurement, les caisses rappellent pour beaucoup celles du MF 77 en raison de leur forme et des matériaux employés. Elles font appel comme ces dernières au profilés d'alliages d'aluminium extrudé, et les extrémités des caisses sont également effilées afin de respecter le gabarit dynamique unifié du réseau. Leur structure est moulée, puis assemblée et collée.

Les rames MF 88 sont composées de trois voitures d'une longueur de 15,50 m, pour une longueur totale de 46,44 m. Chacune est dotée de trois portes louvoyantes-coulissantes par face, de 1,576 m d'ouverture, et de 1,586 m d'ouverture pour les quatre portes d'extrémité des rames[5]. La largeur des caisses atteint 2,44 m et la hauteur de plancher 1,07 m. Chaque motrice d'extrémité a une masse de 27,1 tonnes alors que la masse de la remorque centrale est de 20 tonnes, soit une masse totale par rame à vide de 74,2 tonnes[6].

Le MF 88 n'est plus équipé des traditionnels bogies des matériels antérieurs, mais d'essieux orientables, qui visent à éviter les habituels crissements dans les courbes ainsi que l'usure des rails liée. Sur les motrices, un pont différentiel Renault VI permet une totale indépendance de la rotation des roues. À l'extrémité des rames, un essieu directeur précède le premier essieu orienté[5]. L'entraxe des essieux est de 10,300 m[6]. La suspension primaire est assurée par des anneaux en caoutchouc qui entourent les extrémités de la poutre du pont et relient celui-ci aux longerons du châssis. La suspension secondaire repose sur quatre blocs ou « bolsters » en caoutchouc métal, qui servent également d'entrainement et de guidage entre le châssis et la traverse de charge. Quatre amortisseurs verticaux entre le châssis et la traverse améliorent par ailleurs le confort vertical[6].

Le MF 88 n'est pas équipé du pilotage automatique : celui-ci n'est pas installé sur la ligne 7 bis en raison de la faiblesse du trafic, mais l'équipement des rames suivantes, si elles avaient été commandées, était prévu pour d'autres lignes[3]. Les rames sont par conséquent conduites manuellement, sous le régime de la conduite manuelle contrôlée (CMC)[12].

Motorisation et freinage[modifier | modifier le code]

Chaque rame est équipée de quatre moteurs asynchrones triphasés, de type quadripolaire à cage d'écureuil, d'une puissance de 210 kW sous 325 volts, soit 840 kW au total. Ils sont contrôlés par un onduleur de tension à thyristors GTO sur chaque motrice, fonctionnant en refroidissement naturel. Un onduleur alimente deux moteurs en parallèle. Le fonctionnement des auxiliaires est assuré par deux convertisseurs statiques indépendants[5]. L'accélération au démarrage atteint 0,95 m/s2 de 0 à 50 km/h avec 4 voyageurs/m2. La vitesse maximale du matériel est de 80 km/h, mais la vitesse maximale atteinte en pratique au début de l'exploitation était de 70 km/h, réduite depuis à 40 km/h en raison de la fragilité des organes de roulement[13].

Le système informatique embarqué est composé de huit ordinateurs, reliés par le réseau local industriel Factor. Ils assurent essentiellement les commandes non sécuritaires, comme la traction, l'énergie ou les portes, et testent en permanence l'état des organes de la rame. Le conducteur est ainsi informé en permanence de l'état de son train par un diagnostic de maintenance de premier niveau à l'aide d'un écran semi-graphique. Un système d'écoute lui permet également d'entendre ce qui se passe dans la rame[13]. Les agents de maintenance des ateliers sont également informés par le système sur l'état des équipements, en panne ou même présentant des risques de défauts[12].

En revanche, les fonctions de sécurité comme le freinage d'urgence restent assurées par les traditionnelles liaisons fil à fil, réalisées sur la base du câblage de type aviation, qui permet de tenir compte des circuits de « courant bas niveau » émis par les ordinateurs. L'éclairage, la ventilation et la production d'air comprimé sont assurés par deux groupes de convertisseurs statiques (CVS) 750 V, à la tension de 200 V - 50 Hz. Ils assurent également les asservissements et la sécurité en 72 V courant continu[12].

Les rames sont dotées de trois types de freins : un frein de parking, un frein de service contrôlé par informatique et un frein d'urgence[5]. Le freinage de service atteint une décélération de 0,90 m/s2, et le freinage d'urgence 1,10 m/s2[12].

Le frein de parking (ou d'immobilisation) équipe d'un disque de frein chaque essieu moteur. Ce dernier est particulier, solidaire d'un étage de réduction du pont différentiel. Son serrage s'effectue par ressort et son desserrage par air comprimé. En cas d'absence de courant, il est possible d'effectuer un déverrouillage manuel[12].

