M'Chedallah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
M'Chedallah
Noms
Nom algérien مشدا الله
Nom kabyle Imceddalen
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Bouira
Daïra M'Chedallah
Code postal 10003
Code ONS 1037
Démographie
Population 24 406 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 21′ 55″ N 4° 16′ 15″ E / 36.365181, 4.27093536° 21′ 55″ Nord 4° 16′ 15″ Est / 36.365181, 4.270935  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Bouira.
Localisation de la commune dans la wilaya de Bouira.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
M'Chedallah

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
M'Chedallah

M'Chedallah (Imcheddalène ou Imceddalen en kabyle), anciennement Maillot pendant la colonisation française, est une commune de la wilaya de Bouira et chef-lieu de la daïra éponyme, située à 40 km environ à l'est de Bouira, à 80 km au sud-est de Tizi Ouzou et à 90 km environ au sud-ouest de Béjaia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Se situant entre Bouira et Bejaia vers les montagnes de DJURDJURA, la commune de M'Chedallah est une division administrative (class A - Région administrative) Wilaya de Bouira en Algérie (Continent Africain), ayant le code de région Africa/Middle East. La commune de M'Chedallah est situé à 474 mètres d'altitude.

Localisation[modifier | modifier le code]

Les coordonnées géographiques sont 36°22'0" N et 4°16'0" E en DMS (degrés, minutes, secondes) ou 36.3667 et 4.26667 (en degrés décimaux). La position UTM est FA12 et la référence Joint Operation Graphics est NJ31-15.

L’heure locale actuelle est 23:16; le lever du soleil est à 08:56 et le coucher du soleil est à 21:03 heure locale (Africa/Algiers UTC/GMT+1). Le fuseau horaire pour Commune de M'Chedallah est UTC/GMT+1 En 2013 l’heure d’été est valable de - à -.

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Lors de sa création en 1885, la commune de M'Chedallah est composée à partir des localités suivantes[2] :

  • Ath Yekhlef
  • Alaouche
  • Iwaqurane (raffour), Aharrache
  • Bouaklane
  • Ighil Ouyazidh
  • M'Chedallah
  • M'Chedallah aghazi
  • ath iBrahim -thamourth ouzemmour
  • assif assemadh

Histoire[modifier | modifier le code]

Présence turque

1515- 1830 

Durant l’occupation ottomane qui aura duré plus de trois siècles, cette région est restée insoumise tout le temps en guerre contre les Turcs, en refusant de payer les impôts, sauf pour ceux qui avaient préféré vivre dans les plaines et se soumettre aux lois de l’occupant, mais les historiens ne l’évoquent que pour parler des batailles qui s’y déroulent à l’occasion du passage des caravanes turques de Constantine à Alger.

Présence française

NAISSANCE DU CENTRE COLONIAL DE MAILLOT -1881

le choix fut porté sur Souk N'Tleta à Ighil Boumlil dans la tribu d'Imchedallen (imceddalen) qui a accueilli le centre de surveillance des Beni Mansour en 1881 et où fut édifié en parallèle le nouveau village colonial sur une superficie de 370 ha confisqués aux propriétaires autochtones qui avaient porté l’étendard de la révolte de 1871…

Pendant l'insurrection de 1871, le bordj des Beni-Mansour où cantonnait une garnison d'une centaine d'hommes, sous le commandement du capitaine Mas, fut assiégé pendant 52 jours, du 7 avril au 28 juin, jusqu’à l’arrivée des renforts militaires de Constantine et d’Aumale. En plus des attaques répétées des Kabyles insurgés, le manque d'eau fut une des plus grandes difficultés de la défense. Il fallait, en effet, s'en procurer coûte que coûte pour survivre. Pour cela il fallait déjouer, pendant la nuit, la vigilance de l'ennemi qui bloquait le poste et se ravitailler à l'oued Sahel, à 300 mètres de distance.

Ces événements ont montré alors combien cet édifice stratégique était fragile et peu adapté à la défense et son efficacité réduite laissait à penser qu’il fallait réfléchir au transfert de ce dernier vers un site plus approprié. Dès le début de 1875, une opération d’exploration fut menée par une équipe de militaires et après étude, le choix fut porté sur Souk Tleta à Ighil Boumlil dans la tribu de M’Chedallah qui a accueilli le centre de surveillance de Beni Mansour en 1881et où fut édifié en parallèle le nouveau village colonial sur une superficie de 370 ha confisqués aux propriétaires autochtones qui avaient porté l’étendard de la révolte de 1871.

