MF 67

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

MF 67

Deux MF67 de la ligne 3 à Gallieni.

Deux MF67 de la ligne 3 à Gallieni.

Identification
Exploitant(s) RATP
Type métro
Composition 3 voitures
(M-B-M)
4 voitures
(M-N-A-M)
5 voitures
(M-B-NA-B-M)
(M-N-NA-N-M)
(M-N-A-B-M)
(S-N-NA-N-S)
Conduite Conducteur
Couplage pour dépannage
Constructeur(s) Brissonneau et Lotz
CIMT
Modernisation de 1995 à 1998 (3bis)(9)
de 2002 à 2003 (10)(12)
de 2003 à 2006 (3)
Mise en service de 1967 à 1976
Effectif 193 au 08/05/2014
(en cours de réforme)
Affectation Métro de Paris
(M) (3) (3bis) (9) (10) (12)
Sous-séries
nombre sous-série années lignes (à l'origine)
1
MF 67 W1 1967 3
1
MF 67 W2 1968 3
1
MF 67 C2A 1974 7
1
MF 67 C1A 1973 3
20
MF 67 A1 1968 3
20
MF 67 A2 1968 7
22
MF 67 C1 1969 3
46
MF 67 C2 1969-1971 7
1
MF 67 CS 1975 Train prototype sans ligne d'affectation
16 (caisses)
MF 67 CX 1975 9
363 (caisses)
MF 67 D 1973-1975 3,9
56
MF 67 E 1973-1975 8 puis 7 bis et 13
51
MF 67 F 1974-1976 7, 7 bis et 13
Compositions
lignes (actuel) matériel composition
(M) (3)
47 MF 67 D M+B+NA+B+M
S+N+NA+N+S
(M) (3bis)
6 MF 67 D M+B+M
(M) (9)
64 MF 67 D M+N+A+B+M
S+N+NA+N+S
(M) (10)
15 MF 67 D
14 MF 67 E
S+N+NA+N+S
M+N+A+B+M
(M) (12)
49 MF 67 D S+N+NA+N+S
M+N+A+B+M
Centre d'Instruction et Spéciaux
6 MF 67 E M+N+A+B+M
M+N+B+M
Caractéristiques techniques
Roulement roue-rail
Écartement standard
 Alimentation 3e rail 750 V CC
Masse en service 25[1] / 26,5[2] t
Dimensions
 Longueur hors tampons 75,400 m
Accès 4 par flanc
Portes coulissantes
Capacité 425 pl.
Vitesse maximale 80 km/h
Bogies monomoteurs B'B'
Moteurs de traction 6 ventilés
 Puissance continue 1 080 kW
Bogies bimoteurs Bo'Bo'
Moteurs de traction 12 autoventilés
 Puissance continue 1 272 kW

Le MF 67 (Métro Fer appel d'offre 1967) est un type de matériel qui équipe la majorité des lignes de métro sur fer de Paris (lignes 3, 3 bis, 9, 10 et 12). Les autres lignes de métro sur fer sont équipées de MF 77 (lignes 7, 8 et 13), de MF 88 (ligne 7 bis) et de MF 01 (lignes 2, 5 et 9).

Ce dernier le remplace peu à peu sur la ligne 9 depuis le 21 octobre 2013. La mise à la retraite définitive du MF 67 n'est cependant pas prévue avant 2025 et l'arrivée d'un nouveau matériel non défini pour le moment.

Une conversion coûteuse[modifier | modifier le code]

La RATP avait pour but de convertir ses lignes au matériel pneumatique (MP) puisque celui-ci donnait toute satisfaction. Mais les conversions des lignes 1 et 4 furent très coûteuses, non seulement à cause des dépenses supplémentaires, mais aussi à cause des travaux d'aménagement qui allaient durer jusqu'à 3 ans.

Avec toutes les lignes à remplacer, les travaux auraient duré jusqu'à la fin du siècle, ce qui aurait allongé la durée de circulation de certaines rames Sprague-Thomson jusqu'à 80 ans.

Grâce aux progrès dans les performances techniques, on pouvait comparer le matériel à roues en fer au matériel pneumatique, à condition qu'il y ait une adhérence totale avec les rails et l'utilisation de freins rhéostatiques. De cette façon-là, on pouvait renouveler les rames en 18 mois (à quelques mois près).

La RATP décida en juin 1966 de passer la commande de quarante trains de cinq voitures et de deux trains de présérie de six voitures ; deux constructeurs furent retenus : Brissonneau et Lotz et la CIMT. Vingt-deux de ces rames furent mises en service sur la ligne 3 et vingt sur la 9 entre 1968 et 1971.