Les freins de service et d'urgence sont des freins mécaniques oléopneumatiques à disques, calés à l'intérieur des roues. Le frein de service est piloté par électrovalves modérables au freinage et anti-enrayeur ; le frein d'urgence est piloté par électrovalves inverses et anti-enrayeurs. Un frein électrodynamique à récupération agit pour les vitesses supérieures à 8 km/h[12].

Espaces voyageurs[modifier | modifier le code]

Vue intérieure d'une rame MF 88.
Intérieur d'une rame MF 88.

À l'intérieur, le MF 88 se distingue pour la première fois sur le réseau parisien par les intercirculations entre ses voitures, principes repris du BOA, qui permettent une meilleure répartition des voyageurs, et par ses grandes baies vitrées teintées de 2,60 m entre chaque porte[5].

Les sièges sont également pour la première fois montés en porte-à-faux, c'est-à-dire fixés aux parois latérales et non au sol afin de faciliter le nettoyage. Leur garnissage est en nappe 2000, matériau anti-lacération[13].

On trouve deux types d'intercirculations sur le MF 88. La plus répandue est formée de boudins en caoutchouc ; l'autre, présente uniquement sur la rame 002, reprend le principe adopté sur le MP 89 de la ligne 1, constitué par un ensemble de plaques métalliques se chevauchant.

La capacité d'une rame de trois voitures est de 425 voyageurs en charge « confort », tous sièges et strapontins utilisés et avec quatre voyageurs debout/m2. Elle se répartit en 137 voyageurs dans chaque motrice (20 sièges fixes, 26 strapontins et 91 voyageurs debout), et 151 voyageurs dans la remorque (24 sièges fixes, 28 strapontins et 99 voyageurs debout)[6].

Numérotation[modifier | modifier le code]

Indication du numéro de la remorque 88B002.
Indication du numéro de la remorque 88B002 qui donne son nom à la rame no 2, avec vue de l'attelage.

Chaque voiture composant une rame de métro à Paris est identifiée à l'intérieur et à l'extérieur au moyen d'une série de chiffres et de lettres, formée de l'année de commande identifiant la série (uniquement à partir de cette série, ici 88), suivie d'un préfixe à une ou deux lettre, suivi enfin du numéro d'identification de la voiture : ici de 001 à 009 pour les remorques intermédiaires, et de 001 à 018 pour les motrices d'extrémité, avec une motrice paire et une impaire par rame. La lettre « M » désigne une voiture motrice d'extrémité avec cabine de conduite tandis que la lettre « B » désigne une remorque intermédiaire sans cabine de conduite de 2e classe (même si la première classe a été supprimée en 1991, les voitures antérieures à cette date gardent leur identification)[3].

Ainsi la rame no 1 est composée de la motrice <88M001> et de la motrice <88M002>, encadrant la remorque <88B001> qui donne son numéro à la rame. La rame no 9 est formée de la motrice <88M017> et <88M018> encadrant la remorque <88B009>[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Afin d'éviter une usure trop importante, éviter une casse de rail et diminuer les crissements dans les courbes, les régulateurs font circuler des rames dites graisseuses, à une fréquence d'environ un train sur dix. La voiture centrale de ces rames en service commercial est équipée pour graisser la voie sur les lignes fer. Les lignes dotées de matériel sur pneumatiques ne sont pas équipées de ce dispositif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes • De Bienvenüe à Météor [détail de l’édition], éd. 1999, p. 108
  2. a, b, c, d et e [PDF] STIF - Schéma directeur du matériel métro, p. 41
  3. a, b, c, d, e, f, g et h MétroPole - Le MF 88
  4. a et b Archives vidéo de l'INA - Métro 93 (journal d'Antenne 2 du 29 décembre 1992)
  5. a, b, c, d, e, f et g Jean Tricoire, op. cit., éd. 1999, p. 109
  6. a, b, c, d, e, f et g Gaston Jacobs, Le Métro de Paris • Un siècle de matériel roulant, p. 167
  7. [PDF] STIF - Schéma directeur du matériel métro, p. 66
  8. a, b, c, d, e et f [PDF] STIF - Schéma directeur du matériel métro, p. 91
  9. a et b Clive Lamming, Métro insolite, éd. 2001, p. 102
  10. [PDF] STIF - Schéma directeur du matériel métro, p. 81 et 84
  11. Le MF 88, Métro-Pole
  12. a, b, c, d, e et f Gaston Jacobs, op. cit., p. 170
  13. a, b et c Gaston Jacobs, op. cit., p. 168

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 15 février 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.