Ce site a été choisi pour sa position stratégique ; il présente des conditions idéales pour abriter le centre de surveillance militaire et aussi pour servir de terrain d’assiette pour l’implantation d’un centre de colonisation : - Altitude 450 m : surveillance favorable ; - Climatologie : hiver doux et été clément ; - Topographie des sols : Terrain non marécageux (le risque du paludisme qui sévissait à cette époque dans la région est moindre) et les sols non inondables ; - Alimentation en eau potable réalisable ; - Potentialités agricoles importantes (plaines irriguées de l’oued Sahel). Pendant la même année, le 2 juillet 1881, Souk el Tléta a troqué son nom pour celui de Maillot et ce conformément au décret du président de la République Jules Grévy qui, sur proposition du conseil Général du département d’Alger, dans la séance du 3 mai 1881, en vue de donner à des villages nouvellement créés en

Algérie le nom du docteur Maillot, pour perpétuer le souvenir des services rendus à la colonisation par cet ancien inspecteur du service de santé des armées, avait décrété : «Le village de Souk el Tléta, situé sur le territoire de la tribu Mechdallah, département d’Alger, portera à l’avenir le nom de Maillot».

À cette occasion, l’épouse du médecin briotin, Catherine-Pauline Clabecq, avait offert au nouveau village le buste de son mari qu’elle avait sculpté pour être exposé sur sa place publique.

Signalons que le docteur Maillot ne s’est jamais rendu dans ce village, porte de la Kabylie, et ce contrairement à certaines déclarations qui affirmaient que cet illustre médecin y avait travaillé, néanmoins il avait conservé précieusement un flacon d’eau qui provenait de Souk el Tléta (communication de M. François Heller en date du 21 février 2003 sur François Clément Maillot, un illustre inconnu).

Les premiers colons commencèrent à rejoindre le nouveau centre de colonisation le 20 octobre 1882. Sur 50 familles prévues, 11 seulement sont arrivées. Et depuis, ce fut un va-et-vient incessant de colons qui sillonnèrent la région pour prospecter les terres fertiles, et surtout chercher des vignobles p rospères. La majorité des postulants a vite découvert que la région n’est pas à vocation viticole, ce qui a dissuadé plus d’un à y prendre pied.

Maillot était d’abord chef-lieu de commune, puis en 1890, il devint commune mixte qui s’étend sur un grand territoire composé de plusieurs Douars :

- A l’est : Aghbalou, Ath Hamdoun, Bellil, Tiksiridène, Chorfa, Ouakour ;

- A l’ouest : Ath Aissi, El Ksar, Ath yella ; - Au sud : Sebkha ; Ath Mançour ;

La première constitution de l’état-civil fut réalisée en 1890 par le moyen de l’arbre généalogique élaboré pour chaque famille habitant dans le territoire de la commune et suite à une déclaration de l’un des sages de chaque fraction, les personnes natives avant cette année, vivantes ou décédées, ont été inscrites sur les registres de l’état-civil signés et paraphés par Josef Lucien JORDAN, Administrateur et premier officier de l’état-civil de la commune de Maillot.

Cette commune gérée par un régime militaire dut attendre janvier 1956 pour voir l’installation du premier conseil municipal de la commune mixte de Maillot qui est composé comme suit :

                                                  - Administrateur : M CRISTOFINI Robert ; 
                                                  - Président : M IVARA Vincent ; 

- Membres français :

                                                     M TROCCON Joannès ; 
                                                     M BEKER August ; 
                                                     M ROUMIEU  Prosper ; 
                                                     M CAMPS-MANOURY Sébastien ; 
                                                     M PITAVIN Lucien 

- Membres musulmans :

                                                     M KHEDIS Hamoudi (Bachagha) ; 
                                                     M MANSOUS-KHODJA Aissa (Agha) 
                                                     M CHIBANE Ali (Bachagha) ; 
                                                     M HAMOUDI Zoubir (Caïd) ; 
                                                     M BELKADHI Tahar (Caïd) ; 
                                                     M BEN AMAR Abderrezak (Caïd) ; 
                                                     M MENOUAR Mohamed (Caïd) ; 
                                                     M BELAID Said (Ouakour) ; 
                                                     M MERZOUK Mohamed ben Ali ; 
                                                     M OUARED Mohamed. 

Le conseil, après délibération, a décidé ce qui suit :

I- La commune mixte de Maillot est composée des douars ci-après identifiés :

                                                   1. M’Chedallah ;
                                                   2. Tiksiridène ;
                                                   3. Beni Mansour ; 
                                                   4. Ahl Ksar ; 
                                                   5. Tachachit ; 
                                                   6. Tighremt ; 
                                                   7. Sebkha ; 
                                                   8. Ouakour ; 
                                                   9.Aghbalou. 
N.B.La commune mixte de Maillot est rattachée à l’arrondissement de Bouira et au département d’Alger 


Atlas de l'Algérie 1830-1960, [Archives & Culture],‎ février 2011, 80 p. (ISBN 978-2-35077-157-1, présentation en ligne).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Bouira, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Bouira, page 1493.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]