M551 Sheridan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sheridan.
M551 Sheridan
M551A1 Sheridan dans un musée en 2009
M551A1 Sheridan dans un musée en 2009
Caractéristiques de service
Service 1967-1996
Utilisateurs États-Unis
Conflits Guerre du Viêt Nam

Opération Just Cause
Guerre du Golfe (1990-1991)

Production
Concepteur Cadillac
Année de conception 1959
Constructeur Allison Engine Company
Production 1562 exemplaires
Caractéristiques générales
Équipage 4 (commandant, pilote, tireur, opérateur radio chargeur)
Longueur 6,30 m
Largeur 2,82 m
Hauteur 2,95 m
Masse au combat 16,7 tonnes M551

18 tonnes M551A1

Armement
Armement principal canon/lanceur de 152 mm M81 (20 obus & 9 missiles)
Armement secondaire 1 mitrailleuse M73 de 7,62 mm (3000 coups) et 1 M2 Browning de 12,7 mm) (1000 coups).
Mobilité
Moteur Diesel Detroit V6 53T à refroidissement liquide
Puissance 300 ch (220,6 kW)
Transmission Allison XTG 250-1A
Suspension barre de torsion
Vitesse sur route 69 km/h, 6,1 km dans l'eau
Puissance massique 17,1 ch/tonne
Réservoir 598 ℓ
Autonomie ~ 600 km

Le Sheridan M551 est un char léger développé à partir de 1956 pour l'US Army par la division Allison de General Motors, au total 1 562 exemplaires ont été fabriqués entre 1966 et 1970. Il fut baptisé en hommage au général de cavalerie Philip Sheridan, qui s'est illustré durant la guerre de Sécession. C'était le premier blindé à être capable de tirer un missile antichar depuis son canon/lanceur de 152 mm, unique dans son genre, comme certains chars soviétiques quelques années plus tard, mais la complexité de la dualité obus-missiles de son armement fit que ce concept ne remporta pas le succès espéré.

Historique[modifier | modifier le code]

M551 en république du Viêt Nam en 1969.

Il fut utilisé durant la guerre du Viêt Nam comme char léger de reconnaissance, et son poids très faible fut apprécié, mais il n'a jamais tenu un véritable rôle en Centre-Europe, en raison de son blindage trop mince. Le 11e régiment de cavalerie blindée est la première unité à déployer des Sheridan au Viêt Nam en janvier 1969; En 1970, 200 sont opérationnels. Des rapports négatifs conduisent à arrêter la production en novembre 1970 après la sortie du 1 662e engin. Le M551A1, version modernisée avec une visée laser AN/VVG-1, ne parvient pas à le remettre à niveau.

À la fin des années 1970, le Sheridan fut retiré d'un grand nombre d'unités de premier échelon et en 1983 n'équipait plus que le bataillon de char de la 82e division aéroportée américaine et la garde nationale de l'Arkansas.

En décembre 1989, durant l'Invasion du Panama par les États-Unis, 14 de ces engins furent engagés. Quatre sont transportés par des C-5 Galaxy tandis que les dix restant sont largués à très basse altitude. Deux de ces derniers sont détruits à l'atterrissage mais les autres peuvent appuyer de leur feu les soldats qui progressent dans la ville de Panama. Bien qu'ils s’avèrent précieux dans ce rôle, ils y manquent d'efficacité, du fait d'un obus à charge creuse peu adapté au combat urbain.

En 1991, les 51 derniers chars en service, qui étaient tous employés dans la 82e division aéroportée, furent les premiers chars déployés durant la 1re guerre du Golfe. Ils servent lors de missions de reconnaissance et tirent quelques missiles Shillelagh sur des bunkers.

En 1994, ils sont engagés lors d'une mission de maintien de la paix à Haïti, l'opération Uphold Democracy.

Ils furent mis en réserve peu de temps après. 300 de ces chars furent aussi utilisé comme force d'opposition simulant des blindés de l'armée rouge dans les camps d'entraînement de Fort Irwin.

Armement[modifier | modifier le code]

Un M551 Sheridan durant la guerre du Golfe avec sa panoplie de munitions et d'impédimenta.

L'armement principal est constitué d'un canon à basse pression M81 de 152 mm, il est désigné dans l'inventaire de l'US Army comme gun/launcher (canon/lanceur) du fait qu'il tire à la fois des obus et des missiles antichars. Le canon/lanceur M81 pèse 607 kg (3,8 % de la masse du char), à une longueur de 2 870 mm (18 calibres), il est stabilisé hydrauliquement sur les deux plans, l'élévation est comprise entre 19,5° et -8°.
La culasse se verrouille et se déverrouille électriquement par l'intermédiaire d'un interrupteur actionné par le chargeur, le bloc de culasse pivote sur la gauche, libérant l'accès à la chambre, la mise à feu est électrique. Le mécanisme de recul concentrique à ressort fait reculer le canon de 38 cm avec des munitions conventionnelles[1] et de 10 cm avec le missile Shillelagh. Quoique le recul fût supportable, le Sheridan avait tendance à se soulever après chaque tir.