Les MF 67[modifier | modifier le code]

Les MF 67 ont été produits entre 1967 et 1976 en plusieurs sous-séries :

Sous-séries à l'origine[modifier | modifier le code]

  • MF 67 A : 40 rames à adhérence totale (composées uniquement de motrices) dont 20 avec des bogies monomoteurs (dites A1, voitures numérotées M.10011 à M.10050, N.11011 à N.11050, NA.12011 à NA.12030), et 20 avec des bogies bimoteurs destinées à la ligne 9, dites A2 (voitures numérotées M.10051 à M.10090, N.11051 à N.11090, NA.12031 à NA.12050). Ces dernières sont dotées d'un bruit très particulier et sont aisément reconnaissables, bien que la plupart de leurs bogies ont été remplacés depuis par ceux de certains MF 67 E réformés, tandis que d'autres ont été placés sur d'autres voitures qui n'en avaient pas à l'origine (exemples N.11197, N.11200, N.11205…) et ont donc perdu ce bruit caractéristique.
  • MF 67 B : 6 voitures ; cette petite série a eu pour objectif de tester plusieurs équipements, mais sont restées au stade de prototype. Il a existé deux sous-séries, B1 comprenant les voitures M.10020, M.10024, M.10025 et M.10028 ainsi que B2 comprenant les voitures M.10054 et N.11054. Elles ont été remises au type initial.
  • MF 67 C : 68 rames à adhérence totale dont 22 avec des bogies monomoteurs prévus pour la ligne 3, dites C1 (voitures numérotées M.10091 à M.10134, N.11091 à N.11134, NA.12051 à NA.12072), et 46 avec des bogies bimoteurs destinés à la ligne 7, dites C2 (voitures numérotées M.10135 à M.10227, N.11135 à N.11227, NA.12073 à NA.12118).
  • MF 67 CX : 16 remorques, destinées à compléter le parc (voitures numérotées N.11228 à N.11234, NA.12120 à NA.12128), les voitures N.11234 et NA.12128 ayant été des prototypes équipés de portes louvoyantes comme les MF 77.
  • MF 67 D : 363 remorques, destinées à faire des formations nouvelles et à créer, pour les formations existantes, une adhérence partielle. Le type D comprend les remorques S (avec loge de conduite), A et B hors des sous-séries E et F. À part trois trains encore formés à adhérence totale (cependant avec quand même une ou deux motrices inactives), actuellement (novembre 2011) tous les MF 67 exceptés les E et F font partie du type D, car à adhérence partielle (voitures numérotées S.9011 à S.9166, A.13011 à A.13072 et B.14011 à B.14155). Cette série à la base ne comprend que des simples remorques.
  • MF 67 E : 56 rames avec bogies bimoteurs et freinage par récupération pour équiper la ligne 8 (1974-1976). Celles-ci furent ensuite utilisées sur la ligne 2 (48 rames) et la ligne 7 bis (8 rames de 4 voitures, les remorques B ayant été retirées). Ces dernières furent reversées (après recomposition à 5 voitures) sur la ligne 10 lors de l'arrivée du MF 88 avec cependant 3 rames provenant de la ligne 2. Les voitures sont numérotées M.10301 à M.10412, N.11301 à N.11356, A.13301 à A.13356, B.14301 à B.14356, celles numérotées M.10413 et M.10414 étant des motrices de réserve.
  • MF 67 F : 51 rames avec bogies monomoteurs, suspension pneumatique et freinage à récupération. Apparues sur les lignes 7, 7 bis et 13 et livrées de 1975 à 1978, les MF 67 F ont ensuite été utilisées sur la ligne 5 du milieu des années 1980 jusqu'en 2013. Les voitures sont numérotées M.10501 à M.10602, N.11501 à N.11551, A.13501 à A.13551, B.14501 à B.14551, celles numérotées M.10603 et M.10604 étant des motrices de réserve. Les rames MF 67 E et F furent livrées d'origine avec la nouvelle livrée bleu-roi, apparue à partir de 1974 avec le MP 73.

À partir de 2004, les MF 67 D de la ligne 3 ont commencé à être rénovés en étant équipés du dispositif dit Annonces sonores et visuelles automatiques (ASVA) avec une nouvelle peinture de la face avant, en noir.

Rames ou voitures MF 67 particulières[modifier | modifier le code]

Certaines voitures (rarement des rames complètes) ont néanmoins une particularité. En effet, elles ont été l'objet de certaines modifications ou ont servi de prototypes à de nouvelles installations.

