M'rirt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mrirt
Mrīrt, Jamāʿat-al-Marīrt,
Jamaat-al-Mrirt, Mrirt, Jemaa de Mrirt, Mirīrt, Mrirt
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Meknès-Tafilalet
Province Khénifra
Démographie
Population 35 196 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 33° 10′ 00″ N 5° 34′ 00″ O / 33.16667, -5.56667 ()33° 10′ 00″ Nord 5° 34′ 00″ Ouest / 33.16667, -5.56667 ()  
Altitude 1 113 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Mrirt

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Mrirt

Mrirt (en arabe : مريرت) est une ville du Moyen Atlas au Maroc, elle est la deuxième municipalité de la province de Khénifra, à 30 km au nord de son chef-lieu. Elle est située à 1 113 m d'altitude.

Son développement urbain est dû à la présence de riches ressources minières, à Jbel Aouam, Ighram Aoussar, Sidi Ahmed, Tighza, dont on extrait le plomb, le zinc, l'argent, l'or et le tungstène. Son exploitation remonte au Moyen Âge européen.

Le souk organisé tous les jeudis attire un très grand nombre de personnes, en particulier les habitants des campagnes alentours. Ce souk est situé au pied de la colline Boulouhouch au Nord-Ouest de la ville.

Les principaux quartiers de la ville sont:

  • Au nord (route d'Azrou): Aït Hajjou, Douar Chmaa et Afoud Ikabar
  • À l'est : Tahajaouit
  • Le centre ville
  • À l'ouest (route de Meknes): Boulachfar, Aït Aami Ali et Douar Hssaïn.
  • Au Sud (route de Khenifra) : Aït Mou

Démographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de M'rirt a très longtemps été un lieu de passage,petit à petit on y a vu s'installer une population amazigh mais aussi arabe. Les premières traces de vie à M'rirt remontent au Moyen Âge européen.

Situation Politique[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

La ville compte environ 45 000 habitants d'origine amazigh de la Tribu Aït Sgougou, et bénéficie de plus en plus de l'exode rural.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la capitale des Aït Sgougou est basée en grande partie sur l'agriculture, l'élevage et les ressources forestières. À quoi il faut ajouter une industrie minière qui a joué un grand rôle dans le PIB local. Les gisements miniers de Aouam, Sidi Ahmed et Ighram Aoussar exploités depuis le protectorat français et produisant en grande partie du plomb, du zinc, de l'argent et une petite proportion d'or.

À proximité[modifier | modifier le code]

Sur la colline la plus élevée (à l'Est de la ville) se trouve l'inscription : « Dieu, la nation et le Roi ».

Les Communes Rurales d'El Hammam (dont le siège se trouve à Tighza) et d'Oum Errabiaa qui dépendent administrativement de la province de Khénifra, sont des anciennes résidences des coopérants français lors du protectorat.

Sources[modifier | modifier le code]