M'Chouneche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
M'Chouneche
Baniane
Baniane
Noms
Nom algérien مشونش
Nom chaoui himsounine
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Aurés
Wilaya Biskra
Daïra m'Chounech
Président de l'APC Abderzak Chahdi
03 mandats
Code ONS 0712
Démographie
Population 10 107 hab. (2008[1])
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 57′ N 6° 00′ E / 34.95, 634° 57′ Nord 6° 00′ Est / 34.95, 6  
Superficie 506,92 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Biskra.
Localisation de la commune dans la wilaya de Biskra.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
M'Chouneche

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
M'Chouneche

M'Chouneche ou, en berbère zénète, Himsounine, est une commune algérienne située dans la wilaya de Biskra.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'est de la wilaya de Biskra, à 30 km de Biskra et 120 km de Batna ; la daïra de M'chouneche ne comprend qu'une seule commune.

Communes limitrophes de M'Chouneche
Tigherghar (wilaya de Batna) Menaa (wilaya de Batna) Ghassira (wilaya de Batna)
Branis, Chetma M'Chouneche El Mizaraa
Sidi Okba Aïn Naga El Mizaraa

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

On y trouve quatre agglomérations importantes : M'chouneche, Baniane, Ed dissa et Lahbal.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans la partie sud-ouest du massif de l'Aurès, entre le Djebel Ahmar Khaddou à l'est et le Djebel El Azreg à l'ouest, dans la vallée encaissée (cañon) de l'oued El Abiod.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

La population était de 10 000 habitants en 2008, dont 6700 au chef-lieu et 2900 dans les agglomérations secondaires.

Communications

La commune est traversée par la route nationale 31 qui relie Biskra à Batna par Arris, en passant par la vallée de l'oued El Abiod et par le col d'Aïn Tinn.

Histoire[modifier | modifier le code]

La société chaouia de M'Chouneche[modifier | modifier le code]

La population autochtone est berbère d'origine zénète, et berbérophone. Du point de vue des structures traditionnelles, le territoire de M'chouneche, délimité :

  • au nord-est, par le territoire tribal des Rouassirs (Kef Laarouss, Rassira, Ghoufi)
  • à l'est et au sud-est, par le territoire tribal des Ouled Slimane ben Aissa, des Aachach et des Ouled Z'rara, c'est-à-dire l'ancien douar Oulech (Loulach), qui fait actuellement partie de la commune d'El Mizaraa (M'ziraa),

correspond historiquement au territoire tribal des Beni H'med établis dans les localités de M'chounech et de Lahbal d'une part et à celui des Ouled Aloui, établis dans les localités de Baniane et d'Ed dissa.

La tribu (arch) des Beni H'med de M'chounech est composée de six fractions (ferqa) établies jusqu'à nos jours dans les territoires familiaux constituant le chef-lieu de commune, à savoir :

  • Les Ouled Jimi à M'richi
  • Les Ouled H'sen à Hablith
  • Les Ouled M'barek u Slimane à Lagrarth
  • Les Ouled Moussa à R'mel
  • Les Ouled Abbas à Guern Abbas
  • Les Ouled Boussekar à Machkal.

Historiquement, la tribu des Beni h'med est issue d'une subdivision de la grande tribu des Ouled Daoud « icharqiyen » (« ceux de l'Est »), qui s'étend le long de l'oued al Abiod et fait opposition à la grande tribu des Ouled Abdi, c'est-à-dire celle de l'Aurés occidental, qui s'étend le long de l'oued Abdi.

Cette subdivision est liée aux migrations de populations et aux conquêtes et reconquêtes des territoires traversées par les épisodes confessionnels qu'a connus l'Afrique du Nord en général et l'Aurés, en particulier.

La propriété privée des vergers avoisinant les maisons d'habitations, le cimetière familial ainsi que l'édifice du grenier collectif haqliaath confèrent le caractère privé des quartiers familiaux.

L'établissement de l'état civil dans les années 1940 a permis la constitution de 22 patronymes.

Les familles principales de chaque quartier sont : « Abbas » à Guerne Abbas, « Moussaoui » au quartier R'mel, « Guergueb » au quartier Lagrarat, « Boukhentef » au quartier Hablith, « Jimaoui » au quartier M'richi et « Boussekar » au quartier Machkal et Miouri. S'y ajoutent les familles de : Bouras, Saci, Mengri, Abderahmani, Boumaaraf, Guettouchi, Zelli, Guedida, Mokrani, Abouba, Mahdad, Mezerdi, Chahdi, Hamza, Abidi, Azizi.

L'époque de la colonisation française[modifier | modifier le code]

La tribu des Beni H'med joue un rôle primordial au début de la conquête française en repoussant les troupes françaises en 1844, empêchant ainsi la conquête de l'Aurés par Biskra et la vallée de l'Oued al Abiod (épisode illustré par un tableau d'Auguste Raffet, La bataille de M'chounech de 1844).

À la fin du XIXème siècle, M'chouneche devient le centre d'un des treize douar (fraction de commune sous la responsabilité d'un caïd) de la commune mixte de l'Aurès (chef-lieu : Arris).

Dans les années 1920, Salah u Boumesrane de la famille Moussaoui, est un fervent opposant à l'administration coloniale. Il est alors considéré par la population comme un héros, un bandit d'honneur, au même titre que Messaoud ug Zelmat des Beni Bouslimane de T'kout.

La commune est un des points de départ de la guerre de Libération sous le commandement de Mostefa Ben Boulaid, responsable de la zone de l'Aurès. Le 1° novembre 1954, l'autocar Biskra-Arris est arrêté dans les gorges de Tighanimine par les insurgés, qui abattent le caïd de M'chouneche, Hadj Sadok (ainsi que Guy Monnerot, un instituteur venu de métropole). Par la suite, intégrée dans la wilaya I à partir de 1956, M'chouneche constitue une zone de repli pour les combattants de la wilaya VI (Sahara) sous le commandement du colonel Si Lhaoués, originaire de cette localité.

En 1956, M'chouneche devient une commune lorsqu'Arris devient une sous-préfecture du département de Batna[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant-colonel Delartigue, Documents sur Batna et sa région. Monographie de l'Aurès, Constantine, 1904
  • Souad Abbas, Vers une problématique de l'habitat traditionnel, le cas de M'chounech, Mémoire de fin de licence en sociologie, Université d'Alger, 1984
  • Souad Abbas, Changements et continuité dans les stratégies d'investissement de l'espace dans l'Aurés. Étude de cas Baniane et M'chounech, Mémoire de Diplôme d’études approfondies, Université Paris VIII-Vincennes, 1986
  • Souad Ghoufi[3] (Abbas), Conflits villageois: stratégies de pouvoir et discours de légitimation, les Aurés à l'épreuve des années 1990, thèse de Doctorat d'État de l'université d'Alger, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Biskra : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Cf. Fonds Arris des Archives nationales d'Outre-Mer (Aix-en-Provence).
  3. Cf. « Regard d'une sociologue chaouie sur les conflits villageois dans les Aurès » sur le site Socialgérie.