  • 12001 ou W1 : Premier MF 67, dit W1, livré le 14 décembre 1967.
Identique aux MF 67 A1 (à adhérence totale donc), avec cependant une remorque supplémentaire qui servira à faire des essais à adhérence partielle numérotée B.14001. Cette rame circule toujours sur la ligne 3 et a été rénovée comme les autres rames.
  • 12002 : Second MF 67, dit W2 et surnommé Zébulon, livré en mai 1968, à adhérence totale.
Une des principales particularités de ce train, est que toutes ses caisses sont en acier inoxydable ; tout comme pour la 12001 (ou W1), une remorque lui fut livrée d'origine, mais cette fois en acier inoxydable, également pour faire des essais à adhérence partielle. Après quelques essais, cette rame a rejoint le centre d'instruction USFRT où elle est restée jusqu'au début de 2011. Seule une motrice est désormais préservée ; c'était le seul MF 67 à posséder ces caractéristiques, à l'instar des fameux p'tits gris (Z 5300, Z 6100).
  • 12003 ou C2A : Avant-dernier prototype, dit C2A et surnommé Bonbonnière livré en 1974. Le surnom de Bonbonnière vient du fait que l’intérieur est dans les tons de rose.
Ce train qui était à adhérence totale à l'origine (M.10006-N.11006-NA.12003-N.11005-M.10005), vit deux de ses motrices, démotorisées (voir A.13073 et B.14159 plus loin dans l'article). Le A de « C2A » signifie que ses caisses sont en aluminium.
  • 12004 ou C1A : Troisième prototype, dit C1A, livré en 1973, à adhérence totale.
Tout comme l'ex 12003, le A signifie aussi que ses caisses sont en aluminium (chose qui sera reprise pour les MF 77 et 88) et sa formation également à adhérence totale. Elle a terminé sa carrière au centre d'instruction. Tout comme le prototype Zébulon, ce MF 67 a été également détruit en même temps.
  • 12119 ou CS : Dernier train (d'origine) prototype, dit CS, livré en 1975.
Deux de ses voitures ne sont pas détruites, mais ne se trouvent plus sur le réseau métro ; il s'agit de la N.11226 située au fort de la Briche, aux confins de Saint-Denis et d'Épinay-sur-Seine, servant d'exercice aux sapeurs-pompiers ainsi que de la M.10226 à l'École polytechnique RATP se trouvant à Noisiel (Seine-et-Marne).
  • 13060 : MF 67 D, de formation 2, ayant servi au centre d'instruction et participé aux tests pour le futur système d'exploitation Ouragan (avec une livrée unique). Cette rame a été détruite en 2011.
  • 13072 : MF 67 D, de formation 2, également du centre d'instruction avec la particularité de posséder la B.14002, provenant du Zébulon (voir plus haut MF 67 W2) toutefois repeinte.
Vidéo sur la ligne 9.
Dernière série de rénovations (ligne 3).
  • 13306 : MF 67 E, faces avant dépourvues du logo RATP : cette rame est aujourd'hui réformée.
  • S.9167 : cette voiture identifiée auparavant M.10310 circulait sur la ligne 2, sur la 13305. Avant d'être renumérotée, la M.10310 a servi de prototype. Ensuite, elle a incorporé la rame 12128 sur la ligne 9 et circule actuellement sur la ligne 12, sur la rame 12094. La M.10414, alors de réserve, a remplacé la M.10310 sur la 13305.
  • N.11159 : cette voiture a été équipée d'une ventilation réfrigérée. La forme de la toiture s'est vue également différenciée avec une suppression des petites vitres latérales ; cette voiture est désormais réformée.
  • N.11234 et NA.12128 : ces voitures ont vu leurs portes modifiées en guise de prototypes pour les futurs MF 77 ; incorporées dans la 12128 de la ligne 9, mais réformées depuis 1999.
  • N.11227 : cette voiture fut équipée pendant un temps d'un hacheur de courant de marque Alstom. Cette installation n'est plus visible aujourd'hui.
  • A.13073 et B.14159 : l'ancienne rame prototype C2A, à adhérence totale, ou numérotée 12003 à l'origine, a vu deux de ses voitures démotorisées : Sa NA (12003) devenue A.13073 et l'une des N (11005) devenue B.14159. Les voitures sont toujours sur ce même train, qui circule sur la ligne 3 et qui n'est d'ailleurs pas rénové.
  • B.14311 : voiture prototype (provenant de la rame 13311 qui circulait jadis sur la ligne 2) équipée de la ventilation réfrigérée. Cette remorque est réformée et est remplacée par la B.14340 (provenant de la rame 13340 réformée).