Le M551 Sheridan embarque généralement 29 projectiles de 152 mm; 20 obus et 9 missiles ou 19 obus et 10 missiles.
À gauche du siège du chargeur, contre la paroi du panier de la tourelle, se trouvent 3 obus de 152 mm placés dans verticalement (l'ogive vers le bas). Juste devant le rayon, toujours le long du panier de la tourelle se trouve un missile Shillelagh placé lui aussi verticalement (tête vers le haut) sanglé à la paroi. Cinq obus sont rangés dans un râtelier, fixé au plancher du panier de la tourelle, sous le canon.

À gauche du siège du conducteur se trouvent des berceaux pliables[2] dans lesquels peuvent être entreposés 13 obus de 152 mm ou 7 missiles Shillelagh. Enfin, d'autres berceaux pliables se trouvent à l'arrière droite du conducteur.

Outre le missile Shillelagh, le Sheridan emploie comme munitions :

  • La munition à charge creuse M409 contre les blindés et les fortifications, elle est capable de perforer (et cela à n'importe quelle distance) une plaque blindée d'acier inclinée à 60° d'une épaisseur de 177 mm et jusqu'à 500 mm d'acier si la plaque est droite.
  • La boîte à mitraille M625, projetant 10 000 fléchettes couvrant une zone de 85 m de diamètre à 400 m de distance
  • L'obus explosif à fragmentation M657 à usage antipersonnel pouvant être employé aussi contre les constructions légères, explosant à l'impact à l'aide d'une fusée à percussion
  • Les munitions expérimentales XM410 au phosphore blanc et l'obus-ruche "beehive" XM617 qui ne furent jamais produits en série.

Problèmes rencontrés avec le canon/lanceur M81[modifier | modifier le code]

  • Les rayures du canon de 152 mm engendraient un effet d'autorotation qui serait néfaste durant le vol du missile antichar Shillelagh, le problème a été résolu en creusant un sillon sur toute la longueur de l'âme du canon, le corps du missile Shillelagh possède une bande protubérante sur toute la longueur qui vient se glisser dans le sillon à la manière d'une clé, l'empêchant de tourner sur lui-même durant son expulsion du canon.
  • Le problème, c'est que le sillon fragilisait le canon, des fissures sont apparues et la durée de vie sur les premiers canons M81 ne dépassait pas les 100 tirs. Cet ennui a été résolu en réduisant la profondeur du sillon au même niveau de celle des rayures, la durée de vie fut portée alors à 200 tirs.
  • Les obus à étuis combustibles de 152 mm laissaient parfois des résidus imbrûlés dans le canon, il n'y avait pas non plus d'extracteur de fumées; les gaz de propulsion toxiques ayant tendance à rentrer dans l'habitacle après ouverture de la culasse. Plus tard, tous les M551 Sheridan se verront équiper d'un canon M81E1, une version améliorée du M81 équipée d'un système d'injection de CO₂ pour nettoyer le canon de toute impureté après chaque tir.
  • Les cartouches de poudre sans étuis entièrement combustibles propulsant les obus de 152 mm ont posé pas mal de problèmes : premièrement, elles étaient extrêmement fragiles, on pouvait les comparer avec de gros morceaux de sucre cylindrique. Les obus devaient être manipulés soigneusement par le chargeur, donnant au canon/lanceur M81 une faible cadence de tir.
  • Deuxièmement, la poudre propulsive était très sensible au feu et à l'humidité, outre le sac en amiante, chaque culot des obus de 152 mm devait être enveloppé dans une gaine en Néoprène pour prévenir la formation de moisissures. Ces deux emballages devaient être retirés avant d'insérer l'obus dans la chambre du canon.

Armement secondaire[modifier | modifier le code]

L'armement secondaire est constitué à l'origine d'une mitrailleuse coaxiale M73 de calibre 7,62 × 51 mm Otan placée à gauche du canon, elle est alimentée par une bande de 616 cartouches, le reste des munitions est transporté dans 4 boîtes métalliques placées derrière le siège du conducteur, juste en dessous des rations de combat.
Elle sera remplacée par la M240.

Une mitrailleuse lourde Browning M2 de 12,7 mm est installée sur la coupole rotative du chef de char. La mitrailleuse est alimentée par une bande de 105 cartouches pour un total de 1000 coups emportés.

Quatre lance-grenades fumigène M176 à déclenchement électrique (remplacés après par des M243) sont montés de chaque côté de la tourelle.