Parc MF 67[modifier | modifier le code]

Pour tous les MF 67 existants, peu importe le type, il existe des compositions différentes, appelées « formation », comportant de simples remorques ainsi que des motrices, constituées comme suit :

  • Formation I : M-B-NA-B-M (43 trains, ligne 3) ;
  • Formation II : M-N-A-B-M (108 trains au total, lignes 3, 5, 9, 10 et 12) ;
  • Formation III : S-N-NA-N-S (77 trains au total, lignes 3, 9, 10 et 12) ;
  • Formation IV : M-N-NA-N-M (obsolète, le dernier a été réformé à l'été 2012) ;
  • Formation V : M-N-A-M (10 trains, obsolète à partir de 1994, ligne 7 bis) ;
  • Formation VI : M-B-M (6 trains, ligne 3 bis) ;
  • Formation X : S-N-N-N-S (obsolète, la N.11212 est devenue la NA.11212).

La numérotation des voitures est la suivante :

  • A.13000 : 170 remorques centrales (A.13011 à A.13073, A.13301 à A.13356, A.13501 à A.13551) ;
  • B.14000 : 256 remorques simples sans loge de conduite (B.14011 à B.14159, B.14301 à B.14356, B.14501 à B.14551) ;
  • M.10000 : 446 motrices avec loge de conduite (M.10001 à M.10228, M.10301 à M.10414, M.10501 à M.10604) ;
  • N.11000 : 341 motrices simples sans loge de conduite (N.11001 à N.11234, N.11301 à N.11356, N.11501 à N.11551) ;
  • NA.12000 : 123 motrices servant de voiture centrale (NA.12001 à NA.12005, NA.12011 à NA.12132) ;
  • S.9000 : 157 remorques avec loge de conduite (S.9011 à S.9167).

Il a existé cependant quelques cas particuliers :

  • M.10310, devenue S.9167 après avoir été démotorisée ;
  • NA.12003 et N.11005, respectivement devenues A.13073 et B.14159 ;
  • A.13061, A.13067 et A.13069, devenues B.14156 à B.14158 ;
  • N.11131 à N.11134, devenues NA.12129 à NA.12132 en 1974 ;
  • N.11212, placée en motrice centrale, devenue NA.11212.

Certaines remorques sont équipées de graisseurs de voies ; les rames avec ces remorques portent un « G » à l'avant à côté du numéro de rame, pour « graisseuse ». Lesdites remorques sont toujours des « B » (pour les formations I, II et VI) ou des « S » (pour les formations III).

Les remorques graisseuses sont les suivantes : S.9053, S.9061 à S.9070, S.9090, S.9163, S.9164, B.14046 à B.14058, B.14064 à B.14069, B.14092 à B.14094, B.14314 à B.14321, B.14323, B.14353, B.14502, B.14505, B.14510 à B.14516.

MF 67 D[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs types de rames MF 67 D qui se différencient les unes des autres, intérieurement et extérieurement.

Les rames de la ligne 3 ont subi une profonde rénovation en 2004-2007. Bien qu'elles soient les plus anciennes existantes, leur carrière pourrait continuer jusqu'à l'horizon 2020. Elles sont reconnaissables à leur intérieur assez caractéristique avec leurs sièges longitudinaux. Les rames 043 et 3 068 qui circulaient sur cette ligne avaient encore leur intérieur d'origine, de couleur jaune paille, avec des sièges en cuir. La rame 073 (ancienne 003) avait, quant à elle, des sièges en cuir et un intérieur saumon. Cette dernière a rejoint la ligne 12 après une restauration intérieure (elle est désormais désignée par le numéro 13073, pour la différencier de la 12073, numérotée 073, également en service sur la 12), tandis que la rame 043, seule rame à adhérence totale du réseau RATP, et la 3 068 ont été réformées à l'été 2012. En échange, la ligne 3 a récupéré les rames 129 et 130 provenant de la ligne 12, et qui, contrairement au restant des rames de cette ligne, sont et resteront dans leur état actuel (faces vertes, absence d'aménagement intérieur spécifique, sièges anti-lacération de type MP 73).

La rame MF 67 n° 13073 dite Bonbonnière après son arrivée sur la ligne 12, à la station Mairie d'Issy.

Durant la modernisation des rames de la ligne 3, les rames 2 104 et 2 108 de la ligne 9 ont été affectées provisoirement sur cette ligne avant de revenir sur leur ligne d'origine en 2007.

Les rames de la ligne 3 bis et celles de la ligne 9 ont été rénovées en même temps, entre fin 1994 et 1997, et sont reconnaissables avec leurs sièges dits tape-cul proche des MP 59, ainsi que par leur face avant noire, comme celles de la ligne 3. Celles de la ligne 3 bis sont les seules du réseau à être en composition de trois voitures et ne disposent pas de strapontins du fait de la faible affluence de cette ligne.

Enfin, celles de la ligne 10 et de la ligne 12 ont subi un léger rafraîchissement intérieur ; les sièges en cuir ont été remplacés par des assises anti-lacération de type MP 73 entre 2002 et 2004. La durée de vie de ces rames est incertaine dans la mesure où la ligne 9, qui possède des rames rénovées, commence (automne 2013) à recevoir des MF 01 et ainsi donner ses rames à ces deux lignes. Leur réforme est donc inévitable sur le long terme. Leur réforme a commencé fin 2013 avec l'arrivée de la rame 3 023 sur la ligne 12 et de la 2 041 (désormais numérotée 041) sur la ligne 10.

Les rames 046, G047 et 077 qui étaient sur la ligne 10, ont été affectées sur la ligne 12 au début des années 2000, suite au départ des rames 131 et 132 sur la ligne 3. En janvier 2013, c'est au tour des rames G033, 114 et 124 de la ligne 10 d'être affectées sur la ligne 12, suite au prolongement à Front Populaire le 18 décembre 2012.

Début 2011, les rames pour le centre d'instruction des conducteurs, commençant à sévèrement accuser leur âge (elles avaient plus de quarante ans et n'ont jamais été rénovées), ont été remplacées par les rames MF 67 E nouvellement réformées de la ligne 2, qui sont plus jeunes mais qui ont également connu une petite rénovation intérieure. Le prototype Zébulon en acier inoxydable, ainsi que le prototype C1A avec ses caisses en aluminium, ont été détruits à l'été 2011.

La rame 3 060 (marquée 060), après avoir été pendant plusieurs années au centre d'instruction des conducteurs, a été utilisée de 2006 à 2011 pour les essais OURAGAN à Porte de Charenton et a reçu un pelliculage spécifique « Train d'essai », comme la rame 3 072 (marquée 072) qui, elle, en revanche, a toujours été au centre d'instruction des conducteurs. Tout comme les deux autres trains d'instruction, ces deux rames ont été ferraillées durant l'été 2011.

Rame MF 67 de la ligne 9 à la station Bonne-Nouvelle.

Sur la ligne 9, deux formations de rames MF 67 différentes cohabitent, les formations II et les formations III, et sont respectivement marquées 2 XXX et 3 XXX. Sur cette même ligne, une rame en circulation voyageurs (2 128) avec des voitures particulières, appelée « le Tank », a circulé avec deux remorques d'extrémité simples (S.9130 et S.9167) et trois motrices spéciales : la N.11159 était équipée de la ventilation réfrigérée, possédant une toiture différente et dépourvue des petites vitres latérales, ainsi que les NA.12128 et N.11234 qui étaient équipées de portes louvoyantes reprises plus tard sur le MF 77. Retirée du service voyageurs au milieu des années 1990 et laissée à l'abandon, cette rame n'existe plus depuis 2001 ; seules les deux remorques S ont été redéployées sur d'autres rames.

Dans les années 1980 et jusqu'en 1995 environ, une rame MF 67 hybride, la rame 111, a circulé sur la ligne 5. Cette rame 111 avait la composition M.10024-N.11169-NA.12111-N.11179-S.9042 et constituait le seul élément de formation mixte à adhérence sur quatre de ses voitures en service voyageurs.

La M.10024, qui provenait de la rame 017, alors en service sur la ligne 3, était à ce moment-là remplacée par la M.10203 ; elle a finalement réintégré sa composition initiale au début des années 2000.

La rame 131 alors en circulation sur la ligne 12 a été endommagée lors de l'accident à la station Notre-Dame-de-Lorette le 30 août 2000 ; la remorque de tête (S.9099) a été réformée à cause de dommages trop importants. Le restant de cette rame (S.9159-N.11038-NA.12131-N.11126) a été placé en réserve avant que cette dernière soit redéployée sur la ligne 3 en récupérant la voiture S.9130, provenant de la rame Tank nouvellement réformée, et la N.11107 en remplacement de la N.11038 qui est gardée comme motrice de réserve, circulant occasionnellement sur d'autres rames.