Protection[modifier | modifier le code]

M551 Sheridan simulant un T-80 en 1993 à Fort Irwin.
Un M551 Sheridan largué à très basse altitude depuis un Hercules.

Le M551 Sheridan est conçu sur la base d'un châssis entièrement en alliage d'aluminium qui est plus léger qu'un châssis en acier. Cet avantage lui permet notamment d'avoir une charge utile importante, d'être transporté par avion, d'être aérolarguable, de flotter et d'utiliser un moteur de puissance modeste.

Par contre l'aluminium est moins résistant que l'acier et il a comme principal inconvénient de s'enflammer et même de fondre après qu'il a été touché par des balles incendiaires ou une roquette antichar.

Le blindage incliné en aluminium recouvrant l'avant du glacis fait 40 mm d'épaisseur est juste assez suffisant pour résister aux balles de mitrailleuses lourdes d'un calibre de 12,7 mm. Les flancs du châssis quant à eux sont conçus pour arrêter les balles OTAN de 7,62 mm. La tourelle aux formes arrondies et fuyantes est faite intégralement en acier dont la vingtaine de millimètres d'épaisseur est suffisante pour stopper les balles de 12,7 mm.

Le blindage s'est montré très insuffisant durant l'engagement des M551 au Viêt Nam, les Việt Cộng utilisant des mitrailleuses lourdes de 14,5 × 114 mm, des KPV soviétiques. Mais les principales pertes furent causées par les mines et les lance-roquettes. Sur les 64 premiers Sheridan envoyés au Viêt Nam, dix roulèrent sur des mines et 12 furent détruits par des RPG-2 ou RPG-7[3]. Beaucoup d'équipages furent décimés après pénétration par une roquette antichar ou encore par l'explosion d'une mine, en effet la moindre étincelle pouvant faire exploser les 19 obus de 152 mm entreposé dans le châssis, le char se transformait littéralement en une sorte de tas d'aluminium fondu avec la tourelle en acier trônant au sommet[4].
Les équipages n'hésitaient pas à installer sur l'avant du char un treillis métallique supporté par une armature en bois afin de se protéger contre les charges creuses des armes antichar[5].

Pour améliorer sa protection face aux mines, le M551 pouvait recevoir un kit fonctionnant à la manière d'un blindage espacé qui se constituait de deux plaques (acier et aluminium) qui se boulonnaient sous l'avant du châssis[6] ainsi que sur les flancs avant de la caisse[7].

Version[modifier | modifier le code]

  • XM551 : Modèle de présérie produit en quantité limitée à partir de 1965.
  • M551 : Version de base, entrée en service en 1968, équipée du canon M81 de 152 mm, du missile MGM-51 Shillelagh et d'une mitrailleuse M2 sur le toit. Sa production a débuté en 1967.
  • M551 "Two Box" : Modification réalisée en 1969 sur les M551 déployés au Viêt Nam. Le récepteur et le transmetteur optique servant au guidage du missile Shillelagh sont démontés pour laisser place à deux paniers abritant des munitions supplémentaires pour les mitrailleuses. Les râteliers à munitions ont été optimisés pour transporter uniquement des obus de 152 mm.
  • M551 A1 : Modèle amélioré possédant un télémètre laser AN/VVG-1.
  • M551 A1 TTS (Tank Thermal Sight) : M551 A1 équipé d'un viseur thermique passif AN/VSG-2B dérivé de celui équipant le M60A3 TTS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Previous Entry Add to Memories Share Next Entry M551 light tank », sur vfrohl15's journal,‎ 7 avril 2011 (consulté le 11 septembre 2012)
  2. « Figure 3-3. 152MM gun-launcher conventional ammunition and missile stowage », sur Operator Manuals (consulté le 11 septembre 2012)
  3. http://books.google.be/books?id=LgVNX_p0HqsC&pg=PA31&lpg=PA31&dq=M551+Sheridan+titanium&source=bl&ots=SaTy1bhotU&sig=_BbovZeXzbd56HT9ifAh2cpXZQg&sa=X&ei=1CIoUMfPH4nF0QWZ9YGwCg&ved=0CB8Q6AEwAg#v=onepage&q=M551%20Sheridan%20titanium&f=false
  4. Hunnicutt, R. P. "Firepower: A History of the American Heavy tank." 1988, Presidio Press; ISBN 0-89141-304-9.
  5. Steven Zaloga, M551 Sheridan: US Airmobile Tanks 1941-2001, Osprey Publishing, 2009, (ISBN 978-1-84603-391-9)
  6. [image]« TM-9-2350-230-12/TM-9-2350-230-120703 », sur Operator Manuals (consulté le 11 septembre 2012)
  7. [image]« TM-9-2350-230-12/TM-9-2350-230-120704 », sur Operator Manuals (consulté le 11 septembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]