Courant février 2014, il s'est produit une collision sur la Ligne 10 entre le MF67 D G050 et le MF67 E 334. Il avait été envisagé au départ de réformer les voitures S.9091 et N.11224 de la rame G050 (impliquées dans la collision), et de remettre les voitures restantes en état. Finalement, la totalité de la rame a été réformée en raison de la casse des chapes d'attelage due à la collision.

Les rames 3 061, 3 067 et 3 069 n'existent plus en raison de la renumérotation des remorques centrales A.13061, A.13067 et A.13069 en B.14156, B.14157 et B.14158. Le numéro de rame 3 070 n'a pas été attribué.

MF 67 E[modifier | modifier le code]

Cette série de 56 rames et deux motrices de réserve (M.10413 et M.10414) est livrée de 1975 à 1976. Contrairement aux autres MF 67, la série inaugure la nouvelle livrée bleu roi, apparue en 1974 avec l'arrivée des rames MP 73, qui sera par la suite utilisée sur l'ultime série des MF 67, les MF 67 F.

Les motrices de réserve ont été par la suite déployées respectivement sur les rames 349 (en remplacement de la voiture M.10397 hors service en 2000) et 305 (en remplacement de la voiture M.10310 qui a été démotorisée et renumérotée S.9167).

D'abord présentes partiellement à l'origine sur la ligne 13 jusqu'en 1978 et sur la ligne 8 jusqu'en 1980, elles ont par la suite été transférées sur les lignes 2 et 7 bis en raison de l'apparition de la nouvelle série de rames MF 77 sur leurs lignes d'origine, dont la première est livrée en 1978. Cependant, la ligne 8 étant équipée en parallèle de ces nouvelles rames, les MF 67 E disparaissent de cette dernière en décembre 1982.

À partir de 1981, 10 rames MF 67 E (307, 322, 323, 324, 328, 351, 352, 353, 355 et 356) ont circulé sur la ligne 7 bis. En raison de la faible fréquence de cette ligne, ces dernières avaient la particularité d'être en composition à quatre caisses (en formation IV), les remorques B étant stockées comme voitures de réserve. Ces rames étaient composées comme suit :

Numéro Composition
307 M.10314-N.11307-A.13307-M.10313
322 M.10344-N.11322-A.13322-M.10343
323 M.10346-N.11323-A.13323-M.10345
324 M.10348-N.11324-A.13324-M.10347
328 M.10356-N.11328-A.13328-M.10334
351 M.10402-N.11351-A.13351-M.10401
352 M.10404-N.11352-A.13352-M.10403
353 M.10406-N.11353-A.13353-M.10405
355 M.10410-N.11355-A.13355-M.10409
356 M.10412-N.11356-A.13356-M.10411

À partir de 1992, le MF 88 fait son apparition et provoque le transfert de toutes les rames, à l'exception des 307 et 328, sur la ligne 10 jusqu'en 1994. Le transfert de ces dernières permet de réformer totalement les dernières rames MA 51, qui disparaissent de cette ligne le 15 juin 1994.

À partir de novembre 2008 et jusqu'à septembre 2011, les rames MF 67 E, dont l'exploitation avait débuté sur la ligne 2 en 1979, sont progressivement réformées de la ligne. La première rame réformée est la no 313 et la dernière est la no 318G. Les rames graisseuses sont les dernières à être réformées.

Sept rames MF 67 E (311, 314G, 320G, 331, 340, 341 et 349) avaient été transférés à l'unité spécialisée en formation et réglementation du transport (USFRT), permettant la réforme des rames MF 67 D très vétustes et qui n'ont jamais été rénovées. Cependant, la rame 340 a été rapidement réformée et la rame 320G a été transférée sur la ligne 10 en avril 2013, avant d'être réformée au mois de novembre suivant.

Deux rames (346 et 347) ont été transférées en septembre 2008 sur la ligne 10, après remise à niveau, pour répondre aux normes de la ligne (retrait du pilotage automatique, etc.). La première a été rénovée intérieurement tandis que la seconde disposait de son intérieur d'origine, avant d'être réformée en février 2014. La rame 317G, qui était utilisée auparavant hors service voyageurs pour le graissage des voies, n'a pas été réformée mais mise en réserve, avant d'être à son tour transférée sur la ligne 10 en janvier 2013 pour être finalement réformée définitivement le 5 juin 2014.

Quatre voitures (trois motrices et une remorque) ont été prélevées des rames 302, 310, 319G et 326 pour composer la rame dite « Convoi d'Auteuil » (M.10320-N.11302-B.14326-M.10338), qui est un train servant à l'acheminement du matériel dans le cas de travaux, provoquant la réforme des derniers tracteurs Sprague T.241 et T.243 qui étaient alors en service. Ce dernier a reçu une livrée spécifique marron/jaune propre aux trains de travaux RATP.

MF 67 F[modifier | modifier le code]

Rame MF 67 F de la ligne 5 à la station Quai de la Rapée en 2010.

Cette série de 51 rames et deux motrices de réserve (M.10603 et M.10604), apparue en 1976 et dont la livraison se poursuivra jusqu'en 1978, se démarque notamment par des boggies de type MF 77 et l'absence de vitres de custode. Il s'agira de l'ultime série de MF 67 livrée.

En 1987, en raison d'importants problèmes d'infiltration d'eau au niveau des vitres lors du lavage des rames et lors des intempéries, la totalité des vitres des MF 67 F au niveau des banquettes ont été remplacées par un modèle renforcé, en forme de « H ».

Après avoir débuté leur carrière sur la ligne 13, les rames MF 67 F sont affectées sur les lignes 7 et 7 bis dès 1978 ; elles y circuleront concurremment avec les derniers MF 67 D et les premiers MF 77. Les MF 67 F sont affectées sur la ligne 5 dès le début des années 1980 à la suite de la réception des nouvelles rames MF 77 sur les lignes 7 et 13 et la récupération de dix rames MF 67 E provenant de la ligne 8 sur la ligne 7 bis. Certaines rames MF 67 F ont continué à circuler sur la ligne 7 jusqu'au milieu des années 1980. Depuis 1993 et jusqu'à 2013, la ligne 5 était exploitée exclusivement avec des rames MF 67 F, après le départ des derniers MF 67 D sur la ligne 10.

Les premières réformes ont commencé avec la radiation des rames 532 et 535 en juin 2011. Elles se sont poursuivies progressivement, au fur et à mesure de la réception des nouvelles rames MF 01 destinées à la ligne 5, qui s'est achevée en mai 2013[3]. Certaines voitures issues de rames réformées ont pu être placées sur d'autres rames, afin d'envoyer leurs éléments les plus fatigués à la ferraille, en attendant leur réforme prochaine. La rame 510G a été réformée en mai 2009 à la suite d'un accident qu'elle a subi sur les voies d'accès aux ateliers de Bobigny. La rame 511G fut la dernière rame à circuler, la totalité de la série étant réformée le 4 mars 2014.

Les rames graisseuses sont les dernières à être réformées et cette série est la première série de MF 67 à être réformée en totalité.

Particularités de certaines rames[modifier | modifier le code]

  • En 1982, un incident arriva à quelques trains MF 67 F et D de la ligne 5. Le chantier des travaux du prolongement de la ligne 5 à Bobigny fit pénétrer dans l'enceinte des voies en tiroir du terminus d'Église de Pantin de la 5, et jusqu'à la station même, les eaux d'un violent orage qui était survenu à cet endroit-là. Cela eut pour conséquence l'inondation de neuf trains MF 67, rendus temporairement inutilisables. Les Sprague-Thomson de la ligne 5, qui étaient alors en pleine réforme, furent rappelés dans l'urgence pour assurer le service. C'est pourquoi les MF 67 F endommagés à cette époque-là ont le châssis extrêmement fatigué. Quant aux MF 67 D présents à ce moment-là, ils sont dans un état semblable, et ne fréquentent plus la ligne 5 depuis 1993, la laissant aux MF 67 F.
  • Directement dérivée du prototype CIMT d'origine monomoteur du MF 67 (MF 67 W1), une remorque (la B.14001) fut équipée dans les années 1970 d'un intérieur prototype au MF 77. La caisse de cette remorque réutilise toutefois la même caisse CIMT que les motrices A1 C1 monomoteurs, avec les mêmes bogies Düwag, toutefois démotorisés et sans frotteur.
Le convoi d'Auteuil.
  • Les MF 67 monomoteurs A1-C1 sont reconnaissables à leur caisse relativement différente de la caisse des séries A2-C2-E (gouttière latérale sur les monomoteurs, au-dessus des fenêtres avec lanterneau, s'arrêtant avant la fin du bout extrême de la caisse au niveau de l'intercirculation, dans le même style que la toiture des MP 55, MP 59, MP 73). Une caractéristique typique du style de fabrication CIMT, quant aux bimoteurs, réside dans la toiture qui remonte plus haut, mais avec un lanterneau plus discret, légèrement dissimulé dans la carrosserie de la toiture du chaudron, lequel lanterneau continue jusqu'à l'extrême limite du chaudron au niveau de l'intercirculation. Les MF 67E furent fabriqués par la CIMT. Toutefois, le chaudron de la série F est tiré du chaudron de type E, mais avec des modifications pour l'appareillage de la ventilation mécanique.
  • Dans les années 1980, les bogies ANF des bimoteurs connurent de très gros problèmes de corrosion : certains trous mesuraient la taille d'une pièce d’un franc. Devant ce problème récurrent, la RATP décida de commander de nouveaux bogies à Creusot-Loire et Alsthom : les CL121. Il reste malgré tout quelques voitures avec des bogies ANF d'origine (exemples : N.11317 et M.10333, de la ligne 10). On reconnaît ces nouveaux bogies grâce à leur forme particulière rappelant la forme des bogies Fiat des voitures VSE SNCF, alors que les bogies ANF avaient le châssis plat. Quant aux monomoteurs, il ne connurent aucun problème, car les bogies DÜWAG, qui équipaient déjà le métro de Berlin, étaient d'une solidité exemplaire.
  • La RATP utilise une rame de MF-67 « Convoi d'Auteuil » de quatre éléments, pour approvisionner l'atelier d'Auteuil depuis celui de Vaugirard ; cette rame est aux couleurs des véhicules de maintenance des infrastructures (VMI).

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

La cabine de conduite d'un MF 67.
Un MF 67 dans une fosse, vu du dessous.
Un bogie de MF 67.
  • Nombre de voitures livrées : 1483
  • Configuration (M : motrice avec loge de conduite ; N : motrice sans loge ; NA : motrice centrale ancienne 1re classe ; A : remorque centrale ancienne 1re classe ; B : remorque sans loge ; S : remorque avec loge) :
    • 5 voitures (M + B + NA +B + M, M + N + A + B + M ou S + N + NA +N + S)
    • 4 voitures (M +N +A + M) sur la ligne 7 bis avant l'arrivée du MF 88
    • 3 voitures (M +B + M) sur la ligne 3 bis
  • Longueur caisse : 15,145 m (motrice extrême), 14,390 m (A, B, N ou NA)
  • Largeur  : 2,40 m
  • Masse : 26,5 t pour une motrice
  • Matériau utilisé pour la caisse : acier avec face avant en plastique et/ou fibre de verre
  • Motorisation : 1 272 kW (12 moteurs autoventilés sur bogie bimoteur) ou 1 080 kW (moteurs ventilés sur bogie monomoteur)
  • Accélération au démarrage : (en charge normale)
  • Freinage : frein rhéostatique + frein électrique à récupération JHR sur les séries E et F
  • Bogies : bogie bimoteur avec suspension classique des séries bimoteurs antérieures sur les séries E
  • Bogies : bogie monomoteur avec suspension pneumatique sur les séries F
  • Les MF 67 F, furent équipés d'origine de la ventilation mécanique, en prévision de l'équipement qui allait être adopté pour le MF 77.
  • Le MF 67F est équipé du frein d'immobilisation et non de l'habituel frein à main.
  • En 1987, les MF 67 F furent profondément modifiés au niveau du vitrage pour passer à la machine à laver automatique. Les vitrages furent doublés et donnèrent une esthétique similaire à celle des fenêtres du MF 77, les mini-fenêtres d'extrémité étant, quant à elles, bouchées.
  • Vitesse maximale : 80 km/h
  • Vitesse maximale autorisée : 70 km/h
  • Portes : 4 portes par face à ouverture manuelle, ouverture de 1 300 mm
  • Climatisation : non
  • Places assises : 24 (sièges et strapontins confondus)
  • Capacité (en charge confort de 4 personnes / m²) : 140 personnes

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Les MF 67 ont été ou seront ferraillés dans l'ordre suivant :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Motrice sans loge et remorques
  2. Motrice avec loge
  3. La dernière livraison d'une rame MF 01 (MF 01-095) pour la ligne 5 a eu lieu le 6 mai 2013, www.symbioz.net, consulté le 19 janvier 2014.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean Robert, Notre métro, éditions Jean Robert, 1983, 512 p.
  • Le Patrimoine de la RATP, éditions Flohic, 1996, 400 p.
  • Gaston Jacobs, Le Métro de Paris • Un siècle de matériel roulant, éditions la Vie du Rail, 2001.
  • Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes • De Bienvenüe à Météor, éditions la Vie du Rail [détail des éditions]